Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

24 mai : les raisons de l’autre (émission france-culture)


de : Paris
mercredi 4 mai 2005 - 22h37 - Signaler aux modérateurs

Mardi 24 Mai 2005, de 20h30 à 22h
Lecture avec émission en direct de la pièce
Les raisons de l’autre

Maison de la Radio
Studio 106 - Sacha Guitry
116, avenue du Président Kennedy
75016 Paris

Attention : Réservation obligatoire des places au 3230

Merci de vous présenter à partir de 19h30 dans le hall A de la Maison de Radio France, votre nom figurera sur une liste au contrôle (dans la limite des places disponibles)

Cette lecture sera suivie d’entretiens avec Erri de Luca, Paola de Luca, Oreste Scalzone et les auteurs Roberto Silvi et Cecilia Calvi

 www.radiofrance.fr/chaines/france-c...

24 Mai 2005

Les raisons de l’autre de Roberto Silvi et Cécilia Calvi

de 20h30 à 22h

En direct et en public du studio 106 à la Maison de Radio France

Au départ j’avais essayé d’écrire un roman, dans lequel je racontais une histoire semblable à celle de cette pièce. Cécilia Calvi, scénariste professionnelle, a lu et apprécié ce que j’avais écrit, et m’a lancé le défi de me remettre au travail pour faire de ce matériel un texte théâtral : elle m’aurait aidé et conseillé.

Après un échange de plusieurs e-mails, d’interminables coups de fil, corrections, coupures et adjonctions, voici le résultat. A vous de juger.

Le texte, très autobiographique, représente une grande partie de ma vie, mais pas toute ma vie et, à certains moments, pas seulement la mienne.

En racontant cette histoire, comme cela arrive toujours dans les romans et tous les travaux d’écriture, je me suis scindé en deux : d’un côté l’auteur, de l’autre le narrateur de l’histoire.

Je suis l’auteur, mais le narrateur est Stefano le vieux. Cela m’a permis d’avoir un personnage plus efficace du point de vue dramaturgique, en raison d’une charge plus forte d’expériences vécues.

Par exemple, moi, l’auteur, je ne fume pas régulièrement des pétards ni ne bois sans modération pour pouvoir écrire et, chose importante, à la différence de Stefano le vieux, j’ai la chance de n’avoir jamais tué personne.
Ainsi la scène de l’homicide, dont je n’ai pas eu de difficulté à imaginer la dynamique, est vraisemblable mais elle n’est pas vraie.

Et si Stefano raconte l’attentat contre le directeur de la prison de Bologne, qui n’a jamais eu lieu, c’est parce que j’éprouvais la nécessité d’aborder ce qui pour moi a été un moment fondamental dans l’histoire de la lutte armée : le passage à l’homicide politique.

Quant à moi, même si je ne la’i pas pratiqué, je sais que j’aurais pu la faire, ne serait-ce que par hasard ou pour obéir à une discipline de groupe auto-imposée.

C’est pourquoi je me sens co-responsable de ces choix et j’ai voulu en parler, essayant de comprendre combien de sa propre humanité est mise en jeu dans une telle action, à combien de cette humanité on doit renoncer pour pouvoir accepter de tuer, pour pouvoir déshumaniser la victime.

Je crois que les raisons qui poussent à l’homicide politique font épouser une sorte de lutte qui ne peut que produire d’autres oppressions.

Il faudrait savoir se soustraire au développement tragique de l’histoire qui a produit, et ne pourra que produire, des millions de morts, et apprendre à utiliser les armes des opprimés (les ouvriers, mais aussi et surtout les femmes, les malades, les exclus) sans vouloir leur indiquer des méthodes qui reproduisent à l’infini les systèmes de prévarication des tenants du pouvoir.

J’adresse donc aux lecteurs-spetateurs de ce texte l’invitation à le considérer surtout comme une oeuvre littéraire-théâtrale et non pas un document historique.

Je n’ai pas utilisé la confrontation entre Stefano le jeune et le vieux pour refouler le passé, lié pour toujours à la période historique qui l’a accouché, mais pour observer comment je l’ai vécu et par ce biais le critiquer et, si possible, le dépasser.

Stefano le vieux dit au début : "... Je n’ai jamais cherché qu’à regarder ma... notre histoire d’une manière plus détachée. Entre moi et toi il y a plus de vingt ans et à présent j’arrive mieux à voir tes rigidités." Roberto Silvi.

"Vingt ans se sont écoulés depuis ce dernier coup de feu, mais son écho résonne encore dans mon esprit. Jour après jour mon âme se consume, mais le vacarme de mes années de révolte retentit toujours en moi. Leur souvenir m’accompagne par les routes de mes nouvelles aventures, dans mes nouveaux amours, en leur ôtant saveur et couleur. je suis condamné à vivre de souvenirs."

Un homme, d’environ cinquante ans, est en train de corriger le texte d’un livre autobiographique qu’il a presque fini : il n’y manque que la fin. Il est convaincu de pouvoir découvrir dans son attitude d’antan les raisons de sa maladie d’aujourd’hui, la sclérose en plaques, qu’il croit avant tout psychologiques. En une sorte d’auto-analyse, l’écriture de ce livre lui sert à reparcourir les années pendant lequelles son engagement politique radical l’a amené jusqu’au choix des armes, et à l’homicide politique.

C’est l’occasion pour l’auteur de brosser une fresque des années 1970 en Italie, mais aussi d’affronter une série de questions qui vont au-delà de cette problématique : sa façon d’aimer, de vivre, le sens de la vie, de sa maladie, de sa mort peut-etre proche.

Avec notamment André Wilms, Marie Payen
Traduction : Marie Famulicki et Janie Lacoste
Bruitage : Sophie Bissantz
Réalisation : Blandine Masson

Cette pièce sera suivie d’entretiens avec Roberto Silvi, Cécilia Calvi, Paola De Luca.

"Il me semble que personne avant Roberto n’avait réussi à trouver le ton pour parler de notre histoire... Il fallait inventer un temps différent, autre que celui de la chronique, de la confession, du journal intime... Chaque personnage a son double, le jeune et la personne mûre, le dur et l’émotif, le rationnel et le romantique, la femme et l’homme, et chacun a d’autres doubles qui vivent en lui, dans un prisme magique.

Plus qu’un des personnages, le héros de cette pièce semble être le temps même, pris dans ce prsme.

Ceux qui d’aventure sont restés en dehors de ce temps, ont de la peine à se comprendre et à se faire comprendre. Quand ils se racontent ils arrêtent d’être des personnes et deviennent des personnages, des figures didactiques ou grotesques.

Combien de fois pendant ces années me suis-je sentie prisonnière politique... et ce non pas en raison de ma condition d’exilée ou de détenue, mais à cause de cette corde de douleur qui me lie à un autre temps et que je n’ai pas de mot pour exprimer.

Roberto a pris ce temps, il l’a regardé dans les yeux et l’a fait parler. Il lui a mis un microphone devant la bouche et a rendu perceptible une rumeur de vie."

Paola De Luca

"Parfois, pour expliquer ce que je fais parmi les agités politiquqes des nouvelles générations, je me réfère à la loyauté. Non pas à la fidélité qui pour moi a une connotation physique, et moi, je peux être fidèle à des etres humains mais pas à des idées abstraites. Loyauté : je reste loyal envers les raisons et les séquences révolutionnaires d’une longue lutte politique contre le pouvoir constitué. Je ne renie pas. Voici ma formule : si je rencontrais le jeune que j’ai été, je voudrais qu’il me serre la main, qu’il me reconnaisse comme son prolongement.

Cette drôle d’idée me sert de guide mieux que nombre d’autres rappels concrets. Après la lecture de l’oeuvre de Roberto Silvi "Les raisons de l’autre", je me découvre en accord avec lui qui s’est engagé dans cette pensée jusqu’à mettre en scène la rencontre entre le lui-même d’aujourd’hui et le jeune révolutionnaire qu’il a été.

Maintenant je le sais : c’est un rendez-vous violent, celui que je voudrais régler d’une poignée de main. Maintenant je le sais : il n’y a pas de tapes sur l’épaule, ni de toasts à la santé des femmes rencontrées. Maintenant je le sais : la confrontation des âges est une brûlure.

Notre conclusion politique de l’époque fut d’accepter de tuer. Un jour, vers la quarantaine, j’ai rencontré Marek Edelman, dernier commandant vivant de l’insurrection du ghetto de Varsovie en 1943. je l’ai remercié pour ça : s’être abaissé au niveau de ses ennemis, être devenu l’assassin des assassins, avoir sacrifié ainsi son humanité, son droit à être meilleur. Même la plus sacro-sainte des luttes armées, l’insurrection du ghetto de Varsovie, ravalait ses combattants au rang d’assassins. J’ai remercié Marek Edelman pour s’être sacrifié jusqu’à descendre sur le terrain du sang versé. Pour tuer il faut s’abaisser, même si on a une foule de raisons, puis c’est la victoire finale qui donne son aval aux raisons.

Nous, les révolutionnaires de l’époque, nous avons accepté de tuer et nous nous sommes abîmés pour toujours. Le savions-nous ? Oui, et nous avons affronté la ruine de nous-mêmes comme une offrande à verser en dot pour une meilleure vie pour les autres, des multitudes d’autres. Tomber, être tués, tout était pris en compte, sans pour autant entrer en balance avec le droit de tuer. Seuls nous-mêmes pouvions nous l’attribuer et nous l’avons assumé. Le nombre d’êtres humains en jeu, la majeure partie des opprimés, nous autorisait à nous pousser dans cet avant inconnu de nous-mêmes. Et à la fin, sur beaucoup d’entre nous il reste la puanteur indélibile de la poudre qui a fait mouche. Et sur tous les autres, exactement sur tous les autres, même ceux qui trichent en disant jen’y étaispas, jenesavaispas, jen’étaispasd’accord, il reste la complicité et la coresponsabilité de cette colère politique meurtrière. je ne renie pas. roberto Silvi ne renie pas non plus dans "Les raisons de l’autre" : collision de deux âges de lui-meme, défi à celui qui a droit, à celui qui a usurpé l’autre. Il faut se faire mal jusqu’à se casser en deux pour arriver à écrire la fin. Je suis sorti sonné de cette lecture et ébranlé dans ma drôle d’idée de serrer la amin au jeune que j’étais. C’est un jeu de la rencontre que je ne referai pas.

Erri de Luca.

Roberto Silvi

Né à Naples en 1952. il s’est engagé dans la lutte armée dans les années 70. Réfugié en France en 1982 pour échapper à la justice italienne, il y a vécu dix ans avant de retourner en Italie où il a purgé sa peine. C’est en prison qu’il a commencé l’écriture de sa pièce "Les raisons de l’autre" avec la collaboration de Cecilia Calvi. Roberto Silvi s’est installé définitivement à Paris en 2000.

Cécilia Calvi

En Italie, elle a écrit, dirigé et interprété de 1975 à 1990 plusieurs spectacles de théâtre, le plus souvent satires de la société et du monde politique.
Elle a également réalisé des longs-métrages et collaboré avec de grands auteurs italiens tels que Nino Manfredi et Gigi Proietti. Elle esta ctuellement scénariste pour la RAI.

Pendant les années 70 je faisais du théâtre politique. Ayant la chance de vivre une époque dans laquelle la création et l’imagination étaient un espace ouvert (pour le meilleur et pour le pire), je portais partout les spectacles, des usines occupées à l’Université et dans les quartiers. ’était ma façon de participer à ce grand mouvement de lutte et de renouveau.
Puis il y a eu une sorte de léthargie socio-culturelle, une diaspora qui a dispersé le mouvement et replacé hacun dans le rôle qui lui collait le mieux à la peau, et cela d’une façon parfois imprévisible.

Quand il y a trois ans j’ai rencontré Roberto, à travers sa présence, ces années 70, sur lesquelles la société avait préféré étendre un voile de silence, sont devenues vivantes, avec toute leur intensité dramatique.

Et m’est revenue à l’esprit la grande interrogation à laquelle je n’avais jamais eu de réponse : pourquoi lui (comme certains de mes amis) si semblable à moi par l’éducation, par la culture, a-t-il fait le choix de la lutte armée ? Quel est le point de non-retour qui nous sépare ? Quelles étaient ses pensées, ses émotions, ses contradictions, pendant une action violente et spectaculaire ? Quelle part de lui-même a survécu à ce séisme psychologique, à cette autodiscipline féroce, à ce rêve dissout dans une profonde blessure ?

La réponse se trouvait dans un livre écrit et non publié de Roberto. Et elle serait peut-être restée prise dans ces pages si elles n’avvaient été repensées et réécrites dans une forme théâtrale.

La grande possibilité qu’offre le théâtre est sa capacité de communication immédiate : il suffit d’un acteur, d’une voix, d’un spectateur, d’un espace. un rapport direct et immédiat, sans entraves bureaucratiques, liberté totale sans aucune censure.

Et on a réussi.

On a réussi à percer un peu ce silence imposé par une "culture du refoulement" et à raconter d’alors et de maintenant.

Et à ceux qui comme moi s’étaient posé cette question, Roberto a apporté sa réponse personnelle, déchirante et lucide. Il a eu le courage de se mettre en jeu et de s’offrir sans réserve pour partager une expérience qui a marqué sa vie et celle de toute une époque. Il nous a donné une pièce de ce puzzle compliqué et incomplet qu’est notre histoire récente.

Ecrire ensemble n’a pas été facile, mais on ne s’est jamais rendu. On a mis seulement un peu plus de temps. Sincères et impliqués. Comme ceux qui, espérons le, voudront bien partager notre expérience. Cécilia Calvi.

Roberto Silvi et Cecilia Calvi, Les Raisons de l’autre, Colibri (2004) Un homme, d’environ cinquante ans, est en train de corriger le texte d’un livre autobiographique qu’il a presque fini : il n’y manque que la fin. Il est convaincu de pouvoir découvrir dans son attitude d’antan les raisons de sa maladie d’aujourd’hui, la sclérose en plaques, qu’il croit avant tout psychologiques. En une sorte d’auto-analyse, l’écriture de ce livre lui sert à reparcourir les années pendant lequelles son engagement politique radical l’a amené jusqu’au choix des armes, et à l’homicide politique.

C’est l’occasion pour l’auteur de brosser une fresque des années 1970 en Italie, mais aussi d’affronter une série de questions qui vont au-delà de cette problématique : sa façon d’aimer, de vivre, le sens de la vie, de sa maladie, de sa mort peut-être proche.

Texte en français - italien
Commentaires Le livre est distribué en France par Coerrance, 45 rue d’Aubervilliers - 75018 Paris tél : 01.40.05.04.24



Imprimer cet article





COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
6 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite