Mais pourquoi vouloir détruire cette maison ? Le problème réside dans le fait qu’il n’était pas propriétaire. Même s’il y a vécu pendant plus de 40 ans, il a toujours été simple locataire des lieux. Au moment de son décès en juillet 2017, le 32 rue du Toul a été racheté par un promoteur pour pouvoir faire table rase et construire un énième immeuble. Quand on imagine les trésors acoustiques dont le lieu regorge, ce serait un véritable gâchis de voir toutes ces installations expérimentales et uniques changer d’endroit pour finir dans un endroit aseptisé ; ou pire : finir dans un dépôt à l’ombre des regards.

Pierre Henry accueillait régulièrement ses fans et son public dans sa maison, entre sa cuisine et sa salle de bains, pour faire découvrir aux curieux son travail et son univers, lors de concerts exclusifs.

« Toute la maison était sonorisée, avec des enceintes dans toutes les pièces. Il y avait du monde partout, jusque dans le lit de Pierre. » Isabelle, veuve de Pierre Henry

La destruction de cette maison est prévue pour le mois de juillet 2018. Malgré la date qui approche, les proches et les fans de Pierre Henry se battent pour préserver ce monument de l’histoire musicale française et tentent de trouver différentes méthodes pour préserver l’héritage musical de l’artiste.

En prévision d’une situation non résolvable qui conduirait à un rasage immobilier, les quelques 10.000 enregistrements entreposés aux différents endroits de la maison ont été numérisés par la Bibliothèque Nationale de France, et une reconstitution en 3D de son studio est prévue au Musée de la musique de la Philarmonie. Les objets physiques, quant à eux, vont trouver refuge dans un local du 12ème arrondissement grâce à un accord avec la mairie. Mais ces précautions, aussi louables soient-elles, sont loin de valoir une immersion totale au sein de la maison de Pierre Henry. La maison de Serge Gainsbourg est en passe de devenir un musée, alors pourquoi pas celle de Pierre Henry ? Une pétition, adressée à la Ministre de la Culture et à la Maire de Paris, est d’ailleurs en ligne.

20170927YAW_BASTIN_0655.2ef95a72
20170927YAW_BASTIN_0580.01583fa4
20170927YAW_BASTIN_7629.856c13d9
20170927YAW_BASTIN_0694.e1ef0b27
Photos © Red Bull Music Academy Daily, Sarah Bastin