Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les cheminots en grève cherchent des perspectives et une stratégie
lundi 2 juillet 2018 - 08h21 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 265.4 ko

La fin, le 28 juin, du calendrier de trois mois de grève à la SNCF ferme un cycle et en ouvre un autre. La loi a été promulguée sans que les revendications des cheminots n’aboutissent et deux organisations syndicales (l’UNSA et la CFDT) se retirent du mouvement. Mais la grève continue, animée par la CGT-Cheminot et Sud-Rail. Pour autant, ses perspectives ne se dessinent pas clairement.

 

Il y a des revers impossibles à accepter. Depuis le 3 avril, les salariés de la SNCF ont cumulé plus de 30 journées de grève dans ce qui a été jusqu’ici un des plus grand conflit de l’histoire de l’entreprise publique. Malgré tout, la loi « pour un nouveau pacte ferroviaire » a été votée par le Parlement mi-juin et promulguée par Emmanuel Macron le 27 juin. En dépit de quelques rares aménagements, elle contient tout ce contre quoi ce sont battus les grévistes : changement du statut de la SNCF, ouverture à la concurrence sur toutes les lignes et perte du statut cheminot pour les nouveaux entrants à partir du 1er janvier 2020. Pourtant, toutes les organisations syndicales cheminotes ont appelé à la grève pendant trois mois. Presque partout, celle-ci a pris la forme de deux jours d’arrêt de travail tous les cinq jours, conformément à la stratégie voulue par la CFDT, la CGT et l’UNSA qui avaient déposé un calendrier de mobilisation jusqu’au 28 juin.

« Nous ne pouvons pas reprendre le travail, sinon cela voudrait dire déposer complètement les armes. Nous n’avons pas fait tout cela pour rien. Il faut obtenir quelque chose. Nous ne lâcherons pas  », assure Laurent, un cheminot syndiqué à la CGT. Aiguilleur à Nîmes depuis 14 ans, il admet un tassement de la mobilisation au mois de juin, mais compte sur un noyau dur pour maintenir la flamme, et pourquoi pas, entraîner les cheminots ou d’autres secteurs à la rentrée. Pour lui, ce noyau dur correspond aux 10 % de grévistes annoncés le 28 juin par la SNCF (35 % chez les conducteurs). Un espoir renforcé par le fait que la région Occitanie dans laquelle il travaille est une des plus mobilisée et que ses collègues ayant repris le travail soutiennent encore le mouvement. «  Il n’y a pas de divorce avec ceux qui ont arrêté la grève, contrairement aux mouvements de 2014 et 2016. Ils s’interrogent juste sur la capacité à tenir financièrement et sur l’utilité de continuer après le vote de loi  », explique-t-il.

 

Une nouvelle stratégie à inventer

 

L’UNSA et la CFDT ont décidé de ne pas poursuivre la grève cet été, se réservant la possibilité de mobiliser au coup par coup plus tard. Pour ces deux organisations, la promulgation de la loi met fin à la forme d’action choisie depuis le 3 avril. Elles entendent maintenant peser dans les négociations de branche devant aboutir d’ici fin 2019 et dans les discussions au sein de l’entreprise sur la gestion des conséquences de la loi ferroviaire. De leur côté, la CGT-Cheminot et Sud-Rail ont déjà appelé à deux prochaines journées de grève les 6 et 7 juin, premier week-end des vacances. Ces deux fédérations souhaitent intervenir pendant l’été selon les modalités choisies par les assemblées générales de grévistes.

Le mouvement continue donc. Officiellement avec les mêmes mots d’ordre, malgré la loi votée. « Il faut continuer à marteler les exigences portées au cours des 18 séquences de grèves de 2 jours sur 5 », affirme la CGT-Cheminot. Pour la première organisation syndicale du rail, 80 % du texte n’est pas écrit et doit être précisé par décret et ordonnance, laissant une place au rapport de force. Autre objectif du syndicat : peser dans les négociations sur la convention collective nationale (CCN) du ferroviaire dont les discussions, en pannes depuis 2013, doivent aboutir avant 2020. Mais cela rend les objectifs donnés à la poursuite du mouvement un peu flous. D’un côté, le maintien des revendications de refus de la loi datant du mois d’avril, de l’autre la formulation d’exigences portant aujourd’hui sur les conséquences du texte voté par les parlementaires en juin.

Mêmes difficultés à Sud-Rail. Si la fédération réclame « l’abrogation de la loi, le maintien du statut des cheminots, et une entreprise unique et publique  », elle revendique parallèlement «  un seul statut, celui des cheminots, pour l’ensemble des travailleurs du rail  », en vue des négociations de la CCN, avalisant en creux l’ouverture à la concurrence. « Dans les assemblées générales de grévistes, peu imaginent obtenir quelque chose ressemblant au statut cheminot dans la convention collective. Les militants restent accrochés au projet de société ferroviaire, même si l’on ne voit pas le gouvernement évoluer  », explique Laurent, à partir de ce qu’il observe au dépôt SNCF de Nîmes.

D’où ces positions syndicales paraissant contradictoires, mais en phase avec la réalité des AG de grévistes. Eddy, aiguilleur et militant CGT, estime que la position ferme de sa fédération déboussole certains cadres syndicaux en province vis-à-vis de la stratégie à tenir. Gréviste de la première heure, toujours dans la bataille, il admet être un peu circonspect quant à la suite du mouvement. Philosophe, il se risque à une explication moins froidement stratégique des positions fédérales : « Laurent Brun ne souhaite probablement pas être le secrétaire général qui enregistre la fin du statut cheminot  ».

 

Une mobilisation imprévisible

 

En tout les cas, après les deux prochaines journées de grève des 6 et 7 juin, c’est l’inconnu. Les assemblées générales de cheminots insistent pour ne plus donner à l’avance un calendrier permettant à l’entreprise de s’organiser afin de minimiser l’impact du mouvement. Mais les modalités d’action pendant l’été ne sont pas totalement définies. « Nous avons eu des discussions intéressantes à la dernière assemblée générale pour envisager les suites du mouvement  », explique Loïc, cheminot militant à la CGT. Pour lui, la fin du calendrier prédéfini ouvre la possibilité aux grévistes de vraiment décider du rythme de leur mobilisation.

« La fédération a proposé que l’on fasse des grèves régionales, mais nous souhaitons garder des dates nationales », explique-t-il, fort d’une grève encore puissante dans sa région, avec des chiffres autour de 40 %. Un message qu’il juge entendu par sa fédération dont le leitmotiv reste de ne rien s’interdire pendant l’été, pour peser et conserver des forces pour septembre. Un rebond à la rentrée, c’est ce qu’espère Laurent en pensant au dossier des retraites qui touchera l’ensemble des salariés. Persuadé que les cheminots « ont été trop corpo » au printemps, il voit les consciences évoluer chez les grévistes encore dans le mouvement. Pour lui, ce qui n’était pas mûr ces derniers mois — une opposition globale à la politique antisociale du gouvernement — pourrait le devenir à l’automne. Pour cela, il compte sur un noyau dur de grévistes de la SNCF pour « faire le dos rond » durant été et rallumer la mobilisation en septembre.

https://rapportsdeforce.fr/classes-...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les cheminots en grève cherchent des perspectives et une stratégie
2 juillet 2018 - 09h50 - Posté par Thomas

« il admet un tassement de la mobilisation au mois de juin, mais compte sur un noyau dur pour maintenir la flamme, et pourquoi pas, entraîner les cheminots ou d’autres secteurs à la rentrée.

 »
Il n’y a JAMAIS eu de mouvement syndicaux qui ont repris au mois de septembre après un arrêt avant l’été.
D’où l’expression :"il faut battre le fer quand il est chaud"
Il est URGENT de revoir la stratégie syndicale et de l’adapter à notre époque. La Bourse étant au taquet, il faut agir de ce coté là.
Macron a un service de com au top, aux syndicats de le concurrencer et de faire mieux. C’est le défi pour gagner.






LE JARDIN DE BABYLONE
lundi 19 - 17h36
de : Ernest London
Les gilets jaunes : spontanéité ou continuité ?
lundi 19 - 16h58
de : Raymond H
Carlos Ghosn le PDG de Renault et l’ami de Macron, arrêté au Japon pour fraude fiscale (video)
lundi 19 - 13h15
BIG PHARMA PAPERS
lundi 19 - 11h19
de : BASTAMAG
Taxe d’habitation : la baisse ne s’appliquera que selon les Départements !
dimanche 18 - 17h34
de : JO
1 commentaire
Récit de la fille de la manifestante tuée en Savoie !
dimanche 18 - 17h21
de : JO
Carrefour : après le démantèlement de Dia, Casino dans la ligne de mire ?
dimanche 18 - 09h04
L’élection brésilienne n’est qu’un aperçu de ce qui peut nous arriver.
samedi 17 - 20h35
de : jean 1
"L’obéissance est notre problème"
vendredi 16 - 20h19
de : Deeplo
CUBA : Ce petit pays du Tiers-Monde qui va à l’étranger pour soigner des vies Humaines et non pour tuer !
vendredi 16 - 17h58
Gilets jaunes : blocage de sites pétroliers en Wallonie
vendredi 16 - 17h15
de : RTBF
Jann Halexander & Abad Boumsong proposent l’AFRIKAN KABARET
vendredi 16 - 12h36
L’équipe qui domine / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 15 - 18h02
de : Hdm
STRASBOURG : Grève de la faim, Macron ne sait pas, ne voit pas, n’entend pas !
jeudi 15 - 16h28
de : JO
Il y a 30 ans, ARAFAT proclamait l’Etat Palestinien
jeudi 15 - 16h14
de : JO
COMMEMORATIONS du 11 NOVEMBRE : La Serbie sanctionnée !
jeudi 15 - 15h59
de : JO
1 commentaire
MARSEILLE : La Marche de la Colère dégénère !
jeudi 15 - 15h51
de : JO
Le 17 novembre sera-t-il apolitique ?
jeudi 15 - 09h19
2 commentaires
Rejet des gilets jaunes ou le mépris du peuple.
mercredi 14 - 17h20
8 commentaires
MEXIQUE : Le Président élu invite Nicolas Maduro à son investiture !
mardi 13 - 17h45
de : JO
LES 5 ARNAQUES DES AUTOROUTES : CQFD !
mardi 13 - 17h07
de : JO
2 commentaires
17 novembre : pourquoi les syndicats traînent-ils des pieds, alors que les politiques courent après ?
mardi 13 - 16h45
7 commentaires
Armes Européennes chez Daesch : Des langues se délient !
lundi 12 - 18h02
de : JO
Les grosses augmentations de certains ministres en 2018
lundi 12 - 11h58
de : JO
1 commentaire
Enfoirés de journalistes !
lundi 12 - 10h10
de : jean 1
5 commentaires
« Fêtons la gratuité ! » le samedi 5 janvier à Lyon !
lundi 12 - 09h18
de : Paul Ariès
1 commentaire
La Bible, les terres et les missionnaires du temps de la « pacification » des colonies.
dimanche 11 - 22h02
de : Christian DELARUE
CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Censurons les censeurs !
dimanche 11 - 14h56
de : JO
1 commentaire
LE MONDE SELON MONSANTO - De la dioxine au OGM, une multinationale qui vous veut du bien
dimanche 11 - 08h46
de : Ernest London
1 commentaire
VENEZUELA : La Révolution se défend contre le terrorisme économique !
samedi 10 - 17h39
9 commentaires
Make Anti-Imperialism Great Again !
samedi 10 - 17h07
de : jean 1
1 commentaire
Réformes de l’éducation : « C’est un projet élitiste, autoritaire, réactionnaire et libéral »
samedi 10 - 06h08
Carburants ou pouvoir d’achat : les raisons de la colère
vendredi 9 - 20h44
de : Christian DLR (cgt fin pub)
Du 11 Novembre 1918… au 1er Septembre 1939… D’une guerre mondiale… à l’autre…
vendredi 9 - 13h31
de : Emission Polémix et La Voix Off
rencontre nationale des secteurs en lutte samedi 10 novembre à Paris !
vendredi 9 - 11h17
de : SUD Poste 92
2 commentaires
Ce mensonge du gouvernement qui pourrait vous coûter très cher !
vendredi 9 - 11h07
de : JO
Les GM&S attaquent PSA et Renault en justice
jeudi 8 - 16h08
Gender Recognition Act : la lutte des femmes britanniques pour ne pas être effacées
jeudi 8 - 12h36
de : Female-
5 commentaires
#fachosphère / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 8 - 11h51
de : Hdm
Sortons du vrai-faux débat sur le prix du carburant. Défendons le droit à l’énergie élémentaire via sa gratuité !
jeudi 8 - 07h54
de : Paul Ariès et l’Observatoire international de la Gratuité (OIG)
12 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La culture... ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers. André Malraux
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite