Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Jeudi 20 novembre, premier blocage du campus, 1500 étudiants en AG, et manifestation en centre-ville : Avanti le Mirail
de : Emmanuel Barot
samedi 22 novembre 2014 - 20h34 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Source : http://www.ccr4.org/Jeudi-20-novemb...

Même la presse bourgeoise le dit : en berne depuis la défaite de la lutte contre la LRU, en 2009, le Mirail renoue aujourd’hui avec sa « tradition contestataire ». Cinq années ont passé depuis. La « génération du CPE » est partie, mais c’est une nouvelle génération d’étudiants qui tente maintenant d’ancrer dans la durée une mobilisation forte contre le rouleau compresseur de « l’austérité » universitaire (au passage, encore une suppression de 70 millions d’euros dans le budget des universités lors du vote du budget 2015 à l’Assemblée Nationale), contre la criminalisation des contestations et les violences policières, mais également contre les désastres écologiques orchestrés par le gouvernement et les potentats locaux aux services des patrons de l’agroalimentaire tarnais.

Après une AG à 1200 le jeudi 13, ce sont environ 1500 étudiants qui ont voté, hier, après un premier blocage de l’université, un nouveau blocage avec occupation pour le mardi 25. Premier test, premier électrochoc : personnels et étudiants forcés de discuter entre eux, à côté d’une micro-ZAD symbolique plantée sur le jardin central du campus. Un constat s’impose : à Toulouse, au Mirail, tout le monde ou presque est conscient que rien ne va pas plus au royaume de Hollande. Pourtant, l’électrochoc suscite polémique, réactions épidermiques de la présidence, offensives d’anti-bloqueurs. « Blocage » ? Piquets de grève, arrêt forcé de la routine des cours et des examens, arrêt forcé de la routine des tâches administratives et des missions impossibles des personnels, toujours moins nombreux à travailler dans des locaux de plus en plus délabrés ou alors reconstruits par Vinci avec moins d’espace, et ce alors que le nombre d’étudiants est en augmentation : les « blocages », par définition, clivent, comme toute grève avec occupation, ils brisent l’ordre et le quadrillage établi, ils font symboliquement violence en démontrant qu’on n’est pas condamnés à subir, à encaisser, qu’il n’y a pas de fatalité et qu’on peut imposer un coup d’arrêt à une machine qui n’a rien de toute-puissante.

Blocage… et mobilisation

Face à cette situation, la présidence de l’université a du mal à faire croire à son progressisme. D’un côté, alors qu’un préavis de grève est déclaré du côté enseignants, elle les rappelle à l’ordre en demandant de venir travailler (première étape avant de taper sur le droit de grève lui-même ?). De l’autre, elle n’hésite pas à envoyer les vigiles démonter les piquets… qui ont par ailleurs vite été remontés dans les lieux centraux de la fac, jusqu’à ce que l’AG étudiante vote que mardi 25 prochain soit une nouvelle journée de mobilisation, de blocage avec occupation, avec une nouvelle assemblée générale. Les personnels en lutte de leur côté ont rappelé, après leur propre AG, leur soutien et leur participation active à cette mobilisation, et réaffirmé leur volonté d’une construction commune au quotidien de la bataille.

Dans la foulée de l’assemblée générale, ce sont environ 500 étudiants qui ont manifesté dans les rues de Toulouse. Rejoints par des cortèges de l’IEP du centre-ville et de la fac de sciences, Paul Sabatier, ils ont ainsi renforcé un peu plus leur présence da l’espace public toulousain. La semaine dernière, déjà, le 15 novembre, dans le cadre de la mobilisation nationale contre l’austérité, ils avaient été 300 à participer à la manifestation toulousaine, constituant, de loin, son cortège le plus dynamique de la manifestation, ajoutant aux mots d’ordres généraux la question de la dénonciation et de la lutte contre les violences policières.

Un début de recomposition du mouvement étudiant

Sur fond de défaitisme, de scepticisme, et de décomposition du mouvement étudiant, qui avait pourtant constitué l’une des forces déterminantes de la victoire du CPE en 2006, avec, en toile de fond, des personnels en grande partie atomisés et largement sonnés par plusieurs années de management et de surexploitation, la lutte actuelle du Mirail est bien plus qu’un sursaut : elle témoigne d’un début de recomposition subjective du mouvement étudiant qui commence à actualiser ses repères et ses délimitations. Forcément hétérogène, avec des niveaux de conscience très inégaux, cette lutte manifeste des aspirations profondes. Elle est également en demande de perspectives, traversées d’indécisions reflétant un contexte politique à la fois violent et difficilement prévisible : soif de débats, de réflexion, d’en découdre avec une démocratie austéritaire-autoritaire qui n’offre plus aucune espoir. En ce sens, l’atmosphère électrique et radicalisée qui se dégage de la journée de jeudi témoigne d’une lutte qui cherche son rythme, s’organise progressivement et recèle un potentiel explosif, à la fois localement et nationalement. La mobilisation étudiante, telle qu’elle est apparue à Toulouse, est en effet déjà plus politique et plus radicalisée que lors de la bataille contre la LRU en 2009. En revanche, elle ne s’est pas encore dotée d’une perspective stratégique suffisamment homogène pour rayonner et agglomérer autour d’elles les autres luttes, dans l’éducation, les entreprises, ainsi que les éléments de radicalisation lycéenne les plus développés, en ce moment, en région parisienne et dans le 93 en particulier.

Du « Grand refus » à la révolte prochaine ?

En 1964 Marcuse, symbole malgré toutes ses limites de l’intellectuel marxiste tentant de penser à la hauteur de son temps, écrivait dans L’homme unidimensionnel qu’un des espoirs de révolution qui résistait, à côté d’un mouvement ouvrier américain en crise, était les étudiants en révolte : leur « Grand refus » restait la lumière dans un océan de défaitisme et de repli défensif non seulement des réformistes, mais également de l’extrême-gauche révolutionnaire. Mai 68, en France, avait également commencé par une révolte étudiante contre la répression policière dont s’était par la suite solidarisé le mouvement ouvrier avant que ne se produise la grève générale la plus importante des luttes de classes en Europe occidentale. Les conditions historiques ne sont pas les mêmes et une telle comparaison n’est pas d’actualité stricto sensu : mais dans un pays où la souffrance et la colère irriguent toutes les franges du monde du travail, des classes populaires et de la jeunesse, qui peut prétendre aujourd’hui interdire le scénario d’un vaste mouvement social au sein d’une nouvelle génération ? Les ingrédients, en tous cas, sont au rendez-vous. Reste à mener la bataille en la tirant vers le haut, sans lésiner sur l’offensive. Prochaine étape clé, donc, mardi 25 prochain. Avanti le Mirail !

22/11/14



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Jeudi 20 novembre, premier blocage du campus, 1500 étudiants en AG, et manifestation en centre-ville : Avanti le Mirail
23 novembre 2014 - 12h41 - Posté par NOCTURNE

Mai 68, en France, avait également commencé par une révolte étudiante contre la répression policière dont s’était par la suite solidarisé le mouvement ouvrier avant que ne se produise la grève générale la plus importante des luttes de classes en Europe occidentale.

Je préférerais que se soit les travailleurs qui se mobilisent, et que les étudiants se solidarisent au monde du travail.
Mais les masses font l’histoire



Jeudi 20 novembre, premier blocage du campus, 1500 étudiants en AG, et manifestation en centre-ville : Avanti le Mirail
26 novembre 2014 - 10h44 - Posté par PierreP

"Mai 68, en France, avait également commencé par une révolte étudiante contre la répression policière ...". Ben oui, c’est chronologiquement évident que si on fait commencer la révolte (étudiante) en mai 68, elle commence effectivement en mai 68 !!!
Ceci étant avant cette révolte, il y déjà des luttes ouvrières et paysannes en place depuis plus d’un an et "mai 68" vient se greffer là-dessus. Ce qui est nouveau, c’est la radicalité et la violence assumée tant du côté des protestataires étudaints que de celui des policiers.
Car du côté des ouvriers et des paysans même s’il y a violence, elle est recadrée par les appareils politico-syndicaux (PCF et CGT), pour éviter l’aventure. Ce qu’ils ne aurons du mal à faire en mai et juin 68.






Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
1 commentaire
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Vous, apprenez à voir, plutôt que de rester les yeux ronds. Agissez au lieu de bavarder. Voilà ce qui aurait pour un peu dominé le monde ! Les peuples en ont eu raison, mais il ne faut pas nous chanter victoire, il est encore trop tôt : Le Ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde. Bertolt Brecht
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite