Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Véridique Rapport sur les dernières chances de sauver le capitalisme en Italie


de : GianfrancoSanguinetti
mercredi 4 mai 2005 - 13h37 - Signaler aux modérateurs
TERRORISME - Extrait du ''Véridique Rapport'' Milan, 1975

                    Salut à toutes et à tous,

           Les trois accusés dans l’attentat de Piazza Fontana ont été définitivement acquittés.

          Voici le lien où l'on peut lire gratuitement l'un des meilleurs livres du 20° siècle (« Véridique Rapport sur les dernières chances de sauver le capitalisme en Italie » ; Milan, août 1975), ce livre est du révolutionnaire situationniste Gianfranco Sanguinetti, signé "Censor" dans un premier temps, quand il fit croire que ce livre avait été produit par la meilleure tête éclairée de la bourgeoisie italienne :

          http://big.chez.com/debordiana/francais/censor.htm

          Voici maintenant un extrait de ce qui fut approuvé par la bourgeoisie italienne et par la grande presse du même pays, quand tout ce beau monde pensait encore que cela avait été écrit par une personne de la même caste qu'eux, et que cela ne sortirait pas de ce milieu ; parce qu'au tout début, ce livre ne fut publié qu'à quelques centaines d'exemplaires distribués uniquement à la bourgeosie et à ses valets. À lire attentivement :

 

          ...Nous avons fréquenté, dans le cours de notre vie, des lettrés qui ont écrit l'histoire sans se mêler aux affaires ; et nous avons eu à agir avec des hommes politiques qui se sont constamment et uniquement employés à produire et à empêcher des événements, sans trop penser à les décrire. Nous avons toujours observé que les premiers voyaient partout des causes générales, tandis que les seconds, vivant au milieu des faits de chaque jour, nés apparemment les uns des autres, se figuraient volontiers que tous les événements qui les servaient devaient être attribués à leur mérite, comme s'il eût incombé à eux exclusivement de déterminer la marche du monde, et que tout contretemps n'était que la conséquence de tel ou tel autre événement particulier, absolument imprévisible. Il y a lieu de croire qu'aussi bien les uns que les autres sont dans l'erreur ; et si dans cette époque on doit s'attendre à tout, parce que tout est possible, il n'est pas permis alors de se laisser prendre par surprise. Et par exemple, dans cet automne de 1969, que Raffaele Mattioli définissait, avec ce détachement philosophique qui n'était qu'à lui, comme « l'expression lyrique de l'histoire en action, où personne n'a eu le courage d'être ce qu'il était », on assistait au pitoyable spectacle d'industriels qui plaçaient plus de confiance dans les syndicats qu'en eux-mêmes ; et les syndicats plaçaient leur confiance dans les concessions qu'ils pouvaient obtenir du gouvernement ; et le gouvernement dans l'efficacité de ses services spéciaux. Nous étions un petit nombre à savoir que ce que l'on prévoyait de pire était tout au contraire trop optimiste, de même qu'aujourd'hui encore peu savent que l'Italie s'est trouvée alors plus d'une fois à une heure seulement d'une insurrection générale, et que si par bonheur ceci n'est pas advenu, ce fut moins grâce aux précautions de ceux-ci ou de ceux-là, que par le jeu d'autres facteurs.

          Les luttes à propos des contrats obtenaient de notables succès sur le terrain des salaires, mais c'était une pieuse illusion que de croire que les esprits s'apaiseraient une fois que les contrats auraient été reconduits : du moment que les ouvriers, comme nous l'avons déjà dit, en réalité ne combattaient pas pour obtenir simplement des augmentations de salaire, il était désormais clair que, pour consistantes que fussent ces augmentations, on ne pouvait plus espérer acheter avec elles la paix sociale, qui risquait chaque jour davantage de n'être plus qu'un heureux souvenir des temps passés. De fait, lorsque certaines catégories, comme les travailleurs municipaux et d'autres, obtinrent un nouveau contrat de travil, ils persévérèrent dans leurs grèves illégales, sous prétexte de soutenir la lutte des travailleurs de l'industrie mécanique privée, pour qui la négociation restait en suspens. Les syndicats, de leur côté, ne pouvaient s'exposer au péril de se couper des masses travailleuses, en désavouant toutes les grèves qu'ils n'avaient pas voulu entreprendre et qu'ils n'avaient pas pu empêcher : ils devaient, au contraire, accepter la donnée de fait de ces grèves ouvrières, pour ne pas s'exclure par avance de la possibilité d'être à leur tour acceptés par elles, dans un second temps, comme porte-parole autorisés des revendications. Pour prévenir l'émeute ouverte, les confédérations syndicales ont donc dû trouver des objectifs autres que les revendications de salaire, afin de tenter de canaliser vers eux la contestation ouvrière.

          Ce fut un de ces objectifs, lesquels paraissaient artificiels aux ouvriers eux-mêmes, qui fournit l'occasion d'ébaucher une insurrection caractérisée et patente. Le 19 novembre 1969, les syndicats avaient annoncé une journée de grève générale nationale sur la question des loyers ; cette grève, qui vit la plus vaste abstention au travail que l'on ait enregistrée dans l'histoire de la République, dégénéra très vite en émeute à Milan : les leaders syndicaux, qui devaient prendre la parole au Théâtre Lyrique, furent boycottés et insultés par les travailleurs qui, abandonnant le meeting, attaquèrent durement les forces de Sûreté Publique, contraintes alors de se retirer de tout le quartier, et ils élevèrent des barricades dans le centre de la ville.

          Nous avons un souvenir précis de ce spectacle, parce que justement ce 19 novembre, vers midi, nous devions traverser la via Larga pour nous rendre au domicile, sis non loin des lieux des affrontements, d'un industriel chez qui nous étions conviés à déjeuner, avec quelques hommes politiques et d'autres personnalités du monde économique. Puisqu'il était impossible de trouver un taxi, nous traversâmes à pied tout un secteur de la ville : nous trouvâmes la majeure partie des rues tranquilles et presque désertes, comme il arrive de les voir à Milan le dimanche matin de bonne heure, quand les riches dorment encore et les pauvres ne besognent pas ; çà et là, de temps à autre, un jeune homme, ayant plutôt la mine d'un salarié suburbain que d'un étudiant, apposait tranquillement quelque placard sur une façade ; il nous en fut offert plusieurs, signés par tel ou tel groupe d'« ouvriers autonomes » ou de « comités de base », et l'un de ces manifestes nous avait surpris par son titre lugubre, qui sentait son XIXe siècle, et qui était quelque chose comme : « Avis au prolétariat sur les occasions présentes de la révolution sociale ». Ayant franchi, non sans quelque difficulté, les barrages de la force publique et des manifestants, nous atteignîmes enfin l'appartement de notre hôte, qui était plus inquiet qu'à l'accoutumée. La chère était magnifique, comme à l'accoutumée, mais la table était déserte : de la demi-douzaine des invités, seul un autre se présenta, en retard, et qui n'était même pas le plus attendu. Nous nous assîmes d'un air passif parmi cette abondance inutile, et un profond silence fut provoqué, involontairement, par une simple réflexion de notre part, que nous vivions un étrange temps, dans lequel, comme disait Tocqueville en 1848, on ne pouvait jamais être sûr qu'il ne surviendrait pas une révolution entre le moment où l'on passe à table et celui où le repas est servi.

          Les appels téléphoniques, qui scandaient le temps, rendaient plus énervante encore l'attente de quelque événement funeste ; les nouvelles s'accumulaient : un agent de la Sûreté Publique venait d'être tué devant le Théâtre Lyrique, et ni la police ni les syndicats n'étaient plus en état de dominer le champ de bataille, qu'ils avaient abandonné. Le téléphone fut, tout au long de cet après-midi, l'unique cordon ombilical nous reliant au monde; les pires craintes concernaient dès lors la situation à Turin, car si l'on avait su à Milan qu'ailleurs aussi la situation nous échappait, les chances26 que l'émeute et la grève restent limitées à cette journée se seraient complètement évanouies. De Rome, on apprit que les syndicats « tenaient » à Turin, et que l'on n'y signalait pas d'incidents graves, non plus qu'à Gênes. Quelques heures plus tard, l'information nous était confirmée directement par les leaders syndicaux qui étaient sur place ; heureusement, il n'y avait pas eu de morts parmi les manifestants, parce que c'était au fond l'aubaine que les agitateurs escomptaient. Milan, le Milan ouvrier, fut découragé d'apprendre, au soir, que partout la grève s'était déroulée sans incidents ; mais à Rome, et non certes dans la Rome populaire, les événements de Milan furent ressentis dans toute leur gravité, et ils créèrent même plus d'émotion que l'on n'en pouvait espérer d'une capitale habituellement si sournoisement insensible aux impulsions du reste du pays. On s'y avisa enfin qu'il n'y avait plus de temps à perdre, puisqu'à Milan ni les syndicats ni la police n'avaient plus été capables d'empêcher l'émeute ; et même si cette émeute, par bonheur, avait été brève, on ne savait que trop bien qu'aucune des conditions dont elle découlait n'avait été surmontée, pas plus à Milan que partout ailleurs en Italie. Il y avait donc plus d'une bonne raison de craindre qu'à quelques semaines de là, sinon même plus tôt, une nouvelle émeute ne se transformât en insurrection générale.

          Au lieu de quoi, trois semaines après, le 12 décembre, éclataient les bombes de la Piazza Fontana à Milan, et de Rome ; et l'on voyait en vérité ce « fait imprévisible et de nature traumatique » dont parlait le journaliste cité plus haut, et qui allait remuer si profondément l'opinion publique en Italie et à l'étranger.

          Les ouvriers, désorientés et frappés de stupeur devant tant de victimes innocentes, restèrent comme hypnotisés par l'événement inattendu, et égarés par la rumeur qui s'ensuivit, car en présence de faits de ce genre leur esprit est changeant, et, comme le dit Tacite, « vulgus mutabile subitis, et tam pronum in misericordiam, quam immodicum saevitia fuerat »27.

          Comme par magie, un mouvement de luttes si étendues et si prolongées s'oublia lui-même et s'arrêta.

 

 

IV.
Qu'il n'est jamais bon de seulement se défendre,
parce que la victoire n'appartient qu'à l'offensive

 

« ... Cette façon de voir, avant les guerres de la Révolution française, était plutôt dominante dans la sphère de la théorie. Mais lorsque ces guerres, d'un seul coup, ouvrirent un monde entièrement nouveau de phénomènes guerriers... on laissa de côté les vieux modèles, et l'on conclut que tout était la conséquence de nouvelles découvertes, d'idées grandioses, etc., mais aussi des conditions sociales transformées. On estima ainsi que l'on n'avait plus du tout besoin de ce qui appartenait aux méthodes d'un temps...
Mais parce que, dans de tels retournements des opinions, il surgit toujours deux partis en opposition, jusque dans cette circonstance les conceptions anciennes ont trouvé leurs chevaliers et défenseurs, qui considéraient les récents phénomènes comme des chocs de la force brutale, entraînant une décadence générale de l'art, et qui soutenaient que précisément le jeu de la guerre d'équilibre - dépourvu de résultats, vide - devait être le but... Cette dernière façon de voir manque tellement de bases logique et philosophique, que l'on ne peut la définir autrement que comme une désolante confusion conceptuelle. Mais également l'opinion opposée, selon laquelle tout ce qui advenait autrefois ne se reproduira plus, n'est aucunement pondérée. Des nouveaux phénomènes dans le champ de l'art de la guerre, une proportion minime doit être attribuée à de nouvelles découvertes ou à de nouveaux concepts ; la plus grande part au contraire aux nouvelles circonstances et conditions sociales... Commencer par la défensive et finir par l'offensive correspond pleinement à la démarche naturelle de la guerre. »

KARL VON CLAUSEWITZ. De la guerre.

 

          ON SAIT QUE la vérité est d'autant plus dure à entendre qu'elle a été plus longuement tue. D'autre part, nous avons trop l'expérience du jeu des forces réelles dans le sein des sociétés humaines, présentes et passées, pour être comptés parmi ceux qui prétendent, soit par ingénuité soit par hypocrisie, que l'on pourrait gouverner un État sans secrets et sans tromperie. Si donc nous rejetons cette utopie, nous n'en rejetons pas moins, et tout aussi résolument, la prétention de gouverner un pays démocratique moderne en se fondant uniquement sur le mensonge et le bluff systématique, comme a cru pouvoir le faire impunément l'ex-président Nixon, qui à la fin s'en est repenti. Bien au contraire, nous avons toujours fermement cru que les peuples, quand ils disent vouloir la vérité, à laquelle les constitutions démocratiques leur donnent droit, ne veulent réellement rien de plus que des explications : et alors, pourquoi ne pas leur en donner ? Pourquoi s'égarer dans l'impasse des plus maladroits mensonges, comme on a fait, par exemple, à propos de la bombe de la Piazza Fontana ? Nos gouvernants, notre magistrature, les responsables des forces de l'ordre, oublient trop aisément qu'il n'existe rien au monde de plus nocif pour le pouvoir qu'ils détiennent que faire naître dans l'esprit du citoyen démocratique le sentiment qu'il est continuellement pris pour un imbécile : parce que cela, au fond, est le ressort qui met inévitablement en action ce subtil engrenage des passions et des ressentiments humains, en vertu duquel même le plus timoré des petits-bourgeois peut en venir à se rebeller, à admettre et nourrir des idées radicales. C'est alors que le citoyen se sent en droit de réclamer la « justice », moins par amour de la justice que par crainte de devoir subir à son tour une injustice.

          Notre classe politique aujourd'hui est en train de s'apercevoir combien commencent à lui coûter toutes les sottes justifications embarrassées qui ont été accumulées, et toujours à contretemps, sur la question cruciale des bombes de 1969. S'il n'a jamais existé une bonne politique qui fût fondée principalement sur la vérité, ce sera toujours la pire des politiques, celle qui se fonde exclusivement sur l'invraisemblable : et cela parce qu'une telle politique incite le citoyen à douter de tout, à bâtir des conjectures, à vouloir pénétrer dans tous les secrets de l'État avec une grande prodigalité de suppositions désinvoltes et de fantaisies chimériques. N'importe quel imposteur a dès lors droit de cité et peut opérer avec une entière liberté ; et du moment que tout a pris la figure de l'artifice effronté, l'électeur, qui habituellement se contente du vraisemblable, émet à grands cris la prétention de connaître toute la vérité sur toutes choses, intimant ainsi au pouvoir politique un menaçant hic Rhodus, hic salta28. Tous à ce point se trouvent hardis et pleins de courage en face de la lâcheté qu'ils reprochent à l'État, et celui-ci est bloqué dans un cercle vicieux, où il doit démentir successivement toutes les précédentes versions officielles des faits. Et c'est ainsi qu'un État s'use fatalement jusqu'à perdre la force, nous ne voulons pas dire de corriger ses erreurs, mais seulement même de les admettre. Il faut donc, pour retrouver cette force, s'exposer au risque de dire enfin la vérité, parce que le pouvoir en Italie s'est placé dans une de ces situations, toujours périlleuses pour tout État, où il n'est plus possible de rien dire d'autre.

          Et la vérité, quand elle arrive enfin, après que tous les mensonges se soient démentis au contact l'un de l'autre, cette même vérité disons-nous, quoiqu'elle puisse aussi paraître invraisemblable, est assez forte pour affronter toutes sortes de soupçons, et pour prévaloir contre la méfiance générale :

« Sempre a quel ver c'ha faccia di menzogna
de' l'uom chiuder le labbra fin ch'el pote,
però che sanza colpa fa vergogna ;

ma qui tacer nol posso ; e per le note
di questa comedia, lettor, ti giuro »
Etc.29

          Gœthe était convaincu qu'« écrire l'histoire est une façon de nous débarrasser du passé », et nous, nous ajoutons qu'il faut à présent d'abord se débarrasser définitivement du fantasme de la Piazza Fontana, coûte que coûte, parce que le moment est venu où il est infiniment plus coûteux de le maintenir artificiellement en vie. Du reste, nous avons voulu véridique, dès son titre, le présent Rapport, et nous souhaitons que les forces saines de l'Italie sachent tirer profit de cette amère leçon que nous devons nous infliger à nous-mêmes.

          On a vu, précédemment, ce qu'était la situation sociale vers la fin de 1969 : les ouvriers, sans chefs à qui obéir, agissaient désormais librement en dehors de la légalité démocratique, et contre cette légalité ; ils refusaient le travail et leurs propres représentants syndicaux, ils ne voulaient pas, en un mot, renouveler ce tacite contrat social sur lequel se fonde tout État de droit, et notamment notre République qui se déclare « fondée sur le travail » dès le premier article de sa Constitution. Tous les jours, en tous lieux, les ouvriers violaient de fait et de cent manières cette Constitution. Quelle était, alors, la dramatique alternative devant laquelle se trouvait notre République ? L'alternative n'était rien de plus et rien de moins que ceci : remettre en vigueur la légalité constitutionnelle et l'ordre civil ; ou bien disparaître.

          Sur qui l'État pouvait-il compter, pour imposer le retour à l'ordre, du moment que les forces de Sûreté Publique et les syndicats étaient comme impuissants, et que former un gouvernement à participation communiste était une hypothèse rejetée comme un blasphème par tous les autres partis ? L'État, après l'émeute du 19 novembre, ne pouvait plus compter sur rien d'autre que ses services secrets de sécurité, et sur l'effet que pouvaient susciter dans l'opinion publique ses moyens d'information et de propagande, une fois que celle-ci aurait été suffisamment secouée par ce « fait imprévisible et de nature traumatique » que furent justement les bombes du 12 décembre.

          Le recours à ces bombes fut-il une erreur, ou bien le salut ? Ce fut à la fois l'un et l'autre, ou pour le mieux dire, le salut provisoire des institutions en même temps qu'une source perpétuelle d'erreurs successives. C'est pour cela que nous sommes persuadés que l'on ne critiquera jamais assez l'opération du 12 décembre 1969, parce que la bombe de la Piazza Fontana, en même temps qu'elle se voulait le dernier coup de semonce devant la menace de subversion prolétarienne, était déjà en fait le premier coup de canon de la guerre civile : et à la manière dont a été tiré ce coup l'on peut mesurer l'incapacité de nos forces dans une telle guerre civile. Tout le burlesque des successifs putschs manqués de notre extrême-droite était déjà contenu dans cette manifestation d'incompétence grandiose.

          Nous ne songeons pas à nier l'utilité, dans n'importe lequel des pays modernes, de semblables initiatives d'urgence, que la nécessité d'un moment critique particulier peut imposer, comme aussi bien nous ne nions pas que la bombe de la Piazza Fontana ait eu, à sa façon, un effet salutaire évident, en désorientant complètement les travailleurs et le pays, et en permettant au parti communiste de ramener les ouvriers derrière lui dans la « vigilance » démocratique contre un fantomatique péril fasciste, tandis que les syndicats pouvaient finalement conclure vite et bien les dernières et les plus laborieuses des négociations contractuelles. Ce que par contre nous nions résolument, c'est que cet effet positif ait été assuré, ou seulement prévisible, avec une marge de sécurité convenable ; c'est-à-dire, que l'on n'ait pas recouru à un remède pire et plus dangereux que le mal, en usant d'une pareille action parallèle d'une manière aussi approximative. Et ceci à un double point de vue. Avant tout, trop de gens étaient au courant d'une opération de ce genre avant même le 12 décembre. À ce propos nous nous bornons à avancer une seule considération : si un seul des représentants de la gauche, parmi ceux qui savaient, avait dit publiquement, ne serait-ce qu'à titre personnel, la vérité qui aujourd'hui est sur les lèvres de tous, immédiatement après l'explosion des bombes, eh bien alors, la télévision aurait pu dire ce qu'elle voulait, mais la guerre civile aurait éclaté à l'instant même, et rien n'aurait pu l'empêcher. Cela fut, on peut bien le dire, un vrai coup de chance, qu'à ce moment la classe politique se soit enfermée dans une réserve parcourue de murmures, mais rigoureusement observée. De plus, nous relevons que, tant le plus mauvais choix possible des coupables - en aucun cas un Valpreda n'était vraisemblable en tant qu'auteur de l'attentat, même si cent chauffeurs de taxi avaient dû laisser, avant de mourir, autant de témoignages pour valoir ultérieurement -, tant la façon dont police et magistrature se sont comportées dans cette affaire, en ont fait cette grotesque farce de quiproquos mêlée de lugubre, plus digne d'être montée dans une dictature sud-américaine que dans une démocratie européenne.

          En quoi l'opération du 12 décembre peut-elle être, en dépit de tout cela, considérée comme réussie ? Ces bombes réussirent à imposer l'effet voulu, dans la mesure où tous les moyens d'information mirent en avant, à la place de leur seule vraie signification, leurs multiples étiquettes - les tenants et les aboutissants anarchistes ou fascistes - ; et ces moyens d'information furent crus dans un premier temps, en dépit des versions contradictoires, ou même peut-être précisément grâce à elles. D'autre part le coup réussit également parce que l'on n'avait jamais vu, comme dans cette circonstance, un tel soutien réciproque de toutes les forces institutionnelles, une si grande solidarité entre les partis politiques et le gouvernement, entre le gouvernement et les forces de l'ordre, entre les forces de l'ordre et les syndicats. Ainsi, ce qui apparaissait alors à l'opinion publique comme le parlement « contre » le gouvernement, le gouvernement « contre » les bombes, et les bombes « contre » la République, n'était évidemment pas un conflit entre un pouvoir constitutionnel et un autre, tel celui des pouvoirs législatif et exécutif, mais c'était bel et bien l'État même qui, en un si extrême péril, s'était trouvé amené à manœuvrer, du mieux qu'il pouvait, contre lui-même, certains instruments extrêmes de son propre maintien : pour faire voir à tous que tous, avec l'État, étaient en péril.

          Quelques années nous séparent à présent de ces événements dangereux pour tous, et tristes pour quelques-uns, que maintenant nous critiquons même publiquement. On ne doit pas sous-estimer, cependant, ce qu'il y a d'admirable dans cette « expression lyrique de l'histoire en action », comme l'appelait Don Raffaele, où l'État, réduit au rôle de deus ex machina a su mettre en scène sa propre négation terroriste pour réaffirmer son pouvoir...

________________________

Notes de l'auteur :

25. « Il n'a jamais été inutile de démêler ces choses, à première vue petites, desquelles souvent procède l'enchaînement des grandes. »

26. En français dans le texte.

27. « Le vulgaire varie selon les événements imprévus, et se trouve d'autant plus enclin à la miséricorde qu'il l'avait été immodérément à la cruauté. »

28. C'est ici le pied du mur, c'est ici qu'on voit le maçon.

29.  « Toujours, à ce vrai qui a l'apparence du mensonge,
l'homme doit fermer ses lèvres autant qu'il le peut,
puisque sans faute il engendre la honte ;

mais ici je ne peux le taire, et pour les notes
de cette comédie, lecteur, je te jure... »
(Dante)

==========================

Remarque de do :

Pour lire ce texte en entier, veuillez cliquer ici :
http://big.chez.com/debordiana/francais/censor.htm

Après que son coup eut réussi à merveille, Giangranco Sanguinetti republia ce livre, mais à un grand nombre d'exemplaires destinés à TOUT LE MONDE, muni de l'explication suivante (décembre 1975) :

Preuves de l’inexistence de Censor, par son auteur. :
http://www.chez.com/debordiana/francais/preuves.htm

Il faut remarquer que c'est grâce à Sanguinetti qu'une fraction de l'État italien nommée "Loge PII" (qui réunissait des membres du pouvoir allant de l'extrême droite à la gauche PS en passant par le Vatican et les Services Secrets italiens) fut condamnée par les tribunaux italiens pour l'attentat de la gare de Bologne ! C'était donc bien l'État italien qui avait commandité en cachette cet attentat !

Merci pour votre attention,
Meilleures salutations,
do
http://mai68.org



Imprimer cet article





journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
1 commentaire
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
2 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76
Rentrée, plan de relance, luttes…
samedi 5 - 09h40
Regard marxiste sur la catastrophe écologique et perspectives - Chrismondial
samedi 5 - 08h38
de : Christian Delarue
1 commentaire
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - 12/09/20
vendredi 4 - 17h40
de : Jean Clément
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - SAMEDI 12 SEP
vendredi 4 - 17h37
de : Jean Clément
Mali : Dans quel but s’y maintient l’Armée Française ?
vendredi 4 - 17h29
de : joclaude
Guy KONOPNICKI : 2005 - 2020 . Christian DELARUE
vendredi 4 - 17h14
de : Christian.Delarue
3 commentaires
Etats-Unis : Daniel Prude asphyxié par des policiers dans l’Etat de New York (video, photos)
vendredi 4 - 10h58
Des tags islamophobes sur la mosquée de Tarbes - MRAP
jeudi 3 - 21h34
de : Christian DELARUE (MRAP)
3 commentaires
Le plan de relance enchante le patronat sans trop convaincre les syndicats de salariés
jeudi 3 - 17h38
A LA RENTREE FAIS GAFFE A LA RECRE
jeudi 3 - 10h02
de : Nemo3637
La grande descente - Si c’est pas l’heure de l’mettre, ça y ressemble !
mercredi 2 - 22h37
de : Hdm
1 commentaire
Tita Nzebi, femme de parole et de chant
mercredi 2 - 17h28
L’universalisme, seule boussole de l’antiracisme - HPR répond à JLM (Marianne)
mercredi 2 - 07h34
de : Christian Delarue
La République En Masques : une armada de collabos !
mardi 1er - 15h25
de : Claude Janvier
3 commentaires
Le PCF du Tarn agressé par l’extrême droite, le PRCF 81 apporte son soutien et sa solidarité antifasciste.
mardi 1er - 12h01
de : jodez
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite