Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Intervention au rassemblement du 21 mai
de : PARIS
mardi 24 mai 2005 - 23h37 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Il y a exactement 134 ans, le 21 mai, c’était dans ce pays le début de la « Semaine sanglante » : 30 000 morts, ouvriers, femmes, enfants, vieillards, non seulement dans les combats mais dans les exécutions sommaires.

Les troupes versaillaises, appuyées par les troupes prussiennes, ont massacré, sabré, assassiné.

Dans la seule nuit 28 au 29 mai, à quelques pas d’ici, à la prison de La Roquette, plus de 1900 prisonniers désarmés étaient passés par les armes ; une boucherie sans précédent.

On assassine dans les ateliers, dans les rues, dans les cours d’immeubles, on arrête qui se présente. On désigne les vieux ou les jeunes, ou les femmes ou les enfants.

L’historien Lissagaray écrit :

« La lutte terminée, l’armée se transforma en un vaste peloton d’exécution. ».

Le chef des Versaillais, Adolphe Tiers, écrivait à ses préfets :

« Le sol est jonché de leurs cadavres. Mais ce spectacle affreux servira de leçon. Le socialisme est fini pour longtemps. »

Camarades,

L’histoire du siècle écoulé, l’histoire du moment présent de la situation montre que le socialisme n’a pas été définitivement assassiné dans la Commune de Paris.

Mais nous qui sommes ici présents pour commémorer la mémoire des communards, nous devons répondre à la question : « qu’avaient-ils fait ces communards, quel crime impardonnable avaient-ils commis, que justifia semblable répression ? »

La Commune de Paris, ce fut, répétons-le, le gouvernement du peuple pour prendre les décisions que le peuple attend. Ce fut le mandat confié par le peuple à ses délégués, avec l’obligation pour les délégués de respecter le mandat.

La Commune se dressa contre l’occupation étrangère pour affirmer la nécessité, l’impérieuse nécessité pour la nation française d’être souveraine. Mais elle ne l’a pas fait sur le terrain d’un quelconque chauvinisme. Elle a tendu la main aux travailleurs allemands.

Et les travailleurs allemands, leurs organisations ont tendu la main à la Commune de Paris, de la même façon qu’aujourd’hui, lorsque Monsieur Schröder vient apporter soutien à monsieur Jacques Chirac dans la campagne pour le oui, nous tendons la main aux ouvriers allemands qui ont manifesté par centaines de milliers contre le plan Hartz IV liquidant les droits des chômeurs et décidé par monsieur Schröder.

Camarades,

Le double crime impardonnable de la Commune de Paris aux yeux des possédants du monde entier, ce crime qu’il fallut expier par des dizaines de milliers d’assassinats, ce double crime se résume à ceci : ce fut un gouvernement de la démocratie politique, avec des élus, mandatés, révocables, contrôlables, et ce fut le premier gouvernement de la classe ouvrière, résultat de la lutte de classe.

Certes, la Commune de Paris ne dura que 72 jours. Mais dans les conditions les plus effroyables, sous le contrôle des troupes prussiennes, sous le déferlement des bombardements des troupes versaillaises, la Commune de Paris décida des réformes sociales.

La Commune de Paris décida que tous les ateliers, toutes les entreprises abandonnés par les patrons seraient confisqués pour garantir l’emploi des ouvriers.

Elle interdit le travail de nuit dans l’industrie.

Elle réquisitionna les logements vacants pour y loger les familles ouvrières.

Elle accorda la remise des loyers pour trois mois.

Elle commença à organiser les services publics et les développa, organisa l’enseignement professionnel, l’instruction publique et laïque.

Alors, la raison pour laquelle aujourd’hui, huit jours avant le référendum du 29 mai, nous voulons dans un même élan commémorer la Commune de Paris et appeler à cette ultime mobilisation des derniers huit jours pour la victoire du vote NON, c’est parce que la victoire du vote NON est porteuse du rétablissement de la démocratie politique.

Il y a quelques jours, invité à la seule émission de radio qui a bien voulu nous accorder quelques minutes, j’ai croisé un journaliste américain qui faisait de l’ironie sur le fait, disait-il, que « les Français aiment beaucoup le non ».

Il y voyait comme une espèce de trait psychologique national que les Français aimant beaucoup le non, il y avait un risque que le non l’emporte le 29 mai.

Mes chers camarades, permettez-moi de rappeler, à tous et à toutes, y compris à ce journaliste américain mal informé de l’histoire de son propre pays, que les plus grands mouvements de liberté ont toujours commencé par un Non. Et qu’aux Etats-Unis mêmes, lorsque les premières lueurs de la liberté et de la démocratie ont commencé à briller en 1776, ce fut d’abord parce que des démocrates et des républicains ont dit Non à la tyrannie de l’oppression coloniale britannique.

Aucun mouvement de liberté n’a jamais commencé en disant oui à la servitude.

C’est en ce sens que, dans la continuité avec tous les grands mouvements de liberté et de démocratie que l’humanité a connu depuis plus de deux siècles, nous sommes autorisés à dire aujourd’hui que la victoire du vote non est la condition indispensable au rétablissement de la démocratie politique.

Pourquoi ? Parce que cette « Constitution européenne » n’est faite que d’interdits.

Dans cette Constitution européenne, il est interdit de ne pas privatiser.

Dans cette Constitution européenne, il est interdit de ne pas délocaliser les usines en Pologne, en Chine ou ailleurs.

Dans cette Constitution européenne, il est interdit de ne pas déréglementer les droits des travailleurs, de ne pas remettre en cause les Codes du travail.

Dans cette Constitution européenne, il est interdit de respecter la laïcité de l’école et de l’Etat, parce qu’il faut ouvrir chacun des pays à la dictature des communautés et des lobbies de toutes sortes.

Dans cette Constitution européenne, il est interdit de ne pas démanteler l’industrie nationale si la loi du profit l’exige.

Alors, nous le savons tous, ce pays est en train, année après année, et en tout cas depuis les treize ans qui se sont écoulés depuis Maastricht, de glisser vers une indiscutable faillite.

Faut-il laisser ce pays aller jusqu’à la faillite ?

Partout, où que l’on aille, jour après jour, ce sont les usines qui ferment.

Ce sont les services des hôpitaux qui sont démantelés.

Ce sont les services publics qui sont privatisés. Ce sont les classes dans les écoles qui sont fermées.

Il n’est pas une réunion, pas une discussion qui ne pose la question : faut-il les laisser faire ? Faut-il laisser cette prétendue « construction européenne » procéder à la déconstruction de la civilisation humaine à l’échelle de toute l’Europe et de chacun des 25 pays qui la composent ?

Camarades, à huit jours de référendum, c’est un festival de mensonges et de trucages.

On nous annonce que si le oui l’emporte, cette politique continuera. Mais si le non l’emporte, ce sera un « plan B ». Et si ce n’est pas avec ce Premier ministre, ce sera avec un autre. Et si ce n’est pas avec cette majorité, ce sera avec une autre...

J’ai même lu dans Le Monde, journal bien informé, la phrase suivante : « Une victoire du non, portée par un fort mouvement de protestation imposerait le changement ».

On pourrait s’en féliciter. Le problème est que la suite de cet article disait ceci : « Pour répondre à ce changement, le gouvernement a déjà prévu les mesures nécessaires ».

Et le journal Le Monde de citer le plan Borloo qui va être soumis le 25 mai au Conseil des ministres et la réforme du Code du travail.

Camarades,

Posons-nous la question : les millions et des millions qui s’apprêtent à voter non, vont-ils le faire pour se voir imposer le plan Borloo qui va être déposé au Conseil des ministres le 25 mai et qui va être soumis à l’Assemblée nationale les 9 et 10 juin ?

Vous savez ce qu’est le plan Borloo ? Le plan Borloo, c’est le fait que dans les écoles, on va mettre en place des soi-disant éducateurs qui ne seront pas des enseignants. Le plan Borloo, c’est qu’on va diminuer le temps scolaire pour les jeunes ; qu’on va en quelque sorte chasser des professeurs, chasser des instituteurs et introduire des associations privées pour privatiser l’école, c’est-à-dire détruire le droit à la qualification de la jeunesse.

Est-ce pour cela que l’on vote le 29 mai ?

Le plan Borloo, ce sont les mesures annoncées en rapport avec la fonction publique selon lesquelles désormais, on pourrait embaucher dans la fonction publique des jeunes de 16 à 25 ans pour une fraction du SMIC, c’est-à-dire en-dessous du SMIC, et qui pourraient pendant deux ans, quatre ans, voire six ans, faire le travail des TOS, des aides-infirmières, des personnels qualifiés de la fonction publique, et c’est ainsi qu’on surexploitera les jeunes.

Le plan Borloo, en rapport avec les mesures Larcher, c’est le fait que les jeunes en apprentissage n’auraient plus de contrat de travail et qui relèveraient d’une partie du code du travail, sans droit, sans garantie.

Le plan Borloo, c’est l’avalanche de qu’on appelle les « contrats d’avenir », les « contrats tremplins », les « contrats de professionnalisation », les « PACTE Junior », c’est-à-dire tout ce qui ferait sortir la jeunesse du droit au travail et qui la livrerait définitivement à une surexploitation sans droit, sans garantie.

Et on nous annonce le plan Borloo comme une réponse au mécontentement social contenu dans le non à la Constitution.

On nous annonce la réforme du Code du travail dont on nous dit par avance, tenez-vous bien, que dans ce « Code du travail », on ne parlerait plus de « syndicats », mais « d’acteurs sociaux », on ne parlerait plus de « négociations » mais de « dialogue social » !

C’est-à-dire que le sens de la démocratie, le droit pour les travailleurs de disposer de syndicats indépendants, le droit pour ces syndicats de revendiquer, de négocier, devrait disparaître au profit de ce consensus dit de la société civile que l’Europe veut nous imposer !

Alors je pose la question camarades : est-ce pour cela qu’il faut la victoire du vote Non ?

Non, ce n’est pas pour cela.

La victoire du vote a pour enjeu que des questions seront posées dans ce pays. Et il faudra bien que l’on réponde à ces questions. Des questions seront posées qui, bien sûr, ne trouveront pas réponse le 29 mai. Mais posées avec force le 29 mai au soir, elles appelleront des réponses auxquelles personne ne pourra déroger.

La victoire du vote NON, c’est le fait qu’il faudra répondre au jeune qui pose la question : pourquoi n’aurais-je pas droit à un vrai travail ? Pourquoi n’aurais-je pas droit à un vrai salaire ? Pourquoi n’aurais-je pas droit à une vraie qualification dans le respect du Code du travail, des conventions collectives et des statuts ?

La victoire du vote NON, c’est le fait qu’il faudra répondre à l’infirmière qui pose la question : pourquoi n’ai-je pas les moyens de soigner les malades ? Pourquoi ferme-t-on les services ? Pourquoi supprime-t-on les postes de travail ?

La victoire du vote NON, c’est qu’il faudra répondre à l’employé de sécurité sociale qui demande : pourquoi n’ai-je plus le droit de rembourser les assurés ? Pourquoi n’ai-je plus le droit de garantir les droits des travailleurs comme le faisait la sécurité sociale en 1945 ?

La victoire du vote NON, c’est qu’il faudra répondre à l’ouvrier qui dit : jusqu’à quand va-t-on délocaliser ? Jusqu’à quand va-t-on supprimer des emplois ? Pourquoi n’aurais-je pas droit comme mes aînés à conserver mon travail dans les garanties collectives et vivre dans des conditions décentes auquel chacun aspire ?

Il faudra répondre à l’instituteur qui dit : pourquoi n’aurais-je pas le droit d’enseigner à des jeunes sur tout le territoire de la République dans le respect de la laïcité ? Pourquoi tous les jeunes n’auraient-ils pas les mêmes droits ? Pourquoi les enfants handicapés n’auraient-ils plus d’enseignants spécialisés, de réducateurs, de psychologues ?

Il faudra répondre au retraité qui dit : j’ai cotisé toute ma vie, j’ai droit à une retraite décente et rien ne justifie qu’on la livre aux fonds spéculatifs américains.

Il faudra répondre aux chômeurs, aux intermittents du spectacle, aux paysans, à tous ceux dont les droits sont spoliés, à tous ceux dont les droits sont détruits et sacrifiés sur l’autel de Maastricht depuis douze ans et plus. Parce que tous ceux là, et les millions et millions qui votent non, disent : nous votons Non pour vivre, pour vivre tout simplement !

Alors camarades, nous le savons : cette reconquête de la démocratie politique ne se fera pas du jour au lendemain, elle ne se fera pas d’un coup de baguette magique.

Le suffrage universel est une composante essentielle de la démocratie et nous allons l’utiliser ce 29 mai comme nous ne l’avons jamais utilisé les uns et les autres depuis un quart de siècle.

Mais le suffrage universel, s’il est une composante essentielle de la démocratie, ne contient pas à lui seul toute la démocratie. Pour répondre aux exigences qui sont celles de millions et de millions et qui seront contenues dans le vote non, alors, nous le savons, il va falloir se battre. Il va falloir se battre pour reconquérir tout ce qui a été perdu. Il va falloir se battre pour reconquérir les droits remis en cause.

Nous voulons, nous, que ce 29 mai ouvre une étape nouvelle de la reconquête de la démocratie et des droits. Et la démocratie, outre le suffrage universel, c’est la liberté de s’organiser. C’est la liberté de s’organiser au plan syndical. Et c’est la liberté de s’organiser en parti politique.

Camarades,

La Commune de Paris a été écrasée dans le sang parce qu’elle avait osé organiser la démocratie et organiser la République.

Le hasard des coïncidences de dates fait que les tous derniers combattants de la Commune ne sont pas tombés, comme on le croit souvent, le 28 mai au Mur des Fédérés, mais juste après eux dans les heures qui ont suivi, c’est au 29 mai au matin, à quelques centaines de mètres d’ici, en direction de Vincennes, que les derniers combattants de la Commune ont été fusillés. L’un d’eux s’est écrié en tombant : « Vive l’humanité ».

Camarades,

Cela a été dit avant moi, la Commune n’est pas morte.

Ce 29 mai 2005, à 134 ans de distance, pour que vive l’humanité, pour que vive l’humanité dans notre pays et dans chacun des 25 pays d’Europe dont les acquis de civilisation sont menacés comme les nôtres, pour que vive l’humanité, la victoire du vote non le 29 mai ouvrira la voie de la reconquête.

Vive la Commune de Paris !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
LE NOMBRE DE MORTS DE LA COMMUNE : 100 000 !
25 mai 2005 - 02h16

Bonjour à toutes et à tous,

Dans le texte, il est dit : « Il y a exactement 134 ans, le 21 mai, c’était dans ce pays le début de la « Semaine sanglante » : 30 000 morts »

Ça, 30 000, c’était le chiffre donné par Thiers !

Mais le chiffre donné par Louise Michel (pour les tout jeunes, je précise que Louise Michel est l’héroïne la plus connue de la Commune de Paris et que Thiers était l’ennemi irréductible de la Commune ; ainsi d’ailleurs que Jules Ferry surnommé Ferry-Famine pendant la Commune. Mais ça on ne nous l’apprend pas à l’école) Louise Michel affirme qu’il y eut dans nos rangs 100 000 morts ! Cent mille morts...

Pour bien voir les dégats, il faut bien se figurer qu’à l’époque, à Paris, il n’y avait que 600 000 habitants ! il y eut un mort par famille !

Mais à propos de chiffres, il y a toujours bataille. Personnellement, je fais totalement confiance à Louise Michel qui dit 100 000 dans ses mémoires sur la Commune.

Ce qui est du plus haut comique, c’est que dans les encyclopédies actuelles, l’ont trouve que même le chiffre de Thiers (le boucher de la Commune) est trop grand. Certaines encyclopédies disent 15 000 et d’autres 20 000 ! Carrément moins que Thiers n’en avait avoué lui-même : C’est fou, n’est-ce pas ?

Références du livre de Louise Michel :

Auteur : louise Michel, bien sûr...

Titre : La Commune, Histoire et souvenirs

Édition : La Découverte, 9 bis rue Abel-Hovelacque, 75013 Paris

J’ai énormément aimé ce livre. Et Louise Michel est adorable. J’ai lu aussi un autre livre d’elle où elle raconte sa vie personnelle. Livre très émouvant aussi. Mais j’ai la flemme de le chercher pour vous donner les références. Et il est quand même moins historique que celui que je vous ai conseillé. Je suis bien sûr que vous ne me reprocherez pas de vous l’avoir fait lire.

J’espère vraiment qu’on va gagner le 29, sinon...

Bien à vous
do
http://mai68.org






Laurent Berger, le syndicaliste grèvophobe
dimanche 15 - 17h28
de : mat
1 commentaire
Retraite à 67 ans : quand le gouvernement anticipe !
dimanche 15 - 16h21
1 commentaire
Fondation SNCF : réseau d’influence et "social washing"
dimanche 15 - 15h48
de : Mat
solidarité
samedi 14 - 17h28
de : jean1
(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
7 commentaires
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La critique de la religion détrompe l'homme, afin qu'il pense, qu'il agisse, qu'il forge sa réalité en homme détrompé et revenu à la raison, afin qu'il gravite autour de lui-même, c'est-à-dire autour de son véritable soleil. La religion n'est que le soleil illusoire, qui gravite autour de l'homme tant que l'homme ne gravite pas autour de lui-même. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite