Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

"Nous ne démolissons pas des maisons sans raison"
de : Amira Hass
mardi 10 juin 2003 - 20h54 - Signaler aux modérateurs

BEIT HANOUN, Gaza - La maison d’Ahmed Za’anin ressemble désormais à quelque 1.200 autres maisons palestiniennes : un monceau de gravats. Le 18 mai, vers 19 heures, les bulldozers de l’armée israélienne ont abattu quatre maisons, dont une partiellement, qui appartenaient à la famille étendue Za’anin, à Ezbat Beit Hanoun, au nord de la Bande de Gaza.

D’habitude, le Bureau du Porte-parole des Forces Israéliennes de Défense (FID) indique la raison pour laquelle une maison a été démolie : parce que c’était la maison d’un terroriste qui a été arrêté, ou qui était recherché, ou qui a été tué, ou parce que la maison a été utilisée pour tirer sur des soldats israéliens, ou parce qu’elle abritait des hommes armés, ou des tunnels, ou parce qu’elle avait été bâtie sans permis.

Mais cette fois, le Bureau du Porte-parole des FID ne disposait d’aucun rapport à propos de la démolition des quatre maisons, de sorte qu’il ne pouvait fournir aucune explication quant à la raison pour laquelle les maisons de la famille Za’anin avaient été démolies. « Nous ne démolissons pas des maisons sans raison. Peut-être des tirs ont-ils eu lieu, peut-être existe-t-il un lien avec des activités terroristes », a-t-il été répondu à Ha’aretz. Mais les faits demeurent : les forces qui ont envoyé un ou deux bulldozers et, comme ont pu l’observer les propriétaires des maisons, les ont démolies, n’ont pas jugé nécessaire de rendre compte de leurs actes au Bureau du Porte-parole de l’armée.

De même, on ne trouve aucune trace de l’explosion que les membres de la famille Za’anin ont entendue le même jour, vers 18 heures, dans une rue contrôlée par des chars et des véhicules de transport de troupes. Quelque 20 minutes plus tard, la famille, rassemblée dans le living, entendait le vacarme des bulldozers s’approchant.

« Brusquement, nous avons vu des Juifs dans la maison », raconte Aman Za’anin. Un officier et des soldats sont entrés par la brèche qu’ils avaient ouverte dans le mur de la maison. Ils ont pointé leurs armes en direction de la famille, et leur ont ordonné de sortir. Selon la famille, ils n’ont pas été autorisés à emporter avec eux quoi que ce soit. Pas même le châle pour couvrir la tête de leur mère. La fille, étudiante, criait qu’elle ne partirait pas sans ses livres et ses notes. Ses parents racontent qu’ils ont dû l’entraîner de « sous le bulldozer ».

Hier, le Bureau du Porte-parole de l’armée a indiqué que « le 18 mai, une explosion s’est produite lorsqu’un char a roulé sur une mine. Des obus antichars ont été tirés vers les forces [israéliennes], à la suite de quoi l’unité a rasé les restes d’un immeuble qui était déjà démoli, et était inhabité. » L’information apparemment mise à jour est loin de la vérité, telle qu’elle saute aux yeux sur les lieux des faits.

Est-on supposé en déduire que la décision de démolir l’immeuble a été prise sur le coup par les forces armées, en réaction immédiate à l’explosion et aux tirs antichars, et que le Bureau du Porte-parole de l’armée n’en savait rien ? La société israélienne, y compris la Haute Cour de Justice, accepte les démolitions de maisons palestiniennes, les trouvant justes, et dès lors allant de soi. Partant de là, il n’y a pas loin au fait que trois maisons et demies ont pu être démolies par l’armée sans que le Bureau du Porte-parole, premier destinataire d’une telle information, en ait su quoi que ce soit. Est-ce la raison pour laquelle l’unité de démolition est sûre de ses actes et n’en rend pas compte ?

Ezbat Beit Hanoun est situé dans la banlieue orientale de Beit Hanoun, où les FID opèrent depuis le 15 mai, pour empêcher le tir de missiles Qassam sur Sderot. Dans les premiers jour de l’opération, dix roquettes ont été tirées depuis le secteur de Beit Hanoun, dont six en direction de Sderot. Au cours des dix derniers jours, les tirs de roquette ont cessé.

Les maisons de la famille Za’anin étaient construites à côté de la route principale Gaza - Salah al-Din, qui passe entre ce quartier et le centre de la ville. Un des bâtiments était encore en construction. Selon la famille Za’anin, pendant les démolitions, un abri pour les chèvres a été détruit ; quelques-unes des chèvres ont été écrasées sous les lourds engins. Des entrepôts ont été démolis, de même que du matériel agricole, dont un tracteur. Une Mercedes des années 60, encore en bon état, a été détruite, de même que des ruches, qui ont été traînées et écrasées, et gisent maintenant éparpillées parmi les décombres. Plus de 50 personnes vivaient dans les quatre maisons, qui s’entassent désormais parmi leurs proches et leurs voisins. Ils ne peuvent traverser la rue - pas même les plus âgés d’entre eux - pour aller en ville. Les chars leur bloquent le passage.

Cinq Palestiniens ont été tués par des tirs des FID au cours des premiers jours de l’opération menée à Beit Hanoun. Deux hommes armés ont été tués alors qu’ils tentaient de tirer vers les chars. Ils ont été tués en dehors de la ville. Deux jeunes, âgés de 15 et 16 ans, qui lançaient des pierres, ont été tués à l’intérieur de la ville. Et Mohammed Za’anin, 14 ans, a été tué. Lui et sa famille ignoraient que les forces israéliennes avaient pris position dans la maison voisine. À la fin de la première journée de l’invasion par les forces israéliennes, la famille Za’anin s’était rendue vers un petit pont qui relie les deux parties de leur domaine, pour voir ce qui se passait aux environs. Mohammed, le fils, a été tué - atteint à la tête par une balle. Le 18 mai, un autre garçon, lui aussi âgé de 14 ans, originaire du camp de Jabaliya, a été tué. Apparemment, il se trouvait parmi ceux qui lançaient des pierres vers les chars qui assiégeaient la ville.

Les enfants grimpent sur les remparts proches des chars. Certains font voler des cerfs-volants, d’autres s’essaient à une sorte de roulette russe : quand est-ce que le char va tirer en riposte à leurs jets de pierres ? C’est ainsi que, dans les premiers jours de l’opération,entre dix et vingt enfants étaient blessés chaque jour, parce qu’ils lançaient des pierres en direction des chars et des véhicules de transport de troupes. Le 3 juin, un policier palestinien a été tué à 400 mètres à l’ouest de la route Salah al-Din. Une balle l’a touché en pleine tête alors qu’il était en faction à son poste. Sa mission consistait à empêcher des Palestiniens armés de s’approcher des positions israéliennes.

Au cours des deux dernières semaines, les FID ont arraché les arbres dans les vergers et les oliveraies de Beit Hanoun. Le premier jour de l’opération, les FID ont dynamité quatre maisons dans Beit Hanoun. Deux d’entre elles appartenaient à un homme recherché ; deux autres, à des prisonniers détenus en Israël. Le Bureau du Porte-parole des FID en fait état. Six autres maisons ont subi des dégâts, dont deux très importants, mais officiellement, les FID n’en savent rien.

Amira Hass Traduit de l’anglais par Giorgio Basile



Imprimer cet article





La France n’a pas de leçons à donner à la Russie
vendredi 23 - 14h33
de : JO
2 commentaires
G7 : Biarritz occupée par l’état-major du néolibéralisme
jeudi 22 - 18h05
de : joclaude
1 commentaire
Nous accusons !
jeudi 22 - 17h07
Qu’a vraiment dit Vladimir Poutine sur les Gilets Jaunes à Brégançon ?
jeudi 22 - 16h58
de : JO
Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances
jeudi 22 - 16h21
VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

On a voulu, à tort, faire de la bourgeoisie une classe. La bourgeoisie est tout simplement la portion contentée du peuple. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite