Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Rupture conventionnelle collective : Peugeot devrait signer avant Pimkie
de : Stéphane Ortega
samedi 6 janvier 2018 - 09h13 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 252 ko

Avant même la publication fin décembre des décrets d’application de la rupture conventionnelle collective, une des dispositions des ordonnances sur la loi travail, le groupe PSA et l’enseigne Pimkie ont annoncé vouloir y recourir. Une de ces deux entreprises inaugurera la mesure permettant aux entreprises de se séparer de salariés sans justifications économiques, et leur offrant un cadre bien moins contraignant que les plans de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Qui de Pimkie, l’enseigne de prêt-à-porter féminin, ou de Peugeot-PSA conclura la première rupture conventionnelle collective ? Pimkie, l’entreprise du nord de la France, propriété de la famille Mulliez, a été la première à déclarer publiquement ses intentions. La nouvelle, révélée dans la presse le 22 décembre, avait été annoncée aux représentants du personnel le 19 décembre lors d’un comité d’entreprise. Soit la veille de la promulgation des deux décrets d’application par le gouvernement. Comme Pimkie, PSA a informé le 19 décembre les délégués syndicaux centraux de l’entreprise de l’ouverture de négociations sur la rupture conventionnelle collective, anticipant de quelques jours la publication au journal officiel et l’entrée en vigueur des décrets d’application.

C’est pourtant le numéro deux de l’automobile en Europe qui pourrait passer la ligne d’arrivée en tête. Le 9 janvier, la marque au lion convoque un comité central d’entreprise (CCE) sur le sujet. En fait, elle organise deux réunions le même jour avec le même ordre du jour : la rupture conventionnelle collective. Un moyen d’accélérer la procédure en vue d’une validation rapide ? En tout cas une façon de procéder étonnante. Les organisations syndicales qui devront plancher sur le sujet n’ont pas reçu d’éléments sur le contenu du projet. Aucun document de travail ne leur a été fourni.

De son côté, Pimkie a un calendrier à peine plus détendu avec une réunion du CCE le 8 janvier, suivie de trois réunions de négociations les 9, 17 et 23 janvier. Là non plus, les membres du CCE n’ont pas d’éléments chiffrés sur le nombre de postes de travail concernés, même si celui de 200 à 250 a été avancé par la CGT. Pimkie : direction cherche syndicat pour signer rupture conventionnelle collective

La rupture conventionnelle collective, mesure surprise des ordonnances modifiant le Code du travail, est exclusivement à l’initiative de l’employeur. Elle nécessite la validation d’un accord paraphé par des syndicats représentant au moins 50 % des salariés. Rien n’indique pour l’heure que la direction de Pimkie trouve assez de syndicats pour signer un accord. La CGT a déjà fait part publiquement de son opposition et réclame des reclassements dans le groupe. L’enseigne de prêt-à-porter féminin est une des nombreuses marques détenues par la famille Mulliez, la quatrième fortune de France. Propriétaire du groupe Auchan, mais aussi de Décathlon, de Kiabi et d’une cinquantaine d’autres marques, l’Association familiale Mulliez salarie 500 000 personnes dans le monde pour un chiffre d’affaires avoisinant les 80 milliards d’euros.

« L’objectif est de maintenir une unité syndicale pour éviter que cela parte dans tous les sens », explique Valérie Pringuez, déléguée syndicale centrale et élue au CEE de Pimkie. Selon la syndicaliste CGT, l’entreprise en cas de désaccord des syndicats proposera un PSE ou un plan de départ volontaire. « Si le 9 janvier à 14 h 30 l’ensemble des organisations syndicales maintiennent leur opposition, la direction clôturera les débats », annonce-t-elle non sans une certaine inquiétude sur la position des autres syndicats. La CGT, premier syndicat de l’entreprise avec 27 % des voix lors des élections professionnelles, ne peut bloquer seule le processus.

La CFE-CGC, deuxième organisation de l’entreprise avec 24 % des voix, n’a pas encore arrêté sa position. « Nous sommes très vigilants sur ce nouveau dispositif. Nous regarderons les propositions de la direction puis nous prendrons notre décision », affirme Guy Bouquet, le représentant du syndicat des cadres au CEE de Pimkie. Un plan de départ volontaire avec des garanties hautes, supérieures à celles prévalents dans un PSE, aurait ses faveurs pour éviter la désignation par la direction des salariés devant partir. En tout cas, la position de la CFE-CGC sera déterminante.

Si elle refuse de s’engager par accord avec la direction de Pimkie, aucune validation ne sera arithmétiquement possible. En effet, ses voix, additionnées à celles de la CGT dépassent les 50 %. À l’inverse si le syndicat des cadres signe, il pèse pour moitié des 50 % nécessaires à la validité d’un accord. Mais il resterait encore à la direction de Pimkie la charge de convaincre la CFDT (21 %) et surtout FO (22 %) dont la déléguée syndicale centrale siégeant au CEE, Marley Upravan, s’est jusque là déclarée hostile au projet. Une formalité chez Peugeot ?

C’est une tout autre situation chez Peugeot-PSA où la direction est confiante. Depuis le traumatisme des plans sociaux (PSE) et de la fermeture du site historique d’Aulnay en 2013, le constructeur a changé son fusil d’épaule. Il a mis en place des plans de départs volontaires dans le cadre de son dispositif d’adéquation des emplois et des compétences (DAEC). Chaque année, ces plans ont été validés par la majorité des syndicats de l’entreprise, malgré la perte de 20 000 à 25 000 postes depuis 2012 selon plusieurs sources syndicales. En 2018, la direction du groupe remplace ses plans de départs volontaires par la nouvelle disposition prévue par les ordonnances.

« Je pense qu’à part la CGT, tout le monde va signer », pronostique Jean-Pierre Mercier, délégué syndical central CGT du groupe qui s’attend à plus d’un millier de postes concernés. Pour le syndicaliste, ce n’est pas un sujet mobilisateur dans l’entreprise. « Le gars qui ne veut pas partir ne quitte pas l’entreprise, mais ne va pas se battre là-dessus », explique-t-il. Pourtant, Jean-Pierre Mercier relate des départs pas toujours si volontaires que cela. Il évoque des mises au placard pour des cadres, des pressions à la mobilité géographique et même un chantage fait aux travailleurs handicapés menacés de licenciement pour inaptitude. Pour obtenir les départs volontaires, la direction propose des incitations financières et un accompagnement. « Chez PSA vous vendez votre CDI pour 20 000 €. Un jeune avec cinq ans d’ancienneté peut partir avec cette somme. Bien plus que ce qui a été proposé chez le sous-traitant GMS », rappelle le syndicaliste. En tout cas, très largement au-dessus du montant des indemnités légales de licenciement.

Pour le moment, seule la CGT a annoncé son refus de signer cette rupture conventionnelle collective chez PSA. Mais ne pesant que 20 % lors des dernières élections professionnelles, elle n’est pas en mesure de s’y opposer. Pour FO et la CFTC, représentant respectivement 19 % et 13 %, l’enjeu est de reconduire les mêmes contreparties que celles figurant dans les plans de départs volontaires. Sensiblement la position de la CFDT (13%) et de la CFE-CGC qui a réalisé une percée en dépassant les 19 % lors des dernières élections. Si l’entreprise donne ces garanties, ce que ses 2,15 milliards de bénéfices en 2016 (+79 %) lui permettent, la signature ne fait pas de mystère.

Pour Peugeot, l’intérêt de la rupture conventionnelle par rapport aux dispositifs précédents réside dans la rapidité de sa mise en œuvre. En moins de deux mois, les salariés concernés pourraient quitter l’entreprise. Pour PSA, c’est la garantie d’une réduction rapide de la masse salariale et par là d’une augmentation de la productivité. En cinq ans, le nombre de véhicules produits en France est passé de 860 000 à plus d’un million. Cela avec moins de personnel permanent et l’emploi de 9000 intérimaires selon Christian Lafaye, délégué syndical central de FO. Autre avantage pour l’entreprise, elle peut embaucher d’autres salariés immédiatement sans attendre un an comme précédemment. La validation par la Direccte. Une formalité ?

Si un accord est conclu, la rupture conventionnelle collective est envoyée à la Direccte pour validation. L’antenne départementale du ministère du Travail a 15 jours pour vérifier la conformité de l’accord et de la procédure : information des instances représentatives du personnel (les nouveaux CES ou le CCE), représentativité des syndicats signataires et présence des mesures obligatoires pour la « mobilité externe ». Le premier dossier échouera à la Direccte des Yvelines si PSA signe un accord rapidement. Il sera sans nuls doutes regardé à la loupe, étant sous le feu des projecteurs. Mais, l’ordonnance prévoit qu’une absence de réponse de la Direccte vaut validation passé un délai de 15 jours.

Sans préjuger des pratiques à venir des directions départementales du travail, l’absence de réponse valant validation au bout de 15 jours avait déjà été retenue pour les ruptures individuelles mises en place en 2008. Leur nombre n’ayant cessé de battre des records, année après année, pour atteindre le nombre de 390 000 en 2016, des Direccte s’abstiennent de répondre et exercent un contrôle très relatif. Ainsi, la direction des statistiques du ministère du Travail (DARES) avançait en 2013 le chiffre de 14 % de ruptures conventionnelles s’apparentant à un licenciement déguisé. D’autres études évaluaient ce nombre à 30 %. Les salariés utilisant ce dispositif ayant droit à des indemnités chômage, le coût de ces licenciements au lieu d’être à la charge de l’employeur est pris en charge par la collectivité.

Aujourd’hui, pour la première rupture conventionnelle collective, PSA tient la corde. « Ils comptent sur une signature pour le 1er février », assure Jean-Pierre Mercier. Du côté de Pimkie, une signature rapide est moins probable, à moins que la direction ne mette beaucoup de contreparties sur la table des négociations. Résultat des courses le 9 janvier, jour de la première réunion de négociations dans l’entreprise de prêt-à-porter féminin.

https://rapportsdeforce.fr/classes-...



Imprimer cet article





Restriction du droit de grève en Grèce : Tsipras remporte le Thatcher d’or 2018
mercredi 17 - 16h25
Scandale Lactalis : l’enquête de Cash Investigation (video)
mercredi 17 - 10h15
de : Mathieu Ait Lachkar
Maraîchage, boulangeries, entraide : les vrais visages de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
mercredi 17 - 09h12
de : jean 1
2 commentaires
Expulsion de Notre-Dame-des-Landes : Serons-nous à la hauteur ?
mercredi 17 - 08h13
de : jean 1
1 commentaire
LE PREMIER JOURNAL DU MEDIA (video)
mardi 16 - 11h39
1 commentaire
Revue de la semaine 50 : Écologie, libéralisme, fake news, législatives partielles (video)
lundi 15 - 16h00
de : Jean-Luc Mélenchon
LE RAPPORT DONT VOUS ÊTES L’OBJET
lundi 15 - 12h16
de : Ernest London
2 commentaires
Macron met fin à l’assurance chômage - Quelles conséquences pour les travailleurs ?
lundi 15 - 11h13
de : CGT chômeurs rebelles 56
LE PROJET DE LOI ANTI-IMMIGRATION DE MACRON-COLLOMB : ARRÊTER, REFOULER, TRIER, EXPULSER
lundi 15 - 10h47
de : Sept Jours Debout
Emmanuel Besnier, premier de cordée de l’agro-industrie
lundi 15 - 10h07
de : club médiapart
Particularité du moment de renforcement patriarcal : venu de femmes, choquant des hommes !
dimanche 14 - 22h52
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Le droit d importuner le patriarcat
dimanche 14 - 20h19
de : Martine lozano
2 commentaires
Réforme de l’assurance-chômage : « Les chômeurs ne peuvent pas donner leurs points de vue »
dimanche 14 - 17h29
de : Stéphane Ortega
NOUS d’Evgueni Zamiatine
dimanche 14 - 12h53
de : Ernest London
Appel d’un collectif d’artistes « Le Temps de la Palestine »
dimanche 14 - 12h33
de : Collectif 69 Palestine
La compétitivité libérale : cancer de l’économie !
dimanche 14 - 12h01
de : LE BRIS RENE
Dossier spécial : La dimension marxienne de l’anarchisme
samedi 13 - 17h52
de : Alternative Libertaire
3 commentaires
LE SILENCE DE MACRON AU SUJET DES PROPOS RACISTES DE TRUMP.
samedi 13 - 14h17
de : LKP - LIYANNAJ KONT PWOFITASYON
Ignoble émission Envoyé Spécial sur France2 sur le VENEZUELA ! Communiqué de Association France-Cuba
samedi 13 - 11h45
de : JO
4 commentaires
LA NUIT DE TLATELOLCO - Histoire orale d’un massacre d’État
samedi 13 - 09h55
de : Ernest London
D’oubli poème de Fabrice Selingant
samedi 13 - 02h17
de : le Rouge-gorge
Affaires LEVOTHYROX, LACTIVIA : Patrons voyous, suite et pas fin !
vendredi 12 - 20h21
de : JO
La vidéo qui rend justice à la ZAD de Notre-Dames-Des-Landes
vendredi 12 - 16h53
de : jean 1
Jeudi 18 janvier à Nîmes : Débat AL 30 "Les anarchistes et la Révolution russe de 1917"
vendredi 12 - 13h55
de : AL 30
1 commentaire
« Fake news » : à quoi joue l’Elysée ?
vendredi 12 - 09h43
de : SNJ-CGT
2 commentaires
La taxe d’habitation serait remplacée par un autre impôt
vendredi 12 - 09h16
In Memoriam
jeudi 11 - 18h38
de : L’iena rabbioso
CHINE : Macron y roule à son tour des mécaniques ! Mais qui paiera la casse du nucléaire ?
jeudi 11 - 16h38
de : JO
Shiva Mahbobi (PCOI) : « Les Iraniens n’ont pas besoin d’une superpuissance pour venir les sauver »
jeudi 11 - 16h08
de : W.R.
MARIA NIKIFOROVA, LA RÉVOLUTION SANS ATTENDRE
jeudi 11 - 14h39
de : Ernest London
Mes comptes de campagne présidentielle sont approuvés
jeudi 11 - 13h49
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
Fake ce qu’on vous dit / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 11 - 11h27
de : Hdm
PIMKIE – LA RUPTURE CONVENTIONNELLE COLLECTIVE EST REJETÉE !
jeudi 11 - 11h25
de : Sept Jours Debout
R T Erdoğan et Thanatos : Vers un hyperpatriarcat musulman en Turquie
mercredi 10 - 22h48
de : Christian DELARUE
Au lieu de regarder la tv ...
mercredi 10 - 21h05
de : Locrien
MÉMOIRES DE GÉRONIMO
mercredi 10 - 20h39
de : Ernest London
83 jours à Holiday Inn, 140 à Mac Do. Comment une grève peut-elle tenir aussi longtemps ?
mercredi 10 - 18h30
Communiqué de l’amassada depuis le chantier bloqué des éoliennes de Crassous
mercredi 10 - 17h51
de : Amassada
5 commentaires
PSA prévoit de supprimer 2 200 postes... et d’embaucher 1 300 CDI en 2018
mercredi 10 - 12h20
de : Alexandre BOLLENGIER
LETTRE DE MORDOVIE
mardi 9 - 20h55
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est seulement par le risque de sa vie que l'on conserve la liberté. Georg Wilhelm Friedrich Hegel

LE JOURNAL DU MEDIA à 20 heures

Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Bonne année 2018 !!! Soutenez Bellaciao !!! :-)
mardi 2 janvier
de Bellaciao
https://bellaciao.org/souscription (transaction sécurisée) Bellaciao souhaite une bonne année 2018 à toutes celles et tous ceux qui luttent contre le capitalisme et qui se battent pour leur dignité et leur émancipation. Bonne santé, vive la liberté, vive l’amour et vive le communisme ! La lutte continue, on les aura ! Soutenez Bellaciao :) Le serveur et la bande passante coûtent cher, nous ne bénéficions d’aucun financement public, mais exclusivement de financements (...)
Lire la suite
Ça n’arrête pas !
mardi 26 décembre
de Jean-Luc Mélenchon
Et toc ! J’avais prévu mon coup. Mon post du lendemain de Noël est prêt. Mes amis Jean-François et Antoine le publient aussitôt. Que l’adversaire se le dise : nous ne dormons jamais que d’un œil. Voici donc des lignes qui vagabondent sur des sujets de la semaine passée. Je n’en rajoute pas. Je me suis fait reprocher à l’Assemblée nationale d’annoncer des désastres comme si je les souhaitais. À mon invitation à nous rendre maîtres de nos destins, on (...)
Lire la suite
Argentine : plus de 160 blessés lors d’une action contre la réforme des retraites (videos)
mercredi 20 décembre
Impressionnante vue de la marche en #Argentine ce lundi 18 décembre en rejetant la coupe des de la #reformaprevisional que le gouvernement mauricien macri pousse au congrès national, pour modifier la façon dont les retraites et les pensions sont calculées. Le bilan des violents affrontements entre police et manifestants provoqués suite à une mobilisation contre une réforme du régime des retraites s’est alourdi à 162 blessés, selon Todo Noticias. La chaîne de télévision argentine (...)
Lire la suite
LOI TRAVAIL : LE CONSEIL D’ÉTAT ANNULE LE DECRET SUR LE RÉFÉRENDUM D’ENTREPRISE + Conférence de presse (videos)
jeudi 7 décembre
de Info’Com-CGT
3 commentaires
Conférence de presse du 8-12-2017 : Suite à la procédure engagée par une quarantaine de syndicats CGT contre les décrets d’application de la Loi Travail, la décision du Conseil d’Etat vient de tomber : le décret sur les référendum est annulé ! :) :: : Le point de vue de Fiordor Rilov, l’avocat des syndicats ayant engagé cette procédure, lors de l’audience publique du 4 décembre :: : Liste des syndicats CGT à l’initiative de cette démarche juridique : (...)
Lire la suite
Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
samedi 25 novembre
Souscription ici : https://www.helloasso.com/associati... C’est vraiment sympa, de lancer un journal... « Ben voilà, c’est comme d’hab’, les petits-bourgeois ont pris le contrôle du canard. » C’était un peu après, ça. Un peu après les débuts tonitruants de Moins Une, Laurent, plombier, syndicaliste, membre fondateur, tirait à vue sur les journaleux du collectif, confondus dans l’opprobre de la réaction, de la bourgeoisie, de l’intellectualisme (...)
Lire la suite
Télévision. «  Pour le Che, la guérilla devait avoir ses propres médias  » (vidéo)
lundi 9 octobre
de Laurent Etre
1 commentaire
Un documentaire Che Guevara, naissance d’un mythe, qui met l’accent sur le rapport du guérillero-ministre à sa propre image et le rôle potentiellement révolutionnaire des outils d’information. Entretien avec son auteur, Tancrède Ramonet. Votre documentaire s’intitule Che Guevara, naissance d’un mythe. Qu’entendez-vous par «  mythe  »  ? Tancrède Ramonet Je l’entends au sens de Roland Barthes, qui définissait le mythe comme un « (...)
Lire la suite
Video live : grève générale, la foule est immense à Barcelone
mardi 3 octobre
Le cortège, immense, impossible d’en distinguer le début ou la fin. Plus des 87% des travailleurs sont en grève générale, affectant tous les secteurs d’activités.
Lire la suite