Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Des policiers veulent prendre la tête du cortège le 12 septembre : "Tant pis si on se fait massacrer"
de : Paul Conge
jeudi 7 septembre 2017 - 10h37 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 80.8 ko

En tête du cortège, le 12 septembre, il n’y aura pas que les traditionnels militants encapuchonnés. Un syndicat policier, le VIGI (classé plutôt à gauche), appelle les forces de l’ordre à prendre la tête du défilé. Les policiers entendent manifester contre la "destruction du Code du travail" mais "tout en protégeant [les manifestants] des délinquants et criminels infiltrés". Alexandre Langlois, secrétaire de ce syndicat "de la colère des policiers", témoigne pour RMC.fr.

Alexandre Langlois est policier du renseignement territorial, et secrétaire général du syndicat policier VIGI (ex-CGT Police).

"Ce que l’on voit, c’est que M. Macron ne veut pas nous recevoir ni nous répondre, malgré nos appels et nos lettres ouvertes. Or, les propositions sur la réforme du code du travail, les CHSCT qui disparaissent, les Conseils d’entreprise (CE) que nous policiers on n’a jamais eus… C’est l’occasion de parler ce qui va nous arriver. Car c’est une réforme d’Etat. On la fait d’abord dans le privé. Ensuite, ce sera la même pour le public.

On veut déjà manifester en soutien le 12 septembre. On a des revendications communes avec les manifestants. La deuxième chose, c’est qu’il y a des gens qui veulent être violents et qui agressent des agents de police dans le cortège de tête, et qui décrédibilisent tout le mouvement social. Des collègues CRS qui subissent des coups pendant des heures avant de recevoir l’ordre d’intervenir.

"Même manifestant, on est en service 24h/24"

Alors autant y être. En nous plaçant à cet endroit stratégique, on veut leur expliquer que taper, agresser, un policier, ou juste casser la figure à quelqu’un ça ne changera pas les choses. Changer les choses, on y arriver tous ensemble.

Le problème, ou l’avantage, d’être policiers, c’est que l’on est en service 24h/24. Même quand on a la casquette du manifestant, on peut intervenir si l’on voit un acte violent. A ce titre là, si on voit quelqu’un agresser quelqu’un, même hors-service, du fait de notre charte d’engagement, on doit faire cesser l’infraction avec les moyens dont on dispose.

Mais on ne vient pas pour être policiers. On vient pour manifester. Et dans le cortège syndical, le vrai, ça s’est toujours bien passé. C’est seulement à l’avant de la manifestation que le message syndical n’est pas écouté.

"Nos revendications consistaient à s’aligner sur ce qui se faisait dans le privé"

On a nous aussi des raisons de venir. On subit des coupes budgétaires de 370 millions d’euros, on a des commissariats insalubres, du matériel pas aux normes, des heures sup’ à outrance qui détruisent notre vie familiale, des heures de nuit payés 97 centimes supplémentaires…

Dans la police, nos revendications ont longtemps consisté en un alignement sur ce qui se pratiquait dans le privé. J’ai fait des heures de nuit dans le privé, c’était payé 27 euros de plus, pas 97 centimes. Une fois que le code du travail sera cassé, on n’aura plus l’exemple du privé pour faire valoir nos droits.

"Tant pis si on se fait massacrer"

Il y a eu, en 2013, ces policiers italiens qui ont enlevé leur casque en solidarité des manifestants. On va déjà régulièrement dans les manifestations pour apaiser et dialoguer. Si c’est contre-productif, tant pis, on ira dans le cortège de tête, et on se fera massacrer.

Ce qu’on répond à ceux qui nous attaquent sur Twitter, c’est que les centrales syndicales ont toutes voté pour un "défilé pacifique". C’est-à-dire sans des gens qui se greffent sur le cortège pour tout casser.

Certains nous disent avec virulence qu’on n’est pas les bienvenus, que ce n’est pas notre manifestation. Mais il y a un problème, ils inversent les rôles. Ce sont ces éléments violents qui ne sont pas les bienvenus.

Si on était sûr de se faire agresser à 100%, on n’irait pas. Mais il y a une chance qu’on ne le soit. Lors de la manifestation contre la haine anti-flics, en mai 2016, on avait été à la rencontre des contre-manifestants.

Il n’est pas sûr que les autres syndicats nous rallieront. Mais on a eu un joli rassemblement avec le syndicat Unité SGP-FO, à la foire de Châlons, peut être qu’ils viendront aussi cette fois-ci. Du syndicat Alliance (majoritaire), on attend peu de choses. Même quand c’est eux qui proposent une intersyndicale, ils ne font rien.

Ce qui est sûr, c’est qu’on ne sera pas de la manifestation du 23 septembre. On se refuse de participer à une manifestation initiée par un parti politique."

http://rmc.bfmtv.com/emission/des-p...

JPEG - 66.7 ko

Les organisations syndicales ont appelé à une manifestation contre la destruction du Code du Travail, qui protègent les plus faibles. Nous, policiers sommes concernés car c’est nos familles, nos amis, nos connaissances que le gouvernement veut affamer et précariser. Nous nous sommes engagés pour défendre le faible contre l’injustice et non l’inverse.

Monsieur MACRON ne daignant pas répondre à notre lettre ouverte du 13 juillet 2017, nous voulons aussi manifester contre la coupe budgétaire de 370 millions d’euros que nous allons subir, dégradant une nouvelle fois nos conditions de travail et la qualité de vie de nos familles. Nous sommes loin des promesses de la lettre ouverte du candidat de la République En Marche aux policiers du 28 avril 2017…

La conséquence est plus d’insécurité pour tous, au nom de l’austérité. Mais nous ne voulons pas nous habituer à vivre avec le terrorisme, comme Monsieur MACRON. Il faut dire que les 99% de personnes, qui ne sont rien à ses yeux, n’ont pas une protection personnelle permanente…

Pourquoi manifester avec des non policiers ?

En 2016 chacun à manifester de son côté avait manifester de son côté : aucun résultat. Nous avons des revendications communes, agissons ensemble !

Pourquoi le cortège de tête ?

VIGI. propose de se positionner dans le cortège de tête pour faire comprendre à toutes personnes violentes que perturber une manifestation syndicale ou agresser un policier, acte criminel, ne fait que le jeu du gouvernement, en créant une diversion, lui permettant de continuer d’éviter de débattre du fond des sujets.

A défaut, en tant que policiers, nous pourrons intervenir pour défendre nos collègues victimes d’agression, qui n’ont pas le droit de se défendre faute d’ordres cohérents et protéger la Liberté d’expression des manifestants, en interpellant les délinquants et criminels infiltrés dans le cortège.

VIGI. a besoin de vous !

VIGI. invite tous les personnels de la Police Nationale, les élus de la Nation et tous ceux qui veulent soutenir leurs policiers à venir nous rejoindre en tête de cortège place de la Bastille à 13h30 pour marcher jusqu’à place d’Italie le mardi 12 septembre 2017.

Les revendications de VIGI. sur la casse du code du travail :

 Maintien d’un droit du travail commun à tous, pour éviter la mise en place d’un point d’indice pour les différentes fonctions publiques, comme annoncé le 17 juillet par Monsieur MACRON ;
 Maintien de la hiérarchie des normes, pour éviter que demain une note de service puisse avoir plus de valeurs qu’un texte législatif ;
 Maintien de toutes les instances représentatives du personnel et créer dans la Police Nationale de véritable CHSCT, avec formation indépendante des élus et les moyens d’avoir recours à des experts. Ce serait un minimum avec un collègue qui réussit à se suicider toutes les semaines. De plus, si cette réforme passe nous ne pourrons jamais avoir de CE, même si nous sommes + de 140 000 personnels.

Les revendications de VIGI. pour la sécurité de tous, une hausse du budget pour mettre fin :

 A la mise en danger de nos vies avec des véhicules et du matériel insuffisant et obsolètes ;
 Aux commissariats et locaux vétustes, voir insalubres et hors normes légales ;
 Aux cantonnements de CRS insalubres ;
 A un parc informatique datant du XXème siècle ;
 A un manque de formation en adéquation avec nos missions ;
 Aux heures supplémentaires à outrance en dehors de tout cadre légal, à cause du manque de personnels et de l’état d’urgence permanent, qui nous épuisent et détruisent notre vie familiale et sociale ;
 Au manque de personnels par un recrutement massif des personnels de tous corps sur la durée ;
 A la suppression des réservistes.

Les revendications de VIGI. pour les personnels, qui vont jusqu’au sacrifice ultime pour la sécurité de tous :

 Pas de jour de carence pour punir les fonctionnaires malades ;
 La hausse du point d’indice et non son gel ;
 Le maintien de l’indemnité de résidence et non sa suppression ;
 Le maintien des règles liées à la majoration des indemnités des fonctionnaires en postes Outre-Mer et non leurs modifications à notre désavantage ;
 Le maintien du supplément familial de traitement et non sa suppression ;
 Pas de gel de l’avancement durant une année, comme cela a été suggéré ;
 Pas d’augmentation de la CSG ;
 Une retraite calculée sur les 6 derniers mois et non les 20 dernières années ;
 La réinstauration de l’Avantage Spécifique d’Ancienneté (ASA) pour les services départementaux ;
 Un 13e mois, voir aussi le 14e selon les conventions des grosses entreprises ;
 Des chèques restaurant ;
 Une mutuelle digne de ce nom et prise en charge à 50% par l’administration ;
 Des heures de nuit payées double et non 0,97€ ;
 Des jours fériés payés triple ;
 Des heures supplémentaires majorées de 25%, puis 50%, récupérées ou payées selon le choix des personnels et non récupérées à temps égal ;
 Une répartition des primes de performance entre tous les personnels de façon équivalente et non plus de 100 000€ pour un directeur et 300€ pour un adjoint technique ou un gardien de la paix ;
 Le respect des textes en vigueur par notre hiérarchie, plus particulièrement concernant le droit au respect de la vie privée et familiale ;
 Une médecine du travail indépendante ayant pour objectif de soigner les agents et non une médecine aux ordres pour « virer » les personnels arbitrairement voir les pousser au suicide ou à la dépression.

VIGI. le syndicat des personnels de la Police Nationale depuis 1883

https://www.facebook.com/VIGIpn/pos...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Des policiers veulent prendre la tête du cortège le 12 septembre : "Tant pis si on se fait massacrer"
10 septembre 2017 - 00h16 - Posté par Davesnes

Pour faire pièce aux arguments de ces flics qui prétendent nous dire quelle est la bonne façon de manifester, je vous propose de regarder cette émission consacrée à Antonin Bernanos, un jeune militant libertaire qui vient de passer dix mois en détention provisoire sans jamais cesser de clamer son innocence. En mai 2016, Antonin Bernanos était interpellé dans l’enquête sur la voiture de police incendiée quai de Valmy, en marge des manifestations contre la loi travail. Notamment mis en examen pour tentative de meurtre sur policier, le jeune militant antifasciste a été depuis remis en liberté sous contrôle judiciaire, jusqu’à son procès qui doit avoir lieu d’ici quelques jours. Poursuivi sans preuve formelle, sur la foi d’un témoignage unique et anonyme qui s’avèrera être celui d’un policier, Antonin Bernanos revient en détail sur l’affaire en témoignant sur le site "Hors série" (émission exceptionnellement gratuite) :
http://www.hors-serie.net/Speciale/...






Quelques critiques anarchistes de la médecine
jeudi 21 - 23h08
de : jean 1
Annonce des (f)estives de la décroissance. 20-23 juillet. Le sens de la technique est une question politique
jeudi 21 - 22h18
de : Brulavoine
À QUOI SERVENT LES POLITIQUES DE MÉMOIRE ?
jeudi 21 - 19h40
de : Ernest London
MÉTÈQUE(S) / C’est l’heure de l’mettre (Radio Campus Lille)
jeudi 21 - 19h11
de : Hdm
Palestine : des entreprises françaises participent à la colonisation de Jérusalem-Est
jeudi 21 - 16h40
Sur l’« intégrisme laïque » français
jeudi 21 - 09h22
de : Christian DELARUE
Fête des secteurs en lutte pour la grève générale : C’est dans la rue que ça se gagne !
mercredi 20 - 10h41
François Ruffin à l’Ass.Nat. : Charge sur la vaisselle de l’Elysée "vieillissante" !
mercredi 20 - 10h09
de : JO
Palestine : face aux massacres, l’insupportable, ce serait le silence.
mercredi 20 - 09h55
de : UD CGT PARIS
1 commentaire
LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
2 commentaires
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire
Eurosatory 2018 : des collectifs veulent redynamiser la lutte contre le salon de l’armement
lundi 11 - 18h50
Propaganda - La fabrique du consentement (video)
lundi 11 - 15h19
1 commentaire
Grève Party, La Bataille du rail, Soutien aux cheminots, le 12 juin 2018 à partir de 18:30
lundi 11 - 13h51
COLLECTIF DE DEFENSE DES SERVICES PUBLICS CENTRE BRETAGNE
lundi 11 - 13h20
Les cheminots dans le Centre Bretagne pour la défense des services publics
lundi 11 - 13h13

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque. Albert Einstein
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite