Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Jeudi 20 novembre, premier blocage du campus, 1500 étudiants en AG, et manifestation en centre-ville : Avanti le Mirail


de : Emmanuel Barot
samedi 22 novembre 2014 - 20h34 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Source : http://www.ccr4.org/Jeudi-20-novemb...

Même la presse bourgeoise le dit : en berne depuis la défaite de la lutte contre la LRU, en 2009, le Mirail renoue aujourd’hui avec sa « tradition contestataire ». Cinq années ont passé depuis. La « génération du CPE » est partie, mais c’est une nouvelle génération d’étudiants qui tente maintenant d’ancrer dans la durée une mobilisation forte contre le rouleau compresseur de « l’austérité » universitaire (au passage, encore une suppression de 70 millions d’euros dans le budget des universités lors du vote du budget 2015 à l’Assemblée Nationale), contre la criminalisation des contestations et les violences policières, mais également contre les désastres écologiques orchestrés par le gouvernement et les potentats locaux aux services des patrons de l’agroalimentaire tarnais.

Après une AG à 1200 le jeudi 13, ce sont environ 1500 étudiants qui ont voté, hier, après un premier blocage de l’université, un nouveau blocage avec occupation pour le mardi 25. Premier test, premier électrochoc : personnels et étudiants forcés de discuter entre eux, à côté d’une micro-ZAD symbolique plantée sur le jardin central du campus. Un constat s’impose : à Toulouse, au Mirail, tout le monde ou presque est conscient que rien ne va pas plus au royaume de Hollande. Pourtant, l’électrochoc suscite polémique, réactions épidermiques de la présidence, offensives d’anti-bloqueurs. « Blocage » ? Piquets de grève, arrêt forcé de la routine des cours et des examens, arrêt forcé de la routine des tâches administratives et des missions impossibles des personnels, toujours moins nombreux à travailler dans des locaux de plus en plus délabrés ou alors reconstruits par Vinci avec moins d’espace, et ce alors que le nombre d’étudiants est en augmentation : les « blocages », par définition, clivent, comme toute grève avec occupation, ils brisent l’ordre et le quadrillage établi, ils font symboliquement violence en démontrant qu’on n’est pas condamnés à subir, à encaisser, qu’il n’y a pas de fatalité et qu’on peut imposer un coup d’arrêt à une machine qui n’a rien de toute-puissante.

Blocage… et mobilisation

Face à cette situation, la présidence de l’université a du mal à faire croire à son progressisme. D’un côté, alors qu’un préavis de grève est déclaré du côté enseignants, elle les rappelle à l’ordre en demandant de venir travailler (première étape avant de taper sur le droit de grève lui-même ?). De l’autre, elle n’hésite pas à envoyer les vigiles démonter les piquets… qui ont par ailleurs vite été remontés dans les lieux centraux de la fac, jusqu’à ce que l’AG étudiante vote que mardi 25 prochain soit une nouvelle journée de mobilisation, de blocage avec occupation, avec une nouvelle assemblée générale. Les personnels en lutte de leur côté ont rappelé, après leur propre AG, leur soutien et leur participation active à cette mobilisation, et réaffirmé leur volonté d’une construction commune au quotidien de la bataille.

Dans la foulée de l’assemblée générale, ce sont environ 500 étudiants qui ont manifesté dans les rues de Toulouse. Rejoints par des cortèges de l’IEP du centre-ville et de la fac de sciences, Paul Sabatier, ils ont ainsi renforcé un peu plus leur présence da l’espace public toulousain. La semaine dernière, déjà, le 15 novembre, dans le cadre de la mobilisation nationale contre l’austérité, ils avaient été 300 à participer à la manifestation toulousaine, constituant, de loin, son cortège le plus dynamique de la manifestation, ajoutant aux mots d’ordres généraux la question de la dénonciation et de la lutte contre les violences policières.

Un début de recomposition du mouvement étudiant

Sur fond de défaitisme, de scepticisme, et de décomposition du mouvement étudiant, qui avait pourtant constitué l’une des forces déterminantes de la victoire du CPE en 2006, avec, en toile de fond, des personnels en grande partie atomisés et largement sonnés par plusieurs années de management et de surexploitation, la lutte actuelle du Mirail est bien plus qu’un sursaut : elle témoigne d’un début de recomposition subjective du mouvement étudiant qui commence à actualiser ses repères et ses délimitations. Forcément hétérogène, avec des niveaux de conscience très inégaux, cette lutte manifeste des aspirations profondes. Elle est également en demande de perspectives, traversées d’indécisions reflétant un contexte politique à la fois violent et difficilement prévisible : soif de débats, de réflexion, d’en découdre avec une démocratie austéritaire-autoritaire qui n’offre plus aucune espoir. En ce sens, l’atmosphère électrique et radicalisée qui se dégage de la journée de jeudi témoigne d’une lutte qui cherche son rythme, s’organise progressivement et recèle un potentiel explosif, à la fois localement et nationalement. La mobilisation étudiante, telle qu’elle est apparue à Toulouse, est en effet déjà plus politique et plus radicalisée que lors de la bataille contre la LRU en 2009. En revanche, elle ne s’est pas encore dotée d’une perspective stratégique suffisamment homogène pour rayonner et agglomérer autour d’elles les autres luttes, dans l’éducation, les entreprises, ainsi que les éléments de radicalisation lycéenne les plus développés, en ce moment, en région parisienne et dans le 93 en particulier.

Du « Grand refus » à la révolte prochaine ?

En 1964 Marcuse, symbole malgré toutes ses limites de l’intellectuel marxiste tentant de penser à la hauteur de son temps, écrivait dans L’homme unidimensionnel qu’un des espoirs de révolution qui résistait, à côté d’un mouvement ouvrier américain en crise, était les étudiants en révolte : leur « Grand refus » restait la lumière dans un océan de défaitisme et de repli défensif non seulement des réformistes, mais également de l’extrême-gauche révolutionnaire. Mai 68, en France, avait également commencé par une révolte étudiante contre la répression policière dont s’était par la suite solidarisé le mouvement ouvrier avant que ne se produise la grève générale la plus importante des luttes de classes en Europe occidentale. Les conditions historiques ne sont pas les mêmes et une telle comparaison n’est pas d’actualité stricto sensu : mais dans un pays où la souffrance et la colère irriguent toutes les franges du monde du travail, des classes populaires et de la jeunesse, qui peut prétendre aujourd’hui interdire le scénario d’un vaste mouvement social au sein d’une nouvelle génération ? Les ingrédients, en tous cas, sont au rendez-vous. Reste à mener la bataille en la tirant vers le haut, sans lésiner sur l’offensive. Prochaine étape clé, donc, mardi 25 prochain. Avanti le Mirail !

22/11/14



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Jeudi 20 novembre, premier blocage du campus, 1500 étudiants en AG, et manifestation en centre-ville : Avanti le Mirail
23 novembre 2014 - 12h41 - Posté par NOCTURNE

Mai 68, en France, avait également commencé par une révolte étudiante contre la répression policière dont s’était par la suite solidarisé le mouvement ouvrier avant que ne se produise la grève générale la plus importante des luttes de classes en Europe occidentale.

Je préférerais que se soit les travailleurs qui se mobilisent, et que les étudiants se solidarisent au monde du travail.
Mais les masses font l’histoire



Jeudi 20 novembre, premier blocage du campus, 1500 étudiants en AG, et manifestation en centre-ville : Avanti le Mirail
26 novembre 2014 - 10h44 - Posté par PierreP

"Mai 68, en France, avait également commencé par une révolte étudiante contre la répression policière ...". Ben oui, c’est chronologiquement évident que si on fait commencer la révolte (étudiante) en mai 68, elle commence effectivement en mai 68 !!!
Ceci étant avant cette révolte, il y déjà des luttes ouvrières et paysannes en place depuis plus d’un an et "mai 68" vient se greffer là-dessus. Ce qui est nouveau, c’est la radicalité et la violence assumée tant du côté des protestataires étudaints que de celui des policiers.
Car du côté des ouvriers et des paysans même s’il y a violence, elle est recadrée par les appareils politico-syndicaux (PCF et CGT), pour éviter l’aventure. Ce qu’ils ne aurons du mal à faire en mai et juin 68.






COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
6 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite