Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les vénimeuses illusions réformistes
de : La Louve
lundi 13 janvier 2014 - 10h35 - Signaler aux modérateurs
11 commentaires
JPEG - 8.5 ko

Le Front de Gauche dit que le "capitalisme est dans l’impasse". C’est presque vrai. Il oublie que, faute de luttes concrètes coordonnées et étendues des exploités, cette impasse n’est jamais que temporaire et il oublie qu’en propageant des idées comme le "revenu de base", ou en faisant miroiter qu’une loi seule suffira a mettre un terme au gavage des propriétaires d’immeubles (comme il y a quelques années, prétendant qu’un referendum - qui n’existait pas - sauverait les retraites), lui, cherche avant tout a tirer le capitalisme de cette impasse. Réforme ou révolution. Socialisme ou barbarie. C’étaient les deux seules alternatives que connaissait Rosa Luxemburg. A juste titre. Et c’est parce qu’elle les posait ainsi qu’elle fut assassinée. Il faudrait arrêter de faire perdre du temps a la prise de conscience prolétarienne. Ensuite, les faits seront ce qu’ils sont. Mais arrêter de propager des mauvaises analyses, des mauvaises solutions, serait déjà un grand pas en avant

J’aimerais que l’on milite pour l’abrogation de toutes les lois et dispositions scélérates qui criminalisent celles et ceux qui défendent leur emploi, leur toit, leur subsistance. Je ne veux pas que l’État devienne encore davantage mon "dealer", alors qu’il est déjà mon maquereau.

La plus venimeuse des illusions réformistes, notamment chez les "républicains", a fortiori en période de crise, est sans nul doute de prétendre que la Loi peut protéger le pauvre, le faible, l’exploité.

La seule chose que la Loi fasse parfaitement bien, c’est de réprimer. Et pourquoi ? Parce que l’État (cette cristallisation des multiples rapports sociaux qui fondent et alimentent le capitalisme) dispose du pouvoir de punir, parce qu’il dispose d’appareils puissants développant son pouvoir de contraindre, notamment, la police, l’armée.

Quand, par extraordinaire, la Loi offre un court répit aux exploités, c’est parce qu’il existe à la base, dans les masses, un rapport de forces à mettre en face des appareils d’État, à mettre en face de la police, de l’armée. La représentation parlementaire, alors, n’est pas la source de la Loi, c’est en réalité le pouvoir populaire en actes qui contraint cette représentation parlementaire à proposer des textes qui donneront une apparence de légalité aux revendications défendues becs et ongles à la base. Sans conscience politique du prolétariat de sa propre force, sans volonté politique de faire respecter cette source de pouvoir, la Loi est toujours du côté des puissants et de ceux qui oppriment et qui spolient.

C’est la raison pour laquelle il faut toujours se battre contre l’État, et plus exactement, contre l’idée de l’État ; se battre contre l’idée qu’il ne serait qu’un gant dans lequel il suffirait de placer une main différente pour qu’il change de nature. La question de la "sécurité", cette sécurité par laquelle on nous fait avaler chaque jour un peu plus d’idéologie répressive, un peu plus de droit de punir, et même, soyons fous, de nécessité de punir, est dans cette perspective une question absolument fondamentale. Un concept à déconstruire chaque jour, et une lutte à mener contre soi-même.

Détacher le plus possible le prolétariat de l’idée qu’il n’est rien sans État, montrer chaque jour comme ce Léviathan ne sera jamais notre allié, arracher systématiquement les voiles idéologiques dont on recouvre, à droite comme à gauche, toute espérance d’un autre monde, est une tâche urgente pour chaque révolutionnaire, pour chaque militant conscient de la démocratie prolétarienne. Vivre en société sans État (et sans la ribambelle d’illusions qui va avec), c’est la grande utopie à (re)construire, à réfléchir. L’envisager seulement est aujourd’hui impossible.

Si nous voulons pouvoir vivre, vivre comme des Hommes, la première des choses à faire est de lutter contre la propriété privée, et contre l’amour fétichiste que la société capitaliste instille de cette propriété privée au creux des consciences prolétariennes.

Que pèse la petite propriété pavillonnaire à crédit face à la solide propriété des bailleurs institutionnels, des multi propriétaires, qui vivent sans travailler des loyers qu’ils nous extorquent ? Que pèse la propriété à crédit de sa petite auto face à la propriété des moyens de production des exploitants des usines qui fabriquent ces autos ? Que pèse notre désir de paix et d’amour face à la volonté farouche du propriétaire, le propriétaire de l’usine qui possède notre temps, le propriétaire de la banque qui possède notre argent, le propriétaire des exploitations agricoles et des supermarchés qui contrôlent nos moyens de subsistance, le propriétaire des usines d’armement qui nous fait basculer dans la guerre, le propriétaire de la prison où nous pouvons toutes et tous finir un jour ?

Que pèse l’amour de la vie face à la propriété privée et au pouvoir de punir ?



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les vénimeuses illusions réformistes
13 janvier 2014 - 10h36

La question de l’État, du rapport des communistes à l’État (et sa cause et conséquence nécessaire, inévitable, la mort, très jeunes, des soviets), est, de mon point de vue, au cœur du processus de désagrégation expresse du bolchevisme et de la dégénérescence d’un socialisme naissant en "stalinisme". Le "stalinisme" (et son corollaire essentiel, le capitalisme monopoliste d’État) était la manifestation concrète de la lutte de classe qui ne pouvait manquer de traverser un Parti constitué en appareil d’État, et corrélativement/simultanément, l’État, dans un monde capitaliste. Se pose la question de la volonté / de la manière de défendre un saut révolutionnaire. Soit en acceptant qu’il soit défait (par nous) par un renoncement à l’horizon communiste en le transformant en socialisme d’État (ce qui ne peut manquer d’amener à des catastrophes terribles), soit en acceptant qu’il soit défait par la contre- révolution de la bourgeoisie.



Les vénimeuses illusions réformistes
13 janvier 2014 - 21h04 - Posté par richard PALAO

EUH , tu peux me réexpliquer STP ?


Les vénimeuses illusions réformistes
13 janvier 2014 - 17h32 - Posté par JOINVILLE

- "Il faudrait arrêter de faire perdre du temps à la prise de conscience prolétarienne".
 D’abord quelle est la définition du prolétariat ?
 Qu’est-ce que le prolétariat aujourd’hui quand les machines et l’informatique remplacent de plus en plus la main d’œuvre humaine ?
 Quand le travail s’intellectualise de plus en plus.
 Il y a des ouvriers. Il y a des salariés (et de plus en plus de chômeurs), mais moi je ne vois pas de prolétariat en tant que classe sociale.
 Pas de mutation historique sans une nouvelle culture..... qui n’existe pas.
 1917 et le cuirassier Potemkine c’était une autre époque.



Les vénimeuses illusions réformistes
13 janvier 2014 - 18h00 - Posté par

" D’abord quelle est la définition du prolétariat ? ""
la classe productive qui n’a que son travail pour subsister,par exemple chez Good year ,des ouvriers aux ingénieurs informatiques qui TOUS peuvent être licenciés du jour au lendemain.
Comme du temps du Potemkine déjà ...
le prolétariat existe donc et est en ce début de siecle immensément majoritaire sur la planéte


Les vénimeuses illusions réformistes
13 janvier 2014 - 19h10 - Posté par A.C

moi je ne vois pas de prolétariat en tant que classe sociale.

Optic 2OOO, Camarade !

ou alors..

http://www.cnrtl.fr/lexicographie/p...

b) [Dans la théorie marxiste, à propos des sociétés industr. caractérisées par le mode de production capitaliste] :

Travailleur appartenant à la classe sociale ne possédant pas les moyens de production et qui doit pour vivre vendre sa force de travail pour laquelle il perçoit un salaire et par laquelle il crée de la plus-value.

Synon. ouvrier ;

anton : capitaliste, patron.

Classe, parti des prolétaires.

Le même système capitaliste qui exploite la force de travail de l’ouvrier, attente à la liberté du travailleur. Et la personnalité du prolétaire est diminuée, comme sa subsistance (Jaurès, Ét. soc., 1901, p.128)

our l’occuper [la foule], les militants belges eurent l’idée d’entonner leur chant : Prolétaires, unissez-vous, que bientôt tout le monde reprit à l’unisson (...). Ce chant créait un lien, devenait un symbole sonore, concret, de solidarité (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p.446)

.

Il suffit que je sois né et que j’existe pour éprouver ma vie comme difficile et contrainte (...) mais les choses peuvent en rester là sans que je passe à la conscience de classe, que je me comprenne comme prolétaire et que je devienne révolutionnaire (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p.507).

d’ou le" fameux.

" Nous ne sommes RIEN

Soyons TOUT"

Qui suppose que ceux qui ont TOUT parce qu’ils l’ont VOLE, et que leurs"BIENS" sont fait de sueur, de sang et d’os broyés des PROLETAIRES de plusieurs générations , soient DEPOSSEDES et que nous soit rendu ce qui est à NOUS car RIEN n’est à eux.

Il est vrai qu’on a tort de ne pas chanter le second couplet de l’Internationale, cela éviterait des questions...

Il n’est pas de sauveurs suprêmes :
Ni dieu, ni césar, ni tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes  !
Décrétons le salut commun !
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer quand il est chaud

A.C


Les vénimeuses illusions réformistes
14 janvier 2014 - 00h23 - Posté par Roberto Ferrario

Optic 2OOO, Camarade ! HAHAHAHAHA

super Alain, tres myope le mec mais en même temps asse logique, "JOINVILLE" alias, "L’OBSERVATEUR", alais "STRATÈGE", alias "ANONYME", alias "UN ATHÉE, MATÉRIALISTE ET HUMANISTE", alias "DELAVANT", alias "UN HOMME DE GAUCHE LUCIDE", alias etc etc etc...

n’est rient d’autre que un provocateur homophobe umpiste avec qui tu te déjà accroche ici : http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

Donc "normal" qui viens "polluer" cet article, ca lui doit bien déranger les définitions de classe et les analyses marxiste...


Les vénimeuses illusions réformistes
14 janvier 2014 - 20h14 - Posté par JO

Ce qu’il faut savoir c’est que tout ce qui peut affaiblir le capitalisme , on prend ! Nous divergeons c’est vrai sur ce Site sur la vitesse à laquelle doit se dérouler les objectifs conduisant au Socialisme ! Mais l’on ne peut pas négliger, l’histoire aidant que tout le combat contre le capitalisme doit s’accompagner par le contrôle des travailleurs et par le Suffrage Universel . Excusez-moi du peu les Amis mais je ne vois pas d’autres moyens pour bon chemin vers le Socialisme ! Les errements passés nous aident mieux de nos jours à comprendre le réel pour aller à l’idéal comme l’a dit Jean Jaurès . Satisfaire le Peuple dans ses conditions de vie c’est une condition première sans doute. Et cela passe, également, par la lutte contre les injustices ! Même dans notre Société industrialisée, je pense qu’il est possible de réunir une majorité de citoyens pour gagner. Mais pour ce faire la recherche de l’Unité pour la réalisation d’un premier coup au capitalisme est indispensable . Parce que comme le disent nos camarades Latinos-Américains, le Peuple Uni jamais ne sera vaincu !!!



Les vénimeuses illusions réformistes
14 janvier 2014 - 20h55 - Posté par

JO,
Tu aurais écris : "votez FDG" c’était lisible et suffisant. Pas besoin d’enrober.

Pourquoi ce besoin chez ceux qui freinent des deux pieds, le besoin de nous expliquer le fonctionnement de l’accélérateur ?

Carland


Les vénimeuses illusions réformistes
14 janvier 2014 - 22h15 - Posté par richard palao

JO si c est l’unité du syndicalsime rassemblé ; NON MERCI , on connait le résultat : les luttes tirées par le bas et des accords scélérats comme L ANI la réforme des retraites et sur la formation professionnelle comme le dit le titre de LA LOUVE , cette unité c’est une de ces illusions réformistes vénimeuses .

L’unité dans l’ action à la base est efficace sous réserve qu’ a chaque recul social , qu ’à chaque réforme structurelle on ne réponde plus par une autre réforme structurelle même progressiste , pour combattre les illusions réformistes il faut faire le lien entre les revendications et le nécessaire changement de système .

EXEMPLE : la réforme des retraites , face à la démolition par étapes de nos régimes de retraite il faut arrêter de revendiquer ici le retour à la retraite à 60 ANS , là le maintien d’un régime particulier ; ou encore le maintien sous perfusion de régimes ultra déficitaires et voués à la disparition ...il faut revendiquer la création d un régime de sécurité sociale universelle , géré par les assurés , à l abri de l’appétit des banques et non soumis aux règles de gestion capitaliste , c ’est en avançant ainsi pas à pas que l’on peut porter des coups sévères au capitalisme et élever le niveau de conscience des travailleurs en leur démontrant qu’ils sont en capacité de gérer leurs propres affaires sans avoir besoin pour cela ; de l’état et du patronat .


Les vénimeuses illusions réformistes
31 janvier 2014 - 18h04

Bonjour,

Nous travaillons à défendre dans nos écrits la théorie marxiste de la lutte des classes.
Nos deux derniers ouvrages parus sont :

 Aux fondements des crises ; le marxisme de la chaire et les crises.
 Le marxisme en abrégé ; de la critique du capitalisme à la société sans classes.

Le premier livre revient sur les concepts fondamentaux de la théorie de Marx : Crise de surproduction, suraccumulation, baisse du taux de profit, dévalorisation, etc. Il s’efforce également de montrer en quoi le marxisme vulgaire les dénature.

Le second livre, plus tourné vers la vulgarisation, s’efforce de résumer dans un langage le plus accesible possible les concepts fondamentaux du marxisme.

Ces livres peuvent être achetés en ligne :

http://www.lulu.com/shop/robin-good...

http://www.lulu.com/shop/robin-good...

ou sur commande. La liste des librairies qui diffusent nos livres peut être obtenue sur demande.

Cordialement

Robin Goodfellow
http://www.robingoodfellow.info






Seconde Guerre mondiale : la Russie déclassifie des documents sur la libération de l’Europe par l’Armée rouge
mardi 22 - 14h22
de : nazairien
Projection "Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili." jeudi 24 octobre 2019 à 20h
mardi 22 - 13h21
de : Nicole ff
L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
6 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La non-violence est une arme puissante et juste, qui tranche sans blesser et ennoblit. l'homme qui la manie. C'est une épée qui guérit. Martin Luther King
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite