Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
de : Raphaël de Gubernatis
mardi 8 mai 2018 - 08h07 - Signaler aux modérateurs
PNG - 210.8 ko

Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans une société où le laisser-aller est désormais de mise. Elle était malicieuse encore, dotée d’un humour très particulier, ravageur, qui lui conférait un charme supplémentaire.

Si elle n’avait été danseuse, elle eut pu être mannequin. Pas mannequin comme ces filles cadavériques à la mine patibulaire qui défilent aujourd’hui sur les podiums de la mode. Mais le mannequin fétiche d’un créateur furieusement original.

La danse, elle entreprend de la conquérir en suivant dans la seconde moitié des années 1970 les cours de Carolyn Carlson, Hideyuki Yano ou Suzon Holzer. Des choix, comme tous ceux qu’elle effectuera par la suite, pointus et judicieux, loin des sentiers battus, et qui feront d’elle, durant les décennies suivantes, l’exemple parfait d’une artiste française au parcours emblématique pour son temps, quand bien même sa forte personnalité donnera toujours d’elle l’impression qu’elle demeura un électron libre.

Paris, Arles, New York, Paris

C’est que Marceline Lartigue a de qui tenir. Sa mère, Bernadette Bonis a été longtemps critique de danse à « Révolution », puis un temps directrice des Rencontres chorégraphiques de Bagnolet, manifestation à la tête de laquelle elle a succédé à son fondateur, Jaque Chaurand. Son père, le poète et romancier Pierre Lartigue, disparu en 2008, fait lui aussi partie de cette intelligentsia française qui découvre dans la danse contemporaine un champ infini de réflexion et d’inspiration. Co-fondateur de la revue « Avant-Scène/Ballet-Danse », il est aussi critique à « L’Humanité ».

Après avoir suivi un stage demeuré fameux, donné par la chorégraphe Lucinda Childs lors du Festival de Danse d’Arles en juillet 1980, Marceline Lartigue, conçoit une première pièce, « Dum Dum Duo », lors du Festival de Danse de Chateauvallon de 1982, à l’invitation de Patrick Bensard. Puis, comme tant de jeunes danseurs de sa génération, elle entreprend en 1983 le pèlerinage obligé à New York qui est alors le centre universel de la danse contemporaine, le lieu où résident la plupart des grands et futurs grands chorégraphes américains. Elle étudie évidemment dans le studio de Merce Cunningham à Westbeth et danse déjà pour Karole Armitage et Susan Hayman-Shaffey. De retour en France, elle s’engage dans la compagnie de Karine Saporta et se produit dans les salons de l’Hôtel Meurice au cours d’un duo époustouflant, « Une Passion », créé pour elle et pour Hideyuki Yano par Saporta.

La comtesse sanglante

Marceline Lartigue repart pour New York afin d’y danser l’ébouriffant « Gogo Ballerina » de Karole Armitage, puis, regagnant la France, fonde aussitôt sa propre compagnie, « Szerelem ». Avec celui qui est devenu pour un temps son époux, le compositeur Hugues de Courson, elle crée ainsi un spectacle chorégraphique et musical, « Erszebet », qu’on découvre au Centre Pompidou et qui évoque la figure légendaire et sanglante de la comtesse hongroise Elisabeth Bathory d’Ecsed. Un spectacle fort, baroque, inattendu, qui est un éloquent reflet de la personnalité flamboyante de son autrice et de ses centres d’intérêt hors du commun, tout comme le seront plus tard ses ouvrages autour des figures de Lola Montes ou de Gilles de Rais.

L’Orage d’une robe qui s’abat

Un peu partout en France, voire à l’étranger, suivront de nombreuses productions au cours des années 1990, dont une création, « Prédelle », pensée pour le danseur-étoile de l’Opéra de Paris, Jean-Yves Lormeau. Des productions aux titres évocateurs et poétiques comme « Tricheurs », « Tabou », « Centaure », « L’Improbable », « L’Orage d’une robe qui s’abat », « L’Antichambre des contes ». Cependant que Marceline Lartigue se fait par ailleurs l’interprète de l’Américaine Susan Buirge dans « Le Jour d’après » (2000) et l’œil de la forêt » en 2002, ou l’assistante de l’Argentine Graziella Martinez lors du retour de cette dernière à Paris, au studio Le Regard du Cygne en 2003. Elle est aussi le sujet de clichés des photographes Philippe Taka, Anne Nordmann ou Geneviève Stephenson.

La découverte de l’Afrique

Dans les années 2000, dès 2003 précisément, lors d’un voyage d’étude au Sénégal, la découverte de l’Afrique modifie profondément la trajectoire de Marceline Lartigue, même s’il lui arrive aussi de travailler au Vénézuela. Elle poursuit ses investigations au Ghana, au Burkina-Faso, au Mali, au Sénégal encore, au Bénin surtout, en menant des études autour des rituels encore en vigueur au sein des populations de ces pays, ce qui lui vaut de bénéficier d’une bourse Villa Médicis-Association française d’Action artistique-Hors les murs. A partir de là, Marceline Lartigue construit des ouvrages en travaillant avec des danseurs africains, ouvrages mêlant les danses et les rites de plusieurs cultures de l’Afrique noire et inspirés entre autres choses par les danses rituelles pratiquées lors des cérémonies des cours royales du Dahomey.

Ces spectacles n’ont pas été vus à Paris, mais beaucoup l’ont été lors de tournées en Afrique, devenue ainsi la terre de prédilection de la danseuse française. En Afrique de l’Ouest comme en France, la disparition brutale, inattendue de Marceline Lartigue endeuille toute une génération d’artistes innombrables et de figures du monde culturel que sa personnalité hors du commun ne peut qu’avoir émerveillés ou séduits.

Raphaël de Gubernatis

Visuel : © Philippe Taka

http://toutelaculture.com/actu/marc...



Imprimer cet article





Un homme ça pleure pas
jeudi 16 - 20h43
de : Carland
Petite révolution chez les libertaires : AL et la CGA tentent leur unification
jeudi 16 - 08h31
1 commentaire
BRESIL : LULA confirme sa candidature à la Présidentielle du 7 OCT.18
mercredi 15 - 19h35
de : JO
no pasaran
mercredi 15 - 11h26
de : jean 1
"UN JOUR, UN SIGNATAIRE DU CALENDRIER DES POSTIERS" - NUMÉRO 2
mercredi 15 - 10h21
FÊTE DE SOUTIEN AUX GRÉVISTES DE LA POSTE DU 92
mercredi 15 - 10h14
SAMIR AMIN : Pour une internationale des peuples
mercredi 15 - 00h47
de : Christian D - Altermd
1 commentaire
Une minute avant la fin des prophéties..
mardi 14 - 22h50
de : L’iena rabbioso
5 commentaires
VENEZUELA : Une preuve de plus de la violence dans la dogmatique capitaliste !
mardi 14 - 15h35
de : JO
MISÈRE DE L’ESPACE MODERNE - La production de Le Corbusier et ses conséquences
mardi 14 - 08h33
de : Ernest London
1 commentaire
Hôpital Pinel en Lutte
mardi 14 - 08h25
de : jean 1
Sous-pénalisation de ceux d’en-haut et sur-pénalisation de ceux d’en-bas -
mardi 14 - 01h24
de : Christian DELARUE
Communiqué suite à l’action de blocage de la #D281 #ZAD #NDDL la nuit du vendredi 10 aout 2018
lundi 13 - 20h52
de : jean 1
encore quelques nouvelles des deux larons Chimie & Nucléaire
dimanche 12 - 23h55
de : moins une
Vacances de M.Macron : Mépris envers les Français !
dimanche 12 - 19h32
de : JO
LA FAIM, LA BAGNOLE, LE BLÉ ET NOUS - Une dénonciation des biocarburants
dimanche 12 - 12h31
de : Ernest London
2 commentaires
Ce que cache l’immonde Loi Schiappa
samedi 11 - 11h23
de : JO
2 commentaires
GLYPHOSATE/MONSANTO : Mutisme total de la Fondation Hulot !
samedi 11 - 11h03
de : JO
1 commentaire
SalaManCaracas : les rats quittent le navire !
vendredi 10 - 17h42
de : Marc ARAKIOUZO
2 commentaires
LA MONDIALISATION : En ligne de mire, le capitalisme mondialisé !
vendredi 10 - 17h22
de : JO
1 commentaire
EN SYRIE libérée : Des découvertes d’armes de l’OTAN et d’Israël confirment !
vendredi 10 - 16h24
de : JO
Arkéa : des syndicats mis au rebut
vendredi 10 - 09h27
de : Le_Militant
6 août 1945 : la barbarie civilisée s’abat sur Hiroshima...
mercredi 8 - 10h29
de : Antoine (Montpellier)
2 commentaires
AFFAIRE BENALLA/MACRON : Le noeud gordien se dénoue (à suivre ?)
mardi 7 - 20h03
COLONIALISME FRANCAIS : Il y eu un début , il y aura une fin avec la prise de conscience des Peuples !
mardi 7 - 19h52
de : JO
1 commentaire
Les canicules s’emballent.
mardi 7 - 18h59
de : jean 1
LA VIOLENCE DES RICHES - Chronique d’une immense casse sociale
mardi 7 - 08h40
de : Ernest London
1 commentaire
FÊTE DE SOUTIEN AUX GRÉVISTES DE LA POSTE 92 !
mardi 7 - 08h37
TERRORISME AU VENEZUELA : TENTATIVE D’ASSASSINAT CONTRE MADURO !
lundi 6 - 18h11
de : JO
1 commentaire
QU’EST-CE VRAIMENT QUE LE COMMUNISME LIBERTAIRE OU L’ANARCHISME COMMUNISTE ?
lundi 6 - 17h51
de : jean 1
3 commentaires
Nos Salaires : Il y a "Arnaque" sous roche !
lundi 6 - 17h48
de : JO
2 commentaires
La déglingue du TER vue du Canada : Le train des illusions
lundi 6 - 16h35
de : John R. MacArthur
Affaire Lafarge en Syrie ou comment les troublions de l’OTAN savent manier Affaires et Terrorisme !
dimanche 5 - 21h46
de : JO
1 commentaire
Les nuits chaudes.
dimanche 5 - 19h07
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Arraisonnement du Freedom le 2ème bateau de la flottille pour la liberté
samedi 4 - 17h49
de : UJFP
1 commentaire
Nuit du 4 Août
samedi 4 - 17h17
de : Librinfo74
1 commentaire
Les identitaro-communautaristes encore à la manoeuvre
vendredi 3 - 18h15
8 commentaires
LE MANIEMENT DES LARMES
vendredi 3 - 07h03
de : Ernest London
1% d’en-haut : La GUERRE DE CLASSE des ULTRA-LIBERAUX
jeudi 2 - 22h45
de : Christian D Rennes - CGT Fin pub
Contribution aux journées de convergence antinucléaire sur l’arrêt immédiat
jeudi 2 - 22h03
de : Jean-Yves Peillard

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir. Albert Einstein
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite