Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
de : Philippe Alcoy
mardi 30 septembre 2014 - 00h06 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires

Dimanche 28 septembre le syndicat majoritaire chez les pilotes d’Air France, le SNPL (70%), mettait « inexplicablement » fin à la grève exemplaire qui durait depuis 14 jours (la plus longue depuis 1993) contre la précarisation des conditions de travail et la délocalisation. Cette fin de grève est d’autant plus incompréhensible que la direction venait de lâcher son plan de développement de Transavia Europe, qu’elle semblait déstabilisée face à la ténacité des pilotes et qu’il n’y a pas encore d’accord de « sortie de crise ». Le syndicat minoritaire, le SPAF (20%), a quant à lui décidé de maintenir le préavis de grève au moins jusqu’au 30 septembre. Malgré l’obtention partielle de leurs revendications, il est difficile de ne pas ressentir un certain gout amer quand une victoire importante semblait possible et proche.

En effet, depuis la semaine dernière la direction d’Air France faisait des propositions aux pilotes pour essayer de mettre un terme à la grève. D’abord elle a proposé de « suspendre » le projet de développement de Transavia Europe jusqu’à décembre ; ensuite elle annonçait l’abandon total de ce projet sans pour autant que cela signifie qu’elle allait stopper également le développement de Transavia France, bien au contraire.

Alors que tout le monde pensait que cela serait suffisant pour finir avec la grève des pilotes qui commençait à coûter beaucoup à l’entreprise, les pilotes ne lâchaient pas. Une fois qu’Alexandre de Juniac s’est vu obligé d’abandonner son projet plus « ambitieux » de délocalisation, les pilotes voulaient discuter des conditions de développement de la filiale low cost en France.

C’est autour de la question des conditions de travail et de la sauvegarde des acquis de la catégorie que les négociations se poursuivaient. Mais la direction ne voulait rien savoir de céder sur la question du « contrat uniquede pilote du groupe » que les grévistes revendiquaient. Et cela malgré le fait que le SNPL faisait des concessions à la direction depuis plusieurs jours acceptant que les pilotes qui aillent voler chez Transavia le fassent aux conditions de la low cost. Autrement dit, ils acceptaient de travailler plus et d’avoir des conditions de travail plus « flexibles » mais à condition que l’on préserve leur statut de pilotes d’Air France.

Le SNPL a cédé à la pression de la direction et du gouvernement

Les négociations se trouvaient bloquées à ce point quand le SNPL a décidé de mettre fin incroyablement à la grève. Joint par Les Echos, un porte-parole du SNPL expliquait : « La direction campe sur ses positions, mais nous avons jugé qu’il serait suicidaire de continuer (…) Nous avons donc pris nos responsabilités en décidant d’arrêter le mouvement ».

Le syndicat, cédant au discours véhiculé par la direction d’Air France, la presse et le gouvernement, a estimé que la grève « mettait en danger » l’entreprise. En effet, le SNPL considérait que « la direction s’était préparée à la grève en provisionnant 200 millions d’euros. Mais après deux semaines de conflit, le coût de la grève approcherait aujourd’hui les 280 millions d’euros. Sans parler du coup considérable mais difficile à chiffrer porté à l’image de la compagnie… » (Les Echos, 28/9).

Mais si la direction avait une « réserve » 200 millions d’euros, cela ne voulait pas dire qu’elle s’attendait à une lutte dure avec les pilotes ? D’ailleurs, comme révèle Le Monde : « [De Juniac] il y a deux ans, alors que la restructuration d’Air France battait son plein, (…) confié à ses proches : "Je n’ai pas fait le plus dur, le plus dur ce sera les pilotes" » (Le Monde, 26/9). Cela veut dire qu’il était probable que si la grève continuait encore quelques jours, les pilotes auraient pu obtenir une victoire très importante sur la direction : aussi bien en l’obligeant à annuler son plan de délocalisation que sur la question du contrat unique.

Ainsi, la direction et le gouvernement ont du mal à cacher leur joie d’avoir évité ce scénario cauchemardesque pour eux. Et cela d’autant plus que le nombre de gréviste ne faiblissait pas et que leurs représentants laissaient comprendre qu’ils ne faisaient plus confiance à la direction pour négocier.

En ce sens, Valls, essayant de s’acheter la sympathie de l’électoral le plus réactionnaire et antigrève, s’est félicité de la soi-disant « ligne de fermeté du gouvernement » lors de la grève. D’ailleurs, cette « fermeté de dernière minute » n’est prise au sérieux par aucun secteur du patronat : c’est le gouvernement lui-même qui a obligé Air France à abandonner le projet Transavia Europe de peur que la grève ne se durcisse. Cette intromission dans les affaires de l’entreprise est jugé insupportable par le patronat. C’est d’ailleurs ce qui exprime Luc Chatel, le secrétaire général de l’UMP, selon lequel : « L’entreprise Air France a un conseil d’administration, elle a 89% d’actionnaires qui ne sont pas M. Vidalies [secrétaire d’Etat aux transports – l’Etat possède en réalité près de 16% des actions], ce n’est pas à M. Vidalies d’aller annoncer sur les chaînes de télévision si le projet est retiré ou non. Il a fait beaucoup de mal à l’entreprise ».

Les pilotes n’ont pas su créer des alliances stratégiques avec les autres catégories

Evidement, Valls exagère le vrai rôle du gouvernement quand il parle de « fermeté ». Ce gouvernement complètement discrédité et sans autorité ne fait peur à personne. D’ailleurs, de par son niveau d’exposition lors de la grève on peut se demander à quel point un recul plus important de la direction d’Air France aurait eu des conséquences sur lui ? Car depuis le début de la grève ce que l’on a pu voir c’est avant tout un alignement complet du PS avec la direction de l’entreprise et une position ouvertement brise-grève.

Cela montre qu’aussi bien Air France que le gouvernement et le patronat étaient conscients des enjeux plus généraux. En effet, comme nous l’affirmons depuis le début de la grève, elle avait une importance pour l’ensemble de la classe ouvrière car elle s’opposait à un plan de précarisation des conditions de travail et à un plan de délocalisation d’une des principales entreprises françaises d’uns secteur stratégique. Le tout sous prétexte de retrouver la « compétitivité » et de la sauvegarde d’une « entreprise national »… sous le dos des salariés évidemment ! Autrement dit, cette lutte avait tout pour devenir un point d’appui et une source d’inspiration pour d’autres salariés qui subissent les mêmes attaques, à commencer par ceux et celles des autres catégories du secteur aéronautique et des transports.

Mais justement le point faible de cette grève a été que la direction SNPL n’a jamais cherché à élargir le mouvement à d’autres catégories, notamment au sein du groupe. Et pour cela il ne manquait pas de possibilités. Le 22 septembre dernier par exemple, huit organisations syndicales (après avoir adopté une position « abstentionniste », comme la CGT qui ne s’opposait pas à la grève mais ne la soutenait pas non plus) de toutes les catégories signaient un tract commun exigeant le retrait du plan Transavia Europe. Cela exprimait sans doute de la sympathie avec ce mouvement de la part de travailleurs et travailleuses au sol et parmi le personnel navigant. En effet, le plan était perçu comme une attaque contre toutes les catégories, ce que l’on a pu constater en voyant la satisfaction qu’ont exprimé tous les salariés du groupe après le retrait du projet Transavia Europe. Comme on voit les conditions pour une lutte commune étaient réunies.

Cela aurait représenté la meilleure politique des pilotes pour isoler les briseurs de grèves professionnels à la solde du patronat comme les dirigeants de la CFDT qui reprenaient à leur compte les discours sur les « privilèges » des pilotes pour laisser imposer la précarité à l’ENSEMBLE du personnel.

Une telle alliance aurait rendu possible une victoire éclatante contre ce plan qui vise à la dégradation des conditions de travail de l’ensemble des salariés de cette puissante entreprise. En même temps cela aurait rendu plus pérennes les victoires obtenues au cours de la grève. Aussi, une telle lutte aurait poussé des travailleurs d’autres compagnies à suivre l’exemple d’Air France. D’ailleurs, on ne peut pas écarter que d’autres grève semblables éclatent dans le secteur.

Une victoire partielle mais importante !

Malgré le fait que les pilotes auraient pu avoir plus que ce qu’ils ont gagné au cours de cette grève, nous ne pouvons pas négliger le fait qu’ils ont fait reculer (au moins momentanément) la direction sur son plan plus ambitieux : Transavia Europe.

En effet, si l’on peut imaginer que la direction d’Air France pouvait envisager une certaine forme de résistance de la part des pilotes, le passé récent avec le plan « Transform 2015 » qui avait impliqué 8000 suppressions d’emplois, lui donnait une certaine marge de confiance.

Mais la grève des pilotes a jeté bas cette « arrogance ». Le cadre de « confiance », comme l’expriment les pilotes eux-mêmes, s’est rompu. Fini le temps de la « cogestion » comme affirme la direction. D’ailleurs, si la grève continuait, il n’est pas exclu qu’elle aurait pu avoir la tête de Alexandre de Juniac, le PDG du groupe.

Même si le gouvernement et l’entreprise ont réussi, pour le moment, à éviter le « pire » (de leur point de vue), la grève des pilotes d’Air France a été un avertissement qui s’ajoute à celui des cheminots en juin. Il n’y a pas eu d’accord de fin de conflit, ce qui implique qu’il pourrait y avoir de nouveaux mouvements parmi les pilotes mais aussi chez d’autres catégories, comme certains le craignent. Peu à peu, les travailleurs et travailleuses du secteur stratégique du transport commencent à montrer la voie de la résistance à l’ensemble du prolétariat.

29/9/2014.

Philippe Alcoy

Source : http://fabricadehombreslibres.blogs...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
30 septembre 2014 - 17h44

les pilotes sont complétement déconsidérés, et leur syndicat corporatiste aussi. Et ce n’est pas leur forcing pour des magouilles sur le paiement des jours de grève qui va arranger la situation. Air France va connaître le même dénouement que la SNCM. C’est d’une tristesse.



Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 10h05 - Posté par

les pilotes sont complétement déconsidérés, et leur syndicat corporatiste aussi.

C’est un communiqué de Valls, de Berger, ou de Gattaz ?


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 11h37 - Posté par

Et votre article ? c’est un tract des pilotes !


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 11h56 - Posté par

""les pilotes sont complétement déconsidérés, et leur syndicat corporatiste aussi."""

Pas du tout,ces pilotes ont défendu une cause juste(le refus de la lowcostisaton de leurs emplois) avec une gréve massive et longue en tapant là où ça fait mal ;le fric des actionnaires.
Retraité ayant plus de 10 fois moins que leurs revenus,je les soutiens et il serait souhaitable que tous nous suivions leur exemple.
les perroquets du medef à la télé et ici n’arriveront jamais à etouffer notre cri de justice sociale


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 13h40 - Posté par

"Retraité ayant plus de 10 fois moins que leurs revenus, je les soutiens..."

C’est pas un argument. votre fils est pilote ??


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 17h27 - Posté par

votre fils est pilote ??

Et ça, c’est un argument ?


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 17h53 - Posté par NOCTURNE

votre fils est il pilote

pourquoi devrions nous être personnellement intéressés a une situation pour porter un jugement ?
Votre façon de voir démontre votre égoïsme et votre manque total de solidarité
avec les luttes sociales


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 19h09 - Posté par

""Retraité ayant plus de 10 fois moins que leurs revenus, je les soutiens..."

C’est pas un argument. votre fils est pilote ??
""

je vois aucun rapport entre la profession de mon fils et la justesse de la cause des pilotes.
mais la petitesse de ma retraite ne me fait pas jalouser les pilotes,ni refuser de les soutenir,tout comme j’ai soutenu les luttes des personnels au sol(lutte hélas moins suivie)
c’est un argument contre la bétise de ceux qui conditionnent leur soutien selon le niveau du salaire des exploités.


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
2 octobre 2014 - 09h35 - Posté par richard PALAO

ah , parce que les syndicats de la SNCM sont aussi corporatistes ? et ceux de la SNCF , d EDF de l ’éducation nationale etc... LE SONT AUSSI PEUT ETRE ?
Ton argument ne tient pas la route puisque les revendications des pilotes n’étaient pas corporatistes , ils défendaient le transport aérien en général et notamment les voyageurs , un service de qualité et sûr contre les compagnies low-coast et leur concurrence dangereuse , car il n y a pas que les compagnies qui sont low-coast , la formation de leur pilotes et du personnel la maintance des avions aussi .., si elles sont moins cheres , sur quoi économisent-elles selon toi ?

Aors je me fous que la grève ait été menée par tel ou tel syndicat , les révendications étaient justes , et ses compagnies doivent être éliminées , à chaque foix que des salariés mènent une lutte contre les délocalisations pour que les emplois restent en FRANCE moi je suis de leur côté et ceux qui ont failli , ce sont les syndicats " non- corporatistes" " qui sont restés spectateurs ou qui comme certains ont avec la direction fait pression sur leurs collègues pour qu’ils " manifestent " contre les pilotes .

dans la LDC la barrière n’a que deux , côtés , choisis ton camp camarade ...


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 13h39 - Posté par pascale

Je suis sidérée : page 8 du journal "L’Humanité" de ce 1er octobre, un ... article ?une pub ?... en tout cas une pleine page intitulée "Bienvenue de nouveau sur nos lignes" émanant de la direction d’Air France et qui explique pourquoi le projet "Transavia" est "vital" pour le groupe "Air france". "C’est pourquoi nous n’avons pas le droit d’y renoncer". Aucun commentaire, rien que cette pleine page...



Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 14h42 - Posté par celo

Si ça peut te consoler, après la sidération, vient une forme de sagesse teintée de lucidité en évitant le nihilisme.


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 17h56 - Posté par NOCTURNE

Comment peut on encore être sidéré par l’huma et le PC FEU

REPREND TOI PASCALE !

CORDIALEMENT


Air France : une grève historique qui aurait pu aller plus loin
1er octobre 2014 - 19h17 - Posté par

Le groupe Hachette (Lagardère adorable marchant de canon et missile) et TF1 sont actionnaire de l’Humanité.
je me sentirai sali de le lire.





Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
13 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

On m'a dit que j'ai trois idoles : le Christ, Marx et Freud. Ce ne sont que des formules. En fait, ma seule idole est la réalité. Si j'ai choisi d'être cinéaste, en même temps qu'un écrivain, c'est que plutôt que d'exprimer cette réalité par les symboles que sont les mots, j'ai préféré le moyen d'expression qu'est le cinéma, exprimer la réalité par la réalité. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite