Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 mars
de Info’Com-CGT
Le syndicat Info’Com-CGT (prolongement de l’historique syndicat des typographes, la Chambre Syndicale Typographique Parisienne) est heureux de vous convier à fêter ses 180 ans. Une telle continuité syndicale unique est due, à son animation, des décennies durant, par des militantes et militants CGT qui ont à cœur de lutter pour l’émancipation sociale des travailleurs et travailleuses. Un tel anniversaire tombe à pic pour réaffirmer notre attachement à un syndicalisme (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Philippe Martinez : une erreur de diagnostic fondée sur un déni !
de : jodez
lundi 7 janvier 2019 - 13h07 - Signaler aux modérateurs

Le diagnostic erroné

Dans un très récent interview (voir i-après) Ph. Martinez attribue les mauvais résultats électoraux de la CGT doublée par la CFDT (à 11.000 voix près précisons cependant) à un comportement qui serait trop idéologique. Préconisant d’en revenir au concret et de redevenir le syndicat de la feuille de paye.

POURTANT si on a un peu de mémoire le même constat a été fait dans les années 90 à partir du bilan de la chute des effectifs de 2 millions en 1975 à 855.000 dont 200.000 retraités en 1992.

A l’époque quasiment les mêmes arguments étaient évoqués pour expliquer les difficultés : l’élitisme militant, l’évolution du salariat, la nécessité de fonder l’activité syndicale sur les besoins et les aspirations des salariés.

Et plus de 25 ans après ces objectifs (1 million d’adhérents) n’ont toujours pas été atteints, les conquêtes sociales sont en panne et les conquis sociaux issus de la Libération sont TOUS remis en cause avec une aggravation de l’agression sous Macron.

Les arguments utilisés aujourd’hui par Ph. Martinez pour expliquer les difficultés de la CGT posent donc un sérieux problème.

Le déni

Sauf à considérer qu’ayant établi un juste diagnostic des problèmes il y a 25 ans rien n’a été fait pour mettre en œuvre les préconisations de l’époque c’est le diagnostic lui-même qui doit être remis en question et qui doit porter lui sur le choix des ORIENTATIONS fait à l’époque et qui persiste encore aujourd’hui !

Mais depuis des années les dirigeants de la CGT successifs, Bernard Thibault, Thierry Lepaon et à présent Philippe Martinez se refusent à examiner la pertinence des orientations des années 90 : l’acceptation de la construction européenne et l’appel incantatoire à une Europe sociale impossible, l’adhésion à la CES, le retrait de la FSM, l’acceptation du "dialogue social", le "syndicalisme rassemblé", l’alliance privilégiée avec la CFDT et les conséquences de ces choix ET sur la santé de la CGT et sur le sort des travailleurs ! :

Pourtant, les mauvais diagnostics de l’époque conduisent aux mauvais résultats d’aujourd’hui, et à nouveau un mauvais diagnostic ne peut conduire qu’à de nouveaux déboires.

Car en quoi la CGT est-elle trop idéologique ? En quoi les revendications les plus concrètes ont-elles été abandonnées ? Surtout, ses statuts qui se réclament de la Charte d’Amiens affirment la nécessité de la DOUBLE BESOGNE qui a pour caractéristique précisément de NE PAS SÉPARER la lutte revendicative quotidienne ET le combat pour le changement de société de contenu anti-capitaliste. Démarche qui a un contenu évidement idéologique.

Mais comment trouver un défaut à cette aspiration dans un moment de crise systémique du capitalisme, de creusement considérable des inégalités, de précarisation et d’appauvrissement massifs de larges fraction des travailleurs et des populations ET à un moment où le mouvement des gilets jaunes le montre, c’est le système, sa logique, ses institutions mêmes qui sont mis en cause à une large échelle ? Chez les travailleurs et plus largement dans la population.

Et que c’est un constat séculaire du mouvement ouvrier dans la lutte de classe qui l’oppose à la bourgeoisie et à l’oligarchie tout conquis est sans cesse remis en cause tant que perdure le pouvoir de la classe exploiteuse.

Les enjeux et les défis d’aujourd’hui pour le syndicalisme et pour la CGT

Et comment ne pas s’interroger en ce présent brûlant sur le rejet des organisations, syndicats compris, par des populations précarisées qui engagent une puissante lutte qui met le pouvoir en grande difficulté, rejet fondé sur la considération que toutes ces organisations font parties du système, ce qui effectivement les déconsidèrent à leurs yeux.

Et bien que les bases de la CGT fassent preuve d’une belle combativité comment ne pas s’interroger sur cette institutionnalisation bien réelle des organes de direction quand on la rapporte par exemple à la revendication proclamée du "dialogue social" quand on sait que ledit dialogue est financé par l’état ET par le patronat en faveur des organisations syndicales notamment de l’ordre de plusieurs dizaines de millions ?

Quelle indépendance donc par rapport au système de domination et d’exploitation et à sa reproduction politique et institutionnelle ?

Et quels résultats du dialogue et de la concertation quand seule la puissance et la détermination de la lutte, l’appui de l’opinion sont en mesure de faire reculer le pouvoir comme le prouve le mouvement actuel ?

Et où sont passé précisément dans le quotidien les efforts, les démarches la lutte idéologique pour dénoncer la domination de classe et le fait qu’elle se pérennise ?

Une autre question évoquée dans l’interview de Ph. Martinez pose aussi problème qui relève quant au fond de l’orientation du "syndicalisme rassemblé" et de la recherche d’une unité de sommet qui fait l’impasse sur la nécessaire clarification des orientations des uns et des autres devant les travailleurs.

Car comment mettre de côté les divergences avec la CFDT qui non seulement se comporte comme le porteur d’eau du pouvoir (écouter par exemple Laurent Berger ce dimanche matin sur France inter) , accompagne toutes les contre-réformes mais encore s’est fixé comme objectif depuis longtemps de "passer devant la CGT" avec l’appui du patronat et de tout le gratin réactionnaire et social démocrate ?

Pour servir les intérêts des travailleurs ? NON PAS mais pour tenter d’en finir comme le proclamait récemment Le Figaro avec la Charte d’Amiens et les traditions de lutte de classe en France.

Ne rien dire de cela, faire comme s’il s’agissait de simples divergences sans importance et sans conséquences pour les travailleurs et les luttes c’est tourner le dos aux exigences de l’heure et préparer de nouvelles déconvenues pour l’organisation.

Et c’est bien pourquoi les questions que nous posons doivent obtenir réponse et faire partie intégrante du débat pour le 52e congrès confédéral.

En un mot faire le bilan de la stratégie appliquée depuis 25 ans !

En en finissant avec l’argument sans cesse brandi du rejet des arguments qui empruntent la voie publique comme violant le débat interne.

Car c’est précisément le déni, l’absence de prise en compte des causes réelles et profondes des écueils que rencontre la CGT par les directions et les congrès successifs qui conduisent les militants à porter le débat sur la place publique, afin qu’il devienne enfin incontournable au sein de l’organisation !

Pour le plus grand bien de la grande CGT qui doit impérativement retrouver les couleurs et les reliefs de sa grande histoire.

Le Front Syndical de Classe 7 janvier 2019

**************************

SOURCE : Le Figaro 4 Janvier 2019

L’interview en question :

Martinez : « la CGT est parfois trop idéologique »

La CGT, qui a perdu sa place de premier syndicat au profit de la CFDT, est "parfois trop idéologique" et doit "redevenir le syndicat de la feuille de paie et du carreau cassé", estime aujourd’hui son secrétaire général Philippe Martinez.

"Si nous sommes passés deuxièmes, c’est parce que nous sommes parfois trop idéologiques et pas assez concrets. Nous devons redevenir le syndicat de la feuille de paie et du carreau cassé", analyse Philippe Martinez dans un entretien aux journaux du groupe Ebra. Le "carreau cassé" (de l’atelier) était une expression utilisée par l’ancien secrétaire général (1982-1992) et figure de la CGT Henri Krasucki, pour souligner que le syndicat devait d’abord s’intéresser au quotidien des salariés avant de tenir de grands discours.

"Si elles veulent regagner un peu de crédibilité, les organisations syndicales de ce pays doivent mettre de côté leurs divergences et travailler ensemble sur des revendications concrètes. La mobilisation aux ronds-points, c’est bien, la mobilisation dans les entreprises, c’est mieux", insiste M. Martinez.

Par rapport aux "gilets jaunes", le responsable syndical estime qu’il n’est "pas possible de courir ou marcher avec eux au niveau national, car il n’y a pas d’organisation, pas de ligne... Mais dans les territoires, il y a eu des manifs communes, des tracts communs avec une main rouge et une main jaune qui se serrent". "Il y a des choses à faire ensemble, à condition d’éviter des dérives racistes, antisémites, qui sont marginales mais qui existent", juge-t-il.

Secrétaire général de la CGT depuis 2015, lorsqu’il a succédé à Thierry Lepaon, Philippe Martinez indique qu’il décidera "fin janvier" s’il sollicite un nouveau mandat lors du congrès de Dijon du 13 au 17 mai.



Imprimer cet article





L’humoriste proche de Macron Yassine Belattar placé en garde à vue
mardi 26 - 14h51
de : JO
Régis Portalez, polytechnicien l’« X » homme du peuple des irréductibles gaulois "gilets jaunes"(vidéo)
mardi 26 - 14h40
de : nazairien
Le scandale bidon du « rapport-choc » sur le vrai temps de travail des fonctionnaires
mardi 26 - 14h01
Geneviève Legay n’a pas été touchée par les forces de sécurité ??? La preuve du contraire en video !!!
mardi 26 - 11h58
1 commentaire
Macron : "Quand on est fragile, on ne se met pas dans des situations comme celle-ci" (video)
mardi 26 - 11h41
Macron souhaite de la "sagesse" à la manifestante blessée à de Nice
mardi 26 - 10h09
de : Edwy Plenel
EELV, réveille-toi pour les élections européennes !
mardi 26 - 10h05
1 commentaire
Assurance chômage : l’explosion des CDD de moins d’un mois coûte un pognon de dingue
mardi 26 - 08h24
de : Stéphane Ortega
L’activisme de la CFDT locale fait polémique chez Casino, à Saint Etienne
lundi 25 - 19h08
de : Mathieu Nicolas
1 an de grève : concert de soutien aux postier-e-s du 92 (video)
lundi 25 - 11h33
Du 29 au 31 mars 2019, bloquons l’usine Alsetex et toutes les usines d’armement des forces de l’ordre ! (video)
lundi 25 - 08h47
de : jean 1
4 commentaires
SOS Démocratie en péril
lundi 25 - 08h37
de : Christian DELARUE
L’Oberfuhrer Lallement et le Gauleiter Castaner, n’ont pas entamé la combativité des "gilets jaunes" (vidéo)
dimanche 24 - 23h57
de : nazairien
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
dimanche 24 - 22h25
de : DUPIN Bernard
2 commentaires
Georges Moréas, ancien commisaire principal, parle de déontologie, Gilets jaunes et ménage de printemps à la PP
dimanche 24 - 12h30
de : nazairien
Un chiffre absolument spectaculaire : 39% des Français favorables à une nouvelle Révolution !
dimanche 24 - 12h03
de : JO
2 commentaires
ACTE 19 GILETS JAUNES : Témoignages Toulouse/Nice (videos)
dimanche 24 - 11h51
de : JO
2 commentaires
Commune libre jaune de Montmartre et de France
samedi 23 - 19h24
de : Alina Reyes
4 commentaires
Bonne nuit les petits (video)
samedi 23 - 11h09
Dans une démocratie on parle d’élection pas de répression !!!
vendredi 22 - 20h41
de : JO
3 commentaires
Café d’histoire critique et d’études marxistes, 23 mars 2019 : mouvement syndical et moyens d’action …
vendredi 22 - 17h19
de : Jo.dez
Podemos, Podemos, qui t’a vu et ne te reconnaît plus ...
vendredi 22 - 17h07
de : Antoine (Montpellier)
L’ARMÉE MANIPULÉE PAR UN POUVOIR À LA DÉRIVE !
vendredi 22 - 16h43
de : Info’Com-CGT
Et bientôt grâce à l’Europe qui protége la précarité énergétique
vendredi 22 - 13h17
de : Irae
Sentinelle pour l’acte 19 : pas d’accord, « mon fils militaire se mettra en maladie » (video)
vendredi 22 - 10h56
de : JO
Omnes vulnerant , ultima necat.
vendredi 22 - 10h55
de : L’iena rabbioso
François RUFFIN : Je ne viendrai pas à l’Elysée !
vendredi 22 - 10h40
de : JO
Gilets jaunes : a Montpellier, les policiers détestent être surveillés
vendredi 22 - 07h48
La bande des faux monnayeurs de la République
jeudi 21 - 21h19
de : Alina Reyes
1 commentaire
Intervention militaire : C’est en un mois de mars 1871 que la Commune de Paris y vit se rallier la Garde Nationale
jeudi 21 - 17h18
de : JO
La monarchie absolue, les sondages semblent bien dire : ça suffit !
jeudi 21 - 16h52
de : JO
Casino : quand des syndicats font le jeu du capitalisme sauvage
jeudi 21 - 15h29
de : François
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 - 12h10
de : Info’Com-CGT
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
jeudi 21 - 12h01
GILETS JAUNES : ACTE 19 SAMEDI 23 MARS
jeudi 21 - 11h44
de : JO
7 commentaires
La presse porte parole du pouvoir - instauration de la loi martiale ? (video)
jeudi 21 - 08h17
de : Irae
1 commentaire
Chiens de garde aux basques d’une gilets jaune (video)
jeudi 21 - 00h08
de : Irae
Le "Sanglier Jaune" , qui va à la rencontre de la France en jaune, était à Paris pour sa 12 ème étape, acte 18 (video)
mercredi 20 - 23h20
de : nazairien
1 commentaire
Les Faucheurs OGM de Colmar Acte 2
mercredi 20 - 22h42
de : Jean-Yves Peillard
Pensée émue pour la famille des vitrines... / C’est l’heure de l’mettre
mercredi 20 - 22h32
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les hommes se sont donnés des chefs pour défendre leur liberté ! Jean-Jacques Rousseau
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite