Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

François RUFFIN : Je ne viendrai pas à l’Elysée !


de : JO
vendredi 22 mars 2019 - 10h40 - Signaler aux modérateurs

Source : Réseaux Sociaux Je ne viendrai pas à l’Élysée, Monsieur le président

Monsieur le président, grand merci pour votre invitation, mais je ne viendrai pas déjeuner à l’Elysée. Le pays réclame un médiateur, et à la tête de l’Etat nous avons un pyromane. Plutôt qu’un grand débat et des LBD, vous devez ouvrir de véritables négociations, autour de quatre points.. Monsieur le président,

Grand merci pour votre invitation, mais je ne viendrai pas déjeuner à l’Elysée. Je ne servirai pas de caution à votre manoeuvre : pour enterrer un dossier, énonçait Clémenceau, on crée une Commission. Pour enterrer une révolte, espérez-vous, on lance un grand débat. Un grand débat et des LBD, voilà donc votre réponse dans la crise.

Je ne viendrai pas.

Je laisserai à d’autres élus mon temps de parole et ma part de petits fours.

Et pourtant.

Et pourtant, croyez bien que je mesure la gravité du moment, pour notre pays, je la mesure, sans doute davantage que vous-même. Samedi après samedi, je suis déchiré par les déchirements de notre France. Quelle pitié ! que des hommes frappent d’autres hommes, que des Français affrontent des Français, et qu’importe qu’ils portent des uniformes ou des Gilets jaunes. Avec notre groupe parlementaire, dans l’hémicycle, c’est sans hésiter que les députés insoumis se lèvent pour rendre hommage à un policier blessé. Mais dès qu’on évoque les Gilets jaunes décédés, vos Marcheurs restent assis, comme si, revêtus de leurs chasubles, eux n’appartenaient plus au corps social, à la communauté nationale, comme s’ils comptaient pour rien. Vos marcheurs restent assis, et vous, vous restez muet, muet pour les 82 blessés graves, muet pour 82 estropiés, éborgnés, mutilés, 82 vies amputées d’un oeil, d’une jambe, pour toujours, vous n’êtes pas avare de mots, en général, mais pour ces 82 victimes, pour leurs 82 familles, vous n’avez pas trouvé un mot, pas un mot de compassion, pas un geste de tendresse. Elle commencerait pourtant par là, la paix sociale : par quelques phrases de sympathie, qui sortiraient de votre coeur, aujourd’hui sec et fermé. Par votre rigidité souriante, vous nourrissez le conflit plutôt que de l’apaiser.

Ce serait le premier pas vers la paix, que ces mots, faits de tendresse, d’humanité, un premier pas sur le chemin de la paix.

La solution, la solution immédiate, la solution la plus simple, vous la connaissez : votre démission. Vous êtes, à mes yeux, le pire président de la Vème République. Vous avez mené le pays droit dans le mur de la colère. A une souffrance, silencieuse, endurée depuis des années, par les intérimaires, par les personnes handicapées, par les auxiliaires de vie sociale, par les ouvriers multi-licenciés, par les mères célibataires, bref, les classes populaires, à cette souffrance, vous avez ajouté l’injustice, l’évidence de l’injustice. Comment avez-vous osé ? Comment avez-vous osé supprimer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune pour les plus riches ? Comment avez-vous osé alors que, dans le même temps, vous alliez gratter sur la CSG des retraités, sur les APL des locataires, sur les emplois aidés des plus précaires, sur le gel des pensions et des allocations ? Comment avez-vous osé ? C’est si excessif, tellement abusif.

Mais ça ne suffisait pas. A cette injustice, à cette évidence de l’injustice, comme on jette du sel sur une plaie, vous avez ajouté l’arrogance de l’injustice, à grand renfort de « gens qui ne sont rien », de « feignants », de « Gaulois réfractaires », de « vous n’avez qu’à traverser la rue » et autres « pognon de dingue », comme des provocations renouvelées. Ca ne touche pas qu’au porte-monnaie, au « pouvoir d’achat », l’orgueil d’un peuple en est blessé, son honneur : on se moque de lui, son propre chef de l’Etat se moque de lui.

Le plus simple, le plus efficace, oui, serait votre démission. Et si, en une ultime décision, quittant votre palais, vous lanciez une Constituante, si vous ouvriez la voie à une nouvelle République, où toute la vie politique, civique, démocratique, ne tournerait pas autour du président-soleil, de ses désirs, de ses caprices, comme autour d’un astre, alors, sur le fil, vous laisseriez peut-être un nom pas trop piteux dans notre histoire…

Mais ne rêvons pas.

Ne rêvons pas à votre démission.

Ne rêvons pas à cet horizon.

Il est une voie, alors, plus modeste, pour que s’apaisent les tensions, pour que se renoue un dialogue, pour que revienne une concorde sociale, week-end compris. C’est d’ouvrir des négociations, de véritables négociations, pas des opérations d’enfumage et de communication. Des discussions autour de quatre demandes, claires, simples, des Gilets jaunes, et qui n’ont reçu, pour seules réponses qu’un « non » sans concession, ou votre silence.

Une demande sociale : une TVA 0 sur les produits de première nécessité.

Une demande fiscale : le retour de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune.

Une demande démocratique : le référendum d’initiative citoyenne.

Une demande judiciaire : l’amnistie pour tous les Gilets jaunes.

Ces demandes, vous les connaissez, elles vous sont répétées depuis des mois, elles sont scandées de ronds-points en manifs. Mais à la place de discussions, sérieuses, à la place d’un compromis, à la place d’une main tendue, vous choisissez chaque jour la répression. L’escalade. Camp contre camp. Les tirs de flash-ball et les peines de prison. Et votre ministre de l’Intérieur qui recourt à l’Armée, qui promet de ne pas trembler, d’avoir la main ferme, d’aller encore plus loin. Même les actions non-violentes, désormais, même les protestations les plus pacifiques, se voient frappées de poursuites, de garde à vue, de mises à l’épreuve et de sursis. Votre caste se resserre, en mode autoritaire, habillé d’un sourire marketing, et de déjeuners à l’Elysée, d’échanges avec élus, et philosophes.

Vous fabriquez des enragés.

Vous fabriquez des jusqu’aux-boutistes.

Le pays réclame un médiateur, et à la tête de l’Etat nous avons un pyromane.

Cette stratégie, je la condamne. Je ne veux pas la cautionner, même par un coup de colère dans votre palais, et que vos services puissent dire : « Vous voyez, il s’est exprimé. »

Je ne viendrai même pas pour vous énoncer cette chose simple : Il n’y a pas de paix sans justice.

Bien à vous,

François Ruffin



Imprimer cet article





L’art et la manière des tricheries en macronnerie(video)
vendredi 5 - 11h39
de : joclaude
CONFUSION NUMÉRIQUE
vendredi 5 - 11h33
de : Lukas Stella
1 commentaire
Histoire de la Sécurité Sociale (à visionner)
jeudi 4 - 20h24
Le jugement du 28 mai nous ouvre une possibilité nouvelle de gagner sur le prejudice moral au TGI
jeudi 4 - 19h44
de : Wamen Mickael
Strasbourg : Un homme de 21 ans frappé par un policier au commissariat
jeudi 4 - 19h41
de : Nadir Dendoune
Camélia Jordana : "La révolution est venue" (videos)
jeudi 4 - 19h33
La CGT Chimie appelle à la grève pour le 16 JUIN
jeudi 4 - 19h05
de : CGT Chimie
1 commentaire
L’appel d’Omar Sy : « Réveillons-nous. Ayons le courage de dénoncer les violences policières en France »
jeudi 4 - 18h49
de : Omar Sy
Adama, Georges Floyd, violences policières : vers un acte 2 en France ?
jeudi 4 - 13h41
Le retour de la culture à Paris le 22 juin
jeudi 4 - 12h00
la police est elle raciste ?
jeudi 4 - 01h36
de : sôs Soutien ô Sans papiers
1 commentaire
Pas de révolution sans régler la question du fantôme de l’esclavage et du colonialisme
mercredi 3 - 23h18
de : Ballast
Les références historiques sont un bien commun !
mercredi 3 - 23h10
de : Eve
Victoire des ex-Goodyear d’Amiens aux prud’hommes (video)
mercredi 3 - 22h34
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Respirer - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 3 - 21h34
de : Hdm
La France se prépare-t-elle à exfiltrer le terroriste Guaido ?
mercredi 3 - 17h29
de : joclaude
15 JUIN 2020 AU 22 JUIN 2020 : SEMAINE INTERNATIONALE D’ACTIONS POUR EXIGER LA LIBÉRATION DE GEORGES ABDALLAH !
mercredi 3 - 10h25
de : Jean Clément
polémique du jours beurette est-ce raciste ?
mardi 2 - 10h57
de : sôs
2 commentaires
communiqué de sôs Soutien ô Sans papiers :États Unis France mème combat
mardi 2 - 09h52
de : sôs
Consommez plus, travaillez plus, gagnez moins
lundi 1er - 15h19
MANIFESTATIONS : LA RUE REPREND SES DROITS
lundi 1er - 10h57
de : joclaude
1 commentaire
VOYAGE EN MISARCHIE - Essai pour tout reconstruire
lundi 1er - 09h21
de : Ernest London
Un goût de revenez-y
dimanche 31 - 22h42
de : Le CERCLE 49
Les pénibilités selon "le monde d’après" !
dimanche 31 - 16h22
de : joclaude
1 commentaire
Les lois scélérates d’antan, les revoilà en macronie !
dimanche 31 - 16h01
de : joclaude
Face au capitalisme, se fédérer pour le « salut commun »
vendredi 29 - 22h52
de : Louise
2 commentaires
Ségur de la santé : L’INDECOSA-CGT réclame des vrais états généraux !
vendredi 29 - 20h32
de : nono47
Malgré la crise sanitaire la casse de l’hôpital public continue
vendredi 29 - 18h06
de : joclaude
Les médecins cubains quittent l’Italie
vendredi 29 - 10h56
de : joclaude
Allemagne : les asperges de la colère
vendredi 29 - 07h57
L’heure du réveil - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 27 - 20h58
de : Hdm
Les trans-croissances émancipatrices du peuple
mercredi 27 - 09h21
de : Christian Delarue
Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »
mercredi 27 - 01h12
de : Bce_106,6
1 commentaire
41 JOURS FACE A COVID-19 : ce n’est pas une petite grippette, ça ne touche pas que les vieux (témoignages)
mardi 26 - 12h26
de : nazairien
2 commentaires
Hôpital : les embauches absentes des pistes du Ségur de la santé
mardi 26 - 11h58
Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite