Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Frédéric Lordon : La bas si j’y suis 27 Mai 2005


de : N.H
vendredi 27 mai 2005 - 18h29 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires

Miracolo !

« Une occasion historique d’agir sur les causes structurelles »

Interview de Frédéric Lordon, économiste, chercheur au CNRS, auteur de Et la Vertu sauva le monde

LBSJS : On a le sentiment que les luttes locales n’agissent pas sur les causes. Ca agit en partie sur les conséquences mais pas sur les causes ?

Frédéric Lordon : Le drame c’est que c’est vrai. C’est pas là que ça se joue.J’essaie de promouvoir une différence entre ce qu’on pourrait appeler la politique principale et la politique secondaire, ou la politique majeure et la politique mineure, ou je ne sais pas : la grande politique et la politique résiduelle.

Qu’est ce que c’est, la grande politique ?

La grande politique, c’est celle qui fixe les structures principales macro économiques à l’intérieur desquelles le jeu économique et social va se développer. Une fois que ces grandes structures ont été posées, ont été configurées, alors presque la totalité de la dynamique économique et sociale s’en trouvent déterminées.

Quelles sont ces grandes structures ?

 1ère grande structure : la concurrence généralisée, c’est-à-dire la déréglementation des marchés de biens et de services.
 2ème grande structure : la libre circulation des capitaux et la libéralisation financière.
 3ème grande structure : la monnaie unique.

Une fois que ceci a été posé, les marges de manœuvres qui restent à la politique sont quasiment risibles, et là on rentre dans le champ de ce que j’appelle la politique résiduelle. D’une certaine manière on pourrait dire que la politique résiduelle et les alternances qui vont avec, ça porte sur la taille de la serpillière qu’on va passer. La grande politique, la politique principale, celle qu’on fait en général hors la vue des citoyens, à l’OMC, à l’AMI, à l’AGCS, dans la construction européenne énormément, ces politiques principales, ces grandes contraintes structurelles entraînent des dégâts économiques et sociaux. Ce n’est pas la peine de s’étendre là-dessus, c’est connu de tout le monde. Et la politique secondaire, résiduelle, passe derrière avec le seau et le balai pour éponger des dégâts.

LBSJS : C’est l’infirmerie un peu ?

Frédéric Lordon : C’est l’infirmerie. Alors, voilà : UMP petite serpillière, Parti socialiste grande serpillière. Quant au cas du Parti socialiste, je m’interroge : d’un point de vue méthodologique, en sciences sociales, recourir trop vite aux hypothèses de bêtise n’est pas une bonne chose. En même temps, il ne faut pas complètement les exclure non plus, parce que là c’est vraiment un cas presque type : on entend à longueur de journée des déclarations, des proclamations sur le désir ardent de lutter contre les inégalités mais jamais, à aucun moment, on ne s’interroge sur les véritables causes des inégalités. On veut bien lutter contre les inégalités, mais jamais on ne se propose de lutter contre ce qui produit et reproduit sans cesse ces inégalités.

LBSJS : Et vous voyez dans le traité constitutionnel, dans le mode de construction de l’Europe, l’une des causes de ces inégalités ?

Frédéric Lordon : Je les y vois toutes, parce que ces grandes contraintes structurelles, celles qui sont l’objet de la politique majeure et que j’ai rappelées tout à l’heure, elles sont toutes explicitement mentionnées dans le traité : déréglementation concurrentielle, libéralisation financière, monnaie unique.

C’est une triple tenaille. Toutes ces grandes contraintes structurelles, elles sont répétées, affirmées et gravées dans le marbre du traité constitutionnel. Et alors, c’est ça qui est un petit peu dramatique parce qu’il faut faire le lien entre ces choses qui sont très très lointaines et très très abstraites qui font l’objet de discussions pour macro écnomistes, d’une part, et le vécu des salariés, sur leur terrain d’entreprise, c’est-à-dire au niveau de leur plan social, etc.

LBSJS : Mais alors, comment agir sur ces contraintes structurelles ?

Frédéric Lordon : Ah, mais alors là, c’est là que c’est formidable, c’est que l’histoire ne nous ouvre pas souvent des fenêtres. Elle ne nous sert pas souvent des opportunités. Or, nous avons, miracolo, un débat référendaire qui, précisément, met en question ces grandes structures et ceci pour la première fois depuis qu’elles ont été installées, depuis vingt ans que nous vivons sous le régime de ces nouvelles contraintes.

Nous avons l’occasion de nous prononcer sur cette question, et pour la première fois le débat roule sur les vraies questions, les vraies questions de structures. On ne parle que de ça. On ne parle que de la banque centrale indépendante, on ne parle que des contraintes liées à la monnaie unique, on ne parle que des contraintes liées à la déréglementation. Donc, ce n’est pas comme en 2002 où la question sociale et économique s’était trouvée défigurée sous l’espèce de débat à la con sur « l’insécurité », « l’immigration », « les sauvageons », etc.

On revient à la véritable question ! Alors là, attendez : c’est une occasion en or de se prononcer. Si, comme je l’ai dit tout à l’heure, les vrais enjeux se situent au niveau de ces grandes contraintes, alors là, il faut saisir l’occasion de ce référendum : il faut y aller. Un débat de cette nature ne reviendra pas avant deux décennies.

Je pense que c’est un scrutin à caractère historique que nous vivons parce que nous avons de nouveau droit à la parole pour poser les questions de la politique majeure, principale, et on sort de la politique résiduelle. Donc il faut se précipiter.

http://www.radiofrance.fr/chaines/f...

http://www.tv-radio.com/ondemand/fr...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Frédéric Lordon : La bas si j’y suis 27 Mai 2005
27 mai 2005 - 18h35

Frédéric Lordon intervient à peu près à la 22éme minutes :

Rencontre avec les salariées de ECCE, à Poix du Nord, près de Maubeuge : sous-traitant de LVMH, la marque Kenzo va déplacer la confection de ses costumes vers les pays de l’Est. D’où la chronique d’une fermeture annoncée. Elles voteront non.
Et Frédéric Lordon, économiste, leur donne raison.
Dans le "9 3", Olivia Gesbert rencontre une classe de Terminale et contrairement aux idées reçues, ces jeunes ont autres choses à dire que "z y va". Pour nous, ils parlent "constitution".



> Frédéric Lordon : La bas si j’y suis 27 Mai 2005
27 mai 2005 - 18h37 - Posté par

(transcription écrite de l’entretient )

Miracolo !

« Une occasion historique d’agir sur les causes structurelles »

Interview de Frédéric Lordon, économiste, chercheur au CNRS, auteur de Et la Vertu sauva le monde

LBSJS : On a le sentiment que les luttes locales n’agissent pas sur les causes. Ca agit en partie sur les conséquences mais pas sur les causes ?

Frédéric Lordon : Le drame c’est que c’est vrai. C’est pas là que ça se joue.
J’essaie de promouvoir une différence entre ce qu’on pourrait appeler la politique principale et la politique secondaire, ou la politique majeure et la politique mineure, ou je ne sais pas : la grande politique et la politique résiduelle.

Qu’est ce que c’est, la grande politique ?
La grande politique, c’est celle qui fixe les structures principales macro économiques à l’intérieur desquelles le jeu économique et social va se développer. Une fois que ces grandes structures ont été posées, ont été configurées, alors presque la totalité de la dynamique économique et sociale s’en trouvent déterminées.

Quelles sont ces grandes structures ?
1ère grande structure : la concurrence généralisée, c’est-à-dire la déréglementation des marchés de biens et de services.
2ème grande structure : la libre circulation des capitaux et la libéralisation financière.
3ème grande structure : la monnaie unique.

Une fois que ceci a été posé, les marges de manœuvres qui restent à la politique sont quasiment risibles, et là on rentre dans le champ de ce que j’appelle la politique résiduelle. D’une certaine manière on pourrait dire que la politique résiduelle et les alternances qui vont avec, ça porte sur la taille de la serpillière qu’on va passer. La grande politique, la politique principale, celle qu’on fait en général hors la vue des citoyens, à l’OMC, à l’AMI, à l’AGCS, dans la construction européenne énormément, ces politiques principales, ces grandes contraintes structurelles entraînent des dégâts économiques et sociaux. Ce n’est pas la peine de s’étendre là-dessus, c’est connu de tout le monde. Et la politique secondaire, résiduelle, passe derrière avec le seau et le balai pour éponger des dégâts.

LBSJS : C’est l’infirmerie un peu ?

Frédéric Lordon : C’est l’infirmerie. Alors, voilà : UMP petite serpillière, Parti socialiste grande serpillière.
Quant au cas du Parti socialiste, je m’interroge : d’un point de vue méthodologique, en sciences sociales, recourir trop vite aux hypothèses de bêtise n’est pas une bonne chose. En même temps, il ne faut pas complètement les exclure non plus, parce que là c’est vraiment un cas presque type : on entend à longueur de journée des déclarations, des proclamations sur le désir ardent de lutter contre les inégalités mais jamais, à aucun moment, on ne s’interroge sur les véritables causes des inégalités. On veut bien lutter contre les inégalités, mais jamais on ne se propose de lutter contre ce qui produit et reproduit sans cesse ces inégalités.

LBSJS : Et vous voyez dans le traité constitutionnel, dans le mode de construction de l’Europe, l’une des causes de ces inégalités ?

Frédéric Lordon : Je les y vois toutes, parce que ces grandes contraintes structurelles, celles qui sont l’objet de la politique majeure et que j’ai rappelées tout à l’heure, elles sont toutes explicitement mentionnées dans le traité : déréglementation concurrentielle, libéralisation financière, monnaie unique.
C’est une triple tenaille. Toutes ces grandes contraintes structurelles, elles sont répétées, affirmées et gravées dans le marbre du traité constitutionnel. Et alors, c’est ça qui est un petit peu dramatique parce qu’il faut faire le lien entre ces choses qui sont très très lointaines et très très abstraites qui font l’objet de discussions pour macro écnomistes, d’une part, et le vécu des salariés, sur leur terrain d’entreprise, c’est-à-dire au niveau de leur plan social, etc.

LBSJS : Mais alors, comment agir sur ces contraintes structurelles ?

Frédéric Lordon : Ah, mais alors là, c’est là que c’est formidable, c’est que l’histoire ne nous ouvre pas souvent des fenêtres. Elle ne nous sert pas souvent des opportunités. Or, nous avons, miracolo, un débat référendaire qui, précisément, met en question ces grandes structures et ceci pour la première fois depuis qu’elles ont été installées, depuis vingt ans que nous vivons sous le régime de ces nouvelles contraintes.
Nous avons l’occasion de nous prononcer sur cette question, et pour la première fois le débat roule sur les vraies questions, les vraies questions de structures. On ne parle que de ça. On ne parle que de la banque centrale indépendante, on ne parle que des contraintes liées à la monnaie unique, on ne parle que des contraintes liées à la déréglementation. Donc, ce n’est pas comme en 2002 où la question sociale et économique s’était trouvée défigurée sous l’espèce de débat à la con sur « l’insécurité », « l’immigration », « les sauvageons », etc.
On revient à la véritable question ! Alors là, attendez : c’est une occasion en or de se prononcer. Si, comme je l’ai dit tout à l’heure, les vrais enjeux se situent au niveau de ces grandes contraintes, alors là, il faut saisir l’occasion de ce référendum : il faut y aller. Un débat de cette nature ne reviendra pas avant deux décennies.
Je pense que c’est un scrutin à caractère historique que nous vivons parce que nous avons de nouveau droit à la parole pour poser les questions de la politique majeure, principale, et on sort de la politique résiduelle.
Donc il faut se précipiter.


"Le pire ennemi des profits, c’est le plein emploi..."
27 mai 2005 - 18h48 - Posté par

Nous "communions" ensemble autour de Mermet pour le NON les amis !

Je viens juste de poster un messsage semblable
"Le pire ennemi des profits, c’est le plein emploi...or, nous somme loin du plein emploi.." François Chevalier, "stratégiste" chez VP finances"...

..une perle à diffuser !!!

Amitiés à tous et VIVE LA FRANCE DU NON !

Tous nos espoirs reposent sur vous.

Bon courage à vous tous !

Albert Jenhai (Belgique)


> "Le pire ennemi des profits, c’est le plein emploi..."
27 mai 2005 - 19h17 - Posté par

Nuance, cher Albert. Je ne communie pas, même avec des guillemets, et pas non plus autour de qui que ce soit.


> "Le pire ennemi des profits, c’est le plein emploi..."
27 mai 2005 - 19h29 - Posté par

... Bon, Bon...

Albert


> "Le pire ennemi des profits, c’est le plein emploi..."
27 mai 2005 - 19h46 - Posté par

pas grave albert :)

l’internaute ci-dessus est juste un peu moins lyrique :)


> "Le pire ennemi des profits, c’est le plein emploi..."
27 mai 2005 - 20h30 - Posté par

...merci.

Albert.


> "Le pire ennemi des profits, c’est le plein emploi..."
28 mai 2005 - 00h19 - Posté par

Ah oui , à diffuser, certes...
C’est extrait de France Infos, journal de la Bourse, 27/05 à 12h59...
Rigolo aussi cet extrait de De Gaulle par H.Tisot
(je propose plutôt : Communons ensemble, les amis...)


> Frédéric Lordon : La bas si j’y suis 27 Mai 2005
28 mai 2005 - 06h45



COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
5 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite