Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

ART ARTISTES et MIGRANTS
de : lili-oto
vendredi 17 mars 2017 - 13h50 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires

Des milliers de migrants meurent chaque année dans la Méditerranée. L’artiste Ai Weiwei met en place un bateau en caoutchouc géant pour représenter la crise européenne des réfugiés.

j’avoue qu’on aimerait bien avoir les budgets de l’artiste chinois Ai Weiwei pour dire nous aussi en France par des expos notre ressentiment d’artiste pendant cette présidentielle 2017 sur ce qui se passe avec les migrants, les SDF, la pauvreté de + 10 millions de français face à la richesse exponentielle des milliardaires français dit l’artiste lili-oto.

La liberté de création artistique a un prix ! Les artistes plasticiens en France ne sont pas égaux face aux subventions, face aux parrainages ou face aux sponsors. 99,7% des artistes plasticiens en France ne peuvent pas comme le citoyen lambda exprimer dans l’espace public leurs regards, leur colère, leur part du sensible.

L’espace public a été privatisé grâce à l’argent du contribuable, grâce à la législation, grâce à la spéculation immobilière, grâce à la mainmise et l’appropriation de la presse par les + riches, grâce à la confiscation des institutions publiques qui diffusent l’art contemporain, grâce à l’influence et le réseautage de communautés d’intérêts comme le CIPAC (association où se mélangent, s’associent scandaleusement intérêts privés et intérêts publics (conservateurs fonctionnaires et galeriste d’art privés, critiques, agents d’art, (etc) et où surtout les artistes plasticiens sont interdits).

Les artistes plasticiens en France ne sont pas égaux non plus dans la vente publique (collection des collectivités territoriales) de leurs oeuvres grâce à l’association des directeurs de FRAC qui rendent opaque cette institution régionale d’achat d’oeuvres d’art, des FRAC qui violent les recommandations de l’UNESCO fondatrice de ce concept de collections régionales (et non pas créés par J Lang comme le marketing politique a voulu le faire croire depuis 30 ans). Les artistes plasticiens en France ne sont pas égaux non plus dans la vente publique grâce au CNAP collection d’état qui siège à la Défense à Paris composé d’un jury issu exclusivement du réseautage avec des achats d’oeuvres bien souvent à des artistes d’un jour et où des artistes talentueux présents sur la scène public depuis 30 ou 40 ans ont été exclus afin de ne pas faire de l’ombre aux amis artistes institués par ce petit réseautage qui dirige toutes ces institutions d’art contemporain main dans la main et s’auto-nommant aux commandes institutionnelles avec la bénédiction des élus locaux ou du ministère de la culture (...).

La violence des riches avec leurs sbires est une réalité de tous les jours dont nous sommes tous victimes, artistes et le citoyen lambda mais aucun débat à ce sujet dans la présidentielle 2017 comme d’habitude. On nous bassine dans cette élection avec une égalité virtuelle et éphémère face à l’accès à la culture, mais en écartant partout les artistes des centre-villes, en les excluant via les maires et leurs mairies de l’espace public, en les chassant des institutions publiques ou en légiférant contre les artistes squatteurs assimilés à des terroristes, alors qu’ils ne font que de prendre des ateliers que les élus refusent leur donner pour pratiquer et pérenniser leurs activité artistique. On a ouvert en grand les portes du pouvoir à l’extrême droite en excluant les artistes de l’espace public partout sur le territoire français... C’est la créativité, l’ingéniosité, l’intellect qui sont fondateurs d’évolution, de justice sociale, de bien être, pas l’entrepreneuriat en mode libéral, pas le conservatisme ou la haine de l’autre. L’espace public est bon par la culture, bon pour la création artistique, bon pour la liberté d’expression, pour la liberté de manifestation, bon pour le lien social, bon pour l’effervescence mais mauvais pour la guerre civile (le cheval de Troie de l’extrême droite) ou mauvais pour la confiscation des biens communs par des riches spéculateurs rêvant d’autoritarisme, de société autoritaire, de société de contrôle, de surveillance et de confiscation.

Lili-oto artiste plasticien

http://www.lili-oto.com/



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
ART ARTISTES et MIGRANTS
17 mars 2017 - 19h58 - Posté par le Rouge-gorge

Voici le poème

Méditerranée

. .

La femme allongée sur la plage bronze,

aucun mouvement, le soleil si fort, si haut,

pas un bruit, hormis le léger clapotis,

des vagues qui inlassablement se suivent.

. .

Là, dans l’immensité, seule couchée sur le ventre,

ni vent, ni nuage, le temps semble définitivement arrêté,

un monde de douceur sur le sable trop fin,

la chevelure brille, humide sur sa peau.

. .

C’est trop de bronzage, trop de soleil, trop de sel,

trop de silence, trop de vagues, trop d’azur,

trop de douceur, de sable et d’immobilité,

une épeire besogneuse tisse un suaire diaphane.

. .

Fabrice Selingant

déjà publié ici : bellaciao.org/fr/spip.php ?article153186

Fraternellement. Fabrice le Rouge-gorge



ART ARTISTES et MIGRANTS
17 mars 2017 - 19h59 - Posté par le Rouge-gorge

pas d’espace après le php... et avant le point d’interrogation...

Fraternellement. Fabrice le Rouge-gorge


ART ARTISTES et MIGRANTS
18 mars 2017 - 13h51 - Posté par lili-oto

réponse à Rouge-gorge par poésie, débattre à coup de poème, pourquoi pas !

les deux petits fragments

Tantôt à venir, tantinet prochain

D’un jour tant attendu...

Un petit glaçon

S’est épris

D’un petit caillou...

Blé d’orge sur canapé de glace

Dièdre et Polyèdre prirent place.

Et

De ce jour tant attendu

Le petit caillou s’est épris du petit glaçon...

Conjugués, conjuguant

Mêlant aux pétales de ses cristallines

Le parfum de ses silices

Au grand désespoir des quatre saisons

Ils se sont enfuis

Quelque part...

Où d’étranges silences viennent s’échouer

Dans un jardin sacré humide et doux

Dont seules tes deux lèvres ont encore le secret...

Lili-oto, poésie perso d’un artiste plasticien...



ART ARTISTES et MIGRANTS
19 mars 2017 - 04h56 - Posté par le Rouge-gorge

Belle histoire d’une amour surprenante et ambiance poétique volontairement enfantine, la fin, elle se fait délicatement adulte.

Mais, par ailleurs, relis le poème Méditerranée, il évoque la mort d’une migrante sur une plage. Ce n’est pas forcément évident, lors d’une première lecture, mais les indices sont bien là, de plus en plus précis, au fil du texte et de son ambiance.

Ainsi, le commentaire de cette lectrice qu’est Chrys : "On pense à Et Dieu créa la femme, aux mauresques de Lodève, enfin tout ce qui fait le sel de la vie pour les vacanciers de cette sucrée méditerrannée, et puis la chute est brutale, et me ramène à l’horreur vécue par les migrants."

Et l’une de mes réponse à Essim, un autre lecteur : "Bien sûr, j’ai écrit ceci avec une pensée pour le poème de Rimbaud."

Le dormeur du val

C’est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil de la montagne fière,
Luit : C’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.
Arthur Rimbaud

Fraternellement.

Fabrice le Rouge-gorge


ART ARTISTES et MIGRANTS
19 mars 2017 - 09h52 - Posté par lili-oto

Les cheveux de papier d’un assassin au piquet
 
As-tu vu au loin d’une giboulée de plis immolés
Pleurer la chair d’un papier au velours démembré
Ironie d’un Feuilleté calciné au seul signet vivifié
Féeriques vapeurs grisées des scellés d’un état brisé
 
Oscille rêve de vie sur le lys d’une jouvence à hier
Tout est sable sous ces pages noircies de poussière
De fêlures en volutes cousues de soie de sorcières
Que leurs palais hâlés délestent au cul de leurs prières
 
L’encre d’amertume achemine ce charnier à la plage
Nul ne console ces chimères résidus au cruel voyage
D’une déchéance ailée de néant en marge de ce rivage
Les écœurés gîtent sur ce fil confus aux pluriels visages
 
Sous les cheveux de papier de ce démoniaque artifice
Se brode un silence retrempé des plis cruels du sacrifice
Où s’abreuve de suc ce boit-sans-col aux rêves d’édifices
D’ivresse en bévues, le farfelu se fouille encore l’orifice !
 
 
lili-oto, poésie perso, artiste plasticien, (sur les migrants)



ART ARTISTES et MIGRANTS
19 mars 2017 - 09h58 - Posté par lili-oto

Ils se meurent sans vous ni vous
 
 
Ils se meurent sans vous ni vous
errance d’un voyage sans extrémité
des secrets d’une route en tourment
gouttelette cruelle d’un désordre illicite
liberté dévoyée d’une autorité zélée
fracture abjecte de l’inconvénient d’être
 
Ils se meurent sans vous ni vous
dans les crues d’une larme de bitume
au gré des chemins de choses en loin
inaccessibles pétales fleuries de l’oubli
au delà de nos mondes amers d’érection
semblables aux vivants en octroi du vivant

Ils se meurent sans vous ni vous
proies de dissonances distanciées
perfides plaies vibrantes d’ostentation
en calamité statufiée en ministère défroqué
de ses sombres desseins d’impératifs funèbres
d’un hymne au cynisme aux viscères de l’impitoyable
 
Ils se meurent sans vous ni vous
étrangeté primitive de cette symphonie contre humaine
d’énigmes post-modernes aux essences défragmentées
entrailles du chaos courtisan d’archaïsme prédation
démoniaque dévotion juteuse d’expédients meurtriers
édulcoration d’effigies primaires aux substrats barbares
 
Ils se meurent sans vous ni vous
algorithme réquisitoire de l’homme à l’état baveux
cliché sordide du déterminisme en équations cupides
boursicotage et oscillations flottaison de l’horreur
lèvres externes d’une vie déférée aux auspices du signe
unité de vie désossée du sens émincé de vie aux phonèmes de l’existence
 
ils se vivent sans vous ni vous et se meurent disparus de nous
 
 
lili-oto, poésie perso, artiste plasticien, sur les migrants, je l’ai écrit en 2011



ART ARTISTES et MIGRANTS
19 mars 2017 - 11h50 - Posté par le Rouge-gorge

Merci pour ces deux textes qui ont toute leur place comme articles de Bellaciao, pleinement vis en valeur.

C’est beau, chargé de sens, empli d’images fortes, empathique et humaniste.

Il faut pour chacun une présentation qui les fera lire et permettra à d’autres de s’en emparer, pour mettre la poésie au mains des militants, là, où, on ne l’attend pas, mais bien là, où, elle a complètement sa place vraie, loin des livres empoussiérés et plus proche des lecteurs qui en ont soif.

Fraternellement.

Fabrice le Rouge-gorge


ART ARTISTES et MIGRANTS
21 mars 2017 - 09h10 - Posté par Judith63

Bravo pour ce pamphlet et ces poèmes vigoureux , accordés qu’ils sont d’ indignation devant les travers de la société et de nécessité d’un combat.
Rien à ajouter à ce que dit très bien Fabrice, si ce n’est pour mettre un autre grain de sel à la cuisine de l’écriture :
« Mon point de départ est toujours un besoin de prendre parti, un sentiment d’injustice. Quand je m’installe pour écrire un livre, je ne me dis pas "Je vais créer une œuvre d’art." J’écris ce livre parce que je voudrais dénoncer un mensonge, je voudrais attirer l’attention sur un problème, et mon premier souci est de me faire entendre. Mais il me serait impossible de poursuivre la rédaction d’un livre, ou même simplement un long article, si cette tâche ne constituait pas aussi une expérience esthétique. »
Orwell,« Pourquoi j’écris », 1946


ART ARTISTES et MIGRANTS
21 mars 2017 - 11h12 - Posté par le Rouge-gorge

Je ne connaissais pas ce « Pourquoi j’écris » d’Orwell.

Je souscris pleinement à cet engagement d’écriture avec la dimension esthétique, j’ajoute, pour ma part, le sentiment d’urgence d’écriture, fait qu’il y a la part non contrôlée qui prend le pouvoir, s’accommodant, plus ou moins, avec l’initiative première, il arrive souvent que trois textes s’écrivent au même moment, en concurrence, à trois heures du matin, avec un sommeil brisé par l’impériosité de la page.

« Un poète doit développer son propre rythme… Le rythme magnétise et électrise la poésie ; chaque poète doit trouver le sien ou les siens. » disait Vladimir Maïakovski. et : « Je suis là où se trouve la douleur / à chaque larme qui s’enfuit / sur ma croix je me crucifie » « L ‘univers dort / l’oreille énorme posée / sur sa patte nuitée d’étoiles »

Fraternellement.

Fabrice le Rouge-gorge





Les cadenas de l’EPR de Flamanville : la piste du sabotage de plus en plus sérieuse
vendredi 22 - 13h59
de : Patrick Samba
La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire….
vendredi 22 - 13h55
de : dakota
Quelques critiques anarchistes de la médecine
jeudi 21 - 23h08
de : jean 1
Annonce des (f)estives de la décroissance. 20-23 juillet. Le sens de la technique est une question politique
jeudi 21 - 22h18
de : Brulavoine
À QUOI SERVENT LES POLITIQUES DE MÉMOIRE ?
jeudi 21 - 19h40
de : Ernest London
MÉTÈQUE(S) / C’est l’heure de l’mettre (Radio Campus Lille)
jeudi 21 - 19h11
de : Hdm
Palestine : des entreprises françaises participent à la colonisation de Jérusalem-Est
jeudi 21 - 16h40
Sur l’« intégrisme laïque » français
jeudi 21 - 09h22
de : Christian DELARUE
Fête des secteurs en lutte pour la grève générale : C’est dans la rue que ça se gagne !
mercredi 20 - 10h41
François Ruffin à l’Ass.Nat. : Charge sur la vaisselle de l’Elysée "vieillissante" !
mercredi 20 - 10h09
de : JO
Palestine : face aux massacres, l’insupportable, ce serait le silence.
mercredi 20 - 09h55
de : UD CGT PARIS
1 commentaire
LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
2 commentaires
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire
Eurosatory 2018 : des collectifs veulent redynamiser la lutte contre le salon de l’armement
lundi 11 - 18h50
Propaganda - La fabrique du consentement (video)
lundi 11 - 15h19
1 commentaire
Grève Party, La Bataille du rail, Soutien aux cheminots, le 12 juin 2018 à partir de 18:30
lundi 11 - 13h51

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La critique de la religion détrompe l'homme, afin qu'il pense, qu'il agisse, qu'il forge sa réalité en homme détrompé et revenu à la raison, afin qu'il gravite autour de lui-même, c'est-à-dire autour de son véritable soleil. La religion n'est que le soleil illusoire, qui gravite autour de l'homme tant que l'homme ne gravite pas autour de lui-même. Karl Marx
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite