Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Shiva Mahbobi (PCOI) : « Les Iraniens n’ont pas besoin d’une superpuissance pour venir les sauver »
de : W.R.
jeudi 11 janvier 2018 - 16h08 - Signaler aux modérateurs

Cette interview est parue sur Alternative Libertaire :

http://alternativelibertaire.org/?S...

JPEG - 7.1 ko

Shiva Mahbobi, militante en exil du Parti communiste-ouvrier d’Iran a répondu aux questions d’Alternative libertaire sur la vague de protestations de ce début d’année.

L’année 2018 a commencé sous d’inquiétants auspices pour le régime des mollahs iraniens, avec une semaine de contestation de rue. Des manifestations violentes ont touché plus de 90 villes, pour des raisons à la fois sociales et politiques.

D’une part il y a l’augmentation des prix, dont celui des œufs ; d’où le surnom de « révolution des Œufs » que les protestataires ont, par autodérision, donné à leur mouvement. D’autre part, il y a la lassitude de la coûteuse intervention impérialiste de l’Iran dans la Syrie voisine ; d’où les slogans « Occupez-vous de nous, pas de Bachar ! » entendus dans les rassemblements.

Alors que cette bouffée de colère a été réprimée dans le sang – une vingtaine de morts au moins – et que de massives manifestations politico-religieuses ont rassuré le régime sur la solidité de sa base sociale, Alternative libertaire a interrogé Shiva Mahbobi, ancienne détenue politique, membre de la direction du Parti communiste-ouvrier d’Iran (PCOI) et porte-parole de la Campagne pour la libération des prisonniers politiques en Iran.

Alternative libertaire : La répression a semble-t-il été très brutale. Les opposantes et opposants pouvaient-ils l’éviter ?

Shiva Mahbobi : Non. Le moindre signe de dissidence, la plus petite manifestation d’opposition au régime islamique, même modérée, est brutalement réprimée. Les manifestantes et manifestants sont arrêtés, emprisonnés, torturés et même exécutés.

Depuis le détournement de la révolution de 1979 par les mollahs, toute forme d’opposition est durement réprimée que ce soit par la démission forcée du poste de travail ou de l’université, par le harcèlement, le kidnapping, l’emprisonnement, la torture, voire par l’exécution capitale. Pour rester au pouvoir, le régime instille la peur dans la société.

Cependant, sa capacité à faire taire l’opposition a évolué depuis 1979. Dans les années 1980, les arrestations massives, la torture et les exécutions lui suffisaient pour imposer son autorité illégitime. À cette époque, les Iraniens n’avaient aucun moyen d’informer la communauté internationale et les citoyens autour du monde. Mais depuis trente-neuf ans, les actes de résistance se sont poursuivis, jusqu’à occuper petit à petit un espace aujourd’hui impossible à circonscrire. Grâce aux réseaux sociaux, les gens peuvent plus facilement organiser la contre-information et dire au monde ce qui se passe en Iran. La possibilité de filmer les manifestations et de les diffuser via les réseaux sociaux a permis l’émergence d’une solidarité internationale avec les Iraniens. Cela met une pression énorme sur le régime islamique qui va certes continuer à bâillonner, voire supprimer ses opposants. Mais cela n’empêchera pas le peuple de continuer à le défier, jusqu’à son renversement.

Selon vous, quelles sont les différences avec le mouvement de 2009 ?

Shiva Mahbobi : Il y a trois différences principales. Premièrement, les slogans et les revendications de la fin 2017-début 2018 s’attaquent directement aux dirigeants, aux forces de l’ordre et au système dans sa globalité. Les manifestants ont vandalisé les symboles du régime, tels que les bâtiments officiels, les édifices religieux (ceux des Gardiens de la révolution, un séminaire à Qom... pour n’en citer que quelques-uns).

Deuxièmement, les manifestations ont eu lieu dans de larges parties du pays, pas seulement dans les grandes villes mais aussi dans les plus modestes et même dans quelques villages. D’après les informations que nous avons reçues d’Iran, les manifestations se sont tenues dans près de 92 villes, ce qui est sans précédent.

Troisièmement, ces soulèvements n’ont pas cessé malgré l’arrestation de plus de 3.000 personnes ; les gens n’ont pas lâché et continuent d’organiser des actions dans un nombre encore plus grand de villes.

Le commandant des Gardiens de la révolution, Mohammad Ali Jafari, a annoncé le 3 janvier la « fin de la sédition ». Est-ce exact ?

Shiva Mahbobi : Les autorités prétendent que ces mobilisations sont de simples « troubles » temporaires provoqués par des « puissances étrangères ». Ils savent parfaitement que c’est faux. Le régime peut perdre pied face à l’étendue des soulèvements qui émergent partout. Il les craint car ils sont imprévisibles et incontrôlables. Il minimise leur impact pour cacher sa panique.

Quelle est la sociologie des manifestants ?

Shiva Mahbobi : La vague de protestation qui a surgi en décembre 2017 est une réaction contre la pauvreté, les inégalités, l’inflation, la dictature et le régime islamique dans son ensemble. Des gens issus de différentes couches sociales ont pris part aux soulèvements, mais la majorité sont des jeunes hommes et femmes parmi les plus précarisés – jeunes travailleurs, au chômage, étudiantes et étudiants.

Alors que les autorités accumulent des richesses et volent des milliards depuis trente-neuf ans, la majorité des Iraniens vivent en-dessous du seuil de pauvreté et peinent à subvenir aux besoins essentiels de leurs familles. L’Iran a le taux de dépendance le plus élevé au monde ; le taux de chômage dépasse officiellement 12%, bien en deçà des chiffres réels ; le nombre d’enfants vivant dans la rue a augmenté ; les ouvrières et ouvriers des usines sont payés irrégulièrement. Malgré la suppression des sanctions économiques consécutive à l’accord de 2015 sur le nucléaire, l’inflation, le chômage et le niveau de pauvreté continuent de progresser.

Quant aux femmes, il ne faut pas oublier qu’elles ont été les premières attaquées dans leurs droits par le régime islamique, après la révolution 1979. Les femmes ont toujours été ciblées par la répression. Elles ont un poids déterminant dans les manifestations en Iran.

Dans les manifestations, on entend aussi un rejet de la guerre impérialiste en Syrie...

Shiva Mahbobi : En plus de souhaiter un changement majeur et l’effondrement du régime islamique par la révolution, les Iraniens protestent contre les milliards dépensés pour financer les groupes islamistes qui œuvrent dans la région, comme le Hezbollah en Syrie. Ils souhaitent que la guerre s’arrête et que l’argent serve à satisfaire les besoins élémentaires des couches populaires. Ils disent également ne pas vouloir être impliqué dans une guerre qui entraîne la mort et la destruction dans un autre pays.

Les manifestantes et les manifestants sont-ils au courant des menaces armées américaines contre l’Iran ? Est-ce que cela a modéré la protestation ?

Shiva Mahbobi : Absolument pas. Les Iraniennes et les Iraniens savent que les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays ont leurs propres agendas ; ils ont démontré par le passé qu’ils ne défendaient que leurs propres intérêts, et se fichaient de ce qui arrivait aux populations des autres pays.

C’est la raison pour laquelle les manifestants se préoccupent peu de ce qui vient de la Maison-Blanche ou de Bruxelles et ne comptent que sur leurs propres forces. Les Iraniens n’ont pas besoin d’une superpuissance pour venir les sauver. Celles et ceux qui aspirent au renversement du régime islamique ne veulent pas subir une situation similaire à celle créée par l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan.

Il y a de réelles inquiétudes quant à ce qui pourrait arriver après le renversement du régime et ce que les gouvernements occidentaux feraient pour créer une alternative qui leur serait profitable en Iran. Cependant, en ce moment, les gens sont plus concentrés sur la contestation du régime islamique. Ce que disent Donald Trump, les États-Unis et l’UE ne les concerne guère à ce stade.

Les populations périphériques (kurdes, sunnites) expriment-elles un mécontentement supplémentaire ?

Shiva Mahbobi : Le désir de chasser le régime islamique traverse différentes sections de la société iranienne. Il est clair qu’à l’occasion des récentes manifestations, une convergence s’est opérée sur ce point.

Est-ce que les campagnes et messages internationaux de soutien au peuple iranien peuvent vraiment peser dans la balance contre Rohani ?

Shiva Mahbobi : Ils peuvent jouer un rôle majeur. Puisque les gouvernements, partout dans le monde, ferment les yeux sur les atrocités commises par le régime islamique, le peule d’Iran ne peut compter que sur le soutien populaire international. À l’heure où nous parlons, plus de 3.000 personnes ont été arrêtées suite aux manifestations. Leurs familles ont démarré un sit-in devant la tristement célèbre prison d’Evin. La pression internationale est importante pour la libération de ces prisonniers. Syndicats, organisations de défense des droits humains et, plus largement, toutes celles et ceux qui s’opposent à la répression et à la dictature doivent tenir bon. Dans toute révolution, le soutien et les efforts solidaires des peuples du monde sont un élément qui pèse dans la balance.



Imprimer cet article





Les cadenas de l’EPR de Flamanville : la piste du sabotage de plus en plus sérieuse
vendredi 22 - 13h59
de : Patrick Samba
La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire….
vendredi 22 - 13h55
de : dakota
Quelques critiques anarchistes de la médecine
jeudi 21 - 23h08
de : jean 1
Annonce des (f)estives de la décroissance. 20-23 juillet. Le sens de la technique est une question politique
jeudi 21 - 22h18
de : Brulavoine
À QUOI SERVENT LES POLITIQUES DE MÉMOIRE ?
jeudi 21 - 19h40
de : Ernest London
MÉTÈQUE(S) / C’est l’heure de l’mettre (Radio Campus Lille)
jeudi 21 - 19h11
de : Hdm
Palestine : des entreprises françaises participent à la colonisation de Jérusalem-Est
jeudi 21 - 16h40
Sur l’« intégrisme laïque » français
jeudi 21 - 09h22
de : Christian DELARUE
Fête des secteurs en lutte pour la grève générale : C’est dans la rue que ça se gagne !
mercredi 20 - 10h41
François Ruffin à l’Ass.Nat. : Charge sur la vaisselle de l’Elysée "vieillissante" !
mercredi 20 - 10h09
de : JO
Palestine : face aux massacres, l’insupportable, ce serait le silence.
mercredi 20 - 09h55
de : UD CGT PARIS
1 commentaire
LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
2 commentaires
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire
Eurosatory 2018 : des collectifs veulent redynamiser la lutte contre le salon de l’armement
lundi 11 - 18h50
Propaganda - La fabrique du consentement (video)
lundi 11 - 15h19
1 commentaire
Grève Party, La Bataille du rail, Soutien aux cheminots, le 12 juin 2018 à partir de 18:30
lundi 11 - 13h51

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'ancien se meurt, le nouveau ne parvient pas à voir le jour, dans ce clair-obscur surgissent les monstres. Antonio Gramsci
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite