Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Tous les livres sur l’école ne racontent pas la même histoire...


dimanche 31 août 2014 - 16h49 - Signaler aux modérateurs

Nous avons le plaisir de vous informer de la sortie du troisième titre de la collection N’Autre école.

JPEG - 5.4 ko

L’École des barricades, c’est, à travers 25 textes qui ont marqué l’histoire de l’école et de sa contestation – de 1814 à 2014 –, la découverte d’une autre pédagogie, engagée et révoltée : une éducation des opprimés pour les opprimés.

Loin des récurrentes querelles sur l’école ou des débats de spécialistes, cet ouvrage nous propose un autre regard sur l’école et esquisse ce que pourrait être, aujourd’hui, une pédagogie subversive et émancipatrice.

Il s’agit, en renvoyant dos-à-dos les tentations réactionnaires et les adaptations du système éducatif à l’air du temps, de tracer des perspectives en pensant à la fois « contre » l’École et pour une autre éducation en mettant les combats et les expériences d’hier et d’aujourd’hui au service des luttes sociales et pédagogiques de demain.

L’École des barricades
Vingt-cinq textes pour une autre école

Collection « N’Autre École »,
Éditions Libertalia, 193 p., 10 €, disponible en librairie à partir du 28 août 2014.
Ou à commandersur le site de la revue

Quatrième de couverture

L’école des barricades
Combats sociaux & pédagogiques (1789 - 2014...)

« L’instruction est comme la liberté, elle ne se donne pas, elle se prend... » (Jacotot).

25 textes, mis en perspective et en contexte, pour explorer deux siècles et demi de réflexions et de pratiques qui tissent les liens entre contestation de l’ordre scolaire et de l’ordre social.

De Charles Fourier à la revue N’Autre école, en passant par Bakounine, Célestin Freinet, les établissements autogérés ou l’insurrection du Chiapas, se lisent les continuités et les ruptures de ces luttes sociales et pédagogiques pour une autre éducation dans une autre société.

Et si cet ouvrage consacre une large place à ces trente dernières années, c’est aussi pour mettre en exergue la permanence et l’actualité de ces combats face aux résignations et aux tentations réactionnaires.

Sommaire :

Introduction : un choix de classe

1 Charles Fourier : éduquer pour un nouveau monde

2 La révolution de Jacotot

3 L’école-atelier de Proudhon

4 Bakounine, l’éducation intégrale et sociale

5 Et la Commune inventa l’école du peuple

6 Fernand Pelloutier : « Instruire pour révolter »

7 Francisco Ferrer : une école de combat

8 Quand les « maîtres » rêvaient aussi de s’émanciper !

9 Albert Thierry et la pédagogie d’action directe

10 Madeleine Vernet : un autre futur social

11 Freinet, un engagement social et syndical

12 Korczak : la pédagogie au jour le jour

13 Helena Radlinska : aux sources de la pédagogie sociale...

14 Espagne 36 : l’école dans la révolution

15 Simone Weil et l’éducation ouvrière

16 La pédagogie institutionnelle : insurrection contre l’institution ?

17 Mai 68 et l’autogestion pédagogique

18 Les collèges et lycées autogérés, oser une autre école ?

19 Les Écoles populaires Kanak

20 L’école des réac-publicains

21 Noëlle De Smet, pédagogique, donc politique !

22 Petites écoles zapatistes : la rébellion éducative

23 Charlotte Nordmann : contre la fabrique de l’impuissance

24 Laurent Ott : chantiers de pédagogie sociale

25 N’Autre école continuer à tracer le chemin en marchant

Conclusion : ce n’est qu’un début...

Introduction de l’ouvrage

Tous les livres sur l’école ne racontent pas la même histoire...

Parce qu’elle est une institution ambiguë, traversée par de nombreuses contradictions – entre domination et émancipation -, l’école est l’objet de multiples controverses et polémiques. La récurrence même de ces débats nous dit déjà peut-être quelque chose de leur stérilité. Une chose en tout cas est à peu près certaine, ils éclairent rarement les pratiques et le quotidien de celles et ceux qui y vivent, souvent confrontés à d’autres défis.
Après vingt années d’enseignement dans des collèges de la région parisienne, toujours en lien avec un engagement pour un syndicalisme de combat et de rupture, la recherche d’une cohérence entre les luttes sociales pour une autre société et l’engagement pédagogique reste, pour moi, une préoccupation fondamentale.
Cette cohérence, qui voit dans le partage des savoirs une forme du partage des richesses, je l’ai recherchée dans le collectif – syndical et pédagogique -, dans les échanges avec les collègues et les militants. J’ai alors découvert qu’elle s’inscrivait dans une histoire – elle aussi collective – dans des réflexions et des expérimentations qui ont traversé l’histoire de l’école, qui est aussi l’histoire de sa contestation. Une histoire populaire, méconnue et marginalisée parce qu’elle s’inscrit dans le combat des dominés contre les dominants.
« L’école des barricades », c’est donc une école « contre », engagée et révoltée contre les inégalités et leur légitimation, contre les dominations et leur perpétuation. Mais c’est aussi une école « pour » : l’émancipation, qu’elle se fixe comme horizon, se conçoit comme une lutte pour se libérer des aliénations et des dominations, celles qui oppriment tout autant les « éduqués » que les « éducateurs ».
« Apprendre toujours, partager ce savoir, soulager la misère et pour cela prêcher la révolution » : en quelques mots, Louise Michel, égérie libertaire mais aussi institutrice de profession, résume cette ambition émancipatrice du mouvement ouvrier révolutionnaire. Culture de soi – mais non « pour soi » – dont Proudhon, l’autodidacte, demeure la figure emblématique ; conviction que l’appropriation et la subversion du savoir – confisqué ou détourné par la classe dominante – est un complément et un prolongement à l’engagement dans les luttes sociales… autant de principes qui appellent l’avènement d’une pédagogie collectivement et individuellement émancipatrice.

C’est ce projet, son histoire et ses réalisations, que j’ai voulu retracer à partir de la présentation d’un certain nombre de textes. Tous expriment, chacun à leur manière, cette espérance d’hommes et de femmes luttant pour « réaliser l’instruction par la révolution et la révolution par l’instruction », selon l’heureuse formule de Maurice Dommanget (1).

Cette exploration des territoires de la pédagogie n’est certes pas inédite. Elle se veut cependant singulière. D’abord dans son projet, qui est de transmettre et de réactiver un héritage, aujourd’hui encore ignoré et masqué et pourtant d’une éclatante actualité. « On ne demande pas à un arbre s’il a du feu » nous avertit un proverbe africain : tant que c’est à l’école elle-même que l’on confiera la tâche de nous raconter son histoire, la richesse des réflexions et des pratiques de celles et ceux qui l’ont contestée resteront dans l’ombre. Ce souci de réactualisation critique se manifeste par le choix de prolonger cette anthologie jusqu’à nos jours : les deux tiers des textes présentés ici ont été rédigés après la Première Guerre mondiale, et une dizaine lors de ces quarante dernières années ; preuve que la lutte pour une pédagogie sociale, égalitaire et émancipatrice n’a r ien perdu de sa pertinence. Les pratiques inspirées de Freinet ou de la pédagogie institutionnelle sont encore aujourd’hui le quotidien de milliers d’élèves. Ailleurs, au Chiapas, dans le sillage de l’insurrection zapatiste de 1994, s’invente une éducation communautaire autogérée. Quant aux étudiants chiliens, au printemps 2013, ils ont défilé pendant plusieurs mois derrière une banderole proclamant : « Nous luttons pour étudier, nous étudions pour lutter ». Cette histoire s’ouvre pourtant au lendemain de la Révolution française, alors qu’émerge progressivement un mouvement ouvrier pour qui la question éducative est tout sauf une affaire de « spécialistes » ou même de « pédagogues ».

Chez Fourier, Proudhon, Bakounine, Pelloutier... l’éducation est d’abord un enjeu révolutionnaire et un engagement militant. Avec la Commune de Paris, première réalisation concrète d’un enseignement publique et laïque, le rêve de bâtir une éducation du peuple par le peuple semble, l’espace d’un printemps, à porter de main... Tous espèrent que l’éducation se mettent enfin au service des opprimés à travers l’avènement de cet enseignement « intégral » (la formule est de Fourier, popularisée par Proudhon et défendue par Bakounine) visant à « cultiver à la fois dans le même individu l’esprit qui conçoit et la main qui exécute. (2) »

Dix ans plus tard, l’instauration de l’École de la République, par les fossoyeurs mêmes de la Commune, en décidera autrement. La diffusion du savoir peut aussi se révéler un instrument de domination redoutable à l’heure où, souligne Fernand Pelloutier, « ce qui manque à l’ouvrier, c’est la science de son malheur » et que le syndicalisme, à travers les Bourses du travail, cherche à « instruire pour révolter. » La question de l’institution scolaire devient a lors centrale : les tentatives libertaires et/ou syndicales de construire une éducation en marge de l’école officielle se soldent, pour diverses raisons, par des échecs. C’est de l’intérieur que les instituteurs révolutionnaires, et parmi eux un certain Célestin Freinet, voudront subvertir cette école « fille et servante du capitalisme » ; ils œuvreront donc pour la révolution en la préparant aussi dans leurs classes...

Voilà ce que l’histoire à l’école ne nous raconte pas. Comme elle ne nous dit pas non plus, y compris dans ses instituts universitaires, que la pédagogie n’est pas seulement l’œuvre de « figures », de « grands noms » mais fut et demeure une aventure collective. La Commune de Paris, la révolution espagnole de 1936, les établissements expérimentaux autogérés ou encore les Écoles populaires Kanak sont là pour en témoigner et occupent une large place dans cette anthologie : « le choix d’une éducation libératrice des classes dominées s’inscrit, bien sûr, dans une histoire collective : ce choix ne peut émerger que parce qu’on développe avec d’autres, et pas seulement des enseignants, l’analyse critique des projets d’éducation et des enjeux de société qu’ils contiennent. (3) »

Cette citation, de Noëlle De Smet est l’occasion de souligner combien les femmes sont les grandes oubliées de l’histoire de la pédagogie. Une mise à l’écart assumée et constitutive de notre système éducatif, si l’on en croit Jules Ferry qui opposait les « grands hommes pédagogues » aux « institutrices restées filles » qui n’ont qu’à se laisser guider par leur nature profonde… une autre réalité de notre école (4) que la présence en ces pages de Madeleine Vernet, Simone Weil, Helena Radlinska, Noëlle De Smet, Charlotte Nordmann mais aussi Louise Michel dont les propos ouvrent cette introduction, entend définitivement dénoncer.

Grégory Chambat

1. Maurice Dommanget, Les Grands socialistes et l’éducation, Armand Colin, 1970.
2. Édouard Vaillant.
3. Noëlle De Smet, Au front des classes, face à la classe, aux côtés des élèves, dans les luttes sociales, Couleur livre et Cgé, coll. L’école au quotidien, 2009.
4. Sur ce sujet, voir « Femmes pédagogues et pédagogues femmes », N’Autre école n° 36, automne 2013.



Imprimer cet article





COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
5 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite