Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

QUE NOUS RESTE-T-IL ?
de : Raymond H
jeudi 14 juin 2018 - 19h49 - Signaler aux modérateurs

Que nous reste-t-il à nous filles et fils de prolétaires qui étions jeunes en 1968 ? Que nous reste-t-il, à nous, les grands absents des commémorations du cinquantenaire des « évènements de mai 68 » ? Que nous reste-t-il de cet espoir que nos parents, nos familles prolétaires portaient avec nous en 1968, portaient à travers nous ? Que reste-t-il de ce renouveau du projet communiste que nous portions, comme nos parents et nos familles l’avaient porté avant nous en 1936 puis pendant la résistance ? Plus rien de médiatique ou de médiatisable. Et pourtant, plus que jamais, nous sommes là.

Certes la bourgeoisie au service du projet capitaliste a des capacités de résistance et de retournement formidable ; elle a le pouvoir idéologique, économique et donc la contrainte sociale et politique. Tout cela servit par un appareil d’état et de propagande aux ordres. Même si le capitalisme créée involontairement les conditions objectives de la révolte des prolétaires [bien qu’il en ait conscience il ne peut rien faire car la concurrence intra-système, nécessaire moteur de son développement, aboutit à cela et c’est incontrôlable], les conditions idéologiques, organisationnelles et politiques de la révolution ne sont pas totalement au rendez-vous pour dépasser les révoltes : il s’agit principalement de l’existence d’un parti des communistes à même d’organiser le prolétariat et de lui faire porter le projet communiste.

Que reste-t-il de « mai 68 » ? Des voleurs, des traites, des réformistes sont passés par là. Ils nous ont manipulés en jouant de la radicalité pour mieux nous séduire, puis nous ont trahis en éclatant nos organisations ou en rentrant dans le rang. Ils sont retournés dans les chaussons de leur classe d’origine, la classe moyenne, la petite-bourgeoisie (et parfois même la grande bourgeoisie).

Que reste-t-il ? Un PS croupion, moribond (enfin) qui s’est construit sur la vague de 1968 mais qui n’a jamais été dans le camp des prolétaires. Un PCF tout aussi révisionniste et sectaire qu’en 1968, qui n’en finit pas de mourir et dont la longue fin de vie est un obstacle à tout renouveau et à la construction d’un vrai parti des communistes. Une France Insoumise inspirée par Podemos, qui joue de la radicalité de paroles, agglomérant ainsi les mécontents, mais qui défend un projet de société qui s’accommode du capitalisme en le réformant à la marge sans toucher à ses fondements. Des syndicats qui essaient de se maintenir et d’être autonomes sur le terrain, mais dont les directions sont liées idéologiquement aux partis ou organisations politiques. Ce qui limite leur marge de manœuvre et fait repoussoir à des adhésions. Les blackblocs, nouvelle radicalité dans un monde contestataire consensuel. Mêmes erreurs stratégiques que la majorité du mouvement autonome de la fin des années 1970 : la violence pour la violence ; pas de programme politique ; pas de liens politiques aux masses ; élitistes par certains aspects ; refus de l’outil du parti des communistes. Cela vient du fait que la direction politique et militaire est aux mains de la petite-bourgeoisie urbaine intellectuelle qui peut bien se révolter car, de toute façon, elle a la sécurité sociale de se maintenir (ce que n’ont pas les prolétaires). Pour l’instant ça brille mais ça ne va pas loin.

Que nous reste-t-il alors ? Sur le plan organisationnelle, pas grand-chose de fort (une ou deux organisations révolutionnaires qui se maintiennent tant bien que mal ; des syndicats de classe dans des entreprises ; …). Mais, nous reste la haine de classe que nos parents et nos familles nous ont donnée en héritage et que nous vivons encore. Cette haine de classe qui nous permet de garder espoir, de lutter, de nous organiser à tous les niveaux. Cette haine de classe qui nous permet de distinguer nos amis de nos ennemis pour éviter de nouvelles trahisons et garder notre autonomie de penser et d’action ainsi que le cap de la marche au communisme. Cette haine de classe qui sert à nous maintenir unis, nous prolétaires quelque soit nos origines et notre sexe et de ne pas fricoter avec le premier venu ou d’apporter notre soutien à des gens troubles et luttant pour d’autres intérêts. Cette haine de classe, intacte, là, indéfectible, invisible car non médiatisable et non médiatisée, mais réelle et profonde.

Il nous reste donc quelque chose de formidable que la bourgeoisie n’arrivera pas à nous enlever pas plus que la petite-bourgeoisie n’arrivera à récupérer, car elles s’en sont responsables tant qu’ils existent en tant que telles, en tant que classes exploiteuses.

Vive le communisme (« producteurs sauvons-nous nous même »).



Imprimer cet article





La Kanaky ne sera pas indépendante après le référendum du 4 novembre
samedi 20 - 08h14
Lorsque le gouvernement viole ...etc.
samedi 20 - 00h10
de : Marc ARAKIOUZO
L’État et les médias lynchent Mélenchon et la FI
vendredi 19 - 21h15
de : JO
“Sondage” RTL : ah merde, 57% des Français approuvent la colère de Jean-Luc Mélenchon !
vendredi 19 - 15h45
de : Pierrick Tillet
1 commentaire
Vive la colère de Jean-Luc Mélenchon et des parlementaires de la FI
vendredi 19 - 15h19
de : Nicole-Edith Thevenin
2 commentaires
On punit en France les travailleurs handicapés
vendredi 19 - 14h57
de : Himalove
Rassemblement « Stoppons l’acharnement contre Gaël »
vendredi 19 - 11h46
Jamal Khashoggi : Un audio donne des détails sordides sur l’assassinat
vendredi 19 - 11h36
Une colère trés juste...
vendredi 19 - 11h29
de : Alexis Corbière
Pour l’instant on peut encore rigoler - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 19 - 11h15
de : Hdm
Goûter-soirée de soutien à la grève des postier-e-s du 92
jeudi 18 - 22h22
Perquisitions à la FI : une agression politique sous couvert de « justice »
jeudi 18 - 21h49
de : JO
1 commentaire
Le soutien du néo-nazi David Duke, ex-chef du KU Klux Klan, à Bolsonaro
mercredi 17 - 16h53
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
FO : démission imminente pour Pascal Pavageau ?
mardi 16 - 18h53
Climat et effondrement : « Seule une insurrection des sociétés civiles peut nous permettre d’éviter le pire »
mardi 16 - 09h57
de : jean 1
3 commentaires
L’ANARCHIE EXPLIQUÉE À MON PÈRE
mardi 16 - 09h10
de : Ernest London
Brésil. Le suprémaciste Steve Bannon. L’ami public commun de Jaïr Bolsonaro et Marine Le Pen.
lundi 15 - 20h32
de : Smaïl Hadj Ali
CAPITALISME ET DESTRUCTION
lundi 15 - 20h21
de : Nemo3637
« Plus qu’une marche pour le climat », mais est-ce suffisant ?
lundi 15 - 14h41
Emission : 1938 – Accords de Munich – France et Angleterre pactisent avec les nazis
lundi 15 - 12h37
de : Emission Polémix et La Voix Off
Txetx Etcheverry : « Contre le changement climatique, nous devons agir comme si nous étions en guerre »
dimanche 14 - 09h24
2 commentaires
Main basse sur l’énergie
samedi 13 - 23h04
de : Eliot Nénesse
Comité de soutien à la grève des postie-r-es du 92
samedi 13 - 17h28
202 jours : Soutenons les Postiers du 92 !
samedi 13 - 11h46
LÉO FERRE - LES ANARCHISTES
vendredi 12 - 21h03
de : jean 1
Brésil : les bolsonazis sèment la mort et le terreur
vendredi 12 - 16h19
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
Carrefour-Casino : l’emploi sacrifié sur l’autel des « synergies »
vendredi 12 - 14h49
de : David André
LE CAPITALISME A-T-IL UN AVENIR ?
vendredi 12 - 12h48
de : Ernest London
Réforme des retraites : comprendre l’arnaque en 8 minutes
jeudi 11 - 14h56
1 commentaire
LE FLINGUEUR DE CES DAMES - C’est l’heure de l’mettre
jeudi 11 - 10h20
de : Hdm
les postier-e-s des 10ème et 19ème arrondissement en grève majoritaire depuis mardi !
mercredi 10 - 23h20
Le Brésil sur la voie du fascisme ?
mercredi 10 - 12h22
de : Smaïl Hadj Ali
2 commentaires
Olivier ROSAY, militant SUD PTT : nouvelle mise à pied prononcée !
mercredi 10 - 09h46
de : olivier
Bure la porte ferme mal
mardi 9 - 22h28
de : hibou
Le nombre de manifestants ville par ville
mardi 9 - 19h17
Emission : L’Amour et la Révolution
lundi 8 - 12h33
de : Emission Polémix et La Voix Off
Rapports de force se la raconte
lundi 8 - 08h08
SAUVEZ UN LIEU ASSOCIATIF PARISIEN A RAYONNEMENT NATIONAL
dimanche 7 - 22h41
de : frank
Analyse politique : Une ferme, un monde, une guerre, la nécessité d’un réseau de résistance internationale (EZLN)
dimanche 7 - 22h11
de : ZAPATISTE
5 X 73 = 365 / Relancer la lutte des classes dans toute l’Europe !
samedi 6 - 00h49
de : Marc ARAKIOUZO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite