Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Un pari pascalien
de : Denis Sieffert
jeudi 20 avril 2017 - 17h38 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 23.6 ko

Le vote Mélenchon comporte des risques. Bien moins toutefois qu’une victoire de Fillon ou même de Macron. Il est à la fois de conviction et d’utilité.

Nous y voilà enfin ! Et ce n’est pas trop tôt ! Cette interminable campagne, ouverte mi-novembre avec la primaire de la droite, va connaître un premier épilogue dimanche. On en aura fini avec la toute-puissance des sondages qui apparentent l’élection présidentielle à une étape du Tour de France, bien pentue, avec ses rebondissements, ses défaillances, ses chutes, ses remontées, et sa « dernière ligne droite ». Passionnant ! Mais, est-ce vraiment ça la démocratie ? Cette indigestion de supputations médiatiques et de micro-trottoirs de gens déboussolés a surtout précipité nos concitoyens dans un abîme de perplexité. Il serait décidément grand temps d’en finir avec cette élection du président de la République au suffrage universel. Qui le fera ? Mélenchon, en tout cas, en ouvre la possibilité, avec son processus pour une 6e République. Et ce n’est pas un mince argument à nos yeux.

En attendant, il faut faire avec cette élection. Avec la réalité, sans laquelle « il n’y a pas de politique qui vaille », comme disait de Gaulle (figure tutélaire de cette campagne, cité à tort et à travers par les candidats). Et la réalité a aujourd’hui les traits de quatre personnages. Les seuls qui sont en situation de l’emporter. Parmi eux, notre choix est vite fait. Que ce soit par adhésion au projet de Jean-Luc Mélenchon ou par rejet des trois autres candidats, le résultat est le même. Ce qui est en jeu, c’est la reconquête par notre société d’un droit à l’alternative. Voilà bien trois décennies que cette liberté fondamentale nous a été retirée. Et en grande partie du fait de la dérive de la social-démocratie mitterrandienne.

Le périmètre du débat politique n’a cessé de se restreindre autour d’un axe néolibéral. Mélenchon nous propose d’en sortir. La proposition ne se refuse pas. Sinon, quoi ? Passons sur l’hypothèse Le Pen, antirépublicaine et xénophobe, qui ressort dans « la dernière ligne droite » toutes ses obsessions nauséabondes. Les deux autres candidats aux portes du pouvoir proposent, chacun à sa façon, une continuité aggravée. Avec, certes, des différences non négligeables dans le domaine sociétal. Fillon, c’est la vieille droite rancie, héritière de la chouannerie et du clergé réfractaire, comme il vient de l’avouer lui-même en scellant un pacte électoral avec les traditionalistes de « Sens commun », et en réaffirmant à tout bout de champ « les racines chrétiennes de la France ». Ce qui, comme le note le démographe Hervé Le Bras, signifie en langage à peine codé « non-musulman » [1]. On est là tout près du Front national.

Macron, c’est une autre histoire. C’est la précarisation du travail parée des mots de la modernité, « l’ubérisation », le basculement dans le monde des petits boulots généralisés. Il séduit parce qu’il prend acte à sa manière du désarroi social en préconisant la sortie du chômage à n’importe quel prix. Dans une telle adversité, le choix de Mélenchon, avec tous ses défauts, ne fait pas l’ombre d’un doute. Ses défauts, n’en reparlons pas ici. Nous avons assez dit ce que nous pensons de son alignement sur Poutine. On peut également tiquer sur son jacobinisme, son exaltation de la patrie, l’insuffisance de ses réponses sur l’immigration…

Mais retenons surtout aujourd’hui l’audace de son projet. Ce long processus vers l’adoption en deux ans d’une nouvelle constitution, véritable course d’obstacles qui commencera par les législatives de juin, se poursuivrait par un référendum à l’automne, et une gestion inconfortable des affaires publiques tant que la constituante n’aura pas doté la France d’une nouvelle loi fondamentale, plus démocratique, espérons-le, que l’actuelle (voir à ce sujet l’article de Pauline Graulle). Sans parler du bras de fer européen qu’il nous promet. Son « plan A » « qui réoriente la construction européenne dans le cadre de l’euro », comme le définit l’économiste Liêm Hoang Ngoc, et son « plan B », sortie « ordonnée » de la monnaie européenne [2]. On devine nos réticences.

Le vote Mélenchon, outre qu’il est destiné à faire barrage à trois candidats inquiétants, relève du pari pascalien. Il comporte des risques. Bien moins toutefois qu’une victoire de Fillon ou même de Macron. On voit par là que le choix de Mélenchon est à la fois de conviction et d’utilité. Il n’en demeure pas moins qu’il est loin de faire l’unanimité dans notre équipe et parmi nos lecteurs. Beaucoup voteront Hamon, malgré tout. Le candidat martyr du Parti socialiste est apparu comme un homme intègre, et en rupture idéologique sinon politique avec la rue de Solférino. Son rapport au pouvoir, très anti-« homme providentiel », plaît à la gauche. Donné à moins de 10 % dans les sondages, il est loin du peloton de tête. Les uns diront qu’une voix qui se porte sur son nom est une voix perdue pour Mélenchon ; les autres que la vie politique ne s’arrêtera pas au soir du 7 mai, et qu’il faut donner à Benoît Hamon les moyens d’exister dans une désormais inévitable recomposition de la gauche. Oui, la gauche ! Car ce n’est toujours pas « au nom du peuple » que nous donnons notre avis.

[1] Malaise dans l’identité, Hervé Le Bras, Actes Sud.

[2] Un insoumis devrait dire ça…, Liêm Hoang Ngoc, Éd. du Cerf.

https://www.politis.fr/articles/201...



Imprimer cet article





Insoumission au Parlement et dans la rue, partout !
lundi 25 - 00h48
de : Christian DELARUE
Bastille !
dimanche 24 - 21h47
de : Gilles
manif rassemblement mardi 26 septembre devant sous préf Montargis 17h30 pour les contrats aidés EVS des écoles
dimanche 24 - 18h12
de : le Rouge-gorge
Sénatoriale , Macron et du Cynisme !
dimanche 24 - 14h05
1 commentaire
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 - 11h07
de : Jean-Luc Mélenchon
Et maintenant ?
dimanche 24 - 10h43
de : LE BRIS RENE
Alors, Laurent Joffrin : Le Pen ou Le Che ?
vendredi 22 - 21h49
1 commentaire
Loi travail : la contestation cherche un second souffle
vendredi 22 - 17h39
Contre le coup d’état social
vendredi 22 - 15h40
Et si la presse se portait plus mal encore que ce qu’on pouvait l’imaginer…
vendredi 22 - 15h13
de : Jacques Cotta
La France Insoumise doit se glisser dans tous les interstices de la société – Entretien avec Manuel Bompard
vendredi 22 - 12h51
Un ex-dirigeant de Lafarge reconnaît des versements d’argent à Daech en Syrie
vendredi 22 - 12h39
Rappel : 8 français sur 10 n’ont pas voté pour Macron : Une autre analyse des résultats
vendredi 22 - 12h36
de : clab
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 - 12h13
de : Front Social
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 - 12h00
VENEZUELA - Journée mondiale - Plan d’action
vendredi 22 - 09h36
de : Jo Hernandez
Quand Pierre Laurent appelait à voter Najat Valaud Belkacem
jeudi 21 - 19h59
de : Stafed
Mutuelle ex-Audiens et MRSCC : un devoir de transparence
jeudi 21 - 17h23
de : Observateur bien informé
Manif Soutien aux Catalans, Pau Vendredi 22 sept. 19h
jeudi 21 - 07h35
1 commentaire
Coup d’état social / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 21 - 02h47
de : Hdm
LA RÉVOLTE DES TERRES
mercredi 20 - 17h04
de : Ernest London
Code du Travail : FO accusé d’avoir réprimandé des militants ayant manifesté
mercredi 20 - 14h38
Emmanuel Macron, un mauvais président pour 56% des Français
mercredi 20 - 12h10
Coup d’État en Catalogne : la Guardia Civil prend d’assaut le gouvernement catalan (video)
mercredi 20 - 11h59
de : Antoine Gasquez
Le généreux cadeau à 300 millions d’Emmanuel Macron aux banquiers et assureurs les plus riches
mercredi 20 - 11h07
de : Hadrien Mathoux
1 commentaire
VENEZUELA : Les Etats-Unis ne sont pas les Maîtres du monde
mercredi 20 - 10h44
de : JO
23 septembre à la Bastille : la marche contre le coup d’État social
mercredi 20 - 07h59
de : Pierrick Tillet
LA SOCIÉTÉ CONTRE L’ÉTAT
mercredi 20 - 07h36
de : Ernest London
La semaine du sursaut
mercredi 20 - 00h00
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
Loi Travail : la CGT services publics prévoit trois semaines de grève
mardi 19 - 23h08
VENEZUELA : UN PLAN POUR NEUTRALISER LA GUERRE MEDIATIQUE !
mardi 19 - 18h20
de : JO
3 commentaires
Pour le respect des droits humains, en particulier du droit à l’autodétermination, à la République bolivarienne du Venez
mardi 19 - 18h13
de : Ambassade du Venezuela
VIVE LE "CHE" par Jean ORTIZ
mardi 19 - 17h45
de : JO
État de droit : C’est l’histoire d’une démocratie qui tombe d’un immeuble de 50 étages
mardi 19 - 16h17
FO et CFDT : la base met la pression sur les chefs
mardi 19 - 14h11
de : Luc Peillon
Force ouvrière : Jean-Claude Mailly en sursis ?
mardi 19 - 12h52
Code du travail : les métallos CDFT taclent la direction de leur syndicat
mardi 19 - 12h49
Economies : des milliers de postes dans le viseur à Pôle emploi
mardi 19 - 12h46
de : Aurélie Lebelle et Matthieu Pelloli
Quatennens : "Laurent a beaucoup trop parlé de Mélenchon" (video)
mardi 19 - 12h43
Fête de l’Humanité : après avoir annoncé son ralliement à Emmanuel Macron, Patrick Braouzec annonce son retour au PCF
mardi 19 - 11h43
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mise dans les mains d'un psychopathe. Albert Einstein
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite
Contre le coup d’état social
vendredi 22 septembre
Samedi 23 septembre 2017, donnons-nous rendez-vous à 14h00, place de la Bastille à Paris pour une marche contre le coup d’État social d’Emmanuel Macron, qui veut détruire le code du travail à coup d’ordonnances.
Lire la suite
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 septembre
de Front Social
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/stop-%C3%A... À travers cette pétition, nous proposons la tenue d’une table ronde permettant à tous les acteurs du mouvement social de s’entendre et proposer au plus vite une feuille de route unique et des actions communes... Amis et camarades, Comme vous, nous constatons que le programme de Macron n’épargne personne, des étudiants aux retraités, des jeunes bénéficiant de contrats aidés aux assurés sociaux, des (...)
Lire la suite
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 septembre
À la veille de la présentation des ordonnances, les syndicats opposés à la réforme du code du travail ont manifesté et appelé à la grève. Ces mobilisations traditionnelles sont-elles encore efficaces ? L’éclairage de Stéphane Sirot, historien du mouvement ouvrier. Regards. Après 1936 et 1968, la France est le pays de la grève générale, mais en pratique, depuis 1995, on évalue le rapport de forces dans la rue, en comptant le nombre de manifestants… La manifestation a-t-elle (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ : 3 JOURS POUR AGIR ET SE FAIRE PLAISIR
jeudi 14 septembre
de Info’Com-CGT
Venez échanger, débattre, discuter partager, vous amuser, partager un verre sur le stand d’Info’Com-CGT à la Fête de l’Humanité, avenue Lousie-Michel. :: : Concerts Roadmaster Officiel, Paul Exploit, Damien Accordémon, Palabre, Boris Pelosof :: : Débats Samedi 10 h 30 Inauguration du journal Moins Une, suivi du débat : Faire sauter le verrou médiatique : quelles initiatives pour une information indépendante ? Premiers invités : Pierre Souchon, rédacteur en chef (...)
Lire la suite
Les rendez-vous secrets de Berger et Mailly au ministère et au Château
jeudi 7 septembre
C’est le Canard enchaîné qui révèle les rencontres cachées aux travailleurs comme aux militants de leurs propres organisations de Berger et Mailly avec Macron le 28 août dernier, ce dernier ainsi que le premier ministre voulant " s’assurer qu’ils tenaient bien leurs troupes" !!! Afin de faire accepter la démolition du Code du travail contre de soit-disant contre-parties ! Des raisons supplémentaires pour que les travailleurs expriment leur colère et leur détermination le (...)
Lire la suite
LE 12 SEPTEMBRE, TOUS EN GRÈVE ET DANS LA RUE CONTRE LA LOI TRAVAIL XXL
jeudi 7 septembre
de Info’Com-CGT
Le gouvernement a présenté, ses ordonnances qui vont supprimer ou fragiliser de nombreux droits et continuer à déconstruire le Code du travail. L’heure n’est pas à baisser les bras ! Soyons déterminés dans cette lutte qui doit être la plus importante de ces dernières années car celles et ceux qui défendent ces ordonnances libérales veulent en réalité en finir avec nos acquis et conquis. Cette régression sociale ne se limite d’ailleurs pas qu’au Code du travail. Le (...)
Lire la suite