Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Macron met fin à l’assurance chômage - Quelles conséquences pour les travailleurs ?
de : CGT chômeurs rebelles 56
lundi 15 janvier 2018 - 11h13 - Signaler aux modérateurs
PNG - 563.1 ko

On ne peut pas reprocher à notre banquier de président de manquer de cohérence. 
Macron, en mettant fin au régime assurantiel socialisé de la protection contre le chômage, dont la cotisation est basée sur le salaire, sait très bien ce qu’il fait.
Il est dans la ligne droite de la politique pro-riches et anti-travailleurs qu’il a mise en oeuvre jusqu’à maintenant : 

  • Ratification d’accords internationaux calamiteux pour les travailleurs et l’environnement (CETA)
  • Déconnexion du contrôle juridique de l’action de la police, via l’état d’urgence permanent
  • Disparition de nombreux garde-fous contre les patrons voyous, avec la "loi travail XXL" : Disparition du comité hygiène, sécurité et conditions de travail, casse des droits liés au licenciement économique, facilitation des licenciements, exonération de l’obligation pour les patrons de respecter le droit du travail, dérogations pour permettre aux patrons d’imposer le "travailler plus pour gagner moins" en entreprise.
  • Suppression des contrats aidés, alors qu’il aurait fallu les titulariser.
  • Etrangler financièrement les collectivités locales, la sécurité sociale, les hôpitaux, déjà exsangues.
  • Suppression du caractère automatique des critères de pénibilité pour raccourcir les carrières des travailleurs travaillant dans la chimie, le port de charges lourdes, les vibrations mécaniques, les postures pénibles.
  • Hausse de la CSG, la taxe la plus injuste.
  • Suppression de l’ISF, qui ne concernait que les riches.
  • Sélection à l’entrée de l’université, ce qui revient à fermer les portes des facs à de nombreux jeunes issus des milieux populaires.
  • Stigmatisation des manifestants, des SDF, des demandeurs d’asiles.
  • Stigmatisation des salariés privés d’emploi, via la sempiternelle "chasse aux fraudeurs", alors même que la fraude sociale est dérisoire au regard de la fraude fiscale des riches, et que ce sont bien les actionnaires et les banquiers qui sont responsables de la crise sociale actuelle.



Disparition du lien entre 
salaire et allocation chômage : 
Les salariés toujours payeurs, 
mais plus décideurs

L’unedic, l’organisme qui gère, depuis 1948, et encore pour quelques mois, l’assurance chômage, est amenée à disparaître. Comment est-ce possible ? Dans le projet de loi de finances de la sécurité sociale de 2018, l’Etat a tout simplement remplacé une COTISATION SOCIALE par un IMPOT.
Imaginez que l’Etat décide de piquer votre cotisation d’assurance logement, et qu’il le remplace par un impôt. Impossible dans une société capitaliste ! Mais pas pour Macron. D’autant plus qu’il s’agit ici d’une COTISATION SOCIALE GEREE PAR UNE ASSOCIATION.
En effet, l’Unedic est une association.
On reste quand même bouche bée devant ce hold-up pur et simple.
Si les cotisations sont - pour le moment - compensées par un autre impôt, on voit bien ici que l’Etat prend la main sur la cagnotte de l’assurance chômage. Ce qui veut dire qu’il décidera de l’avenir de cette assurance chômage.
Car, en termes financiers, c’est celui qui détient le pognon qui décide de ce qu’il en fait.



L’"unité syndicale" et la question de la cotisation dite "patronale"

L’unité syndicale patronat-salariés pour "préserver le paritarisme" risque de rapidement voler en éclats.
Les patrons en veulent toujours plus. Concrètement, ils ne pensent qu’à rogner sur la part des travailleurs, sur les droits des travailleurs.
Ici, le sujet qui fera sauter cette belle entente, sera la part dite patronale des cotisations. 
Car cette part dite patronale des cotisations d’assurance chômage reste, elle, toujours prélevée en tant que cotisation sociale.
Malin, Macron. A nouveau, c’est celui qui a le pognon qui décide.
Ce qui revient ici à laisser la liberté aux patrons de supprimer eux-mêmes leurs cotisations... Ce qu’ils ont toujours demandé.
Une fois que ce sera fait, le "paritarisme" sera officiellement mort et enterré. 
On peut déjà parier que cette part "patronale" sera elle aussi remplacée par un impôt, mais moins élevé bien sûr. Macron adore les patrons.

Tout le monde au forfait ?

On peut aussi parier, qu’une fois que l’Unedic sera morte et enterrée, les allocations vont baisser.
Car l’Etat nous jouera la petite musique "les caisses sont vides", "on ne peut plus se permettre de financer autant l’assurance chômage".
En oubliant bien sûr de faire payer ceux qui sont à l’origine de la crise sociale, les actionnaires et les banquiers, assis sur un tas de pognon spéculatif destructeur d’économie réelle. 
Comme en Angleterre, l’allocation risque d’être non seulement abaissée, mais "forfaitisée", car déconnectée du salaire (via la cotisation). Un RSA légèrement majoré, et surtout très temporaire.


Assurance optionnelle = assurance pour riches !

L’arnaque derrière l’arnaque du MEDEF et de Macron : On risque aussi de voir arriver des "assurances complémentaires" pour les salariés privés d’emploi. Les travailleurs seront ainsi "libres" de cotiser ou pas. 
Devinez ce que feront les travailleurs avec des petits salaires ? Ils se contenteront de l’allocation "d’Etat", faute de pouvoir se payer l’assurance "pour riches".


Rappel : C’est bien de notre pognon dont il s’agit.



Quasiment 30 milliards d’euros d’"aide au retour à l’emploi" par an tout de même. 

Source : Unedic

Demain, tous endettés et toujours plus sous pression ? 

Au bout du bout, les travailleurs, toujours plus pauvres, toujours plus endettés, sous des contrats toujours plus précaires, seront toujours plus sous la pression des patrons voyous qui proposent des conditions de travail dégradées, voire dangereuses, avec des salaires de misère. 

Stop, ou encore ? 

Pendant la crise sociale, l’explosion du chômage et de la précarité, la CFDT et FO, continuent de jouer avec le feu en jouant "copain copain" avec le grand patronat, signant, accord après accord, soit une diminution de la durée, soit une diminution du taux de l’assurance chômage. L’accord du 1er novembre 2017 entérine encore une saignée, en particulier pour les intérimaires et les 50-55 ans. En plein boom du chômage, il fallait y penser.

source : Pole emploi

La CGT est là, toujours du côté des travailleurs. Tous, sans exception.
Encore une fois, la balle est dans le camp des travailleurs. Chômeurs, précaires, ou en CDI, ce sujet nous concerne tous. C’est de la maîtrise financière même de nos cotisations qu’il s’agit. 30 milliards par an. Allons-nous laisser passer ce hold-up en plein jour ? Ou allons-nous reprendre ce qui nous appartient, ces droits acquis par le rapport de force, ce droit à une assurance chômage en lien direct avec le salaire antérieur ? 




Contact CGT chômeurs national


https://cgtchomeursrebelles56.blogs...



Imprimer cet article





Les médias : ceux qui n’entendent qu’une cloche, n’entendent qu’un son !
lundi 22 - 17h49
de : JO
Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
1 commentaire
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le domaine de la liberté commence là où s'arrête le travail déterminé par la nécessité. Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite