Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

JERUSALEM : Entre le Guatemala et Israël, une histoire ancienne et pleine de sang
de : JO
mercredi 3 janvier 2018 - 16h11 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 8.6 ko

NDLR : Pour en savoir toujours plus sur les forfaitures et crimes de l’impérialisme ! Merci encore une fois à Maurice pour ce recueil pour que nul n’en ignore !

Entre le Guatemala et Israël, une histoire ancienne et pleine de sang

Par Maurice Lemoine

A une très large majorité, 128 pays membres des Nations unies sur 193 ont condamné le 21 décembre 2017 la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par le président américain Donald Trump. Le texte de la résolution reprenait, dans ses grandes lignes, un projet soutenu par quatorze des quinze membres du Conseil de sécurité – les Etats-Unis ayant dû utiliser leur veto de membre permanent pour en empêcher l’adoption.

Pour tenter de bloquer cette condamnation massive de la communauté internationale, Washington avait préalablement multiplié les menaces et les pressions. C’est ainsi que 35 Etats s’abstinrent lors du vote et que 21 jugèrent prudent ne pas prendre part au scrutin. Parmi les abstentionnistes, la Maison-Blanche put compter sur la « solidarité passive » de quelques comparses continentaux : le Mexique, l’Argentine et le Canada. Mais, bien entendu, ce sont les sept grandes puissances totalement alignées sur Washington et Tel-Aviv qui ont retenu l‘attention : les Iles Marshall, la Micronésie, Nauru, Palau, le Togo et, surtout, dans la traditionnelle « arrière-cour », le Honduras et le Guatemala.

Rien de surprenant s’agissant du Honduras où Juan Orlando Hernández (« JOH ») vient d’être déclaré réélu au terme d’une élection présidentielle tenue dans des conditions tellement scandaleuses que même l’Organisation des Etats américains (OEA) en conteste la régularité [1]. Trump ayant en revanche, et contre toute évidence, reconnu sa « victoire », on comprend que « JOH » fasse assaut de servilité. Toutefois, dans le registre « alliances douteuses et compromissions absolues », son homologue guatémaltèque Jimmy Morales a fait encore mieux : le 24 décembre, il a annoncé son intention d‘imiter Washington en transférant son ambassade de Herzliya (banlieue de Tel-Aviv) à Jérusalem, en dépit du vote de condamnation de l’Assemblée générale des Nations unies.

Comme le Honduras, le Guatemala se trouve en position de grande faiblesse face à une éventuelle mauvaise humeur de la Maison-Blanche et du Département d’Etat. Même modeste et dirigée prioritairement vers les forces de sécurité et de répression, l’aide économique de Washington est vitale pour cette nation en déshérence. En outre, le chantage à l’expulsion pèse sur le million de Guatémaltèques qui, résidant plus ou moins légalement sur le territoire américain, permettent la survie de leurs compatriotes grâce à leurs « remesas » (envois d’argent) ; près de 40 000 de ces migrants ont déjà été rapatriés manu militari en 2017.

Enfin, à l’instar de « JOH », Morales traîne dans son sillage quelques casseroles qui ne peuvent que l’inciter à la plus pragmatique des soumissions. Depuis 2015, mandatée par les Nations unies et Washington, une Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (Cicig) mène en effet dans le pays une « sainte croisade » contre la corruption. Et ce, non sans résultats : en 2015, c’est elle qui a fait destituer et emprisonner le président Otto Pérez Molina et la vice-présidente Roxana Baldetti pour détournement de fonds.

Ayant accédé depuis à la tête de l’Etat, Morales s’est à son tour fait remarquer par quelques « incartades ». En septembre 2017, par exemple, lorsqu’il fut découvert qu’il percevait chaque mois des Forces armées, dans la plus totale discrétion, une supposée « prime de risque » de 7300 dollars (une augmentation irrégulière de son salaire de 33 %). Depuis, une autre révélation a secoué l’opinion : 800 000 dollars de fonds illégaux auraient irrigué la campagne du Front de convergence nationale-Nation (FCN-Nación), dont il était le candidat. La procureure générale Thelma Aldana et la Cicig ayant demandé une levée de son immunité permettant de le juger, Morales (dont le frère et l’un des fils sont incarcérés pour émission de fausses factures), soutenu par l’extrême droite et d’anciens militaires, a répliqué en déclarant persona non grata et en prétendant expulser le juriste colombien Iván Velásquez, patron de la Cicig. Décision qui a provoqué de fortes réactions nationales et internationales, et que la Cour constitutionnelle guatémaltèque a rejetée et annulée. Dans un tel contexte, s’attirer la sympathie de Trump n’est en rien secondaire pour le chef de l’Etat centraméricain.

Pour autant, la décision de transférer l’ambassade guatémaltèque à Jérusalem ne répond pas qu’à cette seule préoccupation. En l’annonçant, Morales a rendu compte d’un entretien téléphonique qu’il a eu avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et au cours duquel les deux hommes ont souligné les « excellentes relations » existant entre les deux pays « depuis que le Guatemala a soutenu la création de l’Etat d’Israël ».

On évoquera rapidement cet épisode, qui n’est pas le plus important (pour les Guatémaltèques s’entend). Mais, de fait, ce petit Etat d’Amérique centrale a été le deuxième (immédiatement derrière les Etats-Unis !) a reconnaître l’existence d’un « Etat juif » en territoire palestinien, le 14 mai 1948.

A l’origine de cette présence aux premières loges des bouleversements du lointain Proche-Orient, se trouve un diplomate progressiste (ou pour le moins réformiste), Jorge García Granados. Petit fils d’un chef de l’Etat, emprisonné et torturé par la dictature de Jorge Ubico, exilé au Mexique, Granados combattit du côté républicain lors de la guerre civile espagnole avant de rejoindre la « Révolution d’octobre » qui, en 1944, permit à Juan José Arévalo de devenir le premier président démocratiquement élu du Guatemala.

Marqué par la mainmise coloniale de Londres sur le Honduras britannique voisin (aujourd’hui le Belize), un territoire historiquement revendiqué par le Guatemala, Granados, membre du Comité spécial pour la Palestine nommé par les Nations unies en mai 1947 [2], voyait d’un très bon œil la fin du mandat britannique sur ce territoire et, avec la majorité des membres de la Commission, recommanda son partage entre un Etat arabe et un Etat juif (qui deviendra Israël quelques mois plus tard), avec pour Jérusalem un statut international spécial sous l’autorité administrative des Nations unies [3]. Quoi qu’on en pense avec le recul, rien à voir avec les ineptes initiatives de Trump, puis de Morales qui, fin décembre 2017, ont foulé aux pieds les droits les plus élémentaires des Palestiniens.

Après l’élection de 1944, le Guatemala vécut dix années de « Printemps démocratique » sous les présidences d’Arévalo (1945-1951) et de Jacobo Árbenz Guzmán (1951-1954). Le renversement de ce dernier par un coup d’Etat qu’organisèrent la compagnie bananière américaine United Fruit (UFCo), hostile à la réforme agraire, et son bras armé, la Central Intelligence Agency (CIA), marqua le début d’une tragédie dont Granados ne vit que les prémices puisqu’il mourut en 1961.

Très peu de temps après, sous le mandat de Julio César Méndez Montenegro (1966-1970), le colonel Carlos Manuel Arana Osorio – dit « le chacal de Zacapa » –, avec l’appui des instructeurs et des Bérets verts étatsuniens, dirige une campagne de répression sans précédent contre les organisations de gauche réfugiées dans la clandestinité. Les assassinats politiques atteignent le chiffre de 8 000 entre 1966 et 1968. Devenu général et arrivé au pouvoir en 1970, Arana Osorio se déclare décidé à « transformer, s’il le faut, le pays en cimetière, pour restaurer la paix civile ».Entre 1970 et 1978, 20 000 Guatémaltèques vont payer de leur vie cette philosophie.

Malgré la convergence des intérêts de la nouvelle oligarchie militaire et des multinationales américaine (Hanna Mining, Del Monte, Standard Brands –nouvelle branche de l’UFCo), l’ampleur et les méthodes de la répression, les violations massives et répétées des droits humains – 150 personnes assassinées de sang-froid en 1977 sur la place du village de Panzos – amènent le président James Carter à suspendre l’aide militaire des Etats-Unis. La « diplomatie de l’Uzi »(du nom du robuste et célèbre fusil d’assaut israélien) va dès lors jouer un rôle prépondérant.

L’assistance militaire israélienne au Guatemala avait officiellement débuté en 1971. Dès 1975, étaient fournis à cet Etat terroriste des avions Aravaet divers types d’armements – canons, armes individuelles – que les Etats-Unis refusaient déjà de livrer. Lorsque, en 1977, Carter interrompt totalement les ventes d’armes, Tel Aviv prend définitivement le relais.

Le général Lucas García est « élu » en 1978, moyennant une fraude éhontée et un taux d’abstention de 63,5 %. Cet impossible recours à la voie politique provoque l’apparition de guérillas. En 1975, d’abord dans la région de l’Ixcán, revient l’Armée de guérilla des pauvres(EGP), dont le noyau initial avait participé à un soulèvement précédent avant de se replier sur le Mexique. En 1979, surgit l’Organisation du peuple en armes (ORPA).

Puissant lobby guatémaltèque, l’Association des amis du paysinvestit plusieurs centaines de milliers de dollars en direction du Parti républicain, contribution à la campagne électorale de Ronald Reagan. Celui-ci arrivé à la Maison-Blanche, les relations demeurent néanmoins difficiles. Indépendamment des intérêts stratégiques de Washington, le pouvoir économique acquis par les militaires guatémaltèques (33 % de la région pétrolifère du Petén leur appartiennent) concurrence désormais – outre ceux de l’oligarchie traditionnelle nationale – les possibilités de profit des entreprises étatsuniennes.

Lorsque, au second semestre de 1981, le général Benedicto Lucas lance une offensive générale contre les guérillas, la répression, outre son aspect militaire, atteint les secteurs les plus modérés de la société, démocratie chrétienne comprise. Une première étape de « pacification » se traduit par le recours aux massacres et à la destruction de plus de 250 villages indigènes, considérés comme bases de soutien de l’insurrection armée. Cette période de prise de contrôle total de la population se solde par environ 20 000 morts, le départ d’approximativement 100 000 paysans qui se réfugient en majorité dans le Sud du Mexique, un million de personnes déplacées et la militarisation des relais administratifs de l’Etat.

Effectuant « un travail fantastique », d’après le général Benedicto Lucas, des dizaines de conseillers militaires israéliens épaulent le service de renseignements guatémaltèque, le sinistre G-2, et mettent en place un système informatique qui permet le fichage systématique de 80 % de la population. Grâce aux ordinateurs fabriqués en Israël, l’armée guatémaltèque découvre et détruit en 1981 vingt-sept caches des organisations révolutionnaires par une analyse des consommations nocturnes d’eau et d’électricité à Ciudad Guatemala. Outre la construction d’une usine d’armements dans la province de l’Alta Verapazpar l’Eagle Military Gear Overseas,l’aide israélienne s’inscrit dans le Programme de pacification ruraleresponsable de la mort de milliers de paysans appartenant aux peuples Mayas. Ce sinistre plan s’inspire directement, d’après son responsable, le colonel Eduardo Wahlero, du Nahal Program – « Jeunes pionniers combattants » – destiné à former de jeunes soldats aux techniques agricoles pour les installer dans les zones frontières de l’Etat israélien.

L’imposition du général Anibal Guevara, vainqueur en 1982 de l’un des scrutins les plus frauduleux de l’histoire du pays, amène le coup d’Etat du général Efraín Rios Montt, spécialiste de la contre-insurrection, candidat élu et spolié de la démocratie chrétienne en 1974. Celui-ci relance l’offensive contre un mouvement armé à présent unifié au sein de l’Union révolutionnaire nationale guatémaltèque(UNRG). La stratégie « tortilla, techo, trabajo » (« galette de maïs, toit, travail ») regroupe les populations dans des hameaux stratégiques, sur le modèle nord-américain utilisé au Viêtnam, pratique le recrutement forcé des Indiens dans des Patrouilles civiles d’autodéfense (PAC). Sous le vocable « Fusiles y frijoles » (« fusils et haricots »), ces patrouilles vont surtout servir de chair à canon – 5 % seulement de ces pseudo volontaires étant armés – et permettre de surveiller constamment « les 265 000 paysans » qui, d’après l’armée, « aident la guérilla ». C’est toujours avec l’aide empressée de Tel Aviv que, sous le régime Rios Montt, 18 000 paysans sont massacrés, victimes des pires atrocités.

Les luttes populaires ayant triomphé au Nicaragua et se développant au Salvador ainsi que, dans une moindre mesure, au Honduras voisins, le Guatemala se transforme en centre de diffusion régionale, 30 % des armes israéliennes reçues étant revendues dans la zone – en particulier aux contre-révolutionnaires nicaraguayens (la « contra »).

« Nos deux pays partagent les mêmes objectifs et les mêmes qualités tels que le pluralisme, les droits de l’Homme, la paix, la justice sociale et le progrès économique »,déclare finalement (sans rire) Ronald Reagan, le 13 janvier 1984, en recevant les lettres de créance du nouvel ambassadeur du Guatemala. Rétablie, l’aide militaire de Washington s’ajoute dès lors à celle de Tel Aviv, qui ne s’interrompt pas.

Lorsque le conflit se terminera, en 1996, la Commission pour l’éclaircissement historique (CEH) mise en place par les Nations unies révélera qu’il s’est soldé par le déplacement forcé d’un million et demi de personnes et la mort de 200 000 autres – victimes à 93 % des groupes paramilitaires et de l’armée. Bien que la tragédie se soit déroulée sur plus de trois décennies, les pics les plus atroces de violence provoqués par la stratégie de la terre brûlée se sont déroulés entre 1980 et 1983, sous les gouvernements militaires de Lucas García et de Ríos Montt.

Rattrapé par la justice de son pays en 2013, Ríos Montt a été condamné pour « génocide et crime contre l’humanité » (même si la Cour constitutionnelle guatémaltèque s’empressa ensuite d’annuler le procès). En 1982, c’est ce même Ríos Montt qui déclarait au quotidien espagnol ABC : « Notre succès est dû au fait que nos soldats ont été entrainés par les Israéliens ».

Deux cent mille morts ne peuvent être comparés à six millions. Mais tout de même… En plein XXe siècle, quelques années à peine après qu’ait été révélé le crime absolu de la Shoah, un ethnocide demeure un ethnocide. Une monstruosité qui, d’après Morales et Netanyahu, a permis aux gouvernants de leurs deux pays, au long de ces années sanglantes, d’entretenir « d’excellentes relations ». Pour le plus grand malheur, à présent, des Palestiniens.



Imprimer cet article





VENEZUELA : Le point sur la propagande honteuse des trompettes de la renommée impérialiste !
lundi 24 - 12h04
de : JO
Georges Ibrahim Abdallah - Il est urgent de le libérer
dimanche 23 - 16h24
de : Ledesorde
Revendiquer nos droits, et les défendre !
dimanche 23 - 11h19
de : jean 1
Les approches libertaire de l’école du Rojava
dimanche 23 - 09h39
de : Pierre Bance
1 commentaire
SORCIÈRES - La Puissance invaincue des femmes
vendredi 21 - 21h25
de : Ernest London
EPR : l’esprit munichois des dirigeants de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN)
vendredi 21 - 18h32
de : Patrick Samba
5em fete de l’autogestion a quimper
vendredi 21 - 14h52
de : vilkelu
Nos vieux valent mieux que leurs profits
vendredi 21 - 13h19
de : MARTINE LOZANO
Parcoursup : un bilan jugé désastreux par les syndicats
vendredi 21 - 10h29
DES DRONES ET DES CERFS-VOLANTS !
jeudi 20 - 09h41
de : C’est l’heure de l’mettre
Rassemblement de soutien : Assignation au tribunal de Nanterre « La Poste veut empêcher Gaël de militer ! » (video)
mercredi 19 - 22h38
DRAME À LA BIBLIOTHÈQUE COURONNES (Paris XXe) : LA CGT DEMANDE LA TENUE D’URGENCE D’UN CHSCT EXCEPTIONNEL
mercredi 19 - 21h58
de : Ménil Info
Assez de parlotes à Matignon, tous ensemble et en même temps dans l’action !
mercredi 19 - 18h08
de : jodez
2 commentaires
CONDITIONNEMENT TOXIQUE
mercredi 19 - 15h27
de : Lukas Stella
Affaire Benalla en continu !
mercredi 19 - 10h46
de : JO
Hommage de l’UJFP à Gisèle Felhendler
mercredi 19 - 07h18
de : UJFP
Rejoignez le Collectif des pisseurs involontaires de glyphosate
mercredi 19 - 06h46
de : Pissou
1 commentaire
Les petits pas.
mardi 18 - 21h07
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Viols : « Que cette guerre cesse »
mardi 18 - 16h57
3 commentaires
LE MYTHE DE LA THÉORIE DU RUISSELLEMENT
mardi 18 - 08h31
de : Ernest London
5 commentaires
Jann Halexander ’Ceci n’est pas l’Afrique’ 12 octobre, Atelier du Verbe, Paris
mardi 18 - 01h34
de : Bruno
Grande fête du livre Paris samedi 22 septembre 2018
lundi 17 - 23h11
de : frank
ELYSEE , journée du patrimoine : un conseil à un chômeur !
dimanche 16 - 16h54
de : JO
1 commentaire
CLINIQUE DE LA PINEDE (PO)
dimanche 16 - 15h18
La terre dévorée par l’économie ...
dimanche 16 - 12h31
La fête de l’Humanité.
dimanche 16 - 09h22
de : Régis de Nimes.
1 commentaire
Rémo Gary et Debronckart
dimanche 16 - 09h19
de : Norbert Gabriel
Benalla devant le Sénat ?
samedi 15 - 14h48
de : JO
ELYSEE : Un autre raté !
samedi 15 - 14h30
de : joclaude
2 commentaires
Plan pauvreté : Emmanuel Macron en pompier pyromane
samedi 15 - 11h10
2 commentaires
La nouvelle ministre des Sports occupe un logement social !
vendredi 14 - 09h00
de : JO
1 commentaire
ÉCOLOGIE OU CATASTROPHE - LA VIE DE MURRAY BOOKCHIN
vendredi 14 - 07h33
de : Ernest London
Appel des travailleurs iraniens de la métallurgie aux syndicalistes et aux pacifistes du monde entier
jeudi 13 - 21h38
de : Lepotier
Hivers nucléaire.
jeudi 13 - 19h26
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
BRESIL : La démocratie bafouée : LULA interdit de Candidat à la Présidence !
jeudi 13 - 17h58
de : JO
1 commentaire
PETIT PRÉCIS RADIOPHONIQUE de la lutte de classe à la mode franco-belge
jeudi 13 - 13h00
de : C’est l’heure de l’mettre
L’alliance Chine/Russie l’emportera t-elle en la guerre économique que perdit l’URSS ?
jeudi 13 - 10h12
de : JO
1 commentaire
SAMEDI 22 : Repas de soutien aux postier-es du 92 en grève depuis le 26 mars
jeudi 13 - 08h46
Démission de Laura Flessel ! On savait dans les hautes sphères du pouvoir !
mercredi 12 - 19h34
de : JO
1 commentaire
Enregistrement de salariés à leur insu par des visiteurs mystère
mercredi 12 - 18h20
de : Visiteur Mystere de chez Field & Solutions

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La guerre ne sert qu'à remplir vos poches et à éliminer mes proches. C'est pourquoi je n'irai pas. Vous ne me verrez pas au combat. Boris Vian
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite