Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Pinkwashing : la Marche des fiertés objet de toutes les récupérations
jeudi 5 juillet 2018 - 08h48 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 139.1 ko

À l’occasion de la Marche des fiertés à Paris, samedi 30 juin, plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé en présence d’associations militant pour les droits LGBT+. À leurs côtés, des entreprises telles que MasterCard et Air France. Plusieurs associations, qui considèrent que la lutte pour les droits LGBT+ ne peut se faire aux dépens des plus marginalisés, ont dénoncé une tentative de récupération des pouvoirs politiques et économiques.

 

« La Ville de Paris, qui ambitionne de remporter le label de la Ville la plus « gay friendly » d’Europe, peine à masquer la réalité de sa politique sous les stickers arc-en-ciel, » juge le collectif « Stop au Pinkwashing », qui s’est imposé en tête de la Marche, samedi dernier. Ce collectif est le fruit de la convergence de deux initiatives : une lancée entre autres par l’association FièrEs et le Comité de libération et d’autonomie queer (CLAQ), la seconde initiée par Qitoko, une association de défense des droits des personnes LGBT+ racisées* (non blanches).

Depuis une dizaine d’années, le « pinkwashing » est dénoncé comme une tentative de certains pouvoirs de se parer d’une image positive et progressiste en s’appropriant la cause LGBT+. Le terme est d’abord apparu afin de dénommer la tentative d’Israël de détourner l’attention des crimes commis contre les Palestiniens, en se donnant une image de pays libéral, défendeur des droits des personnes LGBT+. Relevant d’un phénomène similaire, le terme « greenwashing » est également entré dans le vocabulaire militant. Il vise à dénoncer la stratégie de communication d’entreprises faisant de l’écologie un élément de leur image, sans pour autant modifier leurs activités polluantes.

 

Paris championne olympique du pinkwashing

 

Aujourd’hui, les associations signataires de l’appel « Stop au Pinkwashing » (Coordination queer féministe décoloniale, L’intersection, Garçes collectif féministe, Collectif Irrécupérables, entre autres) accusent les politiques français — notamment la Ville de Paris — de faire de même, notamment en organisant les Gay Games cet été à Paris. Ceux-ci, prévus en août pendant une semaine, reprennent le modèle des Jeux olympiques, avec l’objectif de promouvoir la tolérance et le respect de toute personne.

Pour le collectif Stop au Pinkwashing, Paris est l’exemple d’une ville « qui capitalise sur notre image de marque, nous considère comme une part de marché, mais méprise nos droits et notre dignité  ». Mais les Gay Games, comme les Jeux olympiques de 2024, auront pour conséquence une gentrification accélérée (notamment à Saint-Denis), un accroissement des inégalités, et un renforcement des «  mesures anti-SDF dans l’espace public ainsi que le harcèlement policier à l’égard des exilés-es », poursuit le collectif. Les associations qui ont signé l’appel s’interrogent : « Comment croire que Paris, même recouverte de drapeaux LGBT, puisse être autre chose qu’un lieu de violences quotidiennes, dans ces conditions ? »

 

Pinkwashing partout

 

Mais la mairie de Paris n’a pas l’exclusivité du pinkwashing. En témoigne la présence en 8e place dans l’ordre de marche de la manifestation parisienne du FLAG, l’association de policiers et gendarmes LGBT. Les entreprises privées ne sont pas en reste, représentées entre autres par MasterCard et Tinder. Un ton donné à la Marche des fiertés bien loin de celui de ses origines. La lutte moderne pour les droits LGBT+ remontant en effet aux émeutes contre la police et le système repressif à Stonewall aux États-Unis en 1969. Les entreprises ont bénéficié d’un emplacement privilégié au milieu du cortège, constitué au total de quatre-vingt-sept chars, alors que les associations historiques de lutte contre le SIDA (Act-Up et AIDES) se sont vues reléguées aux emplacements de fin. Dans un communiqué de presse, celles-ci se sont dites « muselées » par l’Inter-LGBT, en charge de l’organisation de la Marche.

Cette année, le mot d’ordre choisi, « Les discriminations au tapis, dans le sport comme dans nos vies  », est en phase avec l’initiative des « Gay Games » de la mairie de Paris. Pour le collectif Stop au Pinkwashing, ce mot d’ordre est «  surréaliste  », et « sonne comme une gifle pour la majorité des LGBTI et queers, pour qui les discriminations dans le sport sont loin d’être une priorité absolue. » Pour Jonas, de l’association de lutte antiraciste L’Intersection, ce choix relève d’une « dépolitisation » de la Marche des Fiertés. Les discriminations dans le sport « n’ont aucun rapport avec les préoccupations de la communauté LGBT, notamment les personnes LGBT non blanches », assure-t-il.

Pour Jonas, la Ville de Paris, le gouvernement et les entreprises cherchent dans la Marche des fiertés « une respectabilité qu’ils n’ont pas dans leurs actions ». Ainsi pour lui, le cortège de tête constitue un succès : « C’est une première victoire, parce que nous avons réussi à mettre les personnes stigmatisées et leurs revendications politiques en tête de la marche » Parmi celles-ci, la précarité, la gentrification, les violences policières, les expulsions et le racisme d’État considérés comme les priorités de la communauté LGBT. « Ce n’est pas le drapeau arc-en-ciel (que l’Assemblée nationale a affiché samedi, NDLR) qui va faire oublier cela », conclut Jonas.

Quelques jours avant la Marche des Fiertés, la loi Asile et Immigration a été votée au Sénat. Celle-ci est au centre des préoccupations de la communauté LGBT+ non blanche, selon Jonas, car elle précarise davantage les migrants et migrantes LGBT+. Avant même le vote définitif de la loi, Moussa Camara, jeune migrant homosexuel, a été condamné à deux mois de prison ferme et deux ans d’interdiction du territoire le 12 juin dernier. En cause, son refus en mai de monter dans l’avion qui devait le renvoyer dans son pays natal, la Guinée, où l’homosexualité est un crime. Lors de la Marche, l’association Ensemble contre la peine de mort (ECPM) a d’ailleurs rappelé que 71 pays criminalisent l’homosexualité, dont 13 ont une législation qui prévoit la peine capitale.

Des dizaines d’autres collectifs, associations et organisations ont participé à la manifestation. Parmi elles, Amnesty International, qui a défilé autour du slogan « Uni.e.s pas uniforme ». Mais aussi des syndicats de salariés comme la CFDT et la CGT, qui ont bénéficié d’emplacements officiels et manifesté dans l’ordre de marche dicté par l’Inter-LGBT. Solidaires et les postiers en grève des Hauts-de-Seine (92) se sont également rendus sur place. Pour Xavier, de Sud Poste 92, sa participation à la marche s’inscrit des les origines révolutionnaires du mouvement. Un œil rivé sur les émeutes de Stonewall, pas question pour lui que la cause LGBT+ ne soit reprise uniquement par les pouvoirs économiques et politiques.

*Personnes victimes d’un racisme systémique

https://rapportsdeforce.fr/societe/...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Pinkwashing : la Marche des fiertés objet de toutes les récupérations
7 juillet 2018 - 17h36 - Posté par Raymond H

Il va falloir ressortir le FHAR ....



Pinkwashing : la Marche des fiertés objet de toutes les récupérations
8 juillet 2018 - 12h16 - Posté par Christian DELARUE

Il n’y a pas que la récupération capitaliste de certaines entreprises privées, il y a la récupération indigéniste et raciste qui veut elle imposer des noirs, des arabes, des asiatiques, des roms, en stigmatisant les blancs ! Comme si il y a fait des blancs racistes partout interdisant l’implication des autres couleurs ou ethnies !

Dans l’arc-en-ciel LGBTQI+ vive le multicolore de peau de façon universaliste et sans racisme !





Viols : « Que cette guerre cesse »
mardi 18 - 16h57
Viols : « Que cette guerre cesse »
mardi 18 - 16h41
LE MYTHE DE LA THÉORIE DU RUISSELLEMENT
mardi 18 - 08h31
de : Ernest London
1 commentaire
Jann Halexander ’Ceci n’est pas l’Afrique’ 12 octobre, Atelier du Verbe, Paris
mardi 18 - 01h34
de : Bruno
Grande fête du livre Paris samedi 22 septembre 2018
lundi 17 - 23h11
de : frank
ELYSEE , journée du patrimoine : un conseil à un chômeur !
dimanche 16 - 16h54
de : JO
1 commentaire
CLINIQUE DE LA PINEDE (PO)
dimanche 16 - 15h18
La terre dévorée par l’économie ...
dimanche 16 - 12h31
La fête de l’Humanité.
dimanche 16 - 09h22
de : Régis de Nimes.
1 commentaire
Rémo Gary et Debronckart
dimanche 16 - 09h19
de : Norbert Gabriel
Benalla devant le Sénat ?
samedi 15 - 14h48
de : JO
ELYSEE : Un autre raté !
samedi 15 - 14h30
de : joclaude
2 commentaires
Plan pauvreté : Emmanuel Macron en pompier pyromane
samedi 15 - 11h10
2 commentaires
La nouvelle ministre des Sports occupe un logement social !
vendredi 14 - 09h00
de : JO
1 commentaire
ÉCOLOGIE OU CATASTROPHE - LA VIE DE MURRAY BOOKCHIN
vendredi 14 - 07h33
de : Ernest London
Appel des travailleurs iraniens de la métallurgie aux syndicalistes et aux pacifistes du monde entier
jeudi 13 - 21h38
de : Lepotier
Hivers nucléaire.
jeudi 13 - 19h26
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
BRESIL : La démocratie bafouée : LULA interdit de Candidat à la Présidence !
jeudi 13 - 17h58
de : JO
1 commentaire
PETIT PRÉCIS RADIOPHONIQUE de la lutte de classe à la mode franco-belge
jeudi 13 - 13h00
de : C’est l’heure de l’mettre
L’alliance Chine/Russie l’emportera t-elle en la guerre économique que perdit l’URSS ?
jeudi 13 - 10h12
de : JO
1 commentaire
SAMEDI 22 : Repas de soutien aux postier-es du 92 en grève depuis le 26 mars
jeudi 13 - 08h46
Démission de Laura Flessel ! On savait dans les hautes sphères du pouvoir !
mercredi 12 - 19h34
de : JO
1 commentaire
Enregistrement de salariés à leur insu par des visiteurs mystère
mercredi 12 - 18h20
de : Visiteur Mystere de chez Field & Solutions
Licenciements : avec la rupture conventionnelle collective, le nombre de PSE baisse
mercredi 12 - 16h03
Venezuela : Ces millions d’étrangers qui sont bien au Venezuela !
mardi 11 - 19h21
de : JO
1 commentaire
Communiqué CGT : Luttons contre les violences d’extrême droite
mardi 11 - 11h59
de : jean 1
Relaxe des inculpés du 9 avril de la fac de Nanterre !
mardi 11 - 10h03
Les gendarmes évacuent violemment la Zad du Moulin, près de Strasbourg
lundi 10 - 12h53
de : jean 1
2 commentaires
MANIFESTATION POUR LA LIBÉRATION DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH À LA FÊTE DE L’HUMA, SAMEDI 15/09 - 15H00
dimanche 9 - 21h26
Les marches mondiales pour le climat ou le triomphe de l’ingénierie sociale
dimanche 9 - 19h29
de : N.Cazaux
17 commentaires
POLITIQUE QUALITÉ - Le chemin est individuel, collectif et politique
dimanche 9 - 17h32
de : Ernest London
L’extrême droite a tué une centaine de personnes en Europe en dix ans
dimanche 9 - 15h27
L’abécédaire de Murray Bookchin
dimanche 9 - 12h10
de : jean 1
Le féminisme au masculin.
samedi 8 - 20h16
de : L’iena rabbioso
VOLS PRIVES GOUVERNEMENTAUX : CQFD !
vendredi 7 - 21h58
de : JO
MANIFIESTA 2018 : 9IÉME ROUND C’est ce week end
vendredi 7 - 18h19
de : L’heure de l’mettre
1973 de Jean-Pierre Levaray
vendredi 7 - 13h17
de : Ernest London
1 commentaire
En France, il est possible de se faire tabasser parce qu’on est gay
vendredi 7 - 09h49
de : Julien Lefebvre
Absence de consentement et viol
jeudi 6 - 17h17
de : irae
11 commentaires
Gratuité vs capitalisme
jeudi 6 - 08h44
de : Paul Ariès et l’Observatoire international de la Gratuité (OIG)

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Voici le fondement de la critique irréligieuse : c'est l'homme qui fait la religion, et non la religion qui fait l'homme. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite