Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le Dakar, la poursuite du colonialisme par d’autres moyens
de : Paul Ariès, Politologue, directeur de la revue les Zindigné.e.s
vendredi 5 janvier 2018 - 18h51 - Signaler aux modérateurs

(A paraître : Les sports mécaniques. Une arme de destruction massive, Le Bord de l’eau, mars 2018)

Les idolâtres du Dakar savent-ils qu’existe un fil rouge entre les premiers circuits coloniaux du XIXe siècle et ce rallye de la honte symbole de tous les conflits ? L’aventurier (sic) au volant de sa voiture, de sa moto ou de son camion sait-il que ses lointains prédécesseurs soutenaient eux aussi « apporter la civilisation » aux barbares ? Aux origines du Dakar se trouvent non seulement le Paris-Dakar mais le Nice-Dakar-Lac Tchad-Congo en motocyclette du début du XXe siècle. Le chroniqueur de la Revue des sports mécaniques ne fait alors pas dans le dentelle « Je ne suis pas négrophile ! J’aime le bon noir doux et spontané […] Que parmi les noirs, il y ait une élite intellectuelle digne de respect, égale aux blancs, je ne le nie point, mais ce qui nous blesse c’est de voir la généralité de nos “frères noirs” assimilée à nous-mêmes » . Quelques décennies plus tard c’est le raid Brazzaville-Pointe-Noire, toujours vendu comme une « mission » pas encore qualifié d’humanitaire mais de civilisatrice : « Les indigènes se précipitaient au seuil des cases, regardant curieusement cette caravane pétaradante, des gosses crasseux essaient de courir après nous » . La mission croise bientôt un marabout : « Dieu qu’il est laid ! » mais la moto « crache sa charge meurtrière. Le marabout s’envole. Notre première victime » . Aucun rallye n’aura suscité autant de réactions négatives (Simone de Beauvoir, Michel Foucault, René Dumont, Haroun Tazieff, Jean-Marie Brohm… et même le pape, sans même parler des milliers d’associations) que le Paris-Dakar, symbole de tous les conflits, y compris de mémoire (civilisation versus barbarie), même si le « barbare » ce n’est plus le « bon-sauvage » (encore que) mais la nature exubérante ; même si le « civilisé » ce ne sont plus le soldat, le curé et le maître d’école, mais le pilote, l’humanitaire, le chef d’entreprise. Le Paris-Dakar est d’autant plus dangereux qu’il est un renouveau plutôt que la continuation du colonialisme d’antan. Annulé en 2008 en raison de menaces terroristes, il prend le nom de Dakar et s’exile en Amérique du Sud, après son fiasco dans les Carpates ou le Dakar Serie est autorisé uniquement sur d’anciennes bases militaires (car on ne pouvait se permettre autant de morts…). Le Dakar, c’est toujours l’esprit de (re)conquête maquillé en aventure et en aide au développement, il ne s’agit certes plus de sauver des âmes mais de justifier l’exploitation et le pillage des ressources naturelles. Le Dakar est autant le symbole de l’extractivisme que du pillage financier (la malnommée dette du Tiers Monde), sans même parler du pillage sémantique puisque le nom Dakar est devenu une marque déposée par Amaury Sports Organisation, la société qui gère aussi le Tour de France et est propriétaire de L’Équipe. Le Sénégal proteste par la voix de son ministre de la Culture, le chanteur Youssou N’dour : « Je trouve scandaleux qu’on utilise le nom Dakar pour un rallye qui se fait hors de Dakar et qui ne rapporte rien au pays » . Suite à la création de l’Africa (Eco) Race, il ajoute : « Ni Paris Dakar, Ni Africa Race, laissez l’Afrique tranquille ! ».

Le Dakar c’est la poursuite du colonialisme par d’autres moyens, c’est le fait de considérer les pays pauvres comme des terrains de jeu pour des gosses de riches, c’est, sous prétexte de la « liberté d’excès », comme Coubertin définissait la compétition sportive, une entreprise honteuse dont le but est de vendre toujours plus de 4X4 urbains sous le masque de la bonne conscience occidentale « humanitaire » et « écolo », c’est une expression concentrée des rapports de domination, notamment technologique, entre le Nord et le Sud, entre les riches et les pauvres, c’est une folie qui consiste à rouler à plus de 180 km/h sur des pistes de terre, de sable et de cailloux, en traversant des pays où la majorité de la population manque de tout, c’est un gaspillage d’argent et d’énergie, ainsi qu’un étalage de richesse et de puissance à la gloire des grandes firmes prédatrices de la planète.

Ce rodéo publicitaire est obligé de chercher sans cesse de nouvelles terres à conquérir au regard des pays qui ne l’ont jamais accepté comme l’Équateur ou qui se désinvestissent, comme le Chili, compte tenu des dégâts multiples qu’il occasionne. Un rapport du Conseil chilien des monuments nationaux fait état de 184 sites archéologiques endommagés en trois éditions. Le Dakar a aussi traversé le désert d’Atacama, au Chili, qui est le plus aride au monde, or, « Il y a des choses qu’on ne ferait pas dans une église ou dans une synagogue. On ne doit pas les faire non plus dans un désert » . Les accidents et dégâts ne sont pas des dysfonctionnements du Dakar mais des symptômes. Ce sont des révélateurs des droits reconnus à la force mécanique aveugle et dont est privée la population. Le Dakar a déjà causé la mort de 59 personnes dont de très nombreux enfants, incitant même à créer un Collectif Actions pour les Victimes Anonymes du Dakar. Le Dakar reste cependant une opération très rentable pour le groupe ASO, pour les sponsors, les publicitaires et les marchands de 4X4 urbains, car 14 jours de pollution, de dégradation, d’accident et de décès, c’est aussi 14 jours de retour sur investissements grâce aux 1200 heures de retransmission dans 190 pays, au un milliard de téléspectateurs, aux frais d’inscription exorbitants (14 800 euros pour un motard et jusqu’à 38 400 pour un camion). Le budget moyen d’un pilote moto grimpe à 60 000 euros, celui d’un pilote auto avoisine les 150 000 euros. Les mesures de sécurité sont également autant de dispositifs qui visent à contourner la population locale, à la rendre passive sinon invisible, à la façon de ce mariage blanc qu’est le tourisme industriel, prouvant qu’aucune conciliation n’est possible entre les intérêts des autochtones et ceux des touristes fortunés. Qui entend aujourd’hui les représentants de ceux qui s’opposent mondialement à cette folie ? Pablo Solon, ancien Ambassadeur de la Bolivie aux Nations-Unies (2009-2011), directeur de la Fondation pour la préservation des droits de l’homme et de l’environnement : « l’année débutera avec le Dakar. Un spectacle qui colonise la nature et la conscience humaine, contredisant tous les principes du bien vivre. Comment se peut-il qu’on dépense quatre millions de dollars du peuple bolivien pour payer la franchise du Dakar par ces temps de pénurie d’eau ? Le Pérou a fermé ses portes au Dakar en 2016 en raison du dérèglement climatique El Nino. Comment se fait-il que la Bolivie produise encore ce cirque romain par ces temps de crise de l’environnement ? Il y a des morts à chaque tournée du Dakar, des véhicules qui sortent de la piste, des pilotes ou des spectateurs imprudents, des dégâts environnementaux et archéologiques, en somme des tragédies prévisibles dans une société qui prétend promouvoir l’harmonie avec la nature et entre les êtres humains » . « Le Dakar est une entreprise de promotion des transnationales qui lèsent le plus profondément la Terre-mère en extrayant ses combustibles fossiles […]. Les valeurs que le Dakar propage sont celles de la conquête et de la colonisation. C’est pour cela que les organisateurs choisissent des routes spectaculaires qui sont supposées inexplorées ; pour montrer comment leurs bolides sont capables de dominer la nature » . Stephen Kerckhove, délégué général d’Agir pour l’environnement : « l’image véhiculée est celle de l’absence de limites. Le Dakar incite les spectateurs à acheter des 4x4 polluants et aller toujours plus vite […]. Le Dakar veut communiquer vert en roulant gris » . Le Dakar entretien pourtant l’illusion de son utilité sociale et même environnementale en achetant l’équivalent de « droits à polluer », sous forme de compensation pour les 42 800 tonnes de CO2 rejetées, soit l’équivalent du déplacement annuel moyen en voiture de 20 000 français. Étienne Lavigne, directeur de la course n’hésite pas à opposer le Dakar « propre » aux courses de Formule 1 : « Je ne connais pas beaucoup d’épreuves de sports mécaniques qui font quelque chose. Je ne sais pas si Monsieur Ecclestone (alors patron de la F1) compense beaucoup par exemple » .

Ni Dakar, ni F1, les SM sont une machine de guerre contre la planète !



Imprimer cet article





Les cadenas de l’EPR de Flamanville : la piste du sabotage de plus en plus sérieuse
vendredi 22 - 13h59
de : Patrick Samba
La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire….
vendredi 22 - 13h55
de : dakota
Quelques critiques anarchistes de la médecine
jeudi 21 - 23h08
de : jean 1
Annonce des (f)estives de la décroissance. 20-23 juillet. Le sens de la technique est une question politique
jeudi 21 - 22h18
de : Brulavoine
À QUOI SERVENT LES POLITIQUES DE MÉMOIRE ?
jeudi 21 - 19h40
de : Ernest London
MÉTÈQUE(S) / C’est l’heure de l’mettre (Radio Campus Lille)
jeudi 21 - 19h11
de : Hdm
Palestine : des entreprises françaises participent à la colonisation de Jérusalem-Est
jeudi 21 - 16h40
Sur l’« intégrisme laïque » français
jeudi 21 - 09h22
de : Christian DELARUE
Fête des secteurs en lutte pour la grève générale : C’est dans la rue que ça se gagne !
mercredi 20 - 10h41
François Ruffin à l’Ass.Nat. : Charge sur la vaisselle de l’Elysée "vieillissante" !
mercredi 20 - 10h09
de : JO
Palestine : face aux massacres, l’insupportable, ce serait le silence.
mercredi 20 - 09h55
de : UD CGT PARIS
1 commentaire
LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
2 commentaires
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire
Eurosatory 2018 : des collectifs veulent redynamiser la lutte contre le salon de l’armement
lundi 11 - 18h50
Propaganda - La fabrique du consentement (video)
lundi 11 - 15h19
1 commentaire
Grève Party, La Bataille du rail, Soutien aux cheminots, le 12 juin 2018 à partir de 18:30
lundi 11 - 13h51

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si tu vis dans l’ombre, tu n’approcheras jamais le soleil. Jacques Mesrine.
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite