Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’alternative kurde abandonnée par l’Europe
de : Des membres du collectif pour Initiative pour un confédéralisme démocratique
mercredi 21 mars 2018 - 08h09 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 58.6 ko

La ville d’Afrin, au sein du Rojava kurde, était un lieu où se développait une alternative démocratique. La Turquie vient de l’envahir, dans l’indifférence des Occidentaux. Une raison de leur silence : se protéger des migrants.

Dimanche 18 mars, la Turquie a pris le contrôle de la ville d’Afrin, au nord de la Syrie. Depuis le 20 janvier, la Turquie, aidée par des supplétifs islamistes (membres de gangs liés à Al-Nosra, anciens membres de Daech, etc), avait envahi l’enclave kurde d’Afrin, au Rojava, au nord-ouest de la Syrie, dans le silence et la complicité internationale les plus ignobles. Ces derniers jours l’infamie a encore dépassé un cran. Sous le siège, les accès à l’eau étaient coupés, la ville prise sous une pluie de bombardements. Des centaines de milliers de civil-e-s y étaient réfugiés. Les hôpitaux et les convois d’habitant-e-s essayant de fuir étaient bombardés. Le 16 mars, en une seule journée, près de 47 civils seraient morts sous les bombes.

Afrin est le troisième canton isolé à l’extrême-ouest du Rojava, le Kurdistan de Syrie, où fleurit depuis cinq années, au cœur du chaos syrien, en tenaille entre Assad, Daech et la Turquie, une expérience sociale unique au monde fondée sur des milliers de communes auto-organisées, le féminisme et l’écologie. Le Rojava dépasse largement la question kurde. Des centaines de volontaires internationaux s’y sont engagé-e-s, dans les projets de la société civile ou au sein des forces armées. Des centaines de milliers de déplacés, fuyant la guerre civile en Syrie, pouvaient y bénéficier d’une paix relative au cours des dernières années. Des dizaines d’ethnies et de confessions tentaient d’y vivre en bonne entente dans des institutions qui les représentent au mieux.

Au nom de la guerre contre les forces armées du YPG/YPJ et les Kurdes, qu’Erdogan, le président turc, considère plus ou moins tous comme des « terroristes », c’est cette cohabitation pacifique entre les peuples que le dictateur turc cherche à massacrer. Déjà plus de 300 morts, plusieurs dizaines de milliers de déplacé-e-s. L’opération militaire porte le nom de « Rameau d’olivier ». La novlangue orwellienne a de beaux jours devant elle dans la valse sanglante des bouchers et des hypocrites. Macron, qui a invité Erdogan en grande pompe début janvier, reste évidemment muet face aux agissement de son « partenaire essentiel » sur la « crise migratoire » et la « lutte contre le terrorisme ». Les États-Unis également.

L’ONU s’en tient à compter les morts, s’horrifier du sort des civil-e-s, et voter une résolution de cessez-le-feu humanitaire qu’elle peut à peine appliquer. « La guerre, c’est la paix ». Ou plutôt, la guerre, c’est le pognon. La Turquie est la deuxième armée de l’OTAN. Ses engins de morts proviennent, entre autres, de l’Allemagne.

« Ne laissez pas Afrin devenir un autre Kobané », ont demandé, en vain, des universitaires et des activistes parmi lesquels Noam Chomsky et Michael Hardt le 20 janvier dernier. Les Kurdes, utiles contre Daech, ne pèsent pas bien lourd face à la Turquie et dans les plans de recomposition de la Syrie. On dira « oui, mais la Turquie ce n’est pas Daech ». Pire : c’est son parrain. L’État, membre de l’OTAN, en pourparlers pour l’adhésion à l’Union Européenne, a fourni sans se cacher à l’organisation terroriste pendant des années « une coopération militaire, des armes, un soutien logistique, une aide financière et des services médicaux », selon une étude de l’université Columbia. Les Occidentaux sont silencieux face à ce « partenaire » dont il faut ménager la « stabilité », et qui arrose le terreau du djihadisme international.

L’Union Européenne se tait, et la raison principale est des plus honteuses : empêcher de nouveaux migrant-e-s de fouler son sol. Depuis mars 2016 elle s’est faite l’obligée d’Erdogan, via un accord de près de 3 milliards d’euros pour parquer tous les migrant-e-s qui ont transité par la Turquie, dans des dizaines de camps où personne ne sait ce qu’il se passe. Voilà la vraie raison de l’impunité de la Turquie à Afrin : un chantage aux migrant-e-s, que personne, et surtout pas la France, ne veut accueillir sur son sol. Ces mêmes migrant-e-s qui sont traité-e-s de manière inhumaine depuis des années à Calais, Vintimille, Lampedusa et ailleurs.

Or dans un monde de plus en plus instable, marqué par le changement climatique et d’innombrables conflits pour les ressources et le pouvoir, les réfugié-e-s seront toujours plus nombreux-euses. L’Union Européenne avait devant elle une alternative simple. Ou bien soutenir Afrin et le projet politique de cohabitation et de stabilité qui s’y développe, décréter une zone d’exclusion aérienne, interrompre le massacre. Ou bien, au nom de petits arrangements sordides, continuer de faire le jeu du fascisme, des haines et du chaos. Sa préférence semble claire. Combien d’Afrin, combien de Ghouta et d’Alep, combien de massacres dans l’indifférence faudra-t-il encore ?

Plus que jamais, il n’y a rien à attendre des États et des institutions. Leur action ne sera que le résultat de la solidarité internationale, d’une pression très forte, et pas des « eaux glacées du calcul égoïste » que l’on sirote dans les salons feutrés de la raison d’État. Depuis deux mois les mobilisations s’enchaînent dans un silence médiatique. Parfois, durement réprimées. Le 15 et 16 mars, pour la première fois en quarante ans, le Tribunal Permanent des Peuples s’est saisi de la question des crimes de la Turquie sur le peuple kurdes et ses organisations. En février, la marche internationale des kurdes en Europe a rassemblé des centaines de personnes. Quelques comités de soutien se créent, à Paris notamment. C’est bien, mais les kurdes marchent encore trop seul-e-s.



Imprimer cet article





Incontrôlables, violents, intouchables : les 7 racailles de l’Elysée
samedi 21 - 12h53
de : nazairien
1 commentaire
Affaire Benalla : Des photos qui embarassent l’Elysée
samedi 21 - 10h31
de : JO
A.Benala et le retraité
vendredi 20 - 21h37
de : jean 1
2 commentaires
Palestine : Qui enfin fera stopper les mains criminelles de l’Etat hébreux ?
vendredi 20 - 19h15
de : JO
L’extrême droite et l’extrême centre se valent pas mal. On le savait. On n’a pas voté pour Hamon ou Macron, à aucun tour
vendredi 20 - 18h17
de : Deeplo
2 commentaires
20/07/2001 - 20/07/2018 : Carlo Giuliani
vendredi 20 - 15h44
de : Roberto Ferrario
L’été est là, la mer est belle, les migrant-es ...
vendredi 20 - 14h04
de : Antoine (Montpellier)
Affaire Benalla : (dernière minute) l’Elysée annonce le licencier ?
vendredi 20 - 12h08
de : JO
2 commentaires
Il ne s’agit pas seulement d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase. Il y a un troisième homme.
vendredi 20 - 11h35
de : Raquel Garrido
2 commentaires
Pour ne pas mourir au travail ? Finalement le vent se lève à l’Est… !
vendredi 20 - 07h13
de : Lepotier
1 commentaire
Nutella champion du monde.
jeudi 19 - 18h57
de : L’iena rabbioso
21 juillet 2018, marche à Beaumont-sur-Oise : 2 ans de la mort d’Adama Traoré
jeudi 19 - 15h20
Quand Alexandre Benalla était présent avec les Bleus et à la panthéonisation de Simone Veil (video)
jeudi 19 - 12h49
de : Matthieu Jublin
5 commentaires
Vincent Crase, un deuxième collaborateur de l’Elysée visé dans l’affaire Benalla
jeudi 19 - 12h10
de : Alexandre Boudet
1 commentaire
Alexandre Benalla, collaborateur de Macron, identifié en train de frapper un manifestant le 1er mai à Paris (videos)
jeudi 19 - 00h08
5 commentaires
les entreprises font leur loi en influant sur le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État
mercredi 18 - 22h30
de : Olivier Petitjean BASTAMAG
1 commentaire
Second bras d’honneur de l’exécutif sur fond de coupe du monde et même la vraie gôche tombe dans le panneau
mercredi 18 - 21h36
Le XXIVème Forum de Sao Paulo s’est achevé mardi après trois jours de solidarité latino-américaine à La Havane
mercredi 18 - 15h58
de : JO
L’Assemblée nationale disjoncte
mercredi 18 - 12h03
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
Un pognon de dingues sans compter de l’impérialisme pour se perdurer coûte que coûte !
mercredi 18 - 11h26
de : JO
MALGRE UNE COM’ DECHAINEE, MACRON RECULE APRES LA COUPE DU MONDE !
mercredi 18 - 09h46
de : Jacques Cotta
2 commentaires
Rassemblement pour Gaël : 3ème Convoc au comico !
mercredi 18 - 09h43
SAMEDI 21 JUILLET : FÊTE DES POSTIÈRES ET POSTIERS GRÉVISTES DU 92
mercredi 18 - 08h48
DE TOUT BOIS #9 - Revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon
mercredi 18 - 07h42
de : Ernest London
LA HAVANE : Ouverture du 24ème Forum des Mouvements Sociaux de Sao Paulo
mardi 17 - 20h54
de : JO
SYRIE : Un menteur nommé Macron !
mardi 17 - 20h35
de : JO
1 commentaire
Nous au Red Star de St Ouen !
mardi 17 - 13h28
de : Un vrai rouge
MORTS PAR LA FRANCE - Thiaroye 1944
mardi 17 - 07h35
de : Ernest London
Adieux aux armes : à Deraa, des radicaux remettent des dizaines de chars à l’armée syrienne
lundi 16 - 14h55
de : JO
3 commentaires
Foot-identitaire : un make-up BBR pour femmes et hommes... en luttes !
dimanche 15 - 16h18
de : Delarue Christian
6 commentaires
OTAN : La guerre qu’ils ne pourront jamais gagner : celle contre les Peuples !
dimanche 15 - 10h40
de : JO
NATIONALISME FESTIF ! VRAIMENT ? ...
dimanche 15 - 09h16
de : philippedechatillon
2 commentaires
Déconnexion massive avant la coupe du monde
dimanche 15 - 01h20
de : CLAP‎
Le sénat Irlandais vote l’interdiction des produits issus des colonies israéliennes
samedi 14 - 20h24
de : JO
MAUVAISES MINES - Combattre l’industrie minière en France et dans le monde
samedi 14 - 19h14
de : Ernest London
L’équipe de France de football : des fantassins en uniforme bleu blanc rouge frappé du coq.
samedi 14 - 16h37
de : René HAMM
Ce matin, nouvelle action sur le Tour de France d’Info’Com-CGT (reportage photo + video)
samedi 14 - 15h58
de : Collectif Bellaciao
Concert : 14 Juillet des luttes et des résistances
vendredi 13 - 14h57
de : Info’Com-CGT
Maurice Lévy, le premier des premiers de cordée, préfère investir au Luxembourg !
vendredi 13 - 11h10
de : Hervé Nathan
Les constructions en bois, prisonnières de l’industrie chimique ?
vendredi 13 - 11h00
de : Pierre Fournier

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Voici le fondement de la critique irréligieuse : c'est l'homme qui fait la religion, et non la religion qui fait l'homme. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite