Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite, commenter l'article...

VISIONS ONIRIQUES ET REALITE HISTORIQUE


de : Patrick MIGNARD
mardi 17 mai 2005 - 16h12 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 13.5 ko

de Patrick MIGNARD

Si l’imagination est une des caractéristiques les plus remarquables de l’esprit humain et est à la base de toute culture, elle n’en représente pas moins un danger, ou tout au moins un lourd handicap quand elle se détache de la réalité historique. La projection des désirs individuels et collectifs dans la réalité sociale, voire leur utilisation comme éléments de stratégie politique peuvent friser la catastrophe.

L’Histoire n’est pas réductible aux rêves des humains, aussi généreux soit-ils.

DU REVE...

Il n’est certes pas interdit de rêver, mais il est fortement déconseillé de confondre rêve et réalité.

Ce conseil pourtant simple et logique n’a jamais empêché les « penseurs » d’imaginer des mondes, des hommes et des femmes de tenter des expériences, de braver des interdits, souvent au péril de leur vie, pour inciter à créer des situations imaginées, parfois imaginaires.

Les multiples expériences, au 19e siècle, en Europe et en Amérique, des « socialistes utopiques » ont fait rêver, et font encore rêver. Pourtant, ces « utopies » se sont toutes terminées, soit dans le drame, soit dans l’indifférence générale. Elles ne demeurent plus, dans la conscience collective, que sous forme d’anecdotes, d’expériences tragiques, voire pour certaines de farces. Leur caractère limité, dans l’espace et le temps en font des expériences singulières qui sont pour les uns un encouragement, pour d’autres la preuve irréfutable que « ça ne marche pas et ne peut pas marcher ».

Est-ce à dire que l’humanité a cessé de rêver ? Certainement pas, et heureusement. Mais elle a payé parfois très cher la confusion entre ses rêves et la réalité. Des expériences du 19e siècle, aux communes libertaires espagnoles et jusqu’aux communauté d’après 68 en Europe et aux Etats-Unis, on n’a pas arrêté d’innover et... d’échouer, il est vrai pour des raisons toutes différentes.

Le rêve pour certains est d’ailleurs devenu une véritable obsession et se suffit à lui-même. Il permet d’entretenir un espoir qu’aucune réalité ne matérialise. Le rêve est parfois devenu un cri de ralliement, un slogan qui est passé du monde rationnel à la vision magique de la réalité. Des exemples ? « Grève générale », « autogestion », « révolution »... ce sont des termes qui n’ont de sens que dans un contexte historique précis, ce qui ne veut pas dire passé...(voir l’article « SUR LA GREVE GENERALE »). Lancés comme simple incantation, ce qu’ils sont le plus souvent, détachés d’un contexte, ils n’ont qu’une fonction magique permettant de se projeter dans le monde irréel ou la situation que l’on imagine. A travers eux on se donne/on se fait le spectacle de sa propre illusion et par là même de son impuissance politique. Parallèlement et en opposition avec le spectacle du système marchand, on produit sur le même plan, celui du spectacle, son immédiate, mais vaine, négation. La pensée devient la scène d’un théâtre imaginaire où les désirs deviennent la réalité.... et au tomber du rideau c’est la frustration et la désillusion.

Pourtant, prononcer ces mots, assister à ce spectacle a une fonction apaisante (comme tout spectacle onirique) certes, mais ne sert en aucun cas à dépasser la situation réelle... et pour cause.

Doit-on en conclure que le rêve est vain ? Non. Il fait partie, comme l’imagination, du processus de connaissance et d’élaboration des structures sociales. Ce que l’on a coutume d’appeler l’utopie a joué un rôle et jouera un rôle dans l’avenir que nous aurons à construire.

Il y a une part de réalité dans l’utopie et une part d’utopie dans les réalisations sociales, mais le problème c’est qu’aucun instrument scientifique n’est capable d’indiquer le dosage, aucune formule n’est capable d’indiquer la proportion ainsi que la nature et la quantité des ingrédients qui composent ce mélange. Là est la difficulté.

... A LA REALITE

Qu’est ce qui fait que « ça ne marche pas » ou « que ça marche » ?

Donner une réponse définitive sera hasardeux et bien présomptueux... pourtant l’Histoire nous permet d’approcher, si non la solution, du moins d’avancer des hypothèses.

Une structure sociale, une société est un système complexe qui détient les moyens de sa propre reproduction et de sa défense contre les mécanismes qui remettent en question ses principes. Ce n’est donc pas par le discours seul, la démonstration logique et rationnelle que l’on peut déstabiliser un tel système, encore moins avec les moyens qu’il met à disposition des « contestataires ». Le projet de changement ne peut se faire que par une réalisation de rapports sociaux nouveaux qui mettent en œuvre concrètement les valeurs et les principes nouveaux. L’utopie devient en quelque sorte réalité lorsqu’elle montre, prouve que ces principes sont viables... elle cesse alors d’être utopie.

J’appelle « utopie réaliste », non pas cette utopie qui consiste à faire des promesses et ou des projets inconsidérés, totalement coupés des conditions historiques qui permettraient, ou non, leur réalisation, mais l’imagination qui consiste, partant de l’analyse du réel social, de le dépasser en jetant les bases d’une alternative économique et politique.

Exercice difficile allez vous dire,... et vous avez raison. Et d’autant plus difficile que nous n’avons à notre disposition aucun repère, aucun instrument de mesure qui permette de mesurer l’écart entre le possible, le souhaitable et l’impossible. Les paramètres qui entrent en ligne de compte pour entamer une action, élaborer une stratégie, ne sont pas quantifiables. Leur existence, leur crédibilité est même problématique. En effet comment mesurer un niveau de conscience, un état de mobilisation, un degrès de combativité, la solidité d’une solidarité, un esprit de détermination, la fiabilité d’un engagement, une capacité d’organisation et d’initiatives, l’efficacité sociale d’une structure, une satisfaction collective... ? Certes l’expérience joue, mais elle est la chose la moins bien partagée au monde, elle est trop affaire personnelle, trop liée au ressenti individuel, trop empreinte de subjectivité, trop liée à des situations particulières qui ne se reproduisent jamais à l’identique...

De plus, et pour couronner le tout, l’Histoire nous apprend que rien n’est jamais définitivement acquis, autrement dit qu’il faut aussi, en plus, intégrer le fait que tout peut être remis en question. L’impondérable dans l’instituant mais aussi dans l’institué.

Seule l’expérience, la pratqiue collective concrète, présente, peut constituer le ciment nécessaire à l’élaboration d’une alternative politique et sociale. La bourgeoisie commerçante n’a pas « pensé » son système pour en faire ce que nous connaissons aujourd’hui, elle l’a concrètement implanté, au sein même de l’ancien système, durant plusieurs siècles, jusqu’à ce qu’il lui permette d’accéder à la reconnaissance universelle. D’une certaine manière on peut dire qu’elle a vécu « son » utopie, dans les villes, dans les échanges, dans le commerce, et en a fait une réalité historique qui s’est imposée.

Cet exemple nous montre la voie (voir l’article « TRANSITION »). Le monde nouveau ne peut pas « jaillir » spontanément d’une idée, voire d’une volonté individuelle ou collective, aussi généreuse soit-elle. Il se construit patiemment au milieu des bouffées d’enthousiasme, mais aussi des déceptions et par là même transforme les esprits, les idées, les valeurs et fini par s’imposer à ceux qui le vivent et à ceux qui le combattent.

On est loin des programmes électoraux bidons, démagogiques et manipulateurs mais l’on est loin aussi du rêve éveillé de celles et ceux qui veulent que tout change spontanément. On ne peut pas faire n’importe quoi à n’importe quel moment.

ET AUJOURD’HUI , QUE POUVONS NOUS FAIRE ?

Deux axes.

1 - Cesser de croire au mythe du changement par la voie électorale. Celle-ci n’a pour fonction que de reproduire le système dans ses différentes variantes sans jamais remettre en question ses principes... deux siècles de cette pratique nous permettent de l’affirmer sans trop d’erreurs. De plus, une telle croyance joue un rôle parfaitement démobilisateur (un peu comme la religion au Moyen Age qui promettait l’Enfer aux incroyants). Croire au changement par l’élection empêche toute initiative concrète d’organisation collective de structures alternatives. (voir l’article « VOTER EST UN DROIT, MAIS EST-CE VERITABLEMENT UN DEVOIR ? » ainsi que « ELECTION : PARTICIPER OU PAS ? ») et cantonne le citoyen dans une attitude passive au point de ne réduire son activité citoyenne qu’au moment de l’élection. D’ailleurs, la réalisation du point 2- rendra rapidement obsolète la pratique électorale telle qu’elle existe aujourd’hui.

2- Organiser, à tous les niveaux (certains sont plus faciles que d’autres), des structures alternatives susceptibles de se substituer aux circuits marchands classiques. Dans ce domaine, toutes les expériences, des plus anciennes, comme les coopératives, jusqu’au plus récentes comme les SEL et les altervillages, les plus structurées comme les plus informelles sont importantes, contribuent par leurs succès mais aussi par leur échec et leurs hésitations à forger des rapports sociaux nouveaux. Ils ne s’instaurent pas facilement, spontanément et définitivement... il y a des hauts et des bas... des échecs et des réussites... mais aussi une opposition de l’ancien régime qui tente de s’imposer et de détruire l’intrus.

De toute manière, quoique l’on fasse et même en dehors d’une concertation, la décadence du système marchand (voir l’article « DECADENCE ») pousse à l’apparition de structures alternatives. Elles sont certes discrètes, marginales mais elles existent, répondent à des besoins concrets, elles deviennent indispensables lorsque la décomposition de l’ancien système devient insupportable et est incapable de créer du lien social.

L’action politique doit donc s’axer sur ces initiatives, les fédérer, les généraliser, en faire une alternative économique qui deviendra une alternative politique. Bien entendu ne pas se cantonner au territoire national mais établir des liens, des relations, des contacts, des échanges avec les autres pays qui connaissent aussi la décomposition de leur tissu social.

C’est dans cette problématique d’une stratégie alternative que prendra réellement et sérieusement forme l’action politique. L’organisation politique cessera d’être un instrument d’embrigadement et de propagande, elle sera au service d’une cause qui aura pour objectif de construire une société nouvelle fondée sur des valeurs nouvelles. Le rêve alors rejoindra la réalité.



Imprimer cet article





AU NORD DE L’ÉCONOMIE - Des Corons au coworking
lundi 6 - 07h48
de : Ernest London
CES PSEUDOS JOURNALISTES MAIS VRAIS ABRUTIS ...
dimanche 5 - 18h39
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Monsieur le Président, je lutte pour vivre et vous faites de moi, de Nous Français-infectés-cloîtrés des fantômes !
dimanche 5 - 18h14
de : Emily Geirnaert
La CAF t’informe...
dimanche 5 - 18h09
de : Najet
Journal de confiné (5).
dimanche 5 - 16h37
de : L’iena rabbioso
Les trois causes psychologiques de la crise du coronavirus : déni, suffisance, irresponsabilité
dimanche 5 - 14h14
de : jean1
Communiqué unitaire du 2 avril. La situation sanitaire de la France est grave !
dimanche 5 - 11h27
de : JO
Que se passe-t-il au Brésil ? A suivre !
dimanche 5 - 11h15
de : JO
COVID-19 : LA MACRONIE BIENTÔT DEVANT LES TRIBUNAUX ? (video)
dimanche 5 - 09h52
de : JO
FEU AU CENTRE DE RÉTENTION (Janvier – Juin 2008)
dimanche 5 - 07h11
de : Ernest London
Journal de confiné (4).
samedi 4 - 18h28
de : L’iena rabbioso
Campagne pour la libération immédiate de Georges Abdallah !
samedi 4 - 17h21
de : Jean Clément
CUBA : Tout le pays dispose de tests rapides pour détection du Covid-19
samedi 4 - 16h09
de : JO
Coronavirus : stock de médicaments pour quelques jours ?
samedi 4 - 15h55
de : JO
Coronavirus : « Nos établissements sont totalement vides », déplore la fédération de l’hospitalisation privée
samedi 4 - 15h35
de : JO
Covid-19 : la crise économique qui vient
samedi 4 - 08h02
Postier·es sans masques, éditeurs sans scrupule
vendredi 3 - 18h45
de : Les Confiné·es
Journal de confiné (3).
vendredi 3 - 18h39
de : L’iena rabbioso
UN PNEU MON’NVEU...
vendredi 3 - 12h36
de : Mickael Wamen
1 commentaire
La Défense russe réagit aux articles critiquant l’aide de Moscou à l’Italie !
vendredi 3 - 11h58
de : JO
LQR : La propagande du quotidien
vendredi 3 - 09h37
de : Ernest London
Journal de confiné (2).
jeudi 2 - 22h04
de : L’iena rabbioso
Masques : les preuves d’un mensonge d’Etat
jeudi 2 - 18h55
de : Yann Philippin, Antton Rouget et Marine Turchi
CORONAVIRUS : PAS DE CONFINEMENT POUR LES FRAIS BANCAIRES ...
jeudi 2 - 15h11
de : Mickael Wamen
Covid-19 des médecins Cubains en Bretagne ?
jeudi 2 - 13h06
de : Gael
Le jour d’avant, C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 2 - 10h28
de : Hdm
1 commentaire
Exemplarité et police : Se (re)tenir ou se lâcher !
mercredi 1er - 19h51
de : Christian DELARUE (MRAP)
Des nouvelles de la région rennaise
mercredi 1er - 18h12
de : jean1
CORONAVIRUS, RIEN N’EST TROP GROS POUR LA CLASSE ORDURIÈRE...
mercredi 1er - 17h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Coronavirus : Mais nous(La CHINE) on voit clair, HEIN/HEIN !
mercredi 1er - 14h46
de : JO
1 commentaire
Journal de confiné (1).
mercredi 1er - 12h09
de : L’iena rabbioso
Aérien, grande distribution, courrier, transports, les salariés tombent comme des mouches
mercredi 1er - 08h02
Bâtiment et construction : la Ministre, le patronat , les ouvriers, les syndicats.
mardi 31 - 22h49
de : Ch DELARUE
Survivre au virus : une méthode anarchiste
mardi 31 - 18h59
de : jean1
1 commentaire
Coronavirus aux Etats-Unis : Incroyable mais vrai, la Russie envoie des équipements médicaux !
mardi 31 - 13h37
de : JO
Crise sanitaire - Les derniers billets d’humeur d’un médecin urgentiste !
lundi 30 - 16h24
de : JO
2 commentaires
Mesures de confinement : les contrôles de police ne doivent être ni abusifs ni violents ni discriminatoires
lundi 30 - 13h35
de : la LDH
3 commentaires
CORONAVIRUS : LECLERC-VOYANT...
lundi 30 - 13h18
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Certains et certaines sont "au front de l’essentiel"
lundi 30 - 12h49
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Double peine pour la banlieue (video)
lundi 30 - 11h33
de : azard
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite