Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
de : ElodieTuaillon-Hibon
jeudi 27 février 2014 - 15h43 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires

De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)

« On ne peut pas envier une mère qui survit à son fils. Et pourtant, j’envie ces mères qui, de leur fils, ne se rappellent que la vie. Moi, le mien, je l’ai vu mourir une infinité de fois. Je m’accroche encore à une dernière espérance, fragile : celle de ne pas le voir mourir une fois de plus, enterré par un archivage. » La maman de Carlo. Haidi Giuliani

Il ne s’agit pas pour moi de comparer, stricto sensu, ce qui s’est passé à Nantes il y a quelques jours pendant la manifestation contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et ce qui s’est passé à Gênes lors du sommet du G8 en Italie, en juillet 2001.

Fort heureusement, pour l’instant, les évènements sont incomparables.

A deux exceptions notables (celle du massacre du 17 octobre 1961 et de la tragédie de Charonne le 8 février 1962 en France, à Paris, pendant la « guerre d’Algérie » d’une part, et celle de la répression l’Université de Kent State le 4 mai 1970 dans l’Ohio, USA, pendant la « guerre du Vietnam » d’autre part), rien, dans l’histoire contemporaine, n’a jusqu’ici égalé (en temps de paix, dans une « démocratie » européenne ou occidentale) la sauvagerie et la brutalité inouïes, « la plus féroce violation des droits humains après la Seconde Guerre mondiale » (Amnesty International), dont ont su faire preuve les « forces de l’ordre » italiennes (pouvoir et police)… *

Ceci contre une majorité (l’immense majorité) de militants souvent jeunes, pacifiques, accompagnés, dans ce grand moment de protestation antilibérale, de centaines, de milliers, de citoyens, dont certains du monde entier, venus là sans aucune pratique ni habitude militante, durant ces quelques jours et nuits où Gênes est devenue le théâtre d’un jeu de massacre que personne ne pouvait imaginer et que l’on ne pouvait probablement pas prévoir, en tout cas, pas à ce degré (même pas les militants de gauche nés avant les années 50, qui pourtant, en Italie, en avaient déjà vu d’assez terribles…).

Revoir aujourd’hui les préparatifs de ces jeunes utopistes s’enroulant le corps de bouts de mousse, imaginant pouvoir se protéger (contre qui ?) avec des plaques de plastique et des mains levées en l’air peintes en blanc…a quelque chose de glaçant et d’affolant, avec le recul…

Comment cette sauvagerie, cette bestialité, ce mépris absolu des droits fondamentaux… de la part des forces de « maintien de l’ordre » viennent-ils dans un cas comme celui de Gênes, en 2001 ?

Certainement pas « par hasard » ou par « erreur ». Ce n’était pas « un malheureux concours de circonstances ».

Comme le dit le professeur Salvatore Palidda : « Ce qui s’est passé au G8 de Gênes ne fut pas une banale succession d’erreurs et d’actes maladroits de la part des policiers et de violences programmées par le Black bloc ou les “no-global”. Ce fut la tentative (tenue en échec par des années de dénonciations venues des manifestants victimes) d’expérimenter une gestion militarisée de l’ordre public. C’est-à-dire un plan précis qui aurait voulu écraser, par le recours à la violence la plus brutale et les coups montés, une protestation qui était en train de devenir trop populaire et mondiale et que les grands pouvoirs du monde ne voulaient plus tolérer. »

Pour ce sommet du G8 tout fut soigneusement préparé à l’avance. Interdire entièrement toute une partie de la ville ne fut pas la moindre des décisions préparatoires.

Dans certaines sections, certains groupes de policiers, probablement choisis pour leur capacité à développer un véritable sadisme contre des individus innocents, cela fut clairement un fait délibéré, un comportement fasciste.

Dans d’autres cas, sans doute les plus nombreux, cela fut le fait d’une peur panique face à quelques groupes hostiles dans une foule, d’une paranoïa savamment entretenue dans sa police par le pouvoir d’Etat, de l’inexpérience et la jeunesse…de nombreux « carabinieri » (ça n’a pas changé depuis Pasolini, les policiers sont toujours plus souvent de pauvres prolétaires que des enfants de notables)…

Et puis, il y a eu « les ordres ». Et cela, personne ne peut le nier. Sauf à imaginer que des policiers agiraient sans ordres. Ce qui peut arriver à titre individuel, de manière exceptionnelle, mais pas massivement, évidemment.

Ce qui saute aux yeux également si l’on visionne les vidéos et photos réalisées à cette époque (faux « black blocs » posant devant…une caserne, faux « black blocs » discutant paisiblement avec des policiers ou des hommes en costumes…ou même, le cas échéant, possibles vrais « black blocs » agissant absolument impunément pendant des heures sans que la police intervienne une seule fois, alors qu’elle fut si prompte à déchaîner sa violence contre les manifestants pacifiques…).

Il faut « de tout » pour créer et entretenir une répression de masse, une gestion sécuritaire et belliciste de « l’ordre public », de la part du pouvoir d’Etat. Il faut de tout et il faut aussi savoir prendre en compte l’imprévu, compter sur le secours de quelques groupuscules ultra-radicaux, savamment infiltrés ou manipulés, ou pas, par des « agents provocateurs », connaître la psychologie des foules, des masses, savoir utiliser y compris la contre –propagande et la contre-information « alternatives » à des fins de confusion…

Gênes, je n’y étais pas.

En 2001, je n’étais pas une « militante altermondialiste », j’étais alors simplement une social-démocrate gentiment « antilibérale ». Je pensais que ce genre d’actes-là était réservé à un « ailleurs » et à « d’Autres », ou à des circonstances exceptionnelles (les fameux « temps de guerre », des exemples précités de 1961, 1962 et 1970) qui me semblaient bien lointaines. Le pouvoir, en temps de paix, dans une « démocratie », ne ferait pas des choses pareilles « ici », sur « les nôtres ». J’envisageais les choses sous l’angle du racisme et du colonialisme, guère plus.

Voilà ce que je pensais avant juillet 2001, par ailleurs bien imprégnée, à l’époque, de la propagande relative aux « black blocs », aux « casseurs ».

Avant Gênes, il était évident pour moi que le danger, c’étaient « eux », « l’ultra-gauche », et pas « les forces de l’ordre », l’Etat…

Mais « Gênes », ce fut le début, pour moi, jeune avocate pleine d’illusions sur « l’Etat de droit » et « la démocratie », fraîchement sortie d’études de philosophie du droit et de droit public d’une grande université parisienne, d’une véritable prise de conscience politique sur l’Etat et ses institutions, du fonctionnement de la démocratie bourgeoise, une prise de conscience brutale à laquelle rien de ce que j’avais lu (ou presque), ne me préparait…

J’ai vu les images, mais, les mois passant, ce que je voyais, une petite voix au fond de moi me disait que ça ne cadrait pas avec ce que j’entendais dire par les médias officiels. Que quelque-chose ne tournait pas rond, que ça n’allait pas, ce discours dominant, qu’ « il se passait quelque chose » à Gênes, et en moi, que je ne pouvais pas expliquer, qui me mettait profondément mal à l’aise…

Hiatus.

D’année en année, progressivement, presque sournoisement, presque même, malgré moi, après ce terrible mois de juillet 2001, les témoignages, les procès… avançant, surtout en Italie, le silence et la non-information ici, en France, avançant également, le hiatus devint de plus en plus prononcé, « Gênes » devint pour moi une quasi-obsession, une épine empoisonnée dans ma conscience politique.

Au début , un malaise diffus, un « truc » honteux (oui, je pense que j’avais honte de ce que je pensais, de ce que je ressentais - j’étais conditionnée pour cela -, honte de ma confusion intellectuelle sur cet évènement, honte d’un ressenti instinctif que je n’identifiais pas et que je ne pouvais pas mettre en mots, ce qui me condamnait à tourner en rond), et les années passant, remontant à la surface comme la part en moi du refoulé par l’Etat, s’exprimant de plus en plus.

Cela ne cessa pas jusqu’à ce que j’ouvre les yeux complètement. Je vécus un effondrement progressif de tout ce qui m’avait jusqu’alors construite politiquement comme « citoyenne ».

Et plus les années passent, plus mon opinion et mon jugement politiques s’aiguisent, plus mes connaissances s’accumulent, plus mon expérience professionnelle s’accroit, et plus « Gênes » (et tout ce qu’il y a autour) devient un sujet politique central.

L’homicide de Carlo Giuliani, évidemment.

J’appris plus tard qu’en Italie, tirer à balles réelles sur des manifestants était finalement une chose assez habituelle…Mais à l’époque, je ne savais rien.

Ces images atroces, que treize ans après, on ne peut pas oublier (en tout cas, moi, je ne peux pas), de Carlo, 23 ans, mince, en tee-shirt, dans un moment de chaos et de confusion, qui tombe, très grièvement blessé à la tête par la balle d’un policier. Et puis l’horreur, la voiture de ces policiers qui lui roule sur le corps, alors qu’il est étendu net par terre, en train d’agoniser, deux fois, la première en marche arrière, lui brisant le bassin, la seconde en marche avant, lui écrasant les jambes... Ce qui a achevé Carlo. Et puis la charge des carabiniers, la panique, et puis les secours qui arrivent trop tard…

Carlo, qui sera présenté ici dans les médias dominant presque comme « un casseur », un « voyou », le peu de fois où on parlera de lui. Une cagoule et un extincteur dans la main, une photo soigneusement choisie (son angle de prise de vue, son unicité). La messe est dite. Son pauvre cadavre traîné dans la boue cent fois. C’est « bien triste », oui, mais bon, c’était « un casseur », il l’a « bien cherché »…

Abstraction faite du contexte de ces journées de Gênes, de leur préparation (par l’Etat, par l’Union européenne, par les manifestants…), abstraction faite de ce que la sociologie des mouvements de masse nous a appris, abstraction faite du rôle et de la nature de l’Etat et de la police dans « cela »…

Abstraction faite, donc, de la vérité. Ou disons, d’une partie très substantielle de la vérité. Pour y substituer l’intérêt d’Etat.

A Gênes, le carnage de l’école Diaz, je ne l’appris que quelques années plus tard. L’école Diaz où 93 manifestants qui dormaient ou se reposaient paisiblement dans ce qui constituait un centre alternatif, furent envahis dans la nuit et raflés par la police, frappés, humiliés, battus…

Sur l’école Diaz, un policier racontera (entre autres témoins) : « Dans l’obscurité, j’ai vu quatre agents, deux en uniformes et deux en civil, matraquer une jeune fille, je leur ai crié d’arrêter, ils ont continué, j’ai dû les bousculer, ils m’ont insulté. Je suis resté tétanisé quand j’ai vu la fille avec le crâne fendu, dans une mare de sang, il y avait des grumeaux comme des morceaux de matière grise, j’ai cru qu’elle était en train de mourir »…

Un jeune anglais présent à Diaz eut un poumon perforé par les coups, il fut abandonné là, entre la vie et la mort.

Il faut voir les photos de l’école pendant et après les faits. Les photos des occupants de l’école, crânes ouverts, visages tuméfiés, emmenés inconscients sur des civières… Le sang par terre, sur les murs, des traces énormes, des trainées immenses, partout, le saccage…

L’inscription, en italien : « N’effacez pas ce sang » au dessus de la trace que laissait une main ensanglantée, pauvre main qui avait sans doute cherché à se raccrocher, à se protéger…

Une des victimes, Lorenzo Guadagnucci, raconte encore : « J’étais tétanisé. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Tout le monde pleurait et criait de douleur. Ils nous ont dit : “Personne ne sait que nous sommes là. Nous pouvons faire ce que nous voulons de vous.” On était tous assis par terre, terrorisés. Nous avons pensé que nous étions en train de vivre un coup d’Etat, que nous allions mourir. Pour moi, ce fut le moment le plus difficile à vivre… Du sang partout, l’incertitude, la peur de mourir et personne pour nous sauver puisque les policiers étaient les agresseurs. Ce supplice a duré deux heures. »

« On aurait dit des drogués », déclare un jeune Allemand de 21 ans qui effectuait son service civil. « Ils étaient enragés et tapaient sur tout ce qui bougeait avec leur matraque ».

Et puis aussi, le cauchemar vécu par des manifestants détenus à la caserne de Bolzaneto, transformée en « centre de rétention », où sévices, tortures... furent infligés à des centaines de personnes, au mépris de tous les droits fondamentaux.

Carlo, la caserne de Bolzaneto, l’école Diaz, tout ceci en quelques jours… ce « crime d’Etat » global, toujours insoutenable. Presque impuni. Insuffisamment puni, surtout quand on examine les peines infligées aux quelques policiers poursuivis, et celles des manifestants…

Avec cette fausse balance dont le fléau penche si dangereusement vers l’injustice.

Au sujet de « Gênes », Amnesty International écrivait en 2011 : « Bien que l’immense majorité ait manifesté pacifiquement, certains rassemblements ont été accompagnés de violences qui ont fait de nombreuses victimes et d’importants dégâts matériels. Au terme du sommet, un manifestant, Carlo Giuliani, avait été abattu par un agent des forces de l’ordre et plusieurs centaines de personnes avaient été blessées dans des affrontements avec la police. Un assez grand nombre d’éléments montrent que des manifestants ont été maltraités par les forces de l’ordre pendant les manifestations, ainsi que dans les locaux de l’école Armando Diaz, qui servaient de dortoir, et au centre de détention provisoire de Bolzaneto (…). Cependant, étant donné que la torture n’est pas un crime inscrit dans la législation nationale de l’Italie, les agents qui pourraient avoir torturé des manifestants n’ont jamais été inculpés de ce chef d’accusation. De plus, nombre des infractions pénales dont étaient accusés les policiers faisaient l’objet d’un délai de prescription, si bien qu’elles sont restées impunies. Par ailleurs, les autorités italiennes n’ont pas instauré de mécanismes efficaces pour empêcher le recours arbitraire et excessif à la force par la police. Elles n’ont pas non plus adopté de mesures concrètes pour veiller à ce que tous les agents des forces de l’ordre soupçonnés de torture, de recours excessif à la force et d’autres violations des droits humains fassent l’objet d’enquêtes et de poursuites. »

Et tous ces gens, tranquilles, pacifiques, qui se sont faits battre, humilier, terroriser…par les forces du « maintien de l’ordre » pendant ces journées, au cours des manifestations…

Gênes, « unique objet de mon ressentiment »…

Si je veux revenir à Gênes en 2001 aujourd’hui en regardant Nantes en 2014, le visage ensanglanté et l’orbite énucléée de Quentin (visage qui se superpose à celui de Joachim, de Pierre, Jiade... à Clichy, à Montreuil, à Nantes, à Villiers-le-Bel…), en lisant le témoignage de ce journaliste (qui porte plainte), c’est parce que, à Gênes, la conception et l’utilisation « traditionnelles » de l’ « Etat » occidental bourgeois et de ses appareils, qui étaient jusqu’alors une objet d’une forme de statu quo ou de consensus depuis l’après-guerre (à l’exception notable des pays du bassin méditerranéen qui furent longtemps sous le joug d’une dictature - Portugal, Espagne, Grèce …), l’usage de la violence de masse contre les masses, y compris celles identifiables, dans un schéma volontairement simpliste et réducteur, comme « les siennes », la conception du « maintien de l’ordre », son usage, ses fins… ont changé, ont pris un autre tour, là-bas, durant ces jours de juillet 2001.

(Crédit Zad Nadir)

Une étape a été franchie, et une limite a été dépassée, qui, peut-être, ne se reproduira jamais, mais peut-être pas…Une étape qui impose une vigilance, une réflexion collectives de chaque instant.

Certes, avant Gênes, en France « en temps de paix », sous Pasqua et Pandraud notamment, il y avait déjà eu des « bavures » (sic). Malik Oussekine. Bien-sûr, les jeunes de certaines cités connaissent fréquemment des brutalités policières, depuis longtemps. Mais, sans ouvrir une concurrence victimaire, et même si tout ceci a probablement « un lien », ce n’est pas « Gênes en juillet 2001 ».

Ce qui attire l’esprit aujourd’hui, si on prend « Gênes » comme « début » d’une nouvelle histoire contemporaine de la « gestion de l’ordre public », si l’on prend « Gênes » comme « mesure des choses » (même si c’est, à ce jour, sans comparaison, répétons-le, non pour minimiser mais pour bien montrer que nous ne sombrons pas dans la psychose paranoïaque), ce sont les nouvelles législations, les moyens employés, l’usage des flash-ball, des tasers, les tirs tendus à hauteur de poitrine ou de visage (pourtant interdits)…

La recrudescence des « agents provocateurs », des « chauffeurs de manifs » (dénoncés y compris par Bernard Thibault, secrétaire national de la CGT en 2010)…

La quasi-systématicité d’une répression violente et disproportionnée, barbare, hors de propos, souvent face à des formes de manifestations totalement pacifiques (même si parfois « noyautées » par des petites groupes praticiens de « la violence pour la violence »).

Cela, ce comportement de l’Etat, qui semble continuer à agir dans la droite ligne du dogme de la « tolérance zéro » sécuritaire, n’augure rien de bon, car justement, et comme l’a dit Amnesty International, depuis « Gênes », on aurait du, au contraire, connaître un « plus jamais ça » européen unanime.

Rappelant qu’une vitrine de banque ou un abribus, cela ne vaut pas la vie d’un homme. Que l’usage de la force par les policiers, CRS, gendarmes mobiles… doit être proportionné, réfléchi, même en cas de situation tendue, voire, très tendue…Que c’est leur métier, leur profession et qu’ils devraient être entraînés à cette retenue.

Qu’il n’y a pas, il ne peut pas y avoir l’ombre d’une équivalence entre des foules de citoyens et des garnisons de CRS ou de gendarmes mobiles. C’est impossible éthiquement et techniquement de mettre « sur le même pied », les manifestants et la police, et même, « les casseurs » et la police.

Au lieu de cela, un lourd silence qui résonne comme une quasi-légitimation de cette politique-là (une politique de « gestion » des manifestations, des attroupements, mais qu’il faut replacer dans le contexte plus globale de la réflexion sur la politique pénale, celle du « surveiller et punir »…).

Le « traitement médiatique » aussi, présente une proximité assez effrayante. Face à la « violence des casseurs » passée à la loupe dix fois grossissante, sans aucun recul critique (comme si les agents provocateurs et les policiers infiltrés n’existaient pas) sortie du contexte, sans recul critique…pas un mot, jamais, sur « la violence d’Etat ». Sur les blessés, les mutilés à vie. Pas un mot sur la disproportion insoutenable des condamnations et des peines entre les uns et les autres, pas un mot sur le déséquilibre des procès….

Je ne peux pas croire, d’un point de vue rationnel, objectif, que ce qui a basculé à Gênes à cette époque-là n’aura entraîné aucun changement, ni lancé aucune perspective « ailleurs » qu’en Italie. Je ne peux pas croire que, pour ce qui concerne la France, que les récents Ministres de l’Intérieur, ni certains de leurs « conseillers » spéciaux, privés … n’ont rien fait ni rien « tiré » de « Gênes »…

En France, de Gênes, hélas, il semble bien qu’il n’y ait que nous (un grand « nous »), militants alter, communistes, socialistes, syndicalistes, écologistes…. qui n’en ayons rien tiré, ou pas grand-chose.

Parce qu’elle a été, à de rares exceptions, étouffée dans la presse, parce qu’elle est restée si mal connue, et continue de l’être.

Parce que l’histoire ne nous a pas intéressés. Ou, à quelques exceptions (Attac, Amnesty, la LDH, quelques collectifs militants...), si peu. Ou à peine. Gênes n’aura pas touché l’immense majorité d’entre nous, « citoyens ».

Parce qu’elle nous a fait peur, peut-être. Parce-que nous avons encore une fois donné à âme perdue dans le piège de la distinction nationaliste, chauvine… « nous/les autres »…Parce que nous sommes étouffés sous le poids de la tradition républicaine, du culte jacobin de l’Etat, la valorisation de « la police »… « Parce que, parce que » tout cela à la fois…Je ne sais pas.

Et peu importe en fait, car mon propos n’est pas de « psychologiser » le « pourquoi » mais seulement de constater le fait : « Gênes » n’est pas devenu « une histoire française ». N’est pas devenu « une histoire européenne ».

« Gênes » est resté comme une histoire italienne, et c’est un vrai problème pour notre avenir.

C’est pour cela que je veux faire « retour à Gênes » aujourd’hui, face à la manifestation de Nantes, après d’autres, moins connues ou moins médiatisées.

Il y a un lien, il y a plusieurs liens entre toutes ces manifestations réprimées, et « Gênes ». Il est de notre devoir absolu de militants de rouvrir en France le dossier de « Gênes ».

Le rouvrir pour mieux éclairer « nos » dossiers : celui de la répression et des violences policières, celui du fichage génétique des manifestants et des militants arrêtés, celui de la politique pénale, celui de la « politique sécuritaire » (sic)…

Il y a un lien juridique, il y a un lien politique, il y a un lien idéologique, il y a un lien philosophique, il y a un lien médiatique, et enfin, et surtout, il y a un lien humain, entre tout cela…

Aucun militant sérieux ne peut imaginer, en lisant il y a quelques jours le témoignage de Quentin à Nantes, que, « la crise » (et la politique qui va avec) continuant, et ne pouvant aller que s’exacerbant, nous ne devons pas nous poser toutes ces questions.

A Gênes en 2001, il s’est déroulé, je le crains, une partie de notre futur. A voir en face d’urgence à Nantes en 2014.

(A suivre…)

27 février 2014,

Elodie Tuaillon-Hibon,

Avocate au Barreau de Paris

* Je ne mentionne pas la répression sanglante - 55 morts - des émeutes de 1992 à Los Angeles, car ce n’était pas la répression d’une manifestation "pacifique" (ce qui ne signifie pas que je cautionne). Je ne mentionne pas non plus les répressions thatchériennes des manifestations en Irlande, ni celles de la grande grève des mineurs de 1984 et 1985, ni des tas d’autres féroces répressions...pour des raisons de non-similitude globale avec Gênes.

Quelques éléments bibliographiques en français (liste non exhaustive) disponible en papier ou sur le net :

Sur Gênes spécifiquement :

  « En Italie, une justice ambiguë » Salvatore Palidda, Mediapart, 18 juillet 2012
  « Les justes et les brutes : la littérature de témoignage sur les violences de Gênes 2001 », Laura Centemeri, Bruno Cousin, Emanuel Polizzi, Tommaso Vitale, Mouvements, pp. 194-203, n° 33-34, 3/2004
  « Onze ans après le G8 de Gênes, des manifestants conduits en prison » dépêche AFP 14 juillet 2012
  « Gênes, la vérité malgré tout », Thomas Lemahieu, L’Humanité, 12 décembre 2005
  « L’Italie coupable d’avoir bâclé l’enquête sur la mort d’un altermondialiste » Le Monde, 25 août 2009
  « « Diaz, un crime d’Etat » : une tache indélébile sur la démocratie », Franck Nouchi, Le Monde, 4 juin 2013
  « Mort de Carlo Giuliani, Gênes 2001 : une « pierre magique » blanchit la police de Berlusconi », Jet Lambda, Reflets, 19 avril 2011
  « Bello Ciao – G8, Gênes, 2001 », de F. Barilli et de M. de Carli aux éditions « Les enfants rouges »
  « Cosa cambia » / « Ca change quoi », Roberto Ferruci, Le Seuil, Paris (en français)
  « Un policier raconte « la boucherie » de l’école Diaz lors du G8 de Gênes », Jean-Jacques Bozonnet, Le Monde, 16 juin 2007
  Recension du livre « Bello Ciao » par Véronique Servat sur son blog « histgeoblog » http://clgeluardservat.blogspot.fr/...
  Lettre de la mère de Carlo Giuliani (source Bellaciao.org)
  « Italie – N’oublions pas les violences du G8 de Gênes », Lucie Geoffroy, Courrier International, 18 juin 2013
  « Les violences policières du G8 à gênes », Attac, 12 mars 2007
  « Le spectre de Gênes », Jade Lingdgaard, Mediapart, 20 mai 2010
  « Requiem for a dream », Dave Calhoun, The Guardian, 15 novembre 2002.
  « 20/07/2001 - 20/07/2012 : Carlo Giuliani, la séquence photographique du meurtre », Collectif Bellaciao, bellaciao.org http://archive.is/ndS53
  Films « Carlo Giuliani, ragazzo » de Francesca Comencini ; « Diaz : un crime d’Etat » de Daniel Vicari.
  Pour les photos et films des jours de Gênes, notamment : www.processiG8.org , http://bellaciao.org , http://www.piazzacarlogiuliani.org

Quelques ressources internet sur Nantes et la manifestation du 22 février 2014 (liste non exhaustive – cf. les multiples coupures de presse et reportages ces derniers jours)

  http://zad.nadir.org
  http://dormirajamais.org
  http://faceauxarmesdelapolice.wordp...
  http://27novembre2007.blogspot.fr
  http://bellaciao.org/fr

Sur le maintien de l’ordre, la police, les délits politiques… quelques articles et livres (liste non exhaustive également) :

 « L’armée ne fait plus de maintien de l’ordre en France depuis 1914 » Interview de Jean-Marc Berlière, Le Monde, 13 septembre 2013
 David Dufresne, « Maintien de l’ordre – l’enquête », Hachette, Paris
 Mathieu Rigouste, « La domination policière, une violence industrielle », La Fabrique, Paris
 Laurent Mucchielli, « L’invention de la violence », Fayard, Paris
 Sophie Dreyfus, « Généalogie du délit politique », LGDJ, Paris

Pour d’autres ressources publiques très accessibles, encore :

le blog du Professeur Roseline Letteron « Libertés, liberté chérie », celui de « Combats droits de l’homme » du Professeur Serge Slama sur Le Monde, REVDH.org, Amnesty International, Ligue des Droits de l’homme, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature…



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
27 février 2014 - 17h39 - Posté par Bernard BEHRA

Bravo et merci.
J’ai été très ému en lisant votre texte.
Je vous félicite.
C’est grâce à des confrères comme vous que je reste fier d’avoir été avocat.
Je comprends mieux les efforts de cette gauche de droite et réactionnaire pour étouffer progressivement la profession d’avocat au profit des experts-comptables et des notaires qui "collaborent" mieux.
Bernard Behra
Avocat honoraire du Barreau de Mulhouse



De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
27 février 2014 - 19h32 - Posté par Elodie Tuaillon-Hibon

Cher Confrère,
Merci infiniment de votre message. Oui, je crois que ce que vous soulevez relativement aux attaques multiples contre notre profession est très juste, et particulièrement pertinent dans un tel cadre... "Certains" sont bien plus dociles que "nous" (et moins -in-formés)... Bien à vous.
ETH


De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
2 mars 2014 - 00h13 - Posté par La révoltée permanente

C’est évident que cet article est clair, précis, bien documenté.
Depuis la manif anti-otan d’avril 2009 à Strasbourg, où j’ai vécu cette violence
policière orchestrée, il n’y a pas eu de morts mais des blessés et un climat détestable dès le début...
 manif autorisée en dehors du centre ville, prise au piège dans une souricière, pour en sortir, passage obligé devant un barrage de flics à qui nous devions présenter nos cartes d’identité, inertie des leaders syndicaux dans leur camion avec sono qui ne faisaient plus face, sous un pont
arrivée brutale de camions de CRS en sens inverse nous obligeant à nous coller
sur les bas-côtés très étroits en passant au-dessus des barrières et j’en passe.

Beaucoup de commentaires ont désigné les " autonomes Allemands ", les black blocks, les anars comme étant les responsables, notamment de l’incendie d’une tour ibis, d’une pharmacie, d’un distributeur de billets, même
le village auto-géré où je suis allée, a fait l’objet de provocations policières alors que tout s’y passait bien. Mais l’auto-gestion fait peur, si elle faisait trop d’émules ?

Alors voilà, d’autres combats nous attendent, plus que jamais.
Je soutiens à fond celui de Notre-Dame des Landes mais bien plus de chez moi, il y a aussi celui de la Maison de la Résistance à Bure dans la Meuse qui
refuse le projet d’enfouissement de déchets radioactifs d’une grande partie de notre belle France.
Demain, j’y serai et je penserai à mes compagnes et compagnons de lutte de
Notre-Dame des Landes qui oeuvrent pour un petit territoire afin qu’il ait une vocation de rétablissement de la biodiversité et non celle qui est décidée pour
la construction d’un nouvel aéroport...nous, nous devrons nous battre contre EDF, l’ANDRA car la décision doit bientôt être prise et beaucoup d’élus des petites communes de ce coin de Meuse paumé adhèrent en échange de subventions.
Ce projet ne doit pas aboutir, ni être exporté ailleurs, mais mener à une réelle mise en oeuvre pour la réduction drastiques des déchets.


De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
27 février 2014 - 19h38 - Posté par Elodie Tuaillon-Hibon

L’élément commun (de taille) entre "tout cela" que je ne fais qu’effleurer ici et qui fera probablement l’objet d’un développement ultérieur dans une Partie II est bien évidemment le système capitaliste et le libéralisme... to be continued



De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
27 février 2014 - 19h43

Nantes n’est pas un "prétexte" pour sortir ce texte qui "vient de loin", mais bien l’occasion malheureusement "parfaite". Des deux côtés, Nantes/Gênes, des clowns joyeux, des antilibéraux, des gens pacifiques, des jeunes, des vieux, des mômes, le rêve d’un autre monde sans capitalisme prédateur sans libéralisme qui saccage tout... et de l’autre, les "forces de l’ordre", la manipulation, la répression hors de propos, les manipulations, le fric...
Gênes, il ne faut pas que ça recommence. Même pas sous une forme atténuée. Manifester (sans être battu, fiché, mutilé, tué...) est une liberté fondamentale à défendre absolument.



De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
1er mars 2014 - 14h34 - Posté par celo

Je confirme, cette histoire m’a fait peur, plus encore l’attitude semi silencieuse des leaders de la manif, j’attend toujours une dénonciation de Bové là où il exerce en ce moment, ensuite les italiens ont réelu Berlusconi, pourquoi pas Capone tant qu’on y est, ça m’a déprimée, il fallait enfouir pour continuer.


De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
2 mars 2014 - 16h25 - Posté par

Je comprends que ça t ait fait peur !!! C est effrayant. Ca l est toujours, 13 ans plus tard !!! La honte absolue sur nos gouvernements, sur l Union europeenne... qui n ont pas eu un mot de condamnation du gouvernement italien, pas une ligne de compassion pour les centaines de victimes dont certaines étaient ses ressortissants !


De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
1er mars 2014 - 14h40 - Posté par Brigitte

Un deuxième blessé grave à l’oeil par la police samedi dernier à Nantes a été retrouvé. Nous avons pu lui parler. Il a déjà été opéré deux fois, et va l’être peut-être une troisième. Il s’appelle Damien, est maçon-coffreur, et a 29 ans, le même âge que Quentin. Il envisage de porter plainte. Courage et solidarité !



De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
2 mars 2014 - 16h22

Quelques réflexions dominicales sur le sujet "forces de l’ordre/casseurs/répression" :
"L’opinion publique" n’existe pas.
La police n a pas besoin de "prétexte" pour recourir à la violence. Ou plus exactement, son "prétexte" est celui qu’elle dit et c’est une auto-justification. Elle a le monopole de la violence "légitime" (car d’État) et du maintien de "l ordre public". On ne doit pas laisser faire croire qu elle aurait besoin de "prétextes" qui seraient les "casseurs". C’est une question de stratégie. Pour nos mouvements. Ce sont les médias, l’État et la police qui justifient les exactions policières contre des manifestants pacifiques par l’argument de la présence de "casseurs". Pas l inverse. le problème, chez "nous", c’est qu’on puisse admettre qu’il y aurait une explication/justification... à la violence barbare de la police contre d autres être humains. Innocents ou pas. Compte tenu en outre de la disproportion de moyens entre les uns et les autres, c’est encore plus inadmissible. Commencer par intégrer qu’il y a une "justification" un jour ,quelque part, à la violence d’État (forcément disproportionnée) c’est mettre le doigt (et rapidement, tout le bras) dans un engrenage intellectuel assez terrible. Car ainsi, on peut légitimer la torture et la privation des droits fondamentaux au nom de la lutte contre "le terrorisme" aussi.... C’est exactement la même problématique que celle du fichier génétique ( FNAEG) que la plupart d entre nous continue à tolérer au prétexte qu’il serait "utile" dans la recherche de coupables de certaines infractions. Ce qui est une énorme fumisterie (et je peux expliquer pourquoi). Le sujet c’est : doit-on laisser le droit (moral) à la police de se trouver des "explications" qui ne sont finalement que des prétextes à l’accomplissement d’une politique liberticide et sécuritaire qui est désormais connue sous son nouveau nom de "tolérance zéro" (mais qui est une vieille politique, surtout en période de crise) ? Je pense que dans cette histoire, il ne faut pas perdre de vue (sans mauvais jeu de mots) que ceux qui ont "crevé les yeux" de nos copains, ce sont des policiers. Pas des "casseurs". Il faut donc dénoncer sans relâche la manipulation médiatico-politique qui consiste à l’auto-légitimation par la police et l État de leurs exactions en prenant prétexte des "casseurs". La police italienne a justifié (honteusement) le massacre de l école Diaz et de Bolzaneto en 2001 par sa soi-disant lutte contre les Black bloc. Mensonge éhonté. Saloperie. Rien ne justifie que la police agisse hors la loi et adopte des comportements barbares. Aucun "black bloc". On sait parfaitement que si ce sujet était un vrai problème pour le "maintien de l’ordre", comme la police le prétend, elle pourrait parfaitement l’appréhender sans nous tirer dessus, nous mutiler, etc. Les "casseurs" (quoi qu’on désigne par là) ne seraient pas là, il est probable que la police nous crèverait quand même les yeux. Et je suis d’accord sur le fait qu’il ne faut pas propager l’assimilation (largement abusive) de "casseurs" = "anarchistes", "ultra-gauche", "anarco-autonomes", et puis "terroristes"...Le drame de Gênes en 2001, hormis l’assassinat de Carlo (hélas un parmi une longue liste en Italie), la honte absolue (y compris pour nos gouvernants qui n’ont RIEN trouvé à y redire) c’est l’irruption sauvage de 200 policiers armés et caparaçonnés de nuit dans l École Diaz pour démolir méthodiquement pendant 2 heures 90 personnes pacifiques qui dormaient là, et ensuite la rétention à Bolzaneto pendant 3 jours avec humiliations, sévices, tortures etc... de centaines de manifestants...Tout ça pourquoi ? Les prétextes (comme si il pouvait y en avoir !!) étaient divers et (a)variés...."black bloc" "ultra gauche", "terroristes".... bref. Mais il n’y a PAS d excuse. Il n’y en aura jamais. Y aurait-il eu 10000 "black blocs" organisés à Gênes (ce qui n était pas le cas). Toute proportion gardée, pas d’excuse à Nantes non plus. L’État a des troupes d’élite qui peuvent parfaitement (si c est l’objectif véritable :)) neutraliser "en douceur" 3 poignées de "casseurs" (sic). On ne justifie pas la violence policière, la violence d’État, nous n’en avons pas le droit.
J’aime·Com



De Nantes en février 2014, faire retour à Gênes en juillet 2001… (Partie I)
3 mars 2014 - 16h04

Suis-je pessimiste ? non ! Lucide ?je crois....

Cet article est (pour moi) une alarme face à la crise mondialisée du système capitaliste.Crise inédite,car ses sources sont modifiées,ne peuvent plus être exploitées par le capital comme par le passé.

Les compromis qui ont pu,avec beaucoup de mal,s’établir entre "système capitaliste"
et "société démocratique" se fissurent.

Ces fameux "compromis" (compromission !?) dont parle LE PAON.

La "croissance" du système,aujourd’hui financiarisé et mondialisé,devient incompatible avec la reconnaissance de l’être humain,et repose sur l’oppression,où chaque individu grandissant en intelligence et niveau de conscience,devient un terroriste.

Nous entrons dans une ère de plus en plus autoritaire et policière où "capitalisme et démocratie" ne sont plus compatibles.

En attestent tout l’arsenal des lois sécuritaires.

Donc,ma lucidité c’est considérer que la lutte des classes ne sera pas à l’image de "baba cool" au pays des "bisounours".

Désolé Elodie,.....mais je peux me tromper.(je le souhaite)

LR






Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
3 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Rendez les choses aussi simples que possible, mais pas plus simples. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite