Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

François RUFFIN : Je ne viendrai pas à l’Elysée !
de : JO
vendredi 22 mars 2019 - 10h40 - Signaler aux modérateurs

Source : Réseaux Sociaux Je ne viendrai pas à l’Élysée, Monsieur le président

Monsieur le président, grand merci pour votre invitation, mais je ne viendrai pas déjeuner à l’Elysée. Le pays réclame un médiateur, et à la tête de l’Etat nous avons un pyromane. Plutôt qu’un grand débat et des LBD, vous devez ouvrir de véritables négociations, autour de quatre points.. Monsieur le président,

Grand merci pour votre invitation, mais je ne viendrai pas déjeuner à l’Elysée. Je ne servirai pas de caution à votre manoeuvre : pour enterrer un dossier, énonçait Clémenceau, on crée une Commission. Pour enterrer une révolte, espérez-vous, on lance un grand débat. Un grand débat et des LBD, voilà donc votre réponse dans la crise.

Je ne viendrai pas.

Je laisserai à d’autres élus mon temps de parole et ma part de petits fours.

Et pourtant.

Et pourtant, croyez bien que je mesure la gravité du moment, pour notre pays, je la mesure, sans doute davantage que vous-même. Samedi après samedi, je suis déchiré par les déchirements de notre France. Quelle pitié ! que des hommes frappent d’autres hommes, que des Français affrontent des Français, et qu’importe qu’ils portent des uniformes ou des Gilets jaunes. Avec notre groupe parlementaire, dans l’hémicycle, c’est sans hésiter que les députés insoumis se lèvent pour rendre hommage à un policier blessé. Mais dès qu’on évoque les Gilets jaunes décédés, vos Marcheurs restent assis, comme si, revêtus de leurs chasubles, eux n’appartenaient plus au corps social, à la communauté nationale, comme s’ils comptaient pour rien. Vos marcheurs restent assis, et vous, vous restez muet, muet pour les 82 blessés graves, muet pour 82 estropiés, éborgnés, mutilés, 82 vies amputées d’un oeil, d’une jambe, pour toujours, vous n’êtes pas avare de mots, en général, mais pour ces 82 victimes, pour leurs 82 familles, vous n’avez pas trouvé un mot, pas un mot de compassion, pas un geste de tendresse. Elle commencerait pourtant par là, la paix sociale : par quelques phrases de sympathie, qui sortiraient de votre coeur, aujourd’hui sec et fermé. Par votre rigidité souriante, vous nourrissez le conflit plutôt que de l’apaiser.

Ce serait le premier pas vers la paix, que ces mots, faits de tendresse, d’humanité, un premier pas sur le chemin de la paix.

La solution, la solution immédiate, la solution la plus simple, vous la connaissez : votre démission. Vous êtes, à mes yeux, le pire président de la Vème République. Vous avez mené le pays droit dans le mur de la colère. A une souffrance, silencieuse, endurée depuis des années, par les intérimaires, par les personnes handicapées, par les auxiliaires de vie sociale, par les ouvriers multi-licenciés, par les mères célibataires, bref, les classes populaires, à cette souffrance, vous avez ajouté l’injustice, l’évidence de l’injustice. Comment avez-vous osé ? Comment avez-vous osé supprimer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune pour les plus riches ? Comment avez-vous osé alors que, dans le même temps, vous alliez gratter sur la CSG des retraités, sur les APL des locataires, sur les emplois aidés des plus précaires, sur le gel des pensions et des allocations ? Comment avez-vous osé ? C’est si excessif, tellement abusif.

Mais ça ne suffisait pas. A cette injustice, à cette évidence de l’injustice, comme on jette du sel sur une plaie, vous avez ajouté l’arrogance de l’injustice, à grand renfort de « gens qui ne sont rien », de « feignants », de « Gaulois réfractaires », de « vous n’avez qu’à traverser la rue » et autres « pognon de dingue », comme des provocations renouvelées. Ca ne touche pas qu’au porte-monnaie, au « pouvoir d’achat », l’orgueil d’un peuple en est blessé, son honneur : on se moque de lui, son propre chef de l’Etat se moque de lui.

Le plus simple, le plus efficace, oui, serait votre démission. Et si, en une ultime décision, quittant votre palais, vous lanciez une Constituante, si vous ouvriez la voie à une nouvelle République, où toute la vie politique, civique, démocratique, ne tournerait pas autour du président-soleil, de ses désirs, de ses caprices, comme autour d’un astre, alors, sur le fil, vous laisseriez peut-être un nom pas trop piteux dans notre histoire…

Mais ne rêvons pas.

Ne rêvons pas à votre démission.

Ne rêvons pas à cet horizon.

Il est une voie, alors, plus modeste, pour que s’apaisent les tensions, pour que se renoue un dialogue, pour que revienne une concorde sociale, week-end compris. C’est d’ouvrir des négociations, de véritables négociations, pas des opérations d’enfumage et de communication. Des discussions autour de quatre demandes, claires, simples, des Gilets jaunes, et qui n’ont reçu, pour seules réponses qu’un « non » sans concession, ou votre silence.

Une demande sociale : une TVA 0 sur les produits de première nécessité.

Une demande fiscale : le retour de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune.

Une demande démocratique : le référendum d’initiative citoyenne.

Une demande judiciaire : l’amnistie pour tous les Gilets jaunes.

Ces demandes, vous les connaissez, elles vous sont répétées depuis des mois, elles sont scandées de ronds-points en manifs. Mais à la place de discussions, sérieuses, à la place d’un compromis, à la place d’une main tendue, vous choisissez chaque jour la répression. L’escalade. Camp contre camp. Les tirs de flash-ball et les peines de prison. Et votre ministre de l’Intérieur qui recourt à l’Armée, qui promet de ne pas trembler, d’avoir la main ferme, d’aller encore plus loin. Même les actions non-violentes, désormais, même les protestations les plus pacifiques, se voient frappées de poursuites, de garde à vue, de mises à l’épreuve et de sursis. Votre caste se resserre, en mode autoritaire, habillé d’un sourire marketing, et de déjeuners à l’Elysée, d’échanges avec élus, et philosophes.

Vous fabriquez des enragés.

Vous fabriquez des jusqu’aux-boutistes.

Le pays réclame un médiateur, et à la tête de l’Etat nous avons un pyromane.

Cette stratégie, je la condamne. Je ne veux pas la cautionner, même par un coup de colère dans votre palais, et que vos services puissent dire : « Vous voyez, il s’est exprimé. »

Je ne viendrai même pas pour vous énoncer cette chose simple : Il n’y a pas de paix sans justice.

Bien à vous,

François Ruffin



Imprimer cet article





Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'homme le plus heureux est celui qui fait le bonheur d'un plus grand nombre d'autres. Denis Diderot
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite