Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Entretien avec Laurent BRUN, secrétaire général de la CGT Cheminots #greveSNCF #jesoutienslagrevedescheminots
de : Jodez
samedi 19 mai 2018 - 18h59 - Signaler aux modérateurs

Entretien avec Laurent BRUN, secrétaire général de la CGT Cheminots #greveSNCF #jesoutienslagrevedescheminots La mobilisation ne faiblit pas à la SNCF. Loin de là. Ce 14 mai, l’intersyndicale appelle a une nouvelle journée sans cheminots qui va se traduire par des taux de grévistes records. La bataille du railest engagée pour obtenir le retrait de la réforme ferroviaire qui lance – en transcrivant les directives européennes – l’ouverture à la concurrence du rail et le démantèlement et la privatisation de la SNCF. Alors que les médias des milliardaires déversent chaque jour la propagande du régime Macron et de ses soutiens patronaux, Initiative Communiste le journal du PRCF, donne la parole aux travailleurs. Laurent BRUN, secrétaire général de la CGT Cheminots, a accepté de répondre à nos questions pour faire le point sur la mobilisation.

Initiative Communiste : Est ce que la mobilisation s’essouffle ? Les cheminots peuvent-ils tenir bon ?

Manifestation interpro à la gare de Marseille ; Photo PRCF Marseille Laurent Brun : C’est à partir de l’analyse des précédents mouvements, et des échanges directs avec les cheminots, que la CGT a proposé cette modalité de 2 jours de grève sur 5. Le constat était sans appel : dans les mouvements classiques, les cheminots cessaient la grève rapidement pour des motifs financiers, et ils n’y revenaient plus. Au bout de 5 ou 10 jours il ne restait que les militants, dont le nombre ne suffisait pas à avoir un rapport de forces assez important. Le patronat n’avait donc qu’à jouer le pourrissement. Le vote des réformes à l’Assemblée représentait alors souvent une date butoir symbolique qui mettait un terme à la mobilisation.

Il fallait donc imaginer une stratégie qui tienne compte de cette réalité. Les 2 jours de grève sur 5 permettent de réduire la « facture » sur la fiche de paye. Mais pour avoir un véritable rapport de forces en réduisant les contributions individuelles, il faut durer dans le temps. Nous avons donc lancer nos modalités avec le mot d’ordre « on commence ensemble, on termine ensemble ».

<< Les cheminots peuvent tenir, c’est une guerre psychologique qui a lieu et dans laquelle la CGT multiplie les démarches pour maintenir la combativité. >>

Cela permet de reposer l’idée que la grève n’a pas de fonction institutionnelle (elle n’est pas là pour faire pression sur un vote à l’Assemblée), mais bien une fonction « économique » pour faire perdre de l’argent au patron.

Le premier objectif a été atteint : le vote à l’Assemblée Nationale n’a pas représenté un évènement symbolique déstabilisant. Nous avons ancré l’idée de la durée, mais pas encore suffisamment celui du rôle économique. Trop de cheminots ont abandonné le conflit parce qu’ils considèrent qu’il n’y a plus rien sur quoi peser (vote passé, processus de concertation terminé). Pour autant, après 16 jours de grève, le socle des 20% (chiffres de la Direction) reste solide. Rien n’est donc joué. C’est le premier conflit depuis 1995 qui dure vraiment. Les modalités permettent de raccrocher des cheminots à tout moment. L’enjeu est donc maintenant pour nous de convaincre tous ceux qui se sont impliqués à un moment ou à un autre de s’y remettre et de durer. Si nous passons le vote du Sénat avec une mobilisation stable, nous pourrions alors imposer l’idée que nous ne reprendrons jamais le travail sans obtenir satisfaction. Et à ce moment-là, le Gouvernement devra reculer (sauf à engager une vraie guerre sociale sur le modèle Thatchérien). Les cheminots peuvent tenir, c’est une guerre psychologique qui a lieu et dans laquelle la CGT multiplie les démarches pour maintenir la combativité.

Initiative Communiste : Comment faire en sorte que les salariés comprennent mieux ce qui se joue ? S’agit il d’un affrontement de classe ?

Laurent Brun : Emmanuel Macron lance une offensive généralisée contre le modèle social français issu de 1936 et du programme du CNR. C’est très grave et les réactions sont très fortes : les retraités se sont mobilisés 3 fois plus lors des dernières journées d’action que les années précédentes, les fonctionnaires agissent massivement sur les dates déterminées par leur interfédérale, les cheminots sont dans l’action depuis 2 mois, les étudiants et les personnels enseignants occupent, bloquent, etc… Pour autant, cela ne s’agrège pas. Il manque un liant. C’est probablement l’analyse politique de ce qui fait « système » dans les mesures annoncées. Par exemple, quand la réforme des lycées vise à recomposer les enseignements selon des « blocs de compétences » et que dans le même temps, le patronat refuse le maintien de la reconnaissance des métiers dans les classifications des conventions collectives et veut imposer des « blocs de tâches » pour définir la rémunération future des salariés, il y a là une concomitance qui mérite une analyse. La CGT tente de remplir ce rôle mais ses structures sont mobilisées sur l’organisation de la résistance. C’est le rôle des partis de montrer ce qui fait « système ». Or ils sont divisés et ils se concentrent plutôt sur l’occupation de l’espace médiatique (notamment par le biais de diverses manifestations) que sur la contre-offensive idéologique. Ce qui nous manque donc, c’est d’abord un discours éclairant et argumenté sur le projet de société de l’adversaire et sur ce qu’on peut lui opposer.

<< Les analyses de Lénine sont toujours d’actualité : il faut à la fois une idéologie révolutionnaire, et une organisation révolutionnaire pour la porter. >>

Le côté encourageant, c’est que d’après les témoignages de soutien très nombreux que nous recevons et la solidarité financière très importante qui s’organise un peu partout, parfois spontanément, les salariés ont une certaine conscience de ce qui se joue. Les éléments qui reviennent le plus souvent sont le ras le bol de voir que ce sont toujours les pauvres qui doivent faire des efforts alors que les riches se gavent, la certitude que les services publics sont tous attaqués et que cela ne profitera pas aux usagers, et l’impression que les cheminots forment une digue qui protège les acquis sociaux(notamment les retraites) qui seraient donc engloutis si nous perdons.

Cela laisse entrevoir une forme de conscience de classe diffuse qui est assez répandue, y compris dans les quartiers populaires. Le terreau existe donc, mais il faut presque repartir de 0. Et la question de l’organisation pour transformer le mécontentement en capacité d’action est également posée.

Les analyses de Lénine sont toujours d’actualité : il faut à la fois une idéologie révolutionnaire, et une organisation révolutionnaire pour la porter.

Initiative Communiste : Comment élargir la lutte sans fragiliser l’unité inter-syndicale ?

Laurent Brun : Le discours sur la convergence est un peu artificiel. Pour qu’il y ait convergence, il faut d’abord qu’il y ait plus de luttes, qu’elles soient majoritaires dans les entreprises où elles sont menées. Or même s’il y a bien des batailles structurées (cheminots, électriciens, éducation), le nombre et le niveau n’est pas à la hauteur. L’organisation syndicale des salariés dans les entreprises est également fragilisée. C’est d’abord à cela qu’il faut s’attaquer. Vouloir agréger des luttes minoritaires en laissant penser que l’addition de faiblesses peut donner un rapport de forces est une erreur.

La CGT en a conscience et impulse une stratégie qui veut prioritairement remettre l’appareil syndical dans la construction locale, de rapports de forces réels, sur la base des revendications qui attirent l’attention des salariés parce qu’elles parlent de leur quotidien. C’est à partir du moment où l’on est crédibles et écoutés que l’on peut travailler la conscience politique. Pour faire face au fatalisme qui a gagner de nombreux travailleurs, notamment dans les entreprises privées, il faut repartir de ça.

<< la convergence, si elle est construite à partir de luttes fortes et bien organisées ne fragilise pas l’unité syndicale.>>

Dans la construction du mouvement des cheminots, c’est ce que la Fédération CGT s’est évertuée à faire depuis un an et demi. Avant d’arriver à la grève contre la réforme, il y a eu plusieurs séries d’actions sur les revendications locales et régionales. C’est une démarche que nous avons appelé les « plans d’urgence ferroviaire ». Plans d’urgence locaux, construit avec les salariés, qui débouchaient naturellement sur un plan d’urgence national pour changer la SNCF dans le bon sens du terme. Même si la démarche a été imparfaite, elle a permis de préparer la construction de la manifestation du 8 février (reportée au 22 mars pour cause de neige). L’unité syndicale, qui était inexistante à la SNCF en 2017, s’est construite comme cela. A partir du moment où les salariés s’engagent dans une démarche revendicative parce qu’elle répond à leurs aspirations, les organisations syndicales se doivent de suivre.

Et quand la CGT a proposé que la manifestation nationale des cheminots du 22 mars converge avec celle des fonctionnaires, aucun syndicat n’a contesté car les cheminots étaient déjà massivement acquis à cette idée par le travail sur le terrain.

C’est notre conception du syndicalisme rassemblé.

Donc la convergence, si elle est construite à partir de luttes fortes et bien organisées ne fragilise pas l’unité syndicale.

Initiative Communiste : Cibler d’avantage la logique européenne ?

Laurent Brun : Après l’échec des compagnies privées (fin XIXè et début XXè siècle), la théorie du « monopole naturel » s’est imposée pour le chemin de fer. À cause de la contrainte du réseau, il ne peut y avoir de véritable concurrence, c’est donc l’État qui doit gérer le monopole. Toute la sphère politique se convertit progressivement à cette idée. C’est ce qui aboutit à la création de la SNCF en 1938. À cette époque, la nationalisation est d’ailleurs un compromis puisque les militants ouvriers revendiquent plutôt la socialisation des moyens de production et d’échange.

À partir des années 1980, les économistes néoclassiques (l’école de Chicago) théorisent que malgré la contrainte de l’infrastructure unique, il est possible d’établir la concurrence sur l’offre des services dans les économies de réseau, dès lors qu’il y a une séparation stricte entre le gestionnaire de l’infrastructure et les compagnies exploitantes. L’Union Européenne va alors se comporter en véritable cheval de Troie et imposer petit à petit la mise en œuvre de cette théorie, d’abord dans les télécommunications, puis dans l’énergie et les transports.

<< L’Union Européenne est caractérisée par des concepts fondateurs et une architecture législative entièrement imprégnée par l’idéologie néoclassique >>

Pour le ferroviaire, de 1991 à 2016, elle va faire progresser les règlementations dans ce sens, souvent freinée par les mobilisations, mais sans jamais se départir de cet objectif.

Lorsque l’on prend un peu de recul, son champ d’intervention sur le système ferroviaire devrait pourtant uniquement se concentrer sur l’échange de technologies (par exemple pour favoriser la sécurité) et sur l’interopérabilité des réseaux pour rendre plus faciles les déplacements internationaux des citoyens et des marchandises. En dehors de ces questions qui exigent une coopération internationale, il n’y a pas de justification à ce que l’Union européenne se mêle des conditions d’attribution des conventions régionales ou de la manière dont sont organisées les compagnies nationales.

Si elle le fait, c’est parce qu’elle est caractérisée par des concepts fondateurs et une architecture législative entièrement imprégnée par l’idéologie néoclassique. Son mode de fonctionnement profondément opaque et basée sur une démocratie très indirecte laisse une place démesurée au lobbying des réseaux de la classe capitaliste qui s’en sert comme levier face aux gouvernements nationaux, ou avec eux. Il est donc tout à fait légitime de poser la question de l’attitude qu’un gouvernement authentiquement progressiste devrait adopter face à l’UE pour pouvoir mener à bien son programme politique.

Le contre-projet CGT de réforme ferroviaire a été construit pour être « euro-compatible ». Il permet de montrer que le choix de maintenir un grand service public national de transport ferroviaire appartient en dernier ressort au Gouvernement. Pour autant, peut-on imaginer une « socialisation des moyens de production et d’échange » dans le cadre de la règlementation européenne ? C’est peu probable… Le débat sur l’UE est donc un débat plus profond sur les objectifs finaux du mouvement ouvrier. Personnellement, je ne considère pas la question européenne comme centrale, mais elle doit néanmoins être posée à un moment ou à un autre.



Imprimer cet article





Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n'est point dessein de bourreau qui ne lui soit suggéré par le regard de la victime. Pier Paolo Pasolini
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite