Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

EN : La complicité des syndicats de la FSU crève les yeux !


de : Front unique
vendredi 19 septembre 2014 - 14h20 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Militants combattant pour le FRONT UNIQUE des syndicats de l’enseignement public

Lettre de liaison N° 234 - 17 septembre 2014

Le gouvernement Hollande-Valls-Macron-Pinel :

Un gouvernement de guerre contre les travailleurs, les fonctionnaires, l’enseignement public.

La responsabilité des dirigeants syndicaux, FSU et ses syndicats nationaux, CGT, FO est de :

 cesser de soutenir ses contre-réformes :décrets abrogeant les décrets de 1950, rythmes scolaires.

 rompre la collaboration avec lui, notamment par la participation au « dialogue social ».

 appeler à une manifestation centrale massive à l’assemblée nationale pour empêcher la majorité des députés du PS et du PCF d’adopter le budget 2015.

La deuxième mouture du gouvernement dirigé par Valls est un gouvernement de guerre contre les travailleurs, un gouvernement dont le premier acte a été de déclarer son « amour » aux patrons à l’université d’été du MEDEF. Pour le MEDEF et Gattaz, en pleine lune de miel avec Hollande et Valls, si cette déclaration d’amour est une bonne nouvelle, il en faut des preuves. C’est donc après le pacte de responsabilité, le code du travail, les « 35 heures », le travail du dimanche, la chasse aux chômeurs qui sont à l’ordre du jour. Rien ne serait plus faux que de croire que la fonction publique et tout particulièrement l’enseignement, premier budget de l’Etat, pourraient se trouver à l’écart de la grande bataille lancée pour « restaurer les marges » des entreprises, c’est-à-dire tenter de rétablir leur taux de profit.

Avec l’abrogation des décrets de 1950, le gouvernement ouvre la voie à une attaque généralisée contre les statuts.

Les décrets de 1950, ligne de défense des enseignants du second degré depuis 64 ans, viennent donc d’être abrogés par le décret du 20 août 2014. Même si celui-ci semble conserver la définition du service, dans la réalité, il introduit comme obligations toute une série de tâches aux formulations parfois ambiguës (aide et suivi des élèves), dans le cadre de la durée légale du travail dans la fonction publique (1607 heures), et en renforçant substantiellement les pouvoirs du chef d’établissement. Pour le moment le décret n’est appliqué que dans les établissements REP+, une centaine, comme expérimentation, et dans ce cadre, les heures de réunions hebdomadaires obligatoires viennent d’apparaître dans les services des enseignants.

Il s’agit donc bien d’une nouvelle définition du métier, d’une augmentation du temps de travail dont le potentiel est énorme, et d’une augmentation de la soumission aux chefs d’établissement.

Or ce décret est passé grâce à la complicité des directions syndicales, et principalement de la direction du Snes, premier syndicat du secteur, syndicat historique. En effet, la direction du Snes a constamment participé aux discussions préparant le décret, reconnaissant ainsi le cadre même de la liquidation des décrets de 50. Au moment de la grève des professeurs de CPGE, elle a accepté de rentrer dans deux mois de concertation supplémentaire, et en février a présenté les résultats de cette concertation comme positifs. Dans la presse syndicale, l’Université syndicaliste, un article venait même condamner les décrets de 1950 comme peu protecteurs. Le 27 mars, alors que les ministres préparaient leurs cartons, toutes les directions syndicales ont participé au CTM dont la tenue était une étape nécessaire à la liquidation des décrets de 1950. La délégation des syndicats de la FSU s’y est abstenue (sauf le SNUEP-FSU qui a voté contre) pour permettre au gouvernement de revendiquer une « majorité » favorable à son décret (UNSA et CFDT).

Il faut le dire si le décret du 20 août 2014 pouvait effectivement s’appliquer à la rentrée 2015 ce serait une victoire politique majeure pour le gouvernement et la bourgeoisie française. Aujourd’hui, s’il est encore temps de mener le combat, cela implique de saisir la direction du Snes pour qu’elle cesse sa politique de soutien au gouvernement et au décret abrogeant les décrets de 1950 ! Il faudra lui imposer qu’elle se prononce pour l’abrogation de ce décret.

Rythmes scolaires.

A la rentrée, toutes les communes de France sont passées sous le régime des nouveaux « rythmes scolaires ». En fait de rythmes il s’agit d’une cacophonie généralisée .Il n’y a plus aucun cadre commun et national à l’organisation du temps scolaire, celui-ci étant totalement soumis aux communes dans le cadre des PEDT, et aux associations intervenant dans les écoles pour occuper le temps « périscolaire » devenu plus important en terme d’organisation que le temps scolaire lui - même. Dans bien des communes ces activités sont payantes, comme par exemple à Lyon, ce qui introduit une remise en cause de la gratuité de l’enseignement par le biais du « péri-scolaire ». Le fait, d’ailleurs, que la mesure n’ait aucun caractère d’obligation pour l’enseignement privé, pousse un certain nombre de parents pour des raisons pratiques à envoyer leurs enfants vers ces établissements : voilà le résultat de la politique d’un gouvernement qui nous fait des discours sur la laïcité (charte, projet d’enseignement d’une morale laïque) et agit à l’inverse.

L’explosion du cadre et de l’organisation du temps scolaire a des conséquences sur les services des enseignants. Dans leur emploi du temps, mais aussi dans la définition même de leur service. Les professeurs des écoles amenés à intervenir au cours d’une même semaine sur des écoles aux organisations tellement différentes, se voient dans l’impossibilité d’effectuer leur service légal. Le gouvernement a donc annualisé leur service par un décret, le 20 août 2014, qui permet de leur imposer jusqu’à 3 heures supplémentaires hebdomadaires non rémunérées avec récupération ultérieure si le « service » le permet. C’est un pas supplémentaire vers l’annualisation du temps de service de tous les enseignants.

Là aussi ce coup majeur a été possible par la position de la direction du Snuipp, principal syndicat des enseignants du primaire, qui s’est opposée à la volonté des enseignants d’engager le combat, notamment à Paris en décembre 2012 et février 2013, et ne s’est jamais prononcée pour le retrait du décret préparé par le gouvernement.

Pour défendre l’école publique et ses personnels, la responsabilité de la direction du Snuipp est d’exiger l’abrogation de ce décret, l’arrêt de la contre-réforme « rythmes scolaires » et l’abrogation des décrets qui l’organisent (décrets Peillon et Hamon).

Contre le statut de fonctionnaire.

Appuyé sur la liquidation des décrets de 1950, le gouvernement entend bien poursuivre ses attaques. Le 2 septembre était publié le décret complétant les dispositions contre le statut des enseignants-chercheurs, la touche Fioraso permettant de donner toute la mesure au précédent décret préparé par Pécresse. Le 9 septembre se sont ouvertes des discussions, amenées à durer jusqu’en mars 2015, sur les rémunérations, les carrières des fonctionnaires. Il s’agit de « revoir les mécanismes d’avancement à l’ancienneté des agents pour mieux reconnaître le mérite » selon la revue Acteurs publics. En clair, après 5 ans de gel du point d’indice, il s’agit de mettre fin à l’augmentation de la masse salariale de la fonction publique, tout le monde ayant compris ce qu’est le salaire « au mérite ». Il s’agit aussi de diminuer le nombre de corps de fonctionnaires, permettre la fluidité entre les catégories (A, B, C, les fonctions publiques, d’Etat, territoriales, hospitalière) c’est-à-dire nommer les fonctionnaires là où l’Etat estimera en avoir besoin, indépendamment des concours, professions, qualifications, et notamment de la fonction publique dans laquelle ils ont été recrutés. On comprend l’utilité d’une telle mesure pour effectuer des transferts vers les collectivités territoriales, entre les collectivités et dans le cadre de la politique de destruction massive de postes de fonctionnaires qui se poursuit.

Arriver à faire baisser durablement la masse salariale dans la fonction publique est un enjeu majeur pour le gouvernement qui doit trouver 50 milliards d’euros d’ici 2017 afin de financer ses plans de cadeaux au patronat. C’est notamment l’enjeu des budgets à venir, à commencer par celui de 2015. La discussion sur les fonctionnaires rentre totalement dans cette politique budgétaire. Pour autant aucune fédération de fonctionnaires n’a refusé d’entrer dans les discussions, la responsabilité des directions syndicales est pourtant de refuser même de mettre un orteil sur le terrain de la destruction des statuts dans la fonction publique. La responsabilité des directions syndicales est aussi engagée quant au budget qui va être présenté à l’Assemblée nationale ! Contre l’application concrète du pacte de responsabilité, avec toutes ses conséquences, il est nécessaire d’appeler à une manifestation centrale à l’Assemblée nationale afin d’empêcher l’adoption de cette loi de finances.

La « bombe démographique » (Café pédagogique).

Les exigences budgétaires de la bourgeoisie se heurtent aussi à la réalité de la démographie scolaire, ce que chaque enseignant peut constater en cette rentrée en allant chercher des chaises et des tables supplémentaires pour installer ses élèves. Les discours de B. Hamon sur le « bon budget » de l’enseignement public, qui est en hausse de 1 milliard, et permettrait de sécuriser les promesses de création de postes, doivent être mis en face des réalités : pour 9400 emplois d’enseignants qui doivent être créés en 2015 et permettre de totaliser 26 000 créations d’ici 2017, ce sont 69 000 contrats aidés, 10 000 emplois d’avenir professeurs, 48 300 emplois d’assistants d’éducation, une avalanche de précarité ! Surtout, cela ne suffira pas à absorber l’accroissement démographique, selon le site Café pédagogique, « au primaire on attend 35 600 élèves supplémentaires à la rentrée 2014, 23 400 en 2015 », « dans le second degré on comptera 27 500 élèves supplémentaires à la rentrée 2014 et 29 500 en 2015. La vague démographique touche le lycée où les effectifs vont augmenter de 24 000 élèves en 2014, et de 49 000 en 2015 ». Toujours plus d’élèves, et toujours plus de pression : comment trouver les 50 milliards d’économie sans réduire le premier budget de l’Etat ?

La solution ce sont des « réformes » de structures, elles ont été déjà été annoncées par le commissariat à la prospective début juillet : il faudra supprimer des heures dans le second degré, et tout particulièrement au lycée, les services du ministère ont aussi sorti les règles à calcul, 1086 heures annuelles de classe dans le secondaire, contre 900 en moyenne dans l’OCDE, ou encore 10 800 euros par an pour un élève français, 11 000 au lycée, et 15 000 dans les classes préparatoires. Absorber le choc démographique, en continuant à baisser les dépenses exige de sabrer dans les heures de cours, « dans la plupart des pays européens les lycéens se spécialisent à partir de la première et ne gardent que 5 ou 6 disciplines »… Ce qui vaut pour le lycée, vaut pour tout l’enseignement.

« Le monde moderne se moque bien de ce que vous savez. Il s’intéresse à ce que vous savez en faire ».

Voilà ce que déclare au Monde du 29/08, Andreas Schleicher, le grand patron de PISA et directeur de l’éducation à l’OCDE. Il donne le ton des contre-réformes « pédagogiques » qu’il reste à mener. Faire exploser les programmes, pour les remplacer par la logique du curriculum où ce que l’on apprend est choisi localement, et ainsi faire éclater tout cadre national de connaissances et donc les définitions horaires strictes, cesser d’évaluer la capacité des élèves à apprendre raisonner et rédiger, mais passer aux « compétences » c’est-à-dire à l’employabilité, voilà la pédagogie qui adapte l’élève au monde moderne. Le gouvernement a ressorti une nouvelle version du livret de compétences pour le primaire et le collège qui a été approuvée par les directions syndicales au prétexte qu’il y avait « culture » en plus à la fin. Mais il va aussi ouvrir une consultation sur les programmes, à l’école et au collège, ainsi que sur l’évaluation. Le gouvernement prétend qu’elle doit être bienveillante, sous-entendant de façon peu subtile que les enseignants seraient les responsables sadiques des mauvaises notes des élèves. Aux côtés du gouvernement, aboient les mouvements pédagogiques et autres gauchistes pour qui l’enseignement est une institution fondée pour humilier les élèves. Il faut ajouter que les chefs d’établissement ont déjà commencé à annoncer la couleur, ils surveilleront, en dehors de toute légitimité d’ailleurs, les notes que mettent les enseignants. Non seulement cela ne relève nullement de leur compétence, mais cela confirme la place que pourra avoir la « liberté » pédagogique pour les enseignants, par exemple une fois le décret du 20 août 2014 mis en œuvre, où le projet d’établissement régira les relations dans le collège et le lycée sur le terrain « pédagogique ». Mais cette offensive pour passer à l’évaluation par compétence de façon généralisée, est surtout une manière de s’attaquer aux diplômes et aux qualifications. C’est en effet encore une fois le bac qui est au centre, car il existe encore comme diplôme national anonyme donnant droit d’entrée à l’université, malgré les efforts faits depuis des décennies pour l’affaiblir, y introduire des épreuves en cours de formation, lui faire perdre tout crédit par ses résultats mêmes (le bac 2014 a établi encore un record de réussite, ce qui ne peut que laisser pantois).

Le gouvernement entend associer les directions syndicales à cette nouvelle offensive. Elles y sont prêtes, et elles appellent, comme le Snes, à participer et à se saisir des « journées banalisées », que le gouvernement a eu l’heureuse idée de mettre en place. Au contraire la responsabilité des directions syndicales afin de libérer les enseignants de la pression, serait d’appeler au boycott des journées banalisées, et de refuser de participer à toute discussion pour la mise en œuvre de programmes qui n’ont qu’un but : déqualifier un peu plus l’enseignement.

Une échéance politique proche : le budget 2015.

Si en juin, une loi de finance rectificative est venue ajouter aux coupes budgétaires déjà prévues pour 2014, l’essentiel des mesures annoncées dans le pacte de responsabilité, suppression massive de cotisations patronales, volant d’économies à imposer en « contrepartie » à la fonction publique et à la sécurité sociale doit être adopté pour le budget 2015. Cependant, cette politique de soutien aux capitalistes, si elle est celle d’un gouvernement qui se veut de combat, est, bien entendu, strictement opposée au sens du vote de 2012, tant à la présidentielle qu’aux législatives. Les travailleurs et les enseignants se sont saisis de leur bulletin de vote pour chasser Sarkozy et sa politique. Ils ont élu une majorité PS PCF. Les grincements qu’on peut entendre parmi les députés du PS par rapport à la politique du gouvernement Hollande-Valls-Macron-Pinel ne doivent pas engendrer la moindre illusion sur le fait que, de leur propre mouvement, les députés PS pourraient s’opposer sérieusement au gouvernement. Elles n’en illustrent pas moins la contradiction qui réside entre l’existence d’une majorité PS - PCF à l’Assemblée et la constitution du gouvernement Valls, avec aux manettes de l’économie le représentant de la banque Rothschild.

Il faut donc imposer à cette majorité du PS et du PCF de refuser de voter le budget 2015 et la loi de financement de la Sécurité Sociale qui concentrent les attaques du gouvernement contre les travailleurs. C’est la responsabilité des dirigeants syndicaux d’organiser le combat dans ce sens, ce qui signifie : appeler les travailleurs et les jeunes à manifester massivement à l’Assemblée nationale au moment de la discussion budgétaire en octobre, dans ce but.

Cela suppose que les mêmes dirigeants syndicaux CGT, FO, FSU rompent vraiment avec ce gouvernement, quittent réellement la table du dialogue social, à l’inverse du simulacre auquel ils se sont livrés en juin lorsqu’ils ont quitté la table de la Conférence sociale... pour 24 heures en promettant de revenir à la concertation dès le lendemain !

C’est sur cette orientation que les militants pour le front unique des organisations syndicales dans l’enseignement public entendent regrouper les collègues, les organiser afin d’imposer aux dirigeants syndicaux qu’ils reprennent les exigences et revendications des travailleurs, au lieu de permettre au gouvernement d’appliquer le programme du MEDEF par la méthode du dialogue social, ce qui implique de l’affronter.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
EN : La complicité des syndicats de la FSU crève les yeux !
20 septembre 2014 - 22h43 - Posté par liberta

mais au lieu d’imposer des prises de position à la direction de la FSU, il serait temps que leurs adherents rendent leur carte, et changent de syndicat !! chez nous, enseignants, personne n’est dupe du soutien de la FSU au gouvernement !!






COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
5 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite