Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Il faut se résoudre à laisser Cantat chanter en paix
de : Laurent Sagalovitsch
samedi 17 mars 2018 - 10h53 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 69.7 ko

Que cela nous plaise ou non, que l’on trouve cette attitude regrettable ou déplacée, c’est le droit le plus absolu de Cantat que de se produire en public.

Le bonhomme ne m’est pas sympathique, il ne me l’a jamais été.

Au temps de sa splendeur, quand Bertrand Cantat officiait au sein de Noir Désir, je trouvais ses paroles bêtement adolescentes, empreintes d’un lyrisme boursouflé qui le faisait ressembler à un Lautréamont de supérette. Sa musique ne me parlait pas plus : elle m’apparaissait comme une pâle réplique de ces groupes britanniques auxquels Noir Désir aurait tant voulu ressembler, Joy Division ou Echo and the Bunnymen.

Et puis il y a eu le drame de Vilnius, la dispute, les coups, l’homicide, le procès, la prison, l’exécution de la peine puis la remise en liberté, les nouveaux enregistrements discographiques, la première tournée dans l’indifférence générale, l’album, la une des Inrocks et maintenant la seconde tournée, qui s’apparente de plus en plus à un chemin de croix, avec les manifestations de protestation devant les salles de spectacle, les hurlements, les clameurs indignées de la foule, l’exaspération du chanteur, ses mises au point, et le parfum de souffre qui entoure désormais chacune de ses apparitions. Libre de se produire en public

Alors oui, dans l’absolu, on eût préféré que par décence, par souci de ménager la famille et les amis de Marie Trintignant, par simple bon sens, il s’abstint de se produire en public, qu’il continuât à vivre sa vie d’artiste par le seul enregistrement de disques, qu’il optât pour la discrétion et une certaine forme de réclusion, ce silence médiatique dont il nous semblait qu’il était la seule réponse à adopter au regard de son comportement passé.

Il n’a pas choisi cette voie-là. C’est son droit le plus absolu. Rien ne nous autorise à remettre en question cette décision, aussi scabreuse peut-elle nous apparaître. Rien. Ni nos petites indignations personnelles, ni même notre légitime dégoût. À partir du moment où jamais, dans son spectacle, d’une manière ou d’une autre, il ne salit la mémoire de Marie Trintignant, se permet de revisiter son histoire personnelle ou revendique le droit de frapper sa compagne pour régler une dispute conjugale, il demeure absolument libre de se produire en public.

Personne ne force à aller l’écouter, personne n’oblige les gens à remplir les salles où il apparaît, personne n’exerce son autorité de tutelle pour que la population soit contrainte à l’entendre chantonner ses refrains. Personne. Chacun selon son envie, au terme d’une réflexion qui n’engage qu’elle, en toute conscience, peut ou non acheter un billet de l’un de ses concerts. Cela se nomme la démocratie, cela s’appelle la liberté de pensée et cela ne se discute pas.

Croyance en la justice

Il nous appartient de rester assez fort dans notre croyance en la justice pour s’abstenir de toute velléité qui consisterait à réduire Cantat au silence. Que cela nous plaise ou non, que l’on trouve sa peine d’emprisonnement trop légère, que l’on s’offusque de l’avoir vu si vite remis en liberté, ne pèse rien face à l’obligation qui nous est faite de respecter cette décision de justice et ses conséquences.

La justice n’est pas là pour apaiser la soif de vengeance de la population. Elle n’est pas là pour contenter nos appétits primaires. Elle n’est pas là pour rendre un verdict qui plairait à la nature animale de notre cœur. Elle n’a pas vocation à servir de défouloir à cette haine tranquille qui parfois nous habite face à des comportements qui, par leur violence, par leur outrance, peuvent nous révulser.

Elle est là pour dire le droit et seulement le droit.

Poujadisme sentimental

Il n’existe rien de plus méprisable, de plus abject, de plus putassier que dans pareils cas, on se prévale d’une sorte de morale transcendantale qui supplanterait ainsi la justice des hommes, de se draper dans le manteau de cette vertu blessée pour instaurer un nouvel ordre moral qui prendrait comme pilier non plus le code civil et ses articles de loi mais les humeurs de notre cœur, lequel, quand il s’agit d’affaires de violence, s’égare bien souvent dans la nuit sanglante de ses emportements indignés.

S’approprier la douleur d’une tierce personne avec laquelle on n’entretient aucun lien pour asseoir sa morale personnelle et trouver une consolation à son cœur prétendument mortifié est du poujadisme sentimental, du révisionnisme humanitaire, de cette mélasse dont naguère on se servait pour couper des têtes et jubiler devant le sang versé, en se disant que la justice avait été rendue et bien rendue.

Il faut absolument résister à cet air du temps, au jugement de la rue, à la vindicte orchestrée par quelques mouvements de pensée qui voudraient s’approprier le droit de juger, de trancher, de dire le mal et le bien selon des critères qui bafoueraient les fondements même de notre société voire de notre civilisation toute entière. Il faut résister à cet appel au sang qui répondrait au sang comme seule réponse à la folie des hommes, à cette surenchère dans la quête d’une pureté qui par essence resterait inassouvie tant l’homme, par sa nature, a l’occasion de trébucher et de se fourvoyer. On ne sera jamais assez pur pour l’être tout à fait, et à partir de là, on s’exposera tôt ou tard à être montré du doigt, jugé en place publique et condamné aussitôt, dans l’emportement de passions aveugles.

Ce nouveau populisme moral, cette appétence à vouloir se passer des tribunaux pour dicter la conduite des hommes et des femmes, cette propagation de la terreur qui se répand à travers les réseaux sociaux, est un poison mortel qui dans d’autres circonstances amènerait l’humanité au bord du précipice.

http://m.slate.fr/story/158992/bert...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Il faut se résoudre à laisser Cantat chanter en paix
17 mars 2018 - 11h31 - Posté par Christian DELARUE

Bonne tribune

Je ne sais pas trop ce qu’est un "poujadisme sentimental" ou un "populisme moral"

Par contre je vois effectivement que certain-e-s voudraient une justice plus dure et plus répressive encore ! En somme, il n’aurait pas assez payé !

L’idée est même pour certain-es qu’il aurait du mourir, y compris en souffrant les pires douleurs !

Sans parler de ces "coeurs durs" crypto-fascistes , il y a peut-être l’idée d’une peine de "retrait médiatique" qui aurait pu s’ajouter .

Peut-être que cet homme pourrait désormais - ce n’est pas obligé - faire plus l’apologie de l’égalité hommes-femmes, de la liberté de tous et toutes et d’une fraternisation. D’y tendre... En tout cas d’éviter un retour aux discours violent notamment contre les femmes






Fiorina, une jeune femme de 20 ans, quel courage, quelle détermination et quelle lucidité
vendredi 18 - 01h11
de : nazairien
1 commentaire
De NDdL aux Gilets Jaunes – 1 an après l’abandon du projet d’aéroport
jeudi 17 - 23h42
de : nazairien
Alexandre Langlois est policier. Menacé par sa hiérarchie pour "déloyauté", met en cause le gouvernement
jeudi 17 - 22h41
de : nazairien
Des policiers qui n’attaquent les G
jeudi 17 - 22h22
de : Irae
Un policier courageux balance sa hiérarchie
jeudi 17 - 21h53
de : Irae
Texte intégral et analyse du TRAITÉ FRANCO-ALLEMAND D’AIX-LA-CHAPELLE qui sera signé le 22 JANVIER 2019
jeudi 17 - 19h09
de : Olivier Berruyer - Les Crises
2 commentaires
Macron asphyxie nos libertés !
jeudi 17 - 16h01
de : Jodez
1 commentaire
Macron, une escalade de violence dénoncée par les Institutions des Droits de l’Homme !
jeudi 17 - 16h00
de : JO
GILETS JAUNES ACTE 10 ! La mobilisation s’amplifie !
jeudi 17 - 11h37
de : JO
1 commentaire
Noyer le poisson / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 11h24
de : Hdm
1 commentaire
ZAPATA EST VIVANT !
jeudi 17 - 07h11
de : Ernest London
Appel à converger vers l’AMASSADA
mercredi 16 - 22h53
de : AMASSADA
Plutonium en rafale mauvaise journée pour le social
mercredi 16 - 20h58
de : AIPRI et Savoie Antinucléaire
INTERMEDE DANS LA SEQUENCE "GILETS JAUNES"
mercredi 16 - 20h05
de : Raymond H
1 commentaire
Atomik Tour c’est parti mon kiki
mercredi 16 - 19h49
de : Jean-Yves Peillard
LA LETTRE DE MACRON AUX FRANÇAIS : une MACRO-MANIP pour dévoyer et enterrer l’insurrection citoyenne des #giletsjaunes !
mercredi 16 - 18h25
de : jodez
Affaire Benalla : Le feuilleton n’est pas clos !
mercredi 16 - 17h05
de : JO
300 JOURS DE GREVE ! Fête de soutien à la grève des postier-e-s du 92
mercredi 16 - 15h11
Antisémitisme et gilet jaune sur la 5 :UN AMALGAME SCANDALEUX !
mercredi 16 - 14h50
2 commentaires
GILET JAUNE dans le coma à Bordeaux !
mercredi 16 - 11h50
de : JO
Une Provoc. de plus méprisante et scandaleuse du monarque ! Qu’il dégage !
mercredi 16 - 10h36
de : JO
1 commentaire
Forte mobilisation populaire et de gouvernements du monde entier pour la prise de fonctions du président Nicolas Maduro.
mercredi 16 - 10h14
de : jodez
1 commentaire
On a gagné !
mercredi 16 - 10h07
de : jean 1
Dis moi, Manu... Adaptation de "Céline" d’Hugues Aufray version Gilets Jaunes !
mercredi 16 - 01h23
de : nazairien
1 commentaire
Le "Centre de Racket de Rennes" , inquiet trop de "pompes à fric" neutralisées
mardi 15 - 19h38
de : nazairien
L’Etat policier était donc bien prévu dans l’ambitieux projet du monarque "En marche "
mardi 15 - 17h31
de : JO
1 commentaire
JAUNE, un journal par des Gilets Jaunes, pour les Gilets Jaunes
mardi 15 - 16h02
de : jean 1
Écologie : une nouvelle religion contre les catégories populaires
mardi 15 - 15h32
de : Séquano-Dionysien Rouge
1 commentaire
Los Angeles : grève exceptionnelle des enseignants
mardi 15 - 14h47
Lettre au président.
lundi 14 - 17h52
de : L’iena rabbioso
3 commentaires
GILETS JAUNES ACTE 9 : des CRS armés de fusils d’assaut ! (video)
lundi 14 - 17h50
de : JO
2 commentaires
Frapper les ultras-riches à la caisse ! Une idée qui poursuit son chemin !
lundi 14 - 10h18
de : JO
2 commentaires
Qui a tué cet homme ? Sarkozy, Hollande et Macron
dimanche 13 - 23h32
de : frustration
1 commentaire
En Marche - Le gout du sang pour celui de l’argent
dimanche 13 - 21h32
de : André
2 commentaires
Appel des Gilets Jaunes de Montreuil en réponse à l’appel des Gilets Jaunes de Commercy
dimanche 13 - 20h58
de : jean 1
Le peuple sans adjectif n’existe pas. Le peuple avec oui !
dimanche 13 - 12h42
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Médias Macron mentent, médias Macron mentent, des médias compromettants ! !
dimanche 13 - 12h18
de : JO
1 commentaire
Deux agressions violentes qui mériteraient, des poursuites judiciaires (vidéos)
dimanche 13 - 11h25
de : nazairien
4 commentaires
DE LA REVOLTE ANTILLAISE DE 2009 A LA REVOLTE DES GILETS JAUNES DE 2018
samedi 12 - 23h09
QUE LES PONTS QUE NOUS BRÛLONS ÉCLAIRENT NOTRE ROUTE
samedi 12 - 22h56
de : Indigenous Action Media et Léonard Peltier les voeux

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'athéisme est une négation de Dieu et par cette négation, il pose l'existence de l'homme. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite