Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité Marée populaire le samedi 26 mai
jeudi 17 mai
3 commentaires
Parcours paris : Départ 14h30 Gare de l’Est, en direction de Bastille Gare de l’Est > République > Bastille Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Nous, cadres dirigeants, syndiqués cgt ou non, retraités ou actifs.
de : Blanval
vendredi 11 mai 2018 - 20h49 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Nous, cadres dirigeants, syndiqués CGT ou non, retraités ou actifs, tenons à apporter un témoignage dans le débat sur quelques points qui mettent en cause l’avenir du service public à la SNCF.

Depuis les années 1970, l’État, aménageur constitutionnel du territoire, oblige la SNCF à investir dans la construction de lignes à grande vitesse sans en assurer le moindre financement (sauf TGV Atlantique, en première étape), créant ainsi de toutes pièces «  la dette  ». Ainsi, depuis des décennies, celle-ci obère de manière exclusive la politique de l’entreprise et, pour en assurer la charge, SNCF supprime 2 500 à 3 000 emplois par an en fermant des services, des gares et des lignes. C’est la seule politique d’entreprise constante qui a marqué des générations de cheminots.

En conséquence, cette situation fragilise tous les services de l’entreprise et interdit toute politique ambitieuse de développement.

Comment admettre la manipulation intellectuelle et le raisonnement d’élus acquis au ferroviaire qui voient dans l’introduction de la concurrence Voyageurs la panacée aux problèmes rencontrés pour le maintien des lignes TER en particulier. On ne le peut pas car nous avons vécu l’exemple du fret, où cela s’est traduit par un effondrement du tonnage global transporté et, bien entendu, un cortège ininterrompu de camions sur la voie de droite de nos autoroutes. Comment admettre que les gouvernements successifs et la SNCF décident (alors qu’ils n’ont pas d’obligation européenne, dixit règlement CE370/2007 et 2016/2338 Parlement européen et Conseil en vigueur du 14/12/2016) d’autoriser l’entrée et la concurrence d’opérateurs privés pour le service public de transport de voyageurs.Comment admettre que de nouveaux exploitants extérieurs – qui de surcroît ne seraient pas soumis aux mêmes exigences en matière de fixation de leurs tarifs – paient un droit d’usage de l’infrastructure, alors que la SNCF a financé la totalité de celle-ci avec le résultat connu  ? Comment admettre que ces mêmes exploitants extérieurs puissent avoir des contraintes inférieures en termes de sécurité quotidienne qui seraient exprimées dans une convention collective au rabais  ? La dette est supportée par la SNCF et non par le budget de l’État, au nom de l’exigence immuable des 3 % de déficit du PIB de la France. Toutes les réformes de l’entreprise depuis 1991 et le paquet 91/440 sont imposées par l’Europe, qui vise à court terme la disparition des entreprises publiques unifiées au nom de la sacro-sainte concurrence, outil hégémonique de domination du capital privé. Ce n’est qu’à partir de cette approche que ces réformes ininterrompues trouvent cohérence en étant une fin plus qu’un moyen. Séparation comptable, puis séparation des activités ont débouché sur une gestion hypercloisonnée avec déperdition de moyens, inflation bureaucratique  : la route de la filialisation est grand ouverte.

En plein conflit, gouvernement et direction annoncent de façon provocante la privatisation du fret. Une politique du laisser-faire a conduit à la débâcle du fret et au résultat actuel, alors que notre outil technique, s’appuyant sur de grands triages modernes près des grandes agglomérations, offre la possibilité de développer une politique conquérante dans le domaine du transport complémentaire rail/route  ; la création de grands pôles terminaux multimodaux doit servir une politique de l’environnement autrement plus efficace que les discours lénifiants des ministres successifs et de la direction. La SNCF exsangue financièrement n’a pu que laisser se développer une politique du fret anarchique au bénéfice d’intérêts privés.

Tous opérateurs confondus, entre 2001 et 2011, le fret est passé de l’indice 100 à l’indice 137 en Allemagne, 117 en Suède, 116 en Grande-Bretagne, 104 pour l’ensemble de l’UE, il a chuté à 59 en France  ! Chercher l’erreur  !

La modernisation des installations de sécurité n’est pas décidée pour seulement augmenter la sécurité, fiabiliser les plans de transport, donner aux agents une plus grande maîtrise de leur métier, mais surtout pour procurer des gains toujours plus immédiats en termes de personnel et fermer des services. La formation et la présence humaine préventive dans les installations diminuent au bénéfice d’une gestion managériale où la pression productiviste est prioritaire  : des contradictions apparaissent entre les règles de sécurité et les exigences de production.

On se veut moderne… mais on est dangereux pour les personnes et les biens avec des risques calculés. Rappelons-nous Brétigny et les incidents informatiques parisiens avec des agents soumis à des parcours de maintenance de plus en plus importants et complexes. Sous-traitance en forte progression, alertes négligées, formations jugées trop coûteuses, réorganisations incessantes, pertes d’identité sont des signaux graves et très inquiétants pour un système de sécurité ferroviaire complexe et fortement intégré. Il est incontestable et prioritaire que la sécurité mérite un meilleur traitement pour le transport des usagers TGV, TER ou franciliens.

Le statut est l’angle d’attaque favori du gouvernement et c’est dans cette situation générale fortement dégradée que la provocation de la suppression du statut refait surface. En aucune manière, celui-ci n’a la responsabilité de la situation actuelle de la SNCF. Bien au contraire, le statut est un socle de solidarité interne au service des populations et c’est sur cette base que le cheminot accepte sans coup férir les contraintes grandissantes du métier reconnues par les usagers. Le gouvernement ment honteusement en prétendant faire cohabiter personnel à statut et personnel privé  : la pression managériale insensée et sans retenue exercée à France Télécom, dans une situation équivalente, est là pour le prouver avec les conséquences humaines dramatiques qu’on connaît.

Aujourd’hui, les cheminots sont fidèles aux meilleures traditions historiques de cohésion et de mobilisation pour la pérennité du service public ferroviaire. Ils font face, luttant à bon droit contre une bureaucratie et une direction dont la méconnaissance de l’entreprise et de ses ressorts n’a d’égale que la vision politique mise en œuvre sans discernement, comme en témoigne ce découpage insensé de l’entreprise SNCF à la poursuite d’une rentabilité inatteignable parce qu’inaccessible pour les raisons liées à la dette.

Texte collectif Parmi les signataires : Raymond Chenal, Gérard Liotard, Danielle Sinoquet, Pierre Delanoue.

https://www.humanite.fr/nous-cadres...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Nous, cadres dirigeants, syndiqués cgt ou non, retraités ou actifs.
13 mai 2018 - 09h38 - Posté par ETELLIN

Le conflit à la SNCF a commencé le 2 avril 2018 et se poursuit les 13 et 14 mai suivant le calendrier décidé par la CGT, l’UNSA et la CFDT alors que Sud Rail et FO étaient pour la grève reconductible décidée en Assemblée Générale.
La grève est unitaire depuis le début (2 jours/semaine) avec les 5 organisations syndicales et votée dans les Assemblées Générales par Région qui font dire que la Direction SNCF falsifie ses chiffres de grévistes et de circulations des trains.

Face au Gouvernement et la Direction SNCF qui font cause commune pour camper sur "la Réforme indispensable de la maison", les cheminot-es et leurs organisations syndicales n’ont rien obtenu pendant plusieurs semaines ni aux "rencontres bidon" avec le 1er Ministre PHILIPPE début mai.
Celui-ci a essayé d’amadouer certaines organisations syndicales en les recevant à
nouveau (CFDT et UNSA, les autres ont refusé)
Des amendements ont été déposés par les 2 premières à des Sénateurs de Droite.

Les 13 et 14 mai marqueront à nouveau 2 jours de grèves avec des initiatives dans les Régions (demandes de rencontres aux Députés et Sénateurs restées sans réponses, tournées dans les chantiers, Assemblées Générales avec vote ......)

Pendant le même temps, la Direction SNCF a décidé unilatéralement la FILIALISATION du FRET ALORS QUE DANS LES AUTRES PAYS EUROPEENS IL SE RENFORCE !

Sur la Savoie, nouvelle provocation de la Direction qui a annoncé les fermetures de Gares en Maurienne au Service Public : 4 garers dont 2 en lien avec les stations de ski (St François Longchamp, Valloire, Orelle Val Thorens ...) et réduction des horaires d’ouverture à St Jean de Maurienne et Modane.
Les Syndicats dénoncent cette réduction de politique des Services Publics et se mobilisent (organisations de rencontres avec les Usagers, rassemblements ....)

Les Elu-es dont la Députée Me BONNIVARD (LERM) commencent à se réveiller
mais sont tous favorables au Projet Lyon - Turin sauf 2 Maires (Villarodin et La Chapelle) et pensent que ce projet sera bénéfique pour la vallée !

Les Cheminot-es se battront jusqu’au bout face au "Projet du Gouvernement de Réforme de la SNCF que le Gouvernement et MACRON veulent leur imposer !






Parcoursup : la sélection frappe durement les bacheliers des filières technologiques et professionnelles
dimanche 27 - 09h46
Le jeune président de la Start-up Nation était en fait un vieux con comme les autres !
samedi 26 - 21h01
de : Affordance
1 commentaire
Le chômeur imaginaire
samedi 26 - 19h23
de : L’iena rabbioso
BUREAUCRATIE de David GRAEBER
samedi 26 - 15h54
de : Ernest London
On ne dérange pas le monarque de l’Elysée ! Des enfants refusés de visite !
samedi 26 - 09h57
de : JO
Fascisation : Italie aujourd’hui… France demain ?
samedi 26 - 08h24
de : jodez
SYNDICAT et COMPORTEMENT FETICHISTE IDENTITAIRE
samedi 26 - 07h40
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Macron, vassal de Trump
vendredi 25 - 18h08
de : jodez
Communiqué de l’Union Confédérale des Retraités CGT : 26 MAI
vendredi 25 - 16h27
de : JO
Ne m’appelez plus "radio France" : Courrier au Médiateur !
vendredi 25 - 16h15
de : JO
Perdre tous ses biens à cause d’une fosse septique, c’est possible… !
vendredi 25 - 16h01
Sauvons la « maison des sons » de Pierre Henry
vendredi 25 - 10h41
de : Nicolas
1 commentaire
Du mouvement social
vendredi 25 - 10h17
de : Ernest London
Venezuela : Communiqué du Gouvernement Bolivarien sur le communiqué de l’Union Européenne sur les élections du 20 mai
vendredi 25 - 06h54
de : jodez
1 commentaire
Représentation syndicale et badge identitaire de type national
jeudi 24 - 23h53
de : Christian DELARUE
2 commentaires
MARÉE HAUTE / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 24 - 21h12
de : Hdm
circonstances du tir de grenade qui a mutilé Maxime.sur la Zad de NDDL (communiqué)
jeudi 24 - 20h01
de : nazairien
3 commentaires
Chasse aux sorcières au Ministère dit "de la justice" alerte l’UD-CGT 31
jeudi 24 - 14h35
de : JO
Habiter la zad, rencontres et échanges les 26 et 27 mai
jeudi 24 - 13h58
de : jean 1
Vote-Action : 94,97% des cheminots contre la réforme
jeudi 24 - 12h02
UNE VIE SANS ÉTAT NI ARGENT NI AUTORITÉ AU-DESSUS DE NOS TÊTES ?
jeudi 24 - 12h00
de : jean 1
Il n’y a pas d’autre alternative que les alternatives
jeudi 24 - 01h19
de : ZaD via JYP
2 commentaires
AGRICULTURE : Intervention hier de J.LUC Mélenchon à l’A.N.
mercredi 23 - 20h50
de : JO
[Vidéo] Manifestation du 22 mai : la fonction publique sens dessus dessous
mercredi 23 - 18h43
Liberté pour notre camarade Kadir Cinar
mercredi 23 - 18h19
de : Sébastien
Médias officiels : une INFO sur le dictionnaire qui pourrait passer inaperçue ?
mercredi 23 - 14h30
de : JO
FÊTE DE SOUTIEN AUX GRÉVISTES POSTIERS ET DES CATACOMBES
mercredi 23 - 09h41
2 commentaires
MACRON AU PIED DU MUR...
mercredi 23 - 03h52
1 commentaire
Intervention militaire sur la ZAD NDDL : suivi du 22 mai 2018
mardi 22 - 12h50
de : nazairien
2 commentaires
Aude Lancelin répond à RSF (video)
mardi 22 - 10h42
de : La Luciole Mélenchantée
La Lega italienne, laboratoire politique de la droite d’après ?
mardi 22 - 09h46
de : Jan Bediat
SYRIE : L’armée aurait fait 300 prisonniers Français+des Officiers de l’OTAN !
lundi 21 - 22h11
de : JO
Il est urgent de faire basculer le rapport de force – n° 20 – mai 2018
lundi 21 - 17h32
de : jodez
Venezuela : La couverture des élections présidentielles par les médias
lundi 21 - 17h20
de : jodez
VENEZUELA : Seuls Washington et ses alliés s’opposent au Peuple Venezuelien !
lundi 21 - 16h50
de : JO
Le Sacré Choeur raisonne au rythme de la Fanfare Invisible, afin que refleurisse la Commune
lundi 21 - 14h55
de : nazairien
5 commentaires
Services publics : les agents malmenés par la perte de sens et la souffrance au travail
lundi 21 - 10h25
Nicolas Maduro est réélu Président de la République avec 68 % des voix (photos)
lundi 21 - 08h46
de : Thierry Deronne
2 commentaires
Nous demandons l’annulation de la saison France-Israël
lundi 21 - 05h00
Selom, Matisse, Fives : Un maximum de bruit - Témoignages
dimanche 20 - 22h08
de : André

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Quand un imbécile fait une action dont il a honte, il prétend toujours que c'est par devoir. Bernard Shaw
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris dans la salle de la Coupole. C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris dans la salle de la Coupole. Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris dans la salle de la Coupole. C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite
SOIXANTE DIX SEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT
mardi 13 mars
de Roberto Ferrario
NOUS NOUS RETROUVONS COMME CHAQUE ANNEE POUR NOUS RAPPELER CE JOUR OU FRANCESCO LORUSSO MOURUT... LE JOUR OU LE POUVOIR FICHA UN PIQUET DE FRÊNE DANS LE CŒUR ROUGE D’UN RÊVE... LE RÊVE D’UNE SOCIETE EN COULEURS... FAIBLE FLAMME QUI COUVE SOUS LA CENDRE !!! SOIXANTE DIXSEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT sous la direction de Sergio Bianchi et Lanfranco Caminiti 432 pp -20,00 euros 88-88738-57-6 En Italie, le mouvement politique, social, culturel, existentiel de 1977 n’a (...)
Lire la suite