Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Y A T IL TROP OU PAS ASSEZ D’HUMAINS FACE AUX LIMITES ECOLOGIQUES ?
de : Paul Ariès
vendredi 13 avril 2018 - 16h00 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Paul Ariès, Politologue, auteur de Une histoire politique de l’alimentation (Max Milo)

Florent Bussy, Philosophe, auteur de Ce qui nous fait (Libre et solidaire)

Thierry Brugvin, psycho-sociologue, auteur de Le pouvoir illégal des élites (Max Milo)

Christian Godin, Philosophe, auteur de La fin de l’Humanité (Champ Vallon)

L’Appel des 15000 scientifiques alertant sur les menaces qui pèsent sur l’humanité ne pourra produire tous ses effets tant que les forces conscientes et agissantes en faveur d’une transition écologique resteront divisées entre celles qui dénoncent l’explosion démographique et les risques qu’elle fait peser sur la planète et celles qui clament que le véritable danger à terme ne serait pas le « trop » mais le « pas assez » d’humains, puisqu’il suffirait que le monde entier atteigne et conserve durablement le taux de fécondité actuel d’une partie de l’Occident (1,4) pour que l’espèce humaine disparaisse par épuisement de l’humanité.

Ce débat entre spécialistes doit certes se poursuivre et on peut même imaginer que l’ONU crée une sorte de « GIEC de la démographie mondiale » mais les forces émancipatrices ont tout à perdre à se laisser enfermer dans cette polémique. Nous devons tout faire pour déplacer les frontières au sein des milieux écologistes au regard de la question démographique en opposant non plus malthusiens et anti-malthusiens mais au sein même de ces deux camps ceux qui luttent pour l’émancipation et ceux qui s’y opposent. Les malthusiens considèrent qu’il faut que les humains fassent moins d’enfants, car l’agriculture ne serait pas en capacité de les nourrir tous, tandis que les anti-malthusiens pensent l’inverse.

Le véritable clivage oppose les réactionnaires de tous bords qui souhaitent maintenir les inégalités au nom de la lutte contre la destruction de la planète et les forces qui font d’une émancipation globale et responsable, les conditions d’un respect des conditions de la vie sur terre. Certes plus la population s’accroît, plus l’empreinte écologique augmente et donc plus l’empreinte carbone de l’humanité renforce le réchauffement climatique et ses méfaits. Personne ne peut nier l’explosion démographique, mais il n’existe pourtant pas de bombe D, en raison de la baisse réelle de la fécondité et de la rapidité de la transition démographique.

Les questions politiques, sociales, écologiques les plus urgentes concernent plutôt les rapports à entretenir avec la nature et les ressources qui peuvent être de prédation et de gaspillage, sur fond de guerre économique généralisée ou de préservation et de sobriété, dans le cadre de sociétés fondées sur la fraternité et le respect des droits fondamentaux.

Les partisans écologistes de la thèse du « trop d’humains » n’ont rien à gagner à être confondus avec les rentiers du révérend Malthus qui s’en prennent toujours aux plus pauvres, individus ou pays au motif que la nature ne pourrait parvenir à nourrir toute l’humanité, comme le prouve l’action des principaux lobbies néomalthusiens depuis 50 ans, qu’il s’agisse de la Société Internationale de Malthus, de Zero Population Growth (ZPG) ou du réseau « No Child » ! À la différence des courants réactionnaires, les écologistes sociaux néo-malthusiens préconisent le partage des richesses, l’éducation et l’émancipation des femmes, pour contribuer à une baisse de la démographie permettant de diminuer la pression sur l’environnement et de lutter contre des naissances synonymes de catastrophes humanitaires (interruptions volontaires de grossesses fréquentes en cas d’embryons féminins, meurtres de petites filles, naissances nombreuses jusqu’à l’arrivée d’un garçon).

Les adeptes écologistes de la thèse du « pas assez d’humains » ont tout à perdre à donner le sentiment qu’ils épouseraient les thèses populationnistes des réactionnL’Appel des 15000 scientifiques alertant sur les menaces qui pèsent sur l’humanité ne pourra produire tous ses effets tant que les forces conscientes et agissantes en faveur d’une transition écologique resteront divisées entre celles qui dénoncent l’explosion démographique et les risques qu’elle fait peser sur la planète et celles qui clament que le véritable danger à terme ne serait pas le « trop » mais le « pas assez » d’humains, puisqu’il suffirait que le monde entier atteigne et conserve durablement le taux de fécondité actuel d’une partie de l’Occident (1,4) pour que l’espèce humaine disparaisse par épuisement de l’humanité. Ce débat entre spécialistes doit certes se poursuivre et on peut même imaginer que l’ONU crée une sorte de « GIEC de la démographie mondiale » mais les forces émancipatrices ont tout à perdre à se laisser enfermer dans cette polémique.

Nous devons tout faire pour déplacer les frontières au sein des milieux écologistes au regard de la question démographique en opposant non plus malthusiens et anti-malthusiens mais au sein même de ces deux camps ceux qui luttent pour l’émancipation et ceux qui s’y opposent. Les malthusiens considèrent qu’il faut que les humains fassent moins d’enfants, car l’agriculture ne serait pas en capacité de les nourrir tous, tandis que les anti-malthusiens pensent l’inverse.

Le véritable clivage oppose les réactionnaires de tous bords qui souhaitent maintenir les inégalités au nom de la lutte contre la destruction de la planète et les forces qui font d’une émancipation globale et responsable, les conditions d’un respect des conditions de la vie sur terre. Certes plus la population s’accroit, plus l’empreinte écologique augmente et donc plus l’empreinte carbone de l’humanité renforce le réchauffement climatique et ses méfaits. Personne ne peut nier l’explosion démographique, mais il n’existe pourtant pas de bombe D, en raison de la baisse réelle de la fécondité et de la rapidité de la transition démographique.

Les questions politiques, sociales, écologiques les plus urgentes concernent plutôt les rapports à entretenir avec la nature et les ressources qui peuvent être de prédation et de gaspillage, sur fond de guerre économique généralisée ou de préservation et de sobriété, dans le cadre de sociétés fondées sur la fraternité et le respect des droits fondamentaux. Les partisans écologistes de la thèse du « trop d’humains » n’ont rien à gagner à être confondus avec les rentiers du révérend Malthus qui s’en prennent toujours aux plus pauvres, individus ou pays au motif que la nature ne pourrait parvenir à nourrir toute l’humanité, comme le prouve l’action des principaux lobbies néomalthusiens depuis 50 ans, qu’il s’agisse de la Société Internationale de Malthus, de Zero Population Growth (ZPG) ou du réseau « No Child » ! À la différence des courants réactionnaires, les écologistes sociaux néo-malthusiens préconisent le partage des richesses, l’éducation et l’émancipation des femmes, pour contribuer à une baisse de la démographie permettant de diminuer la pression sur l’environnement et de lutter contre des naissances synonymes de catastrophes humanitaires (interruptions volontaires de grossesses fréquentes en cas d’embryons féminins, meurtres de petites filles, naissances nombreuses jusqu’à l’arrivée d’un garçon).

Les adeptes écologistes de la thèse du « pas assez d’humains » ont tout à perdre à donner le sentiment qu’ils épouseraient les thèses populationnistes des réactionnaires, qui défendent la croissance démographique, selon une idéologie conservatrice. On peut être ainsi anti-malthusiens sans pour autant clamer « décroissez et multipliez-vous », comme le font, notamment, aujourd’hui les croisés catholiques de la revue écologiste Limite. Parler seulement de responsabilité anthropique comme le fait le GIEC conduit aussi à masquer la responsabilité spécifique de notre système économique, de nos styles de vie. Si la Terre ne peut pas supporter quatre milliards d’humains partageant le mode de vie occidental, elle peut, selon toutes les études permettre à dix milliards d’humains de vivre bien, en prenant appui sur les autres façons de vivre, de penser, de rêver, de sentir. Nous n’accepterons jamais de faire des humains le problème en lieu et place du capitalisme. Plutôt que de s’opposer sans fin sur la définition des limites objectives à la démographie humaine, plutôt que d’accepter le retour en force de termes en apparence neutres comme « population », « ressources » et surtout de notions pseudo-scientifiques comme « population limite », « capacité de charge », nous pouvons converger sur ce qui devrait permettre à l’humanité de mieux maîtriser sa fécondité, renvoyant ainsi dos à dos courants malthusiens réactionnaires et courants natalistes réactionnaires. Nous pouvons nous retrouver pour dire qu’il faut répartir les richesses économiques de façon plus égalitaire, car nous savons que la misère est toujours le berceau de nombreuses naissances ; pour dire qu’il faut poursuivre le mouvement historique d’émancipation féminine, car le patriarcat et le machisme renvoient d’abord les femmes à une fonction reproductive ; pour déconstruire les archétypes natalistes, toujours d’origine religieuse ou impérialiste, qui s’inscrivent dans le cadre d’une lutte par la démographie pour la domination et contre le prétendu « grand remplacement ». Nous ne partageons certes pas les mêmes analyses sur l’évolution démographique mondiale, mais nous savons qu’un arbre se juge à ses fruits, selon un proverbe biblique, les fruits des politiques que nous prônons sont salutaires tant pour l’humanité que pour la défense des écosystèmes. Ils rendent aux peuples et, en premier lieu aux femmes, la maîtrise de leur fécondité en commençant à desserrer l’étau du capitalisme productiviste et des injonctions natalistes. Les humains ne sont pas les nouveaux cavaliers de l’Apocalypse. Il n’y a pas un seul humain surnuméraire. Ce qui est en trop c’est le capitalisme, le productivisme et la vie qu’ils imposent aux humains ! aires, qui défendent la croissance démographique, selon une idéologie conservatrice. On peut être ainsi anti-malthusiens sans pour autant clamer « décroissez et multipliez-vous », comme le font, notamment, aujourd’hui les croisés catholiques de la revue écologiste Limite. Parler seulement de responsabilité anthropique comme le fait le GIEC conduit aussi à masquer la responsabilité spécifique de notre système économique, de nos styles de vie. Si la Terre ne peut pas supporter quatre milliards d’humains partageant le mode de vie occidental, elle peut, selon toutes les études permettre à dix milliards d’humains de vivre bien, en prenant appui sur les autres façons de vivre, de penser, de rêver, de sentir. Nous n’accepterons jamais de faire des humains le problème en lieu et place du capitalisme.

Plutôt que de s’opposer sans fin sur la définition des limites objectives à la démographie humaine, plutôt que d’accepter le retour en force de termes en apparence neutres comme « population », « ressources » et surtout de notions pseudo-scientifiques comme « population limite », « capacité de charge », nous pouvons converger sur ce qui devrait permettre à l’humanité de mieux maîtriser sa fécondité, renvoyant ainsi dos à dos courants malthusiens réactionnaires et courants natalistes réactionnaires. Nous pouvons nous retrouver pour dire qu’il faut répartir les richesses économiques de façon plus égalitaire, car nous savons que la misère est toujours le berceau de nombreuses naissances ; pour dire qu’il faut poursuivre le mouvement historique d’émancipation féminine, car le patriarcat et le machisme renvoient d’abord les femmes à une fonction reproductive ; pour déconstruire les archétypes natalistes, toujours d’origine religieuse ou impérialiste, qui s’inscrivent dans le cadre d’une lutte par la démographie pour la domination et contre le prétendu « grand remplacement ». Nous ne partageons certes pas les mêmes analyses sur l’évolution démographique mondiale, mais nous savons qu’un arbre se juge à ses fruits, selon un proverbe biblique, les fruits des politiques que nous prônons sont salutaires tant pour l’humanité que pour la défense des écosystèmes. Ils rendent aux peuples et, en premier lieu aux femmes, la maîtrise de leur fécondité en commençant à desserrer l’étau du capitalisme productiviste et des injonctions natalistes. Les humains ne sont pas les nouveaux cavaliers de l’Apocalypse. Il n’y a pas un seul humain surnuméraire. Ce qui est en trop c’est le capitalisme, le productivisme et la vie qu’ils imposent aux humains !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Y A T IL TROP OU PAS ASSEZ D’HUMAINS FACE AUX LIMITES ECOLOGIQUES ?
14 avril 2018 - 01h24 - Posté par jicé

"puisqu’il suffirait que le monde entier atteigne et conserve durablement le taux de fécondité actuel d’une partie de l’Occident (1,4) pour que l’espèce humaine disparaisse par épuisement de l’humanité."

C’est une supposition qui n’a aucun fondement biologique et qui relève d’une logique paradoxale et absurde.

Il y a deux problèmes distincts-pas entièrement indépendants :
Un problème démographique
Un problème politique, la domination mondiale du capitalisme et de la finance

Le problème démographique est accentué par la domination du capital mais il résulte aussi de facteurs culturels, religieux, éducatifs...



Y A T IL TROP OU PAS ASSEZ D’HUMAINS FACE AUX LIMITES ECOLOGIQUES ?
14 avril 2018 - 01h25 - Posté par jicé

"puisqu’il suffirait que le monde entier atteigne et conserve durablement le taux de fécondité actuel d’une partie de l’Occident (1,4) pour que l’espèce humaine disparaisse par épuisement de l’humanité."

C’est une supposition qui n’a aucun fondement biologique et qui relève d’une logique paradoxale et absurde.

Il y a deux problèmes distincts-pas entièrement indépendants :
Un problème démographique
Un problème politique, la domination mondiale du capitalisme et de la finance

Le problème démographique est accentué par la domination du capital mais il résulte aussi de facteurs culturels, religieux, éducatifs...






La Selection et les Etudiants vu par Onfray
mercredi 25 - 18h41
de : Stafed
1 commentaire
1er mai : manifestation syndicaliste révolutionnaire pour l’égalité et la transformation sociale
mercredi 25 - 14h43
de : jean 1
La combattante internationaliste Anna Campbell tombée à Afrin
mercredi 25 - 14h00
de : jean 1
La lettre des cadres supérieurs de la SNCF à la ministre Élisabeth Borne dénoncent la stratégie du gouvernement
mercredi 25 - 10h30
Appel de la Coordination Nationale Étudiante des 21 et 22 avril 2018
mercredi 25 - 01h00
de : COORDINATION NATIONALE ÉTUDIANTE
Le taux de grévistes ce mardi a augmenté !!!
mercredi 25 - 00h51
Filialisation du fret SNCF : la CGT bloque le site de Geodis au Port de Gennevilliers et à Saint-Jean-de-Védas (video)
mercredi 25 - 00h35
Paris : cheminots et étudiants envahissent la gare du Nord et la gare de l’Est (videos et photos)
mercredi 25 - 00h01
La CGT Energies 33 coupe le courant à la gare Saint-Jean à Bordeaux
mardi 24 - 21h52
400 "petits cheminots" ont envahi le siège social du fret SNCF (video)
mardi 24 - 21h42
de : l’Humanité
Le PCF au rassemblement du 5 mai : Face à Macron, nous sommes de toutes les mobilisations
mardi 24 - 20h38
de : PCF
NICARAGUA : La droite putschiste dans ses oeuvres partout où elle a perdu le pouvoir !
mardi 24 - 18h10
de : JO
textes libertaires
mardi 24 - 13h42
de : jean 1
ÉLOGE DE LA POLITIQUE
mardi 24 - 12h38
de : Ernest London
Débordements fascistes au Col de l’Échelle près de Briançon : la prime à la récidive du ministre Gérard Collomb !
mardi 24 - 11h20
de : MRAP
1 commentaire
YEMEN : Les massacres se poursuivent à l’indifférence de l’OTAN !
mardi 24 - 10h28
de : JO
Débat édifiant sur le risque d’esclavage moderne ou LREM refuse des amendements de gauche (video)
mardi 24 - 10h15
de : Uliss
En finir avec les luttes défensives
mardi 24 - 00h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
1 commentaire
Supprimer le quotient familial dans sa forme actuelle : une vraie réforme que ne fera pas Emmanuel Macron...
lundi 23 - 22h18
de : Albert
MSF confirme : Israel utilise des munitions dévastatrices
lundi 23 - 19h28
de : CAPJPO-EuroPalestine
NOTRE AME DES LANDES : un texte en soutien écrit par Alain Damasio écrivain de SF
lundi 23 - 16h01
de : jean 1
Que serais-je si j’étais Juif ?
lundi 23 - 15h36
de : L’iena rabbioso
Frappes en Syrie, mensonge d’etat ? Couacs dans les tirs !!!
lundi 23 - 15h32
1 commentaire
On a marché sur la gueule de la frontière (video)
lundi 23 - 15h00
de : La Canarde
1 commentaire
google : Blocage agressif et violent afin de fabriquer votre consentement !
lundi 23 - 11h43
de : André
Appel pour un Plan B écolo et social pour l’éducation
lundi 23 - 11h31
de : Christian Laval, Samy Johsua, Laurent Paillard, Paul Ariès
1 commentaire
Les “relations” d’Assaël Adary, patron du cabinet chargé par les médias de compter les manifestants (video)
lundi 23 - 10h16
de : Pierrick Tillet
1 commentaire
Pour une charte universelle économique
dimanche 22 - 22h35
de : LE BRIS RENE
Réforme des institutions : un projet à minima d’Emmanuel Macron...
dimanche 22 - 19h04
de : Albert
Groupe fasciste et police côte à côte au col de l’échelle.
dimanche 22 - 16h36
de : jean 1
Le travail tue : un salarié des TCL meurt électrocuté
dimanche 22 - 16h24
de : jean 1
De la Justice, du Droit en France et dans ses anciennes colonies
dimanche 22 - 15h39
de : Nemo3637
Force ouvrière : un congrès qui s’annonce houleux
dimanche 22 - 09h31
4 commentaires
Garantir le maintien du pouvoir d’achat : une vraie réforme que ne fera pas Emmanuel Macron…
samedi 21 - 23h02
de : Albert
Quand la DILCRAH combat la pédagogie de l’antiracisme
samedi 21 - 21h21
de : UJFP
Peuple-classe 99 % en lutte de Rennes en jonction le 19 avril.
samedi 21 - 18h19
de : Christian DELARUE
CRACK CAPITALISM - 33 thèses contre le capital
samedi 21 - 10h18
de : Ernest London
La lutte et la solidarité grandissent avec les cheminots à Puyoo comme ailleurs !
samedi 21 - 08h42
de : Sémard
"Malheur au pays dont le prince est un enfant"
vendredi 20 - 20h12
de : Deeplo
Crime de lèse majesté
vendredi 20 - 17h23
de : irae
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres. Denis Diderot
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite
SOIXANTE DIX SEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT
mardi 13 mars
de Roberto Ferrario
NOUS NOUS RETROUVONS COMME CHAQUE ANNEE POUR NOUS RAPPELER CE JOUR OU FRANCESCO LORUSSO MOURUT... LE JOUR OU LE POUVOIR FICHA UN PIQUET DE FRÊNE DANS LE CŒUR ROUGE D’UN RÊVE... LE RÊVE D’UNE SOCIETE EN COULEURS... FAIBLE FLAMME QUI COUVE SOUS LA CENDRE !!! SOIXANTE DIXSEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT sous la direction de Sergio Bianchi et Lanfranco Caminiti 432 pp -20,00 euros 88-88738-57-6 En Italie, le mouvement politique, social, culturel, existentiel de 1977 n’a (...)
Lire la suite
Pour la création d’un Conseil de déontologie du journalisme en France. Allez jusqu’à 200 000 !!!
dimanche 11 mars
de Roberto Ferrario
Signez ici : https://www.change.org/p/pour-la-cr... Les médias et la presse jouent un rôle majeur dans la vie démocratique d’un pays. Mais ils ont aussi le pouvoir de façonner le débat public. Ce pouvoir peut donner lieu à des abus. D’autant plus qu’ils dépendent de 9 milliardaires pour 90% d’entre eux et du gouvernement pour le service public. L’émission politique de France 2 du 30 novembre 2017 dont j’étais l’invité est un modèle du genre. (...)
Lire la suite
Solidarité avec les cheminots !!!
lundi 5 mars
de Roberto Ferrario
En juin 2016 les cheminots grévistes de Versailles ont reçu un chèque de 15 000 € de la part de quatre organisations membres de la CGT. ;-) En preparation de la greve, on doit se préparer à faire la même chose de maintenant... ;-)
Lire la suite
Élections en Italie : une droite honteuse, un rayon d’espoir à gauche
mercredi 28 février
de Marc Botenga via RF
Attentat néonazi, corruption, mafia… Sur fond d’une crise inouïe, l’Italie s’approche des élections parlementaires du 4 mars prochain. Alors que la social-démocratie assume son virage ultra-libéral, la droite recycle Berlusconi et s’en prend aux étrangers. À gauche, un nouvel acteur essaie de remettre les pendules à l’heure : ce sont les partis traditionnels, et non les migrants, qui sont responsables du chômage et de la précarité. Un attentat, une droite (...)
Lire la suite
Italie : Pourquoi voter pour Potere al popolo !
mercredi 28 février
de Chiara Carratù via RF
Potere al popolo ! est né lors de l’assemblée du 18 novembre en réponse à la crise de la gauche radicale, qui risquait encore une fois de disparaître des bulletins de vote, entraînée dans des alliances avec des forces ambiguës par rapport à leurs relations avec le PD (le parcours du Brancaccio, puis la convergence en grande partie avec Liberi et Uguali), ou présente avec des propositions politiques de faibles impact sur les secteurs d’avant-garde de la classe ouvrière. Voilà (...)
Lire la suite
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 février
de Gaël De Santis via FR
Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars . La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous (...)
Lire la suite