Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Y A T IL TROP OU PAS ASSEZ D’HUMAINS FACE AUX LIMITES ECOLOGIQUES ?
de : Paul Ariès
vendredi 13 avril 2018 - 16h00 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Paul Ariès, Politologue, auteur de Une histoire politique de l’alimentation (Max Milo)

Florent Bussy, Philosophe, auteur de Ce qui nous fait (Libre et solidaire)

Thierry Brugvin, psycho-sociologue, auteur de Le pouvoir illégal des élites (Max Milo)

Christian Godin, Philosophe, auteur de La fin de l’Humanité (Champ Vallon)

L’Appel des 15000 scientifiques alertant sur les menaces qui pèsent sur l’humanité ne pourra produire tous ses effets tant que les forces conscientes et agissantes en faveur d’une transition écologique resteront divisées entre celles qui dénoncent l’explosion démographique et les risques qu’elle fait peser sur la planète et celles qui clament que le véritable danger à terme ne serait pas le « trop » mais le « pas assez » d’humains, puisqu’il suffirait que le monde entier atteigne et conserve durablement le taux de fécondité actuel d’une partie de l’Occident (1,4) pour que l’espèce humaine disparaisse par épuisement de l’humanité.

Ce débat entre spécialistes doit certes se poursuivre et on peut même imaginer que l’ONU crée une sorte de « GIEC de la démographie mondiale » mais les forces émancipatrices ont tout à perdre à se laisser enfermer dans cette polémique. Nous devons tout faire pour déplacer les frontières au sein des milieux écologistes au regard de la question démographique en opposant non plus malthusiens et anti-malthusiens mais au sein même de ces deux camps ceux qui luttent pour l’émancipation et ceux qui s’y opposent. Les malthusiens considèrent qu’il faut que les humains fassent moins d’enfants, car l’agriculture ne serait pas en capacité de les nourrir tous, tandis que les anti-malthusiens pensent l’inverse.

Le véritable clivage oppose les réactionnaires de tous bords qui souhaitent maintenir les inégalités au nom de la lutte contre la destruction de la planète et les forces qui font d’une émancipation globale et responsable, les conditions d’un respect des conditions de la vie sur terre. Certes plus la population s’accroît, plus l’empreinte écologique augmente et donc plus l’empreinte carbone de l’humanité renforce le réchauffement climatique et ses méfaits. Personne ne peut nier l’explosion démographique, mais il n’existe pourtant pas de bombe D, en raison de la baisse réelle de la fécondité et de la rapidité de la transition démographique.

Les questions politiques, sociales, écologiques les plus urgentes concernent plutôt les rapports à entretenir avec la nature et les ressources qui peuvent être de prédation et de gaspillage, sur fond de guerre économique généralisée ou de préservation et de sobriété, dans le cadre de sociétés fondées sur la fraternité et le respect des droits fondamentaux.

Les partisans écologistes de la thèse du « trop d’humains » n’ont rien à gagner à être confondus avec les rentiers du révérend Malthus qui s’en prennent toujours aux plus pauvres, individus ou pays au motif que la nature ne pourrait parvenir à nourrir toute l’humanité, comme le prouve l’action des principaux lobbies néomalthusiens depuis 50 ans, qu’il s’agisse de la Société Internationale de Malthus, de Zero Population Growth (ZPG) ou du réseau « No Child » ! À la différence des courants réactionnaires, les écologistes sociaux néo-malthusiens préconisent le partage des richesses, l’éducation et l’émancipation des femmes, pour contribuer à une baisse de la démographie permettant de diminuer la pression sur l’environnement et de lutter contre des naissances synonymes de catastrophes humanitaires (interruptions volontaires de grossesses fréquentes en cas d’embryons féminins, meurtres de petites filles, naissances nombreuses jusqu’à l’arrivée d’un garçon).

Les adeptes écologistes de la thèse du « pas assez d’humains » ont tout à perdre à donner le sentiment qu’ils épouseraient les thèses populationnistes des réactionnL’Appel des 15000 scientifiques alertant sur les menaces qui pèsent sur l’humanité ne pourra produire tous ses effets tant que les forces conscientes et agissantes en faveur d’une transition écologique resteront divisées entre celles qui dénoncent l’explosion démographique et les risques qu’elle fait peser sur la planète et celles qui clament que le véritable danger à terme ne serait pas le « trop » mais le « pas assez » d’humains, puisqu’il suffirait que le monde entier atteigne et conserve durablement le taux de fécondité actuel d’une partie de l’Occident (1,4) pour que l’espèce humaine disparaisse par épuisement de l’humanité. Ce débat entre spécialistes doit certes se poursuivre et on peut même imaginer que l’ONU crée une sorte de « GIEC de la démographie mondiale » mais les forces émancipatrices ont tout à perdre à se laisser enfermer dans cette polémique.

Nous devons tout faire pour déplacer les frontières au sein des milieux écologistes au regard de la question démographique en opposant non plus malthusiens et anti-malthusiens mais au sein même de ces deux camps ceux qui luttent pour l’émancipation et ceux qui s’y opposent. Les malthusiens considèrent qu’il faut que les humains fassent moins d’enfants, car l’agriculture ne serait pas en capacité de les nourrir tous, tandis que les anti-malthusiens pensent l’inverse.

Le véritable clivage oppose les réactionnaires de tous bords qui souhaitent maintenir les inégalités au nom de la lutte contre la destruction de la planète et les forces qui font d’une émancipation globale et responsable, les conditions d’un respect des conditions de la vie sur terre. Certes plus la population s’accroit, plus l’empreinte écologique augmente et donc plus l’empreinte carbone de l’humanité renforce le réchauffement climatique et ses méfaits. Personne ne peut nier l’explosion démographique, mais il n’existe pourtant pas de bombe D, en raison de la baisse réelle de la fécondité et de la rapidité de la transition démographique.

Les questions politiques, sociales, écologiques les plus urgentes concernent plutôt les rapports à entretenir avec la nature et les ressources qui peuvent être de prédation et de gaspillage, sur fond de guerre économique généralisée ou de préservation et de sobriété, dans le cadre de sociétés fondées sur la fraternité et le respect des droits fondamentaux. Les partisans écologistes de la thèse du « trop d’humains » n’ont rien à gagner à être confondus avec les rentiers du révérend Malthus qui s’en prennent toujours aux plus pauvres, individus ou pays au motif que la nature ne pourrait parvenir à nourrir toute l’humanité, comme le prouve l’action des principaux lobbies néomalthusiens depuis 50 ans, qu’il s’agisse de la Société Internationale de Malthus, de Zero Population Growth (ZPG) ou du réseau « No Child » ! À la différence des courants réactionnaires, les écologistes sociaux néo-malthusiens préconisent le partage des richesses, l’éducation et l’émancipation des femmes, pour contribuer à une baisse de la démographie permettant de diminuer la pression sur l’environnement et de lutter contre des naissances synonymes de catastrophes humanitaires (interruptions volontaires de grossesses fréquentes en cas d’embryons féminins, meurtres de petites filles, naissances nombreuses jusqu’à l’arrivée d’un garçon).

Les adeptes écologistes de la thèse du « pas assez d’humains » ont tout à perdre à donner le sentiment qu’ils épouseraient les thèses populationnistes des réactionnaires, qui défendent la croissance démographique, selon une idéologie conservatrice. On peut être ainsi anti-malthusiens sans pour autant clamer « décroissez et multipliez-vous », comme le font, notamment, aujourd’hui les croisés catholiques de la revue écologiste Limite. Parler seulement de responsabilité anthropique comme le fait le GIEC conduit aussi à masquer la responsabilité spécifique de notre système économique, de nos styles de vie. Si la Terre ne peut pas supporter quatre milliards d’humains partageant le mode de vie occidental, elle peut, selon toutes les études permettre à dix milliards d’humains de vivre bien, en prenant appui sur les autres façons de vivre, de penser, de rêver, de sentir. Nous n’accepterons jamais de faire des humains le problème en lieu et place du capitalisme. Plutôt que de s’opposer sans fin sur la définition des limites objectives à la démographie humaine, plutôt que d’accepter le retour en force de termes en apparence neutres comme « population », « ressources » et surtout de notions pseudo-scientifiques comme « population limite », « capacité de charge », nous pouvons converger sur ce qui devrait permettre à l’humanité de mieux maîtriser sa fécondité, renvoyant ainsi dos à dos courants malthusiens réactionnaires et courants natalistes réactionnaires. Nous pouvons nous retrouver pour dire qu’il faut répartir les richesses économiques de façon plus égalitaire, car nous savons que la misère est toujours le berceau de nombreuses naissances ; pour dire qu’il faut poursuivre le mouvement historique d’émancipation féminine, car le patriarcat et le machisme renvoient d’abord les femmes à une fonction reproductive ; pour déconstruire les archétypes natalistes, toujours d’origine religieuse ou impérialiste, qui s’inscrivent dans le cadre d’une lutte par la démographie pour la domination et contre le prétendu « grand remplacement ». Nous ne partageons certes pas les mêmes analyses sur l’évolution démographique mondiale, mais nous savons qu’un arbre se juge à ses fruits, selon un proverbe biblique, les fruits des politiques que nous prônons sont salutaires tant pour l’humanité que pour la défense des écosystèmes. Ils rendent aux peuples et, en premier lieu aux femmes, la maîtrise de leur fécondité en commençant à desserrer l’étau du capitalisme productiviste et des injonctions natalistes. Les humains ne sont pas les nouveaux cavaliers de l’Apocalypse. Il n’y a pas un seul humain surnuméraire. Ce qui est en trop c’est le capitalisme, le productivisme et la vie qu’ils imposent aux humains ! aires, qui défendent la croissance démographique, selon une idéologie conservatrice. On peut être ainsi anti-malthusiens sans pour autant clamer « décroissez et multipliez-vous », comme le font, notamment, aujourd’hui les croisés catholiques de la revue écologiste Limite. Parler seulement de responsabilité anthropique comme le fait le GIEC conduit aussi à masquer la responsabilité spécifique de notre système économique, de nos styles de vie. Si la Terre ne peut pas supporter quatre milliards d’humains partageant le mode de vie occidental, elle peut, selon toutes les études permettre à dix milliards d’humains de vivre bien, en prenant appui sur les autres façons de vivre, de penser, de rêver, de sentir. Nous n’accepterons jamais de faire des humains le problème en lieu et place du capitalisme.

Plutôt que de s’opposer sans fin sur la définition des limites objectives à la démographie humaine, plutôt que d’accepter le retour en force de termes en apparence neutres comme « population », « ressources » et surtout de notions pseudo-scientifiques comme « population limite », « capacité de charge », nous pouvons converger sur ce qui devrait permettre à l’humanité de mieux maîtriser sa fécondité, renvoyant ainsi dos à dos courants malthusiens réactionnaires et courants natalistes réactionnaires. Nous pouvons nous retrouver pour dire qu’il faut répartir les richesses économiques de façon plus égalitaire, car nous savons que la misère est toujours le berceau de nombreuses naissances ; pour dire qu’il faut poursuivre le mouvement historique d’émancipation féminine, car le patriarcat et le machisme renvoient d’abord les femmes à une fonction reproductive ; pour déconstruire les archétypes natalistes, toujours d’origine religieuse ou impérialiste, qui s’inscrivent dans le cadre d’une lutte par la démographie pour la domination et contre le prétendu « grand remplacement ». Nous ne partageons certes pas les mêmes analyses sur l’évolution démographique mondiale, mais nous savons qu’un arbre se juge à ses fruits, selon un proverbe biblique, les fruits des politiques que nous prônons sont salutaires tant pour l’humanité que pour la défense des écosystèmes. Ils rendent aux peuples et, en premier lieu aux femmes, la maîtrise de leur fécondité en commençant à desserrer l’étau du capitalisme productiviste et des injonctions natalistes. Les humains ne sont pas les nouveaux cavaliers de l’Apocalypse. Il n’y a pas un seul humain surnuméraire. Ce qui est en trop c’est le capitalisme, le productivisme et la vie qu’ils imposent aux humains !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Y A T IL TROP OU PAS ASSEZ D’HUMAINS FACE AUX LIMITES ECOLOGIQUES ?
14 avril 2018 - 01h24 - Posté par jicé

"puisqu’il suffirait que le monde entier atteigne et conserve durablement le taux de fécondité actuel d’une partie de l’Occident (1,4) pour que l’espèce humaine disparaisse par épuisement de l’humanité."

C’est une supposition qui n’a aucun fondement biologique et qui relève d’une logique paradoxale et absurde.

Il y a deux problèmes distincts-pas entièrement indépendants :
Un problème démographique
Un problème politique, la domination mondiale du capitalisme et de la finance

Le problème démographique est accentué par la domination du capital mais il résulte aussi de facteurs culturels, religieux, éducatifs...



Y A T IL TROP OU PAS ASSEZ D’HUMAINS FACE AUX LIMITES ECOLOGIQUES ?
14 avril 2018 - 01h25 - Posté par jicé

"puisqu’il suffirait que le monde entier atteigne et conserve durablement le taux de fécondité actuel d’une partie de l’Occident (1,4) pour que l’espèce humaine disparaisse par épuisement de l’humanité."

C’est une supposition qui n’a aucun fondement biologique et qui relève d’une logique paradoxale et absurde.

Il y a deux problèmes distincts-pas entièrement indépendants :
Un problème démographique
Un problème politique, la domination mondiale du capitalisme et de la finance

Le problème démographique est accentué par la domination du capital mais il résulte aussi de facteurs culturels, religieux, éducatifs...






QUI MENACE LES INSTITUTIONS ?
lundi 22 - 10h39
de : Nemo3637
Georges Ibrahim Abdallah : 400 militants défilent vers la prison du « plus ancien prisonnier politique d’Europe »
lundi 22 - 09h26
Alerte sur la situation catastrophique des paysans de Gaza
dimanche 21 - 21h05
de : UJFP via La révolte du jardinier
Brésil. Goebbels à l’ère des TIC. Préparation d’une fraude massive pour le second tour de l’élection présidentielle.
samedi 20 - 13h12
de : Smaïl Hadj Ali
Un sculpteur hitlérien débarque à Roubaix ce 20 Octobre 2018
samedi 20 - 09h28
de : Chti LP59
1 commentaire
La Kanaky ne sera pas indépendante après le référendum du 4 novembre
samedi 20 - 08h14
Lorsque le gouvernement viole ...etc.
samedi 20 - 00h10
de : Marc ARAKIOUZO
L’État et les médias lynchent Mélenchon et la FI
vendredi 19 - 21h15
de : JO
“Sondage” RTL : ah merde, 57% des Français approuvent la colère de Jean-Luc Mélenchon !
vendredi 19 - 15h45
de : Pierrick Tillet
1 commentaire
Vive la colère de Jean-Luc Mélenchon et des parlementaires de la FI
vendredi 19 - 15h19
de : Nicole-Edith Thevenin
2 commentaires
On punit en France les travailleurs handicapés
vendredi 19 - 14h57
de : Himalove
Rassemblement « Stoppons l’acharnement contre Gaël »
vendredi 19 - 11h46
Jamal Khashoggi : Un audio donne des détails sordides sur l’assassinat
vendredi 19 - 11h36
Une colère trés juste...
vendredi 19 - 11h29
de : Alexis Corbière
Pour l’instant on peut encore rigoler - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 19 - 11h15
de : Hdm
Goûter-soirée de soutien à la grève des postier-e-s du 92
jeudi 18 - 22h22
Perquisitions à la FI : une agression politique sous couvert de « justice »
jeudi 18 - 21h49
de : JO
1 commentaire
Le soutien du néo-nazi David Duke, ex-chef du KU Klux Klan, à Bolsonaro
mercredi 17 - 16h53
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
FO : démission imminente pour Pascal Pavageau ?
mardi 16 - 18h53
Climat et effondrement : « Seule une insurrection des sociétés civiles peut nous permettre d’éviter le pire »
mardi 16 - 09h57
de : jean 1
3 commentaires
L’ANARCHIE EXPLIQUÉE À MON PÈRE
mardi 16 - 09h10
de : Ernest London
Brésil. Le suprémaciste Steve Bannon. L’ami public commun de Jaïr Bolsonaro et Marine Le Pen.
lundi 15 - 20h32
de : Smaïl Hadj Ali
CAPITALISME ET DESTRUCTION
lundi 15 - 20h21
de : Nemo3637
« Plus qu’une marche pour le climat », mais est-ce suffisant ?
lundi 15 - 14h41
Emission : 1938 – Accords de Munich – France et Angleterre pactisent avec les nazis
lundi 15 - 12h37
de : Emission Polémix et La Voix Off
Txetx Etcheverry : « Contre le changement climatique, nous devons agir comme si nous étions en guerre »
dimanche 14 - 09h24
2 commentaires
Main basse sur l’énergie
samedi 13 - 23h04
de : Eliot Nénesse
Comité de soutien à la grève des postie-r-es du 92
samedi 13 - 17h28
202 jours : Soutenons les Postiers du 92 !
samedi 13 - 11h46
LÉO FERRE - LES ANARCHISTES
vendredi 12 - 21h03
de : jean 1
Brésil : les bolsonazis sèment la mort et le terreur
vendredi 12 - 16h19
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
Carrefour-Casino : l’emploi sacrifié sur l’autel des « synergies »
vendredi 12 - 14h49
de : David André
LE CAPITALISME A-T-IL UN AVENIR ?
vendredi 12 - 12h48
de : Ernest London
Réforme des retraites : comprendre l’arnaque en 8 minutes
jeudi 11 - 14h56
1 commentaire
LE FLINGUEUR DE CES DAMES - C’est l’heure de l’mettre
jeudi 11 - 10h20
de : Hdm
les postier-e-s des 10ème et 19ème arrondissement en grève majoritaire depuis mardi !
mercredi 10 - 23h20
Le Brésil sur la voie du fascisme ?
mercredi 10 - 12h22
de : Smaïl Hadj Ali
2 commentaires
Olivier ROSAY, militant SUD PTT : nouvelle mise à pied prononcée !
mercredi 10 - 09h46
de : olivier
Bure la porte ferme mal
mardi 9 - 22h28
de : hibou
Le nombre de manifestants ville par ville
mardi 9 - 19h17

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'ancien se meurt, le nouveau ne parvient pas à voir le jour, dans ce clair-obscur surgissent les monstres. Antonio Gramsci
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite