Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité Marée populaire le samedi 26 mai
jeudi 17 mai
1 commentaire
Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus (...)
Lire la suite, commenter l'article...

8 mars noir : Plus de 37 jeunes filles mortes au Guatemala après avoir cherché à s’évader de leur foyer maltraitant
de : Espoir Chiapas
lundi 20 mars 2017 - 21h46 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 52.8 ko

Rassemblons-nous ce mardi 21 mars à 18h00 devant l’ambassade du Guatemala à Paris !

Rassemblement - Solidarité avec le Guatemala

La lutte pour la justice et contre les violences d’État est internationale

Ce mardi 7 mars 2017, 80 adolescentes ont fugué de leur foyer « Hogar Seguro, Virgen de l’Asuncion » pour dénoncer l’exploitation sexuelle, les viols et violences dont elles sont victimes à l’intérieur même de ce centre d’accueil pour mineurs. 60 d’entre elles ont été ramenées de force par la Police Nationale Civile, puis enfermées à clé dans une petite pièce, sans eau ni sanitaire.

Dans la matinée du 8 mars, un incendie s’est déclenché dans cette même pièce et a provoqué la mort de 43 jeunes filles de 14 à 17 ans.

 Considérant que le gouvernement du Guatemala, en tant que responsable civil des centres de protection pour mineurs, est coupable d’un féminicide institutionnel et complice d’un réseau de traite humaine et d’exploitation sexuelle sur mineurs,
 considérant que les politiques internationales capitalistes, racistes et sexistes sont responsables de ce système autorisant l’achat et la violence de corps d’enfant et de femmes,
 considérant que « la justice est indivisible : une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier » (Angela Davis),

Nous répondons présent à l’appel des organisations féministes et associations de défense des droits de l’enfance et de l’adolescence pour former une action de mobilisation internationale devant les ambassades du Guatemala du monde entier.

Ensemble, nous exigeons :

 une enquête poussée sur les causes de l’incendie et Justice pour les familles des 43 adolescentes
 une enquête poussée sur les réseaux de traite humaine et Justice pour toutes les victimes de violences sexuelles
 la protection immédiate des 600 jeunes survivants du centre et la considération de leurs témoignages
 une restructuration totale de tout le système de protection de l’enfance et de l’adolescence en s’appuyant sur les propositions concrètes des organisations de sociétés civiles travaillant sur ce sujet

En tant que communauté internationale, nous avons le devoir de rester vigilant à ce que justice se fasse et à se mobiliser pour le respect de droits humains de tou.te.s et tous !

Rassemblons-nous ce mardi 21 mars à 18h00 devant l’ambassade du Guatemala à Paris !



Ce mardi 7 mars 2017, vers 15h, près de 80 adolescentes, de 13 à 17 ans, ont forcé les portes pour s’évader de leur foyer d’accueil “Hogar Seguro, Virgen de la Asunción” (« foyer sûr, vierge de l’ascension”) situé à San Jose Pinula, à 10km à l’est de la capitale du Guatemala. Elles ont tenté de s’évader afin de dénoncer les mauvais traitements, violences et violences sexuelles dont elles ont été victimes au sein du foyer. 



Photo : Espoir Chiapas

“La-bas, c’est l’enfer et l’enfer nous le vivons. Nous sommes violées chaque soir.” Une voisine du foyer rapporte les paroles qu’une jeune fille à réussi a lui dire avant l’intervention de la police. Après quelques moments de heurts avec les forces de l’ordre, la Police National Civile a réussi à contrôler l’émeute et à faire entrer les jeunes filles dans le foyer. 19 d’entre elles auraient cependant réussi à s’enfuir mais nous sommes encore sans nouvelles ni traces d’elles. Selon le témoignage d’une des jeunes filles rescapée du drame, il semblerait que les 60 adolescentes qui ont été ramenées de force dans le centre ont été ensuite enfermées – portes et fenêtres à clé – dans une même chambre.

C’est de cette chambre, située dans l’aile féminine du “hogar seguro” que s’est déclenché l’incendie dans la matinée du 8 mars. Selon Abner Paredes, – la tête de la branche “Défense de la jeunesse” de l’institution gouvernementale “PDH”, Procureur des Droits Humains, l’incendie aurait été déclenché par l’une des adolescentes enfermées qui avait une boite d’allumettes et aurait mis le feu à un matelas.

37 jeunes filles sont mortes calcinées durant l’incendie, 18 ont succombé a leurs blessures dans les hôpitaux San Juan de Dios et Roosevelt dans la capitale. Plus de 40 adolescentes sont hospitalisées pour des brûlures aux deuxième et troisième degrés.

Pour l’instant, seulement 18 des 37 jeunes filles ont été identifiées.

Le centre de protection pour enfants et adolescents victimes d’abandons, de violences intra-familiales et de maltraitance avait déjà été au centre de plaintes pour violences et mauvais traitements.

En effet, le foyer qui héberge près de 800 mineurs alors qu’il est habilité pour une capacité d’accueil d’environ 400 places, a été poursuivi au cours de différents procès l’an passé, à la suite de plusieurs plaintes de parents suite aux témoignages de leurs enfants rescapés : privation de nourriture, séquestration, humiliations, sévices corporels et violences sexuelles ; et à la suite de plus de 47 fugues de mineurs. L’ancien directeur Miguel Ángel Menera a été destitué de ses fonctions en novembre 2016.

Photo : Espoir Chiapas

Le mois suivant, le juge de la protection de l’enfance et de l’adolescence de la zone métropolitaine a condamné l’État du Guatemala pour outrage des droits humains au vue des conditions d’accueil du centre dont il a la responsabilité. Durant ce procès, on découvre l’existence d’une salle appelée “el gallinero” : « le poulailler », qui serait équivalent d’une salle de torture où les mineures seraient enfermées, humiliées et violentées. Après la condamnation de l’État, une résolution de restructuration puis de fermeture progressive du centre est ordonnée, mais celle-ci ne sera pas appliquée.

Après les disparations sans suite de plusieurs dizaines de mineurs placés sous la responsabilité du foyer, Mareny Mérida, secrétaire au Secrétariat d’État du Bien-être Social, suspecte que les jeunes soient utilisées dans des réseaux de prostitution infantile et des crimes organisés du narcotrafic. Le procureur de la PDH dénonce lui aussi la possibilité d’un réseau d’exploitation sexuelle : l’enquête sur les employés accusés de traite humaine est toujours en cours depuis 2016.

Ces enquêtes sont appuyées par le témoignage de parents dont les enfants ont été rescapés du centre avant l’incendie : une jeune fille de 16 ans, en état de choc post-traumatique, témoigne qu’une fois “un homme avec un fort accent étasunien est entré dans le centre, accompagné d’un gardien, pour me violer.”

Cette même jeune fille raconte avoir vue une enfant se faire tabasser par les gardiens jusqu’à avoir les côtes cassées et vomir du sang.

Raquel Hoper, mère d’un garçon de 12 ans raconte que son fils ne voulait plus rester dans le centre car les éducateurs mangeaient la nourriture des enfants et qu’on leur servait juste du pain pourri. Plusieurs adolescentes témoignent avoir été enfermées nues dans les couloirs, attachées à leurs lits et violées par les gardiens.

Photo : Espoir Chiapas

Les parents dénoncent aussi l’impossibilité de voir leurs enfants sans pouvoir communiquer avec eux en dehors des rendez-vous téléphoniques surveillés par les gardiens. Selon la deputée Amilcar Pop, seulement 3 des 64 caméras de vidéo surveillance étaient en état de marche. Il semblerait que les 61 autres aient été désactivées volontairement.

Aujourd’hui, vendredi 10 mars 2017, les parents rassemblés devant le centre se plaignent de n’avoir aucune information et attendent toujours des explications et des nouvelles de leurs enfants. A part l’identité des 18 premières victimes, aucune information ne leur a été transmise.

Des doutes sont émis par les parents concernant la réaction des secours et de l’absence d’évacuation des adolescentes. En effet, un jeune garçon de 16 ans, rescapé de l’incendie, témoigne entre deux sanglots “On connaissait les filles qui étaient enfermées, on a voulu aller les aider mais ils nous en ont empêché… On voulait les faire sortir mais les policiers nous ont bloqué l’entrée”.

Une enquête est ouverte pour découvrir la source de l’incendie et les conditions d’évacuation des mineures.

Hier soir, un rassemblement devant le Palais National a eu lieu à l’appel d’institutions de défense des droits humains et de collectifs autonomes pour se recueillir, “être la voix de celles qui n’en ont plus” et exiger justice.

Malgré les accusations à l’encontre du gouvernement, Jimmy Morales, le président du Guatemala a annoncé dans un discours 3 jours de deuil national, qu’il s’agit d’un “terrible accident” dont toute la société est responsable.

D’autres manifestations sont prévues en fin de semaine pour exiger l’ouverture d’une réelle enquête concernant les accusations d’exploitation sexuelle et de maltraitance du foyer, et pour dénoncer la responsabilité de tous les corps d’état impliqués dans la complaisance dans cette affaire comme réels coupables de la mort des jeunes filles, et ainsi indemniser les familles et rendre justice.

 

Source : Espoir Chiapas

https://www.frequences-latines.com/...



Imprimer cet article





Intervention militaire sur la ZAD NDDL : suivi du 22 mai 2018
mardi 22 - 12h50
de : nazairien
2 commentaires
Aude Lancelin répond à RSF (video)
mardi 22 - 10h42
de : La Luciole Mélenchantée
La Lega italienne, laboratoire politique de la droite d’après ?
mardi 22 - 09h46
de : Jan Bediat
SYRIE : L’armée aurait fait 300 prisonniers Français+des Officiers de l’OTAN !
lundi 21 - 22h11
de : JO
Il est urgent de faire basculer le rapport de force – n° 20 – mai 2018
lundi 21 - 17h32
de : jodez
Venezuela : La couverture des élections présidentielles par les médias
lundi 21 - 17h20
de : jodez
VENEZUELA : Seuls Washington et ses alliés s’opposent au Peuple Venezuelien !
lundi 21 - 16h50
de : JO
Le Sacré Choeur raisonne au rythme de la Fanfare Invisible, afin que refleurisse la Commune
lundi 21 - 14h55
de : nazairien
5 commentaires
Services publics : les agents malmenés par la perte de sens et la souffrance au travail
lundi 21 - 10h25
Nicolas Maduro est réélu Président de la République avec 68 % des voix (photos)
lundi 21 - 08h46
de : Thierry Deronne
2 commentaires
Nous demandons l’annulation de la saison France-Israël
lundi 21 - 05h00
Selom, Matisse, Fives : Un maximum de bruit - Témoignages
dimanche 20 - 22h08
de : André
MANIFESTATION NATIONALE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH - PARIS, SAMEDI 23 JUIN, 15h00,
dimanche 20 - 20h05
Espagne. Vers une gauche "d’adaptation" soluble dans le régime...
dimanche 20 - 14h31
de : Antoine (Montpellier)
Caméra, pourquoi sans répit m’épies-tu ?
dimanche 20 - 14h14
de : jean 1
Le syndicat contre l’affichage religieux identitaire ostensible
dimanche 20 - 11h52
de : Christian DELARUE
2 commentaires
L’ONU vote l’envoi d’une mission Internationale à GAZA ! Enfin !
dimanche 20 - 11h36
de : JO
1 commentaire
Après les destructions, les matraques et les lacrymos, sur la ZAD de NDDLon ne manque pas d’humour
dimanche 20 - 01h12
de : nazairien
4 commentaires
Entretien avec Laurent BRUN, secrétaire général de la CGT Cheminots #greveSNCF #jesoutienslagrevedescheminots
samedi 19 - 18h59
de : Jodez
Migrants : une fillette kurde de deux ans tuée par balle par la police belge
samedi 19 - 08h21
2 commentaires
Internationalisation du voile crypto-fasciste, drapeau de l’islamisme et plus largement de l’intégrisme musulman.
vendredi 18 - 21h22
de : Christian DELARUE
2 commentaires
SUR LE FRONT DES GREVES : Les agents de l’ONF face aux mauvais coups Macron !
vendredi 18 - 18h11
de : JO
Assemblée Générale anti-autoritaire, illégitime et sauvage
vendredi 18 - 16h30
de : jean 1
Ils sont fiers,sur la manche du Gal Lizurey, commandat l’opération de destruction sur la Zad
vendredi 18 - 12h10
de : nazairien
6 commentaires
Le MRAP condamne l’ignominieux message publié sur les réseaux sociaux du CRIF le 15 mai 2018
vendredi 18 - 11h28
de : MRAP
L’ÉQUIPE : La répression patronale en marche ! Rassemblement vendredi 18 mai 14 heures
vendredi 18 - 07h47
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
VENEZUELA : Enfin , une vrai décision Révolutionnaire !
jeudi 17 - 16h01
de : JO
SYRIE : 60 militaires Français capturés !
jeudi 17 - 15h07
de : JO
1 commentaire
Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité Marée populaire le samedi 26 mai
jeudi 17 - 13h49
1 commentaire
La ZAD est de nouveau attaquée
jeudi 17 - 11h59
de : jean 1
3 commentaires
15 000 suppressions de postes dans les hôpitaux attendues cette année
jeudi 17 - 07h58
de : jean 1
Briançon • Chronique d’une mort annoncée
jeudi 17 - 00h33
de : chez jesus
Israël, 200 armes nucléaires pointées sur l’Iran
mercredi 16 - 22h14
de : Manlio Dinucci
2 commentaires
CHEZ NOUS, À GAZA / C’est l’heure de l’mettre
mercredi 16 - 21h50
de : Hdm
POUR SAUVER LE PLANÈTE, SORTEZ DU CAPITALISME
mercredi 16 - 18h43
de : Ernest London
EPR : plus fort que le survol des drones, le super-vol de cadenas !
mercredi 16 - 17h11
de : Patrick Samba
Enquête : la complaisance de Gérard Collomb envers les identitaires remonte à Lyon
mercredi 16 - 12h43
Ce que tout révolutionnaire doit savoir de la répression
mercredi 16 - 11h43
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
78 organisations CGT d’accord pour participer à la marée humaine du 26 mai
mercredi 16 - 07h01
2 commentaires
Le juste nombre de mort.
mardi 15 - 20h14
de : L’iena rabbioso

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents. Gandhi
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris dans la salle de la Coupole. C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris dans la salle de la Coupole. Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris dans la salle de la Coupole. C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite
SOIXANTE DIX SEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT
mardi 13 mars
de Roberto Ferrario
NOUS NOUS RETROUVONS COMME CHAQUE ANNEE POUR NOUS RAPPELER CE JOUR OU FRANCESCO LORUSSO MOURUT... LE JOUR OU LE POUVOIR FICHA UN PIQUET DE FRÊNE DANS LE CŒUR ROUGE D’UN RÊVE... LE RÊVE D’UNE SOCIETE EN COULEURS... FAIBLE FLAMME QUI COUVE SOUS LA CENDRE !!! SOIXANTE DIXSEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT sous la direction de Sergio Bianchi et Lanfranco Caminiti 432 pp -20,00 euros 88-88738-57-6 En Italie, le mouvement politique, social, culturel, existentiel de 1977 n’a (...)
Lire la suite