Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
de : 2ccr
samedi 20 septembre 2014 - 18h26 - Signaler aux modérateurs
11 commentaires

Les 35 heures menacées cette fois par Emmanuel Macron. Pourtant, les Français ne sont pas feignants. Quand ils bossent, ils bossent plutôt vite et bien. En fait c’est le temps de travail des Européens qui fait l’objet de beaucoup de clichés : de la sieste des Grecs et des Espagnols au sandwich express des Anglais. Le nouveau ministre de l’économie, a relancé l’interminable débat sur les 35 heures en s’affirmant prêt à autoriser « les entreprises et les branches à déroger » à cette durée légale du temps de travail. Ces 35 heures françaises sont regardées il est vrai avec un mélange d’incrédulité, d’envie ou de circonspection par nos voisins européens. Les Français eux-mêmes sont divisés. Selon les sondages, une légère majorité d’entre eux s’opposeraient à la suppression de cet « acquis social majeur ».

Travailler moins, mais mieux

En juin dernier, un rapport du Coe-Rexecode avait déjà relancé le débat. Selon cet institut proche des milieux patronaux, les Français sont les Européens qui travaillent le moins, juste derrière les Finlandais, soit 1661 heures par an (contre 1648 en Finlande). Les autres présumés « mauvais de la classe » seraient les Suédois (1685 h), les Danois (1744 h), et les Belges (1765 h). Les « bons élèves » ? La Roumanie (2099 h), la Grèce (2010 h), la Hongrie (1969 h), la Bulgarie et la Coratie (1954 h chacun). Pas vraiment des modèles économiques …Pourtant, la supposée fainéantise des Français est pas évidente : les salariés Français travaillent 39,2 heures hebdomadaires. Pas si loin que ça de leurs voisins allemands par exemple qui travaillent 40,2 heures par semaine.

Alors pourquoi une telle différence annuelle ? Tout simplement parce que les Français bénéficient de plus de congés payés (5 semaines soit 30 jours ouvrables), RTT et jours fériés (11) que leurs voisins germaniques. 41,8 semaines sont travaillées en moyenne en France par an, contre 44,5 en Allemagne. Ajoutons que la productivité française est considérée comme l’une des plus élevées au monde selon l’OCDE. Les Français travaillent donc peut-être moins, mais mieux. OCDE qui présente d’ailleurs des chiffres assez différents du Coe-Rexecode puisque selon elles, les Français travailleraient en moyenne plus que les Allemands en 2012 (1479h contre 1383h), mais aussi plus que les Danois ou les Hollandais. Surtout, les chiffres du rapport de la COE-Rexecode mis en avant sont valables pour les salariés qui travaillent à temps plein. En France, les salariés à temps partiel travaillent ainsi plus que dans une douzaine d’autres pays (993 heures par an soit 60% d’un temps plein, là où les Britanniques à temps partiel ne travaillent qu’à 45% et les Allemands 46%). Les professions non-salariées françaises (professions libérales, commerçants, artisans…) travaillent, quant à elles, beaucoup plus (2372 heures). A tel point que, dans cette catégorie, la France regagne la 4e position des pays européens qui travaillent le plus.

Au-delà du débat, toujours polémique, sur les volumes horaires du travail en Europe, on constate surtout des divergences sur la façon de travailler. C’est donc l’occasion d’aller voir comment s’organisent les journées de travail de nos voisins européens.

Allemagne : arriver tôt pour partir tôt

En Allemagne, la durée légale de travail est de 40 heures par semaine, soit 8 heures par jour. Mais les partenaires sociaux peuvent négocier des adaptations par secteurs et par branches. Ainsi dans la métallurgie, on travaille outre-Rhin 35 heures par semaine et dans le secteur public entre 39 et 41 heures. Contrairement à la France, au travail, les relations sociales restent limitées. Les pauses ne se prolongent pas autour de la machine à café et on préfère arriver tôt au boulot pour en repartir tôt. Il est fréquent que les bureaux (souvent dans le public mais pas seulement) ferment à 16h. Quant aux congés payés, ils sont au minimum de 20 jours par an, auxquels s’ajoutent souvent des jours de congés négociés avec l’employeur. De plus 9 jours par an sont fériés. Ces derniers varient d’une région à une autre à l’exception du 3 octobre, jour de l’unité allemande, férié pour tous.

Les Britanniques déjeunent vite pour filer tôt… au pub !

Au Royaume-Uni, la durée légale de travail est de 48 heures par semaine maximum. Les Britanniques travaillent en réalité un peu plus de 36 heures hebdomadaires en moyenne (chiffre OCDE 2011). On y commence sa journée en général vers 8h30-9h. Tôt au boulot, les Britanniques terminent donc aussi tôt : 17h30 en moyenne. Résultat immédiat : les pubs sont pris d’assaut dès 17h. Ce phénomène est lié à la pause déjeuner express : elle ne dépasse généralement pas 30 minutes, quand un sandwich n’est pas avalé en 10 minutes à son bureau ou devant ordinateur. D’où le succès considérable des chaînes de vente de sandwichs et salades à emporter . Les Britanniques bénéficient légalement de 5,6 semaines de congés payés par an, soit 28 jours. De plus, les Anglais et les Gallois ont droit à 8 jours fériés par an, les Écossais à 9 et les Irlandais du Nord et l’île de Man, à 10. Mais les employeurs ne sont pas légalement dans l’obligation de payer ces jours fériés. Ils prennent leurs vacances principalement entre Noël et le nouvel an, période durant laquelle le pays s’arrête totalement. Viennent ensuite les vacances d’été : au choix juillet ou août pour aller profiter de la chaleur estivale de l’Europe du Sud.

Le travail en Turquie : les vacances proportionnelles à l’ancienneté !

La durée légale du travail en Turquie est de 45 heures hebdomadaires maximum. Une durée évidemment respectée dans les secteurs publics, mais beaucoup moins dans le privé où la semaine peut culminer à 55 heures. Les journées de travail commencent généralement vers 9 heures pour se terminer au plus tôt à 17 heures (souvent 19 heures). Contrairement à une idée largement répandue en Europe, le temps du repos n’est pas le vendredi en Turquie, mais bien le week-end, quoiqu’un grand nombre de personnes ne bénéficient bien souvent que d’un seul jour de congé par semaine : le dimanche. Ce jour varie en fonction du secteur, les magasins et restaurants étant pour la plupart ouverts les dimanches. Une chose est sûre, le mot vacances ne fait pas particulièrement partie du vocabulaire turc. Les congés annuels payés varient selon l’ancienneté : 14 jours entre 1 et 5 ans d’ancienneté, 20 jours entre 5 et 15 ans, et 26 jours passés 15 ans d’ancienneté. Pour la plupart, les Turcs partent en vacances pendant l’été ou lors du « Bayram », la fête du sacrifice du mouton, pour lequel ils sont gratifiés de 4 jours de congé. Les jours fériés sont rarement d’origine religieuse mais plutôt républicaine. Aussi compte-t-on 5 jours fériés d’origine laïque et 2 fêtes religieuses fériées en Turquie.

Portugal : pauses gourmandes

Au risque de contrarier ceux qui pensent qu’au sud la vie est un long fleuve tranquille et le travail une notion toute relative, au Portugal, ça bosse ! La semaine compte 40 heures et n’est pas partie pour s’alléger. Au contraire : sous les assauts répétés de la crise et de l’austérité, les fonctionnaires qui, eux, travaillaient 35 heures, vont être soumis au même régime que le secteur privé. La journée de travail commence vers 9 ou 10 heures. En réalité il n’y a pas de règles strictes. En compensation, on travaille souvent jusqu’à 20 ou 21 heures. Là où les Portugais se distinguent… c’est par leur gourmandise. Ils ponctuent en effet leur journée de travail de pauses : ils ressortent du bureau à peine arrivés pour un café-grignotage, et s’offrent une seconde pause dans la matinée. Pour le déjeuner, c’est plutôt 13h-15h. Et, nouvel effet de l’art de vivre local, on prend son temps et la pause du midi peut s’étendre en longueur… Avec 22 jours de congés payés par an, les vacances sont souvent fractionnées pour pouvoir respecter les fêtes et la famille : Noël, Pâques, le 15 août. Jusqu’à présent 14 jours fériés par an permettaient de compenser ces vacances trop courtes. Mais le gouvernement en a supprimé 4 au nom de la productivité.

En Hongrie, les vacances augmentent avec l’âge !

En Hongrie, on commence le travail à 9h, on finit vers 17h30, et la pause déjeuner n’existe pas ou à peine (c’est la grande valse des Tupperware à midi !). Les Hongrois débutent leur week-end tôt, dès le vendredi après-midi : les banques ferment ainsi à 14h-15h. Les jours fériés sont au nombre de dix, et les Hongrois en profitent très souvent pour faire le pont : curiosité locale, les ponts sont d’ailleurs décidés à l’avance par… le gouvernement, et toujours rattrapés, généralement un samedi. Pour ce qui est des jours de congé, ils dépendent de l’âge de l’employé, partant d’une base de 20 jours pour un Hongrois de 25 ans, augmentant d’un jour par année supplémentaire. Fait étonnant pour une expatriée française à Budapest, mieux vaut ne pas être malade en Hongrie : si vous êtes clouée au lit, on retient 30% de votre salaire dès le premier jour.

En Grèce, les bureaux se vident à 14h

Les horaires des organismes officiels, des banques et des bureaux vont de 7 ou 8h le matin jusqu’à 13h30 ou 14h. Comme il n’y a aucun système de cantine, les salariés rentrent alors chez eux déjeuner puis font la sieste. Ce qui met en colère les touristes qui trouvent les musées et les sites archéologiques fermés l’après-midi. L’écrivain Vassilis Vassilikos raconte d’ailleurs que lorsqu’il fut nommé directeur de l’ORTF grecque d’alors, en 1982, la télévision publique se vidait de son personnel à 14h, alors qu’elle émettait le soir ! Ne restaient alors que les techniciens et les journalistes en charge des programmes du jour. L’arrivée des multinationales a changé un peu les pratiques, et la crise encore plus. Dans le secteur privé, lorsque les Grecs ont un travail, il l’exercent désormais du matin tôt jusqu’au soir tard. Les horaires des commerçants sont encore plus complexes : à Athènes, les lundi, mercredi et samedi ils travaillent de 8h à 14h et sont fermés l’après-midi. Les mardi, jeudi, vendredi, ils bûchent toute la journée ou rouvrent boutique le soir après la sieste, de 17 à 21h. Le dimanche, c’est repos en principe. Mais le gouvernement essaie d’imposer l’ouverture dominicale des magasins hors des zones touristiques.

Italie : 12 jours fériés par an !

En Italie, les salariés ont le droit à 26 jours de vacances. Ils travaillent cinq jours sur sept, huit heures par jour. En général, nos cousins transalpins doivent arriver au bureau vers 9 heures du matin. Mais cet horaire est flexible. Cela veut dire que dans certaines entreprises comme la Rai par exemple, les salariés peuvent arriver vers 10 heures du matin. Dans ce cas, ils sortiront une heure plus tard le soir. La pause déjeuner dure une heure. En dehors du week-end, les Italiens n’ont pas de jour de repos. Ils peuvent puiser dans leur réserve vacances pour prendre les enfants à l’école ou aller chez le médecin mais doivent avertir leur employeur quelques jours à l’avance. Les vacances sont posées au moins trois mois à l’avance pour permettre à l’entreprise d’organiser les absences. Les jours fériés sont, en revanche, plus nombreux qu’en France. Ils sont au nombre de 12, les Italiens ne travaillant pas le jour de l’Ascension. Les Romains ont un jour de plus, le 29 juin : c’est la fête des patrons de la cité éternelle, Saint Pierre et Saint Paul.

http://2ccr.unblog.fr/2014/09/19/35...

Voir : DES ÉCONOMISTES PROPOSENT LA SEMAINE DE 30 HEURES

http://2ccr.wordpress.com/2014/07/1...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
20 septembre 2014 - 18h58 - Posté par jean 1

Tant que dans cette france capitaliste les ouvriers devront travailler pour nourrir les patrons,les actionnaires,les militaires,les forces de l’ordre capitaliste,les curés de tout bord et autres rentiers il faudra qu’ils travaillent plus pour les enrichir plus.Pour satisfaire uniquement le bien commun débarrassée de toute idée de profit tout en éradiquant le pouvoir et sa quête la semaine de 20 heures et la retraite à 50 ans seraient suffisantes pour l’émancipation de chacun.



35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
21 septembre 2014 - 10h42 - Posté par triaire

Exactement ! De plus, la valeur travail qui n’en n’est pas une puisqu’elle sert à engraisser les porcs, doit etre discutée partout et surtout dans les syndicats !


35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
20 septembre 2014 - 19h35

a savoir :

je crois que lorsque l’on parle de 3% de croissance nécessaire pour maintenir les emplois, les services publics ...enfin bref notre société, et bien en réalité 2,5% finissent dans les poches des plus riches et avec seulement 0,5% on essai de maintenir le système vaille que vaille.

Donc pour faire simple dans les 3% de croissance, 99% tombent dans les poches des 1% les plus riches et les 1% restant servent aux besoins des 99% de la population.

Des que la population aura intégrer que ce qui nous coutent cher ce sont les riches, on aura fait un grand pas en avant !



35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
20 septembre 2014 - 20h10 - Posté par richard PALAO

Selon les statistiques officielles du ministère du travail , les français ne travaillent pas 35h MAIS 39H30 , soit la durée moyenne de travail dans L UE .

Ce que demande donc le patronat c est la fin de la durée LEGALE du travail fixée à 35h afin de ne pas payer d ’heures supplémentaires au delà de 35 h , une vérité que l on entend pas souvent dans les médias et chez les ministres concernés .


35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
20 septembre 2014 - 22h52

Mais alors ? Que penser du développement du travail à temps partiel imposé.
Les partisans de la fin des 35 heures pourraient-ils nous expliquer cette contradiction ?

t.y



35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
21 septembre 2014 - 07h35 - Posté par Beyer Michel

Je viens de lire la déclaration de Daladier le 21 août 1938. C’est au sujet des 40 heures :IL FAUT REMETTRE LA FRANCE AU TRAVAIL. DANS AUCUN PAYS DU MONDE, ON NE LAISSE CHÔMER UN JOUR OU DEUX L’OUTILLAGE QUI EST PRECISEMENT CREE POUR REDUIRE LA PEINE DES HOMMES.
Macron n’a rien inventé....toujours le même discours. Quelques mois après Daladier signait les fameux accords de Munich.....



35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
21 septembre 2014 - 19h43 - Posté par quequ’un queque part

je pense qu’il serait édifiant pour les salariés de ressortir les revendications des patrons et de leurs larbins dans le passé.

qu’ont ils dit tous ces porcs en :

1 - dans les années 1900 à propos de la revendication des 8h00

2 - en 1936, sur les congés payés

3 - en 1945 avec la sécu

quelques exemples comme ça dans un tract ultra simple (c’est à dire écrit par nous et pas par des militants professionnels ou des communicants, bref compréhensibles)

réapproprions nous notre passé

au passage je me permets de dire quel ravage les cours d’histoire qui ré-écrivent l’histoire sociale en particuliers 1936 (acquis grace au gouvernement / acquis grace aux luttes )


35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
21 septembre 2014 - 19h45 - Posté par quequ’un queque part

edit

les cours d’histoire pour nos enfants


35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
22 septembre 2014 - 09h17 - Posté par momo11

D’après macron on est trops cons,les prolos !!!!Lui le capitaliste il n’est que le reflet d’un etre humain.momo11



35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
22 septembre 2014 - 09h22

Ma bafouille, c’est l’Histoire. Voir le blocage des salaires en Allemagne dés 1933, l’interdiction de tout syndicat sinon à majorité patronale. Voir surtout la surexploitation de la main-d’oeuvre de l’Europe entière et au-delà, surexploitation qui pour des millions d’hommes et de femmes a signifié la mort.



35 HEURES : Non, les français ne sont pas des feignants !
23 septembre 2014 - 18h26 - Posté par CD

Le terme plus surement stigmatisant que "sans dents" c’est "bras cassés" car on te sort cette insulte des la moindre baisse d’activité alors que la désorganisation est criante ! Vive les 30 H hebdo sps !





Laurent Berger, le syndicaliste grèvophobe
dimanche 15 - 17h28
de : mat
1 commentaire
Retraite à 67 ans : quand le gouvernement anticipe !
dimanche 15 - 16h21
1 commentaire
Fondation SNCF : réseau d’influence et "social washing"
dimanche 15 - 15h48
de : Mat
solidarité
samedi 14 - 17h28
de : jean1
(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
7 commentaires
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu'une armée debout. Thomas Jefferson
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite