Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le réseau Ponzan, des anarchistes dans la guerre secrète
de : PACO
vendredi 15 août 2014 - 20h26 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Les éditions Le Coquelicot ont publié en 2009 un livre passionnant sur le réseau d’évasion animé par Francisco Ponzan, anarchiste espagnol qui fut fusillé par les nazis le 17 août 1944. En contre-point des commémorations racoleuses, voici un ouvrage capital pour comprendre l’action de ces libertaires dans la guerre secrète menée contre le franquisme et le nazisme entre 1936 et 1944. Une page d’histoire gommée par les commentateurs officiels.

JPEG - 43.2 ko

L’auteur, Antonio Tellez Sola, a mis pas moins de dix-huit ans pour finaliser ses recherches. C’est dire si le projet lui tenait à cœur. Avec une infinie précision et un grand respect, alliant documents et témoignages, il explore la vie de Francisco Ponzan Vidal, alias François Vidal, Paco pour les intimes.

Né le 30 mars 1911 à Oviedo (Asturies), Ponzan préférait Victor Hugo et Jules Verne aux Saintes Écritures. Allergique aux messes, il fut vite viré du collège religieux où sa mère l’avait inscrit. Rebelle, mais taillé pour les études, Francisco entra à l’École normale. En fait, ses cours, il les passa en partie au Palais de Justice qui jouxtait l’École normale. C’est là qu’il se forgea une conscience politique axée sur deux principes intangibles : la lutte contre l’injustice et la défense de la liberté.

À la fin de ses études, Ponzan fut nommé instituteur à Ipas, dans un petit village montagnard. Puis il devint titulaire dans la commune de Mazaricos où il milita activement avec la Confederacion national del trabajo (CNT, anarcho-syndicaliste). La vie politique espagnole en 1936 était des plus tendues. Au triomphe du Front populaire répondit le terrorisme de droite. Francisco, comme tous les antifascistes, mesurait la gravité de la situation. Il voyait juste. Les militaires se soulevèrent contre la République. Commencé au Maroc le 17 juillet, le putsch s’étendit à toute l’Espagne.

Les militant-e-s de la CNT furent les premiers à pressentir l’hécatombe qui s’annonçait. Francisco Ponzan entra dans le Conseil régional de défense d’Aragon, majoritairement composé de responsables cénétistes. Son engagement le conduisit notamment à Barcelone où il frôla vite la mort. Arrêté sur les barricades par un groupe communiste qui s’apprêtait à le fusiller, il fut sauvé in extremis par des compagnons libertaires. Sur ordre de Staline, les communistes étaient prêts à tout pour empêcher qu’une révolution anarchiste aboutisse en Espagne. La presse stalinienne se déchaînait contre la CNT, la FAI, les jeunesses libertaires et tout ce qui pouvait représenter les idées révolutionnaires. Les anarcho-syndicalistes n’étaient pas les seuls visés par les sbires de Moscou. Le Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM) eut aussi à souffrir des crimes de Staline.

Finalement, sain et sauf, Ponzan intégra la 127e Brigade appartenant à la 28e Division commandée par le camarade Jover Cortes. Il y retrouva un groupe d’amis guérilleros appelé Libertador. Depuis le début de la guerre, ce groupe s’infiltrait en territoire ennemi pour obtenir des informations militaires, commettre des actes de sabotage, capturer des prisonniers et exfiltrer les camarades qui se trouvaient en zone factieuse. Libertador avait à son actif des prouesses. Ces hommes sauvèrent des familles entières dans plusieurs villages. Ils firent également passer en zone républicaine les premières femmes tondues par les fascistes.

En août 1937, le groupe Libertador fut contacté pour intégrer le Service d’information du 10e Corps d’armée. Il accepta sous certaines conditions et composa le Service d’information spéciale périphérique (SIEP). Un groupe curieusement « oublié » par les historiens officiels. Le SIEP comprenait huit militants de la CNT et trois de l’UGT. Ponzan fut le « lieutenant » responsable du groupe devant l’État major. Le groupe Ponzan s’illustra dans de nombreux sabotages périlleux et dans de précieuses missions d’espionnage chez les factieux. Quand les franquistes déclenchèrent l’offensive finale, le groupe Ponzan fut contraint de passer la frontière à Bourg-Madame le 10 février 1939. Avant de faire connaissance avec les gendarmes français, les combattants enterrèrent des armes dissimulées dans des bidons de lait. Elles allaient être bien utiles.

Après 937 jours de révolution, de rêves et de désillusions, les réfugiés espagnols passèrent les premières nuits françaises à la belle étoile, sous la neige, protégés par de rares couvertures. Des mottes de terres arrachées au sol gelé furent empilées pour faire de piètres murets. En mars, le groupe Ponzan échoua dans le redoutable camp de concentration du Vernet, en Ariège, où la solidarité et les évasions s’organisaient à nouveau avec diverses complicités.

Deux jours après l’invasion de la Pologne par les nazis, le 3 septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne déclarèrent la guerre à l’Allemagne. 50 000 Espagnols furent intégrés aux Compagnies de travailleurs pour construire des fortifications dans le nord-ouest de la France. D’autres s’enrôlèrent dans la Légion étrangère ou dans les unités de choc placées en première ligne. Des dizaines de milliers ont aussi rejoint les usines d’armement. Ponzan chercha d’autres voies pour poursuivre le combat antifranquiste. Il envoya des propositions concrètes au Conseil général du Mouvement libertaire (CNT-FAI-FIJL) pour adapter l’action à la nouvelle situation. Propositions rejetées. Cette dissension créa des tensions et toutes sortes de calomnies circulèrent, ajoutant de la confusion à la confusion.

Ponzan et d’autres anarchistes se mirent à la disposition des Alliés dès le début de la guerre. Paco, comme les autres, n’avait aucune sympathie particulière pour les Anglais. Pour lui, l’objectif restait la lutte anti-franquiste. Sa stratégie semblait logique. En effet, comment Franco pourrait-il rester à la tête de l’Espagne si Hitler était battu par les armées alliées ? On connaît la triste suite. Malgré la victoire des Alliés, Franco mourut dans son lit, en 1975...

Quelques mois avant l’occupation de Paris, Ponzan se mit donc en rapport avec les services secrets britanniques en France. Il entra également en contact avec les services secrets français. Le lieutenant Robert Terres, alias El Padre, agent du contre-espionnage, témoigne sur les accords conclus avec Paco dans un livre paru chez Grasset : « Ce jeu dont nous avions fixé les règles devait subsister jusqu’à la fin de la guerre et permettre le passage de centaines d’aviateurs, d’agents et d’officiers du SR (service de renseignement) français, anglais, belges, gaullistes, polonais, sans compter les innombrables courriers de la résistance dont l’acheminement régulier devait conduire quatre ans plus tard à la libération du territoire et à la victoire des alliés. »

Ce « jeu », pas toujours idyllique, Paco le développa notamment dans le réseau Pat O’Leary du nom pris par le médecin colonel belge Albert Guérisse qui s’appelait aussi Joseph Cartier dans la clandestinité. Fort de son expérience et de ses contacts (passeurs, faussaires, imprimeurs, groupes de résistants…), Ponzan créa, entre Bruxelles et Lisbonne, le plus important réseau d’évasion de la Seconde guerre mondiale. Parmi ses plus fidèles soutiens, Paco pouvait particulièrement compter sur Jean Bénazet, un militant communiste.

Ponctuée de périples longs et dangereux, d’arrestations, de tortures, de morts violentes, de déportations, d’infiltrations ennemies et de trahisons, l’action du réseau était épuisante. Au passage, Paco aida de nombreux compagnons français à survivre. Il trouva même le moyen d’éditer clandestinement un livre de l’anarcho-syndicaliste Eugène-Pierre Besnard.

Les activités de Francisco Ponzan n’étaient pas inconnues de la police espagnole. Les franquistes ont établi en janvier 1942 une biographie assez fidèle de l’anarchiste. Un profil assez flatteur en un sens. « En accord avec son idéologie et comme toute personne droite et digne, force est de reconnaître que sa vie privée n’offre aucune part d’ombre, notent les flics. Son attachement à la solidarité et son altruisme n’ont pas de limites. L’argent ne l’attire pas ; il conserve sa personnalité intacte et ne fait que les choses qui lui paraissent bien. » Naturellement, les nazis s’intéressaient aussi à lui, le « pire ennemi » des Allemands selon le responsable de l’Abwehr, le service de renseignement ennemi, à Toulouse.

Après plusieurs alertes, la chasse à l’homme lancée contre Paco s’est conclue par son arrestation le 28 avril 1943 à Toulouse. Il logeait chez des camarades basques de la CNT. Ponzan qui s’était teint les cheveux s’est fait cueillir dans la rue, au crépuscule, sans arme, par un policier isolé. La Gestapo n’étant pas encore dans le coup, il pouvait espérer passer à l’as. Il devait être jugé pour un délit mineur : défaut de papiers d’identité (il avait avalé ses faux papiers). C’était compter sans les salauds, simples mouchards ou flics franquistes venus prêter main forte aux nazis. Le 15 septembre 1943, le tribunal correctionnel le condamna à six mois de prison (couverts par la préventive), mais un nouvel ordre d’emprisonnement pour « activités antinationales » tomba en guise de libération. Le procès eut lieu le 5 juin 1944. Il fut condamné à huit mois (couverts par la préventive). En théorie, la liberté attendait Paco. Au pire, il pouvait être remis au Service des étrangers qui l’aurait envoyé dans un camp. Au lieu de cela, il fut piégé par son statut de détenu politique. Les nazis tenaient l’ennemi n°1. La Gestapo vint le chercher le 6 juin 1944.

Les troupes alliées avaient débarqué en Normandie. À Toulouse, personne ne savait si Ponzan était mort ou vivant. Les efforts déployés pendant huit semaines par sa sœur Pilar n’aboutirent pas. Une amie, militante socialiste, pu enfin avoir de ses nouvelles en trouvant un message dans du linge sale. Paco était vivant. En août 44, l’évacuation des troupes allemandes, très nerveuses, semblait imminente pour tous. Mais les nazis n’avaient pas capitulé. Le 17 août, Francisco Ponzan, à la tête d’une file de prisonniers de Saint-Michel, montait dans un camion allemand. Vers 19 heures, les habitants du village de Buzet-sur-Tarn, à vingt-cinq kilomètres de Toulouse, virent passer le camion, accompagné d’un camion de soldats de la Wehrmacht qui chantaient frénétiquement et d’une voiture de la Gestapo. Ensuite, des coups de feu claquèrent pendant de longues minutes.

Les autorités locales découvrirent la tuerie dans un bois le 19 août. Dans les décombres de deux granges incendiées, on ne retrouva que des cendres, des dents, des morceaux d’os calcinés, des bagues, des boutons... Parmi la cinquantaine de suppliciés (il fut impossible de les compter précisément), se trouvait Francisco Ponzan Vidal. Il avait trente-trois ans.

Si les anarchistes n’ont pas toujours rendu à leur compagnon l’hommage qu’il mérite, les gouvernements alliés ont salué ce héros sans dieu ni maître « mort pour la France », comme il est dit sur son certificat de décès. Les gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni, de France et de Belgique l’ont même décoré à titre posthume. Lui l’antimilitariste qui exécrait les médailles, lui qui disait « Ma patrie est le monde ».

Antonio Tellez Sola ne verra hélas pas l’aboutissement de son travail très bien servi par les éditions Le Coquelicot. Né en 1921 à Tarragone, militant des jeunesses libertaires, résistant qui participa à la libération de Rodez, il est mort en 2005 à Perpignan.

¡ Que viva hasta siempre el recuerdo de los combatientes de la Libertad !

Antonio Tellez Sola, Le Réseau d’évasion du groupe Ponzan - Anarchistes dans la guerre secrète contre le franquisme et le nazisme (1936 – 1944), éditions du Coquelicot (publications libertaires de Toulouse... et du reste du monde), 410 pages. 22€. Au fil des chapitres, de nombreuses photos présentent des membres du réseau et des évadés (médecins, ingénieurs, officiers, étudiants, résistants...) de diverses origines qui ont été sauvés par le réseau Ponzan.

Concernant l’action des anarchistes espagnols dans la 2ème DB, on lira La Nueve, 24 août 1944 - Ces républicains espagnols qui ont libéré Paris, l’ouvrage incontournable d’Evelyn Mesquida



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le réseau Ponzan, des anarchistes dans la guerre secrète
18 août 2014 - 16h12 - Posté par juanito

Je viens de voir que vous signalez le livre d’Antonio Tellez " le
réseau d’évasion du groupe Ponzàn " très bien chroniqué par Paco.
Nous venons de rééditer le livre de Marie Claude Rafaneau Boj "
Odyssée pour la liberté", avec une préface de Geneviève Dreyfus Armand.
reproduite ci-dessous :
Cordialement
pour les éditions
Juanito
commandes : http://lecoquelicot.info/commandes.html

Marie-Claude Rafaneau-Boj, Odyssée pour la liberté. Les camps de
prisonniers espagnols, 1939-1945,, 348 p.

Lorsque le livre de Marie-Claude Rafaneau-Boj est sorti, en 1993, il
était parmi les premiers à paraître, en France et en langue
française, sur les premières années de l’exil politique espagnol,
situées en prolongement des années de guerre et de révolution en
Espagne. Jusque-là, il existait peu d’études historiques proprement
dites sur l’exil espagnol en France, alors qu’en Espagne les travaux
avaient commencé à être publiés au milieu des années 1970. Dans le
pays où les républicains espagnols s’étaient réfugiés en 1939, c’est
essentiellement au tournant des années 1989-1990 que des recherches
émergent, dans des ouvrages collectifs publiés quasi simultanément.
La quasi-totalité des écrits sur l’exil émanaient alors des exilés
eux-mêmes, parus en nombre depuis les années 1960 et portant
notamment sur l’expérience des camps français, en métropole ou en
Algérie, sur les camps nazis et sur l’ensemble des années de la
Seconde Guerre mondiale, marquées par la difficile arrivée en France,
le travail forcé dans les Compagnies de travailleurs étrangers, la
guerre dans des unités militaires françaises, l’engagement dans la
Résistance ou la déportation.

Marie-Claude Rafaneau-Boj a entrepris de reprendre, compléter et
développer son mémoire de maîtrise présenté à l’université Paris-7 en
1979, en s’appuyant sur les archives alors disponibles, sur la presse
française contemporaine des événements, sur les nombreux témoignages
écrits et les entretiens qu’elle a réalisés elle-même. Et elle
retrace la longue odyssée qui commence avec la révolution manquée en
Espagne et se poursuit en France jusqu’au lendemain de la Seconde
Guerre mondiale.

Une première partie rappelle les différentes vagues de réfugiés
espagnols venus en France tout au long de la guerre d’Espagne, en
fonction de l’évolution des fronts. Un retour en arrière permet de
comprendre l’évolution politique de l’Espagne depuis la proclamation
de la République en 1931 et l’importance de l’enjeu espagnol dans les
relations internationales d’une période marquée par la montée en
puissance des fascismes. Les troisième et quatrième parties abordent
les conditions de l’arrivée des réfugiés en France, l’univers de type
carcéral des camps, les brimades et les épidémies, mais aussi le
travail dans les Compagnies et Groupements de travailleurs étrangers
ou l’enrôlement dans la Légion étrangère ou dans l’organisation Todt.
L’auteur suit les parcours des internés depuis les camps – encore
plus répressifs sous le régime de Vichy – jusqu’aux maquis de la
Résistance, aux réseaux de passage clandestins des Pyrénées ou dans
les rangs de la 2e division blindée, au sein de la Nueve, compagnie
longtemps oubliée lors des commémorations ultérieures de la
libération de Paris.

Même si des recherches postérieures ont pu préciser différents
aspects de cette histoire, de cette « odyssée », notamment diverses
monographies portant sur des camps précis, le livre – qui ne fait pas
mystère de son caractère engagé – est complet, agréable à lire, et
marque, sans doute possible, une étape dans cette redécouverte
progressive d’une page d’histoire douloureuse longtemps occultée.

Geneviève Dreyfus-Armand

Plages d’exil : les camps de réfugiés espagnols en France, 1939,
coordination de Jean-Claude Villegas, Nanterre, BDIC, Dijon,
Hispanistica XX, 1989 ; Les Français et la guerre d’Espagne. Actes du
colloque tenu à Perpignan les 28, 29 et 30 septembre 1989, édités par
Jean Sagnes et Sylvie Caucanas, Perpignan, Centre de recherche sur
les problèmes de la frontière, 1990 ; Italiens et Espagnols en
France, 1938 à 1946, pré-actes du colloque tenu à Paris les 28-29
novembre 1991, sous la direction de Pierre Milza et Denis Peschanski,
Paris, 1991 (publié à L’Harmattan en 1994 sous le titre Exils et
migrations. et Espagnols en France, 1938 à 1946).






GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
1 commentaire
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Aucune carte du monde n'est digne d'un regard si le pays de l'utopie n'y figure pas. Oscar Wilde
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite