Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Des policiers veulent prendre la tête du cortège le 12 septembre : "Tant pis si on se fait massacrer"
de : Paul Conge
jeudi 7 septembre 2017 - 10h37 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 80.8 ko

En tête du cortège, le 12 septembre, il n’y aura pas que les traditionnels militants encapuchonnés. Un syndicat policier, le VIGI (classé plutôt à gauche), appelle les forces de l’ordre à prendre la tête du défilé. Les policiers entendent manifester contre la "destruction du Code du travail" mais "tout en protégeant [les manifestants] des délinquants et criminels infiltrés". Alexandre Langlois, secrétaire de ce syndicat "de la colère des policiers", témoigne pour RMC.fr.

Alexandre Langlois est policier du renseignement territorial, et secrétaire général du syndicat policier VIGI (ex-CGT Police).

"Ce que l’on voit, c’est que M. Macron ne veut pas nous recevoir ni nous répondre, malgré nos appels et nos lettres ouvertes. Or, les propositions sur la réforme du code du travail, les CHSCT qui disparaissent, les Conseils d’entreprise (CE) que nous policiers on n’a jamais eus… C’est l’occasion de parler ce qui va nous arriver. Car c’est une réforme d’Etat. On la fait d’abord dans le privé. Ensuite, ce sera la même pour le public.

On veut déjà manifester en soutien le 12 septembre. On a des revendications communes avec les manifestants. La deuxième chose, c’est qu’il y a des gens qui veulent être violents et qui agressent des agents de police dans le cortège de tête, et qui décrédibilisent tout le mouvement social. Des collègues CRS qui subissent des coups pendant des heures avant de recevoir l’ordre d’intervenir.

"Même manifestant, on est en service 24h/24"

Alors autant y être. En nous plaçant à cet endroit stratégique, on veut leur expliquer que taper, agresser, un policier, ou juste casser la figure à quelqu’un ça ne changera pas les choses. Changer les choses, on y arriver tous ensemble.

Le problème, ou l’avantage, d’être policiers, c’est que l’on est en service 24h/24. Même quand on a la casquette du manifestant, on peut intervenir si l’on voit un acte violent. A ce titre là, si on voit quelqu’un agresser quelqu’un, même hors-service, du fait de notre charte d’engagement, on doit faire cesser l’infraction avec les moyens dont on dispose.

Mais on ne vient pas pour être policiers. On vient pour manifester. Et dans le cortège syndical, le vrai, ça s’est toujours bien passé. C’est seulement à l’avant de la manifestation que le message syndical n’est pas écouté.

"Nos revendications consistaient à s’aligner sur ce qui se faisait dans le privé"

On a nous aussi des raisons de venir. On subit des coupes budgétaires de 370 millions d’euros, on a des commissariats insalubres, du matériel pas aux normes, des heures sup’ à outrance qui détruisent notre vie familiale, des heures de nuit payés 97 centimes supplémentaires…

Dans la police, nos revendications ont longtemps consisté en un alignement sur ce qui se pratiquait dans le privé. J’ai fait des heures de nuit dans le privé, c’était payé 27 euros de plus, pas 97 centimes. Une fois que le code du travail sera cassé, on n’aura plus l’exemple du privé pour faire valoir nos droits.

"Tant pis si on se fait massacrer"

Il y a eu, en 2013, ces policiers italiens qui ont enlevé leur casque en solidarité des manifestants. On va déjà régulièrement dans les manifestations pour apaiser et dialoguer. Si c’est contre-productif, tant pis, on ira dans le cortège de tête, et on se fera massacrer.

Ce qu’on répond à ceux qui nous attaquent sur Twitter, c’est que les centrales syndicales ont toutes voté pour un "défilé pacifique". C’est-à-dire sans des gens qui se greffent sur le cortège pour tout casser.

Certains nous disent avec virulence qu’on n’est pas les bienvenus, que ce n’est pas notre manifestation. Mais il y a un problème, ils inversent les rôles. Ce sont ces éléments violents qui ne sont pas les bienvenus.

Si on était sûr de se faire agresser à 100%, on n’irait pas. Mais il y a une chance qu’on ne le soit. Lors de la manifestation contre la haine anti-flics, en mai 2016, on avait été à la rencontre des contre-manifestants.

Il n’est pas sûr que les autres syndicats nous rallieront. Mais on a eu un joli rassemblement avec le syndicat Unité SGP-FO, à la foire de Châlons, peut être qu’ils viendront aussi cette fois-ci. Du syndicat Alliance (majoritaire), on attend peu de choses. Même quand c’est eux qui proposent une intersyndicale, ils ne font rien.

Ce qui est sûr, c’est qu’on ne sera pas de la manifestation du 23 septembre. On se refuse de participer à une manifestation initiée par un parti politique."

http://rmc.bfmtv.com/emission/des-p...

JPEG - 66.7 ko

Les organisations syndicales ont appelé à une manifestation contre la destruction du Code du Travail, qui protègent les plus faibles. Nous, policiers sommes concernés car c’est nos familles, nos amis, nos connaissances que le gouvernement veut affamer et précariser. Nous nous sommes engagés pour défendre le faible contre l’injustice et non l’inverse.

Monsieur MACRON ne daignant pas répondre à notre lettre ouverte du 13 juillet 2017, nous voulons aussi manifester contre la coupe budgétaire de 370 millions d’euros que nous allons subir, dégradant une nouvelle fois nos conditions de travail et la qualité de vie de nos familles. Nous sommes loin des promesses de la lettre ouverte du candidat de la République En Marche aux policiers du 28 avril 2017…

La conséquence est plus d’insécurité pour tous, au nom de l’austérité. Mais nous ne voulons pas nous habituer à vivre avec le terrorisme, comme Monsieur MACRON. Il faut dire que les 99% de personnes, qui ne sont rien à ses yeux, n’ont pas une protection personnelle permanente…

Pourquoi manifester avec des non policiers ?

En 2016 chacun à manifester de son côté avait manifester de son côté : aucun résultat. Nous avons des revendications communes, agissons ensemble !

Pourquoi le cortège de tête ?

VIGI. propose de se positionner dans le cortège de tête pour faire comprendre à toutes personnes violentes que perturber une manifestation syndicale ou agresser un policier, acte criminel, ne fait que le jeu du gouvernement, en créant une diversion, lui permettant de continuer d’éviter de débattre du fond des sujets.

A défaut, en tant que policiers, nous pourrons intervenir pour défendre nos collègues victimes d’agression, qui n’ont pas le droit de se défendre faute d’ordres cohérents et protéger la Liberté d’expression des manifestants, en interpellant les délinquants et criminels infiltrés dans le cortège.

VIGI. a besoin de vous !

VIGI. invite tous les personnels de la Police Nationale, les élus de la Nation et tous ceux qui veulent soutenir leurs policiers à venir nous rejoindre en tête de cortège place de la Bastille à 13h30 pour marcher jusqu’à place d’Italie le mardi 12 septembre 2017.

Les revendications de VIGI. sur la casse du code du travail :

 Maintien d’un droit du travail commun à tous, pour éviter la mise en place d’un point d’indice pour les différentes fonctions publiques, comme annoncé le 17 juillet par Monsieur MACRON ;
 Maintien de la hiérarchie des normes, pour éviter que demain une note de service puisse avoir plus de valeurs qu’un texte législatif ;
 Maintien de toutes les instances représentatives du personnel et créer dans la Police Nationale de véritable CHSCT, avec formation indépendante des élus et les moyens d’avoir recours à des experts. Ce serait un minimum avec un collègue qui réussit à se suicider toutes les semaines. De plus, si cette réforme passe nous ne pourrons jamais avoir de CE, même si nous sommes + de 140 000 personnels.

Les revendications de VIGI. pour la sécurité de tous, une hausse du budget pour mettre fin :

 A la mise en danger de nos vies avec des véhicules et du matériel insuffisant et obsolètes ;
 Aux commissariats et locaux vétustes, voir insalubres et hors normes légales ;
 Aux cantonnements de CRS insalubres ;
 A un parc informatique datant du XXème siècle ;
 A un manque de formation en adéquation avec nos missions ;
 Aux heures supplémentaires à outrance en dehors de tout cadre légal, à cause du manque de personnels et de l’état d’urgence permanent, qui nous épuisent et détruisent notre vie familiale et sociale ;
 Au manque de personnels par un recrutement massif des personnels de tous corps sur la durée ;
 A la suppression des réservistes.

Les revendications de VIGI. pour les personnels, qui vont jusqu’au sacrifice ultime pour la sécurité de tous :

 Pas de jour de carence pour punir les fonctionnaires malades ;
 La hausse du point d’indice et non son gel ;
 Le maintien de l’indemnité de résidence et non sa suppression ;
 Le maintien des règles liées à la majoration des indemnités des fonctionnaires en postes Outre-Mer et non leurs modifications à notre désavantage ;
 Le maintien du supplément familial de traitement et non sa suppression ;
 Pas de gel de l’avancement durant une année, comme cela a été suggéré ;
 Pas d’augmentation de la CSG ;
 Une retraite calculée sur les 6 derniers mois et non les 20 dernières années ;
 La réinstauration de l’Avantage Spécifique d’Ancienneté (ASA) pour les services départementaux ;
 Un 13e mois, voir aussi le 14e selon les conventions des grosses entreprises ;
 Des chèques restaurant ;
 Une mutuelle digne de ce nom et prise en charge à 50% par l’administration ;
 Des heures de nuit payées double et non 0,97€ ;
 Des jours fériés payés triple ;
 Des heures supplémentaires majorées de 25%, puis 50%, récupérées ou payées selon le choix des personnels et non récupérées à temps égal ;
 Une répartition des primes de performance entre tous les personnels de façon équivalente et non plus de 100 000€ pour un directeur et 300€ pour un adjoint technique ou un gardien de la paix ;
 Le respect des textes en vigueur par notre hiérarchie, plus particulièrement concernant le droit au respect de la vie privée et familiale ;
 Une médecine du travail indépendante ayant pour objectif de soigner les agents et non une médecine aux ordres pour « virer » les personnels arbitrairement voir les pousser au suicide ou à la dépression.

VIGI. le syndicat des personnels de la Police Nationale depuis 1883

https://www.facebook.com/VIGIpn/pos...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Des policiers veulent prendre la tête du cortège le 12 septembre : "Tant pis si on se fait massacrer"
10 septembre 2017 - 00h16 - Posté par Davesnes

Pour faire pièce aux arguments de ces flics qui prétendent nous dire quelle est la bonne façon de manifester, je vous propose de regarder cette émission consacrée à Antonin Bernanos, un jeune militant libertaire qui vient de passer dix mois en détention provisoire sans jamais cesser de clamer son innocence. En mai 2016, Antonin Bernanos était interpellé dans l’enquête sur la voiture de police incendiée quai de Valmy, en marge des manifestations contre la loi travail. Notamment mis en examen pour tentative de meurtre sur policier, le jeune militant antifasciste a été depuis remis en liberté sous contrôle judiciaire, jusqu’à son procès qui doit avoir lieu d’ici quelques jours. Poursuivi sans preuve formelle, sur la foi d’un témoignage unique et anonyme qui s’avèrera être celui d’un policier, Antonin Bernanos revient en détail sur l’affaire en témoignant sur le site "Hors série" (émission exceptionnellement gratuite) :
http://www.hors-serie.net/Speciale/...






Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! Milan, 1975 (vidéo complète)
jeudi 22 - 14h13
de : Roberto Ferrario
Khaled Issa : « Il n’y a pas de réaction à la hauteur de la gravité de la situation à Afrin »
jeudi 22 - 13h08
de : Azad Kurkut
La vie en intérim / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 22 - 12h36
de : Hdm
Expulsion en cours au bois Lejuc
jeudi 22 - 10h21
Bure : au moins 15 arrestations lors de l’évacuation des opposants, au projet Cigéo, de la ZAD de Bure (video)
jeudi 22 - 10h03
1 commentaire
Bure Expulsion en cours
jeudi 22 - 07h58
de : Jean-Yves Peillard
2 commentaires
Intégrisme religieux, laïcité , émancipation, marxisme (tmi)
mercredi 21 - 23h56
de : Christian DELARUE
LA DETTE ET LE DEMANTELEMENT DE LA SNCF… CERTAINS ESPERENT SE REGALER !
mercredi 21 - 20h29
de : Nemo3637
A Lacq, l’industrie pollue gratuitement et impunément grâce à des élus locaux anti-écologie
mercredi 21 - 19h29
de : jean 1
VENEZUELA : création d’une criptomonnaie basée sur les ressouces naturelles du pays !
mercredi 21 - 18h05
de : JO
Israël : Benyamin Nétanyahou fragilisé par un nouveau scandale
mercredi 21 - 13h35
de : Cyrille Louis
LA QUESTION KURDE
mardi 20 - 20h26
de : Ernest London
OR GRIS
mardi 20 - 19h23
de : MARTINE LOZANO
Confirmation de la crétinisation du monde
mardi 20 - 19h19
de : PMO viaJYP
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 - 11h12
de : Gaël De Santis via FR
Ses Camarades qui ont été fusillés le 21 février 1944 au Mont Valérian (video)
mardi 20 - 10h37
de : Bernadette Leydier
Les fréquentations antisémites de la droite israélienne
mardi 20 - 10h02
de : CAPJPO-EuroPalestine
Comment 200 000 représentants du personnel vont perdre leur statut de salariés protégés
mardi 20 - 08h31
DE L’ESCLAVAGE : PLAIDOYER POUR JOHN BROWN
lundi 19 - 16h54
de : Ernest London
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 - 15h16
de : Marco Cesario via FR
1 commentaire
Forfaiture sur le forfait-jour
lundi 19 - 11h55
de : Ugict-CGT
LA SNCF A CRÉÉ DES CENTAINES DE FILIALES POUR MIEUX PRÉPARER LE DÉMANTÈLEMENT DU TRANSPORT FERROVIAIRE
lundi 19 - 10h57
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Le 22 mars 2018 : le retour des cheminots à Paris
lundi 19 - 10h48
de : CGT des Cheminots de Saint-Denis
FORD S’ACHARNE… CONTRE NOUS MAIS PAS POUR L’USINE !!!
lundi 19 - 10h44
de : CGT FORD
VENEZUELA : 55% de la population approuve une réélection de Maduro !
dimanche 18 - 21h13
de : JO
Jann Halexander rend hommage à la chanteuse canadienne Pauline Julien le 9 mars
dimanche 18 - 19h19
VENEZUELA : la Colombie recrute des mercenaires Vénézueliens
dimanche 18 - 16h25
de : JO
LA JOIE ARMÉE
dimanche 18 - 15h12
de : Ernest London
À Naples, rencontre avec Potere al Popolo (vidéo)
dimanche 18 - 12h29
de : Jean-Luc Mélenchon via RF
Augmenter la pression contre le licenciement de Gaël Quirante
dimanche 18 - 11h26
de : olivier
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France et ses entreprises, fournisseurs officiels de la guerre au Yémen
dimanche 18 - 03h37
de : stef131
El votán Zapata
samedi 17 - 16h36
de : Georges Lapierre
Après NDDL : des ZAD partout ?
samedi 17 - 13h59
de : JO
Rennes : Deux enseignantes convoquées au rectorat pour avoir organisé une sortie scolaire à La Maison de la Grève
samedi 17 - 11h44
1 commentaire
TROIS OPTIONS POUR L’EUROPE !
vendredi 16 - 23h05
de : LE BRIS RENE
LE VRAI SCANDALE DES GAZ DE SCHISTE
vendredi 16 - 19h12
de : Ernest London
LE ROI NE MARCHE PLUS IL VOLE....
vendredi 16 - 18h56
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Ivry, Vendredi 16 février dès 19h jusqu’à 23h Nuit de la liberté : Free Salah Hamouri
vendredi 16 - 17h50
de : Roberto Ferrario
Potere al Popolo, ou l’optimisme de la volonté
vendredi 16 - 14h48
de : Marco Cesario via FR
Pouvoir d’achat : les Français déçus par Macron
vendredi 16 - 14h42
de : Grégoire Normand
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La non-violence est une arme puissante et juste, qui tranche sans blesser et ennoblit. l'homme qui la manie. C'est une épée qui guérit. Martin Luther King
LE JOURNAL DU MEDIA à 20H
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 février
de Gaël De Santis via FR
Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars . La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous (...)
Lire la suite
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 février
de Marco Cesario via FR
1 commentaire
Les élections législatives approchent en Italie et dans un pays ravagé par une extrême droite toujours plus agressive et rampante qui prend comme cible les migrants et toute sorte de minorité ethnique ou religieuse, une nouvelle force politique voit le jour : Potere al Popolo ! (Pouvoir au peuple, en français) un mouvement de jeunes, ouvriers, précaires, étudiants, militants, résistants. “Nous sommes les sans emploi - lit-on dans le programme - nous sommes les (...)
Lire la suite
Italie. Elections du 4 mars 2018. Et programme du mouvement Potere al Popolo
lundi 12 février
de Jean-marc B via RF
Nous présentons, ci-après, une version française intégrale et annotée du programme de Potere al popolo[1] pour les élections législatives nationales italiennes du 4 mars 2018 (renouvellement des 630 membres de la Chambre des députés et des 315 membres du Sénat)[2]. Elles se dérouleront selon la nouvelle loi électorale adoptée en novembre 2017. C’est un système alambiqué, difficile à saisir dans son fonctionnement (à quel candidat sont finalement attribuées les voix exprimées ?[3]) et (...)
Lire la suite
Potere Al Popolo
vendredi 9 février
de Mathieu Dargel via RF
Point culminant d’une initiative lancée cette automne, la première Assemblée Nationale de la liste « Potere al Popolo » s’est tenue à Rome le dimanche 17 décembre. Plus de 1000 personnes issues de collectifs militants, centres sociaux, associations, mouvements écologiques, syndicats et partis politiques, se sont réunies pour adopter le principe d’une liste unique de la gauche antilibérale et anticapitaliste aux prochaines élections législatives du printemps 2018, après (...)
Lire la suite
Italie, POTERE AL POPOLO : Manifeste pour une liste populaire aux prochaines élections.
mercredi 7 février
de via Roberto Ferrario
1 commentaire
Nous avons trop attendu…. Maintenant nous nous portons candidats ! Nous sommes les jeunes qui travaillons au noir, les précaires à 800 euros par mois et qui en ont besoin, qui souvent émigrent pour trouver mieux. Nous sommes les travailleu(r)ses soumis chaque jour et des chantages plus lourds et offensants pour notre dignité. Nous chômeuses, en chômage partiel ou en pré-retraite. Nous sommes les retraités qui vivent de peu, même s’ils ont peiné toute leur vie et qui maintenant (...)
Lire la suite
Sognavamo cavalli selvaggi
jeudi 1er février
de Luca Visentini via RF
Il est enfin sorti en version papier comme e-Book. https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... Ce sont cent contes courts ou très courts qui, dans l’ensemble, reconstruisent, en une seule affaire, la Milan de 1968 à 1977 d’un garçon de la nouvelle gauche. Un compagnon de base, pas un dirigeant, ni un repenti. On ne parle pas d’analyses politiques ou de querelles idéologiques, mais d’amour, d’amitiés, de famille, de luttes (...)
Lire la suite
PROCÈS DES 7 DE GOODYEAR : LA COUR DE CASSATION CASSE LES SALARIÉS
jeudi 25 janvier
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Le syndicat Info’Com-CGT est scandalisé par la décision de la Cour de Cassation d’Amiens : elle vient de confirmer le verdict de la Cour d’appel condamnant 7 salariés de Goodyear à des mois de prison avec sursis (pour certains 24 mois), 5 ans de mise à l’épreuve et l’inscription au casier judiciaire B2 ! Cette décision est hallucinante étant donné que la position du procureur était de valider notre recours et ...d’appuyer la démarche de casser le (...)
Lire la suite