Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 avril 2019 - 08h35 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 299.8 ko

Depuis le 4 mars 2017, l’observatoire des pratiques policières de Toulouse écume les manifestations scrutant les faits et gestes des forces de l’ordre. Après 50 sorties, 4600 photos, 50 heures de vidéo, ils livrent aujourd’hui un rapport édifiant sur l’état du maintien de l’ordre dans la capitale de la région Occitanie.

 

À Toulouse, on reconnaît les membres de l’Observatoire des pratiques policières à leur gilet jaune et bleu et à leur manière de se positionner dans les manifestations. À l’écart du cortège, ils ne sont pourtant jamais très loin des zones de heurts. Cette organisation qui regroupe la Ligue des droits de l’homme, la Fondation Copernic et le Syndicat des avocats de France, tente de saisir les rouages du maintien de l’ordre. Que fait la Police ? Et pourquoi ?

Depuis le 17 novembre et le début du mouvement des gilets jaunes, leur engagement a changé d’ampleur : en cinq mois, ses 24 membres ont couvert 31 des 50 manifestations observées en deux ans. C’est la violence du maintien de l’ordre depuis l’automne qui a rendu leur travail plus sensible que jamais. Fin janvier, ils s’étaient déjà livrés à un exercice de synthèse qui avait permis de dénoncer notamment les décomptes farfelus de la préfecture de la Haute-Garonne. Celle-ci annonçait 800 casseurs pour 2000 manifestants le 1er décembre. Les observateurs avaient également alerté sur des pratiques policières non autorisées : non port du matricule, jets de grenades en cloche. Un travail de compilation qui n’est d’ailleurs pas sans danger. Visés selon eux à 13 reprises par les forces de l’ordre « de manière flagrante », ils comptabilisent un blessé grave ayant subi un traumatisme crânien et 10 points de suture sur le front. En cause, un tir de grenade ou de LBD.

Le rapport de 138 pages qu’ils délivrent aujourd’hui, est l’aboutissement des réflexions engagées en janvier. Il se base sur les comptes-rendus effectués par les membres de l’Observatoire des pratiques policières à la fin des manifestations, en s’attachant avant tout à la description des faits, tout en assumant la subjectivité nécessaire de celles et ceux qui sont sur le terrain. « Il y a une volonté politique d’interdire les manifestations » pour Pascal Gassiot de la Ligue des droits de l’homme, le coordinateur de l’étude. Il appuie ses dires sur le constat d’un usage disproportionné de la force durant le mouvement des gilets jaunes et sur la volonté des forces de l’ordre d’effrayer celles et ceux qui défilent, pour ne plus qu’ils reviennent dans les cortèges.

 

Des manifestations cassées de manière arbitraire

 

Deux types de manifestations gilets jaunes sont identifiées par les observateurs. Celles de novembre à janvier, puis celles de janvier à mars. Le comportement des forces de l’ordre y est différent. Lors des premières, l’usage de la force a commencé dès le début d’après-midi en réaction à des choix de parcours ou à de légers heurts. Pour l’observatoire, les premiers gros affrontements à Toulouse éclatent le samedi 1er décembre.

Ils ont lieu en réaction à un « gazage » du cortège des gilets jaunes qui tente de se rendre vers la gare : « Des affrontements qui démarrent vers 13 h 45, lorsqu’une partie du cortège essaie de prendre la direction de la gare Matabiau et se trouve bloquée très vite par des tirs nourris de lacrymogènes (…) Si les autorités avaient voulu provoquer les affrontements, ils ne s’y seraient pas pris autrement. Un seul jet de lacrymogène et c’était sûr que la manif allait partir en vrille… » témoigne un observateur. Un autre ajoute : « à partir de là, tout dérape et les affrontements durent tout l’après-midi et une grosse partie de la soirée (…) Les policiers ont balancé des grenades par centaines, utilisé des grenades assourdissantes par dizaines et des flash-balls à partir de 19 h ».

 

Manifestation lors de l’acte III à Toulouse

Le 8 décembre, ce sont quelques jets de projectiles vers 14 h 30 qui mettent le feu aux poudres assurent les militants : « à 14 h 30, un petit groupe de 10 à 15 personnes commence à caillasser, côté marche pour le climat […] Les CDI et/ou BAC répondent de façon spontanée en envoyant des lacrymos. Certains jeunes viennent en découdre. La manifestation est coupée en deux. De fait, cette action/réaction va modifier le paysage de la contestation pour tout l’après-midi […], ouvrant les violences qui se prolongeront tard dans la nuit. »

De janvier 2019 à la fin des observations mi-mars 2019, « la préfecture a laissé les manifestations se dérouler calmement jusqu’à 16 h 30, puis a dispersé ceux et celles qui restaient en les qualifiant de casseurs », juge le rapport. Là encore, les forces de l’ordre utilisent des gaz lacrymogènes dans la volonté explicite de disperser les gilets jaunes qui suivaient tranquillement le défilé. Fait plus rare, la manifestation du 23 mars qui suit le week-end de violence à Paris où le Fouquet’s a été brûlé, « a été cassée dès 14 h 50 par une charge de CSI et de BAC destinée à confisquer une banderole, sans qu’aucune situation préalable de tension n’existe entre forces de l’ordre et manifestants », détaille le rapport de l’observatoire.

 

Une utilisation abusive du matériel de maintien de l’ordre

 

« Nous ne comptons plus l’utilisation abusive du matériel, notamment concernant les jets de grenade » témoigne Pascal Gassiot qui rappelle que les grenades de désencerclement doivent rouler par terre et non être jetées en cloche. Preuve à l’appui, il montre une vidéo d’un policier qui lance une grenade de désencerclement sur un cortège lointain et inoffensif début mars. La scène étant filmée par l’observatoire, la police gaze par la suite l’observateur qui filme. Par ailleurs, les lanceurs de balles de défense (LBD) semblent utilisés par les policiers les moins à même de le faire. « Selon les informations fournies par le ministère de l’Intérieur lui-même, les LBD qui sont à l’origine de la majorité des blessés graves enregistrés dans les manifestations, sont principalement utilisés par des unités de maintien de l’ordre non spécialisées, très majoritairement (à plus de 80 %) par les CDI et surtout les BAC », indique l’observatoire.

Les trois associations témoignent également de scènes d’arrestations qu’elles qualifient de violentes, indignes et attentatoires aux droits humains. Exemples à l’appui : « Arrivés au rond-point d’Arnaud Bernard, nous voyons les voltigeurs avancer vers un gilet jaune, qu’ils cherchent à interpeller. Il arrive à leur échapper et se fait arrêter par un groupe de policiers en tenue (des BRI…) au tout début de la rue de Toul. Plusieurs policiers lui assènent des coups de pieds alors qu’il est à terre et parfaitement maîtrisé. C’est une interpellation extrêmement violente, avec utilisation illégitime de la force, contre une personne déjà maîtrisée. Nous nous avançons pour leur crier de cesser de le frapper et nous poser en observation. Des membres des BRI nous font reculer de l’autre côté de la voie et nous nous exécutons. »

Cette utilisation démesurée et illégitime de la force se double d’un problème de comptage des blessés par la préfecture, ne permettant pas aux citoyens non manifestant de mesurer la violence infligée aux cortèges gilets jaunes. En effet, entre les actes 12 et 16, l’Observatoire des pratiques policières toulousain a compté 150 blessés, soit deux fois et demi plus que ce que la préfecture a dénombré sur l’ensemble du mouvement des gilets jaunes. Enfin, pour mettre en valeur la démesure des réponses apportées par la police et la gendarmerie, l’observatoire liste également les « armes » des manifestants : « l’humour, la parole, les clowns, les œufs et les poches de peintures, les bouts de bois, manches de pioche et autres outils, les coups de pieds, les boulons, les fumigènes pétards, feux d’artifice et autres projectiles pyrotechniques, les cailloux et pavés ». Il constate également l’utilisation d’un cocktail Molotov, envoyé en direction de la Police. Mais il a atterri à 10 m de celle-ci le 16 février.

https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
19 avril 2019 - 15h17 - Posté par JOclaude

A pas feutrés le fascisme qui n’ose pas dire son nom avance ! J’ai été témoin à Toulouse de l’intervention musclée et sauvage des brutes de la BAC pour arracher une banderole en coupant à coups de lacry. le cortège et sans prévenir bien sûr ! Manifestement le pouvoir joue la tentative de découragement sur les manifestants ! Et preuve que la foule des cortèges le gène beaucoup plus pour passer leurs méfaits sous silence et fausses nouvelles médiatiques , tous médias confondus à leurs ordres !






L’internationale chanté pour la première fois le 23 juillet 1888
mardi 23 - 11h40
de : jean 1
Les gilets jaunes face à la répression : réécoutez l’émission de l’assemblée de Montpellier contre les violences d’État
mardi 23 - 11h33
de : jean 1
Les gilets jaunes face à la répression : réécoutez l’émission de l’assemblée de Montpellier contre les violences d’État
mardi 23 - 11h23
de : jean 1
Cette grave affaire qui met en cause Emmanuel Macron !
lundi 22 - 19h10
de : JO
1 commentaire
Les médias : ceux qui n’entendent qu’une cloche, n’entendent qu’un son !
lundi 22 - 17h49
de : JO
1 commentaire
Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
1 commentaire
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
1 commentaire
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'utopie cest la réalité de demain. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite