Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
de : Christian DELARUE
lundi 13 mai 2019 - 09h18 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Syndicalisme et féminisme : aller ensemble, hommes et femmes, syndiqué.e.s, vers l’égalité.

Que le syndicalisme des travailleurs et travailleuses milite pour améliorer les conditions de travail et au-delà - plus secondairement parfois - les conditions de vie hors du travail (logement, santé, scolarité, transport, etc ) apparait évident. Certains syndicats vont plus loin dans le cadre de la « double besogne » de la Charte d’Amiens et, en principe, ils le font pour les hommes et les femmes et contre la classe exploiteuse et dominante.

On imagine mal une perspective réellement émancipatrice du monde du travail, des salarié.e.s ou des indépendant.e.s, du public ou du privé, des actifs ou des retraités et même étudiant.e.s (futures travailleurs- travailleuses) s’accommoder des inégalités et des violences sexistes multiformes contre les femmes. On n’imagine d’ailleurs pas plus une négligence en matière de lutte contre le racisme sous toutes ses formes.

Pourtant il n’y a pas si longtemps ce souci d’égalité était faible. Les femmes étaient souvent égales des hommes pour les peines (y compris les plus graves) mais pas pour les avantages, comme le droit vote par exemple. Le racisme et le sexisme minaient toute perspective d’égalité, outre la dure exploitation de la force de travail.

 Définition

Désormais il s’agit de « définir, promouvoir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les hommes et les femmes » (in Le Mag syndical avril 2019 n 30).

Vouloir ce but commun c’est être féministe, et ce bien qu’il existe des courants au sein du féminisme qui perturbent une possible appropriation facile du terme. Certaines évoquent même des féminismes. Il faudrait alors choisir. Comme il y a des anti-racismes, certains sont universalistes d’autres non.

Par exemple, la question de la prostitution n’est pas massivement discutée dans les syndicats, sauf situation particulière, et de ce fait on peut trouver plusieurs positions, de façon impromptue, au détour d’une discussion de café - hors instance donc - mais on parle de plus en plus de l’écriture inclusive, et ce à tout niveau car ce souci d’égalité bouscule désormais nos façons d’écrire.

Mais c’est encore les questions de précarité, de travail à temps partiel, de carrière ralentie qui constituent le gros du travail des syndicalistes féministes. Ces inégalités ont un fort impact sur les salaires mais aussi sur les retraites, notamment avec la future réforme par points.

La question d’une nouvelle RTT devrait émerger aussi contre le travaillisme actuel (1) compris comme « faire travailler plus ceux et celles qui travaillent déjà ». Le travaillisme, en ce sens, est bien un contre-mouvement réactionnaire face à la perspective de RTT à débattre (32 heures, 30 heures hebdo, etc ) pour aller plus loin, vers un autre monde, nettement moins inégal . C’est un contre-mouvement aussi réactionnaire que celui qui milite pour le retour des femmes à la maison afin de s’occuper des enfants (sexoséparatisme - défendu au passage dans la FSM - 2).

 CGT

La CGT, organe syndical historique de luttes, des ouvriers et employé.e.s, puis d’un ensemble de travailleurs et travailleuses salariées intégrant les ingénieurs, cadres et techniciens (ICT), n’a adopté une charte pour l’égalité hommes-femmes qu’en 2007, charte insérée dans ses statuts lors du 50 ème congrès (Mag 30).

Des mesures sont prises dans divers syndicats pour féminiser les instances et même mettre en place, si possible, la parité hommes - femmes. C’est le cas pour la CGT (CE et bureau) depuis 2003.

Christian DELARUE

Altermondialiste et syndicaliste CGT à Rennes

Le MAG est la presse de la CGT Finances

1) Sous-système travailliste - Christian DELARUE - Amitié entre les peuples http://amitie-entre-les-peuples.org/Sous-systeme-travailliste-Christian-DELARUE

2) La FSM soutient le contre-mouvement hyperpatriarcal très réactionnaire sous prétexte de spécificité culturelle (relativisme des droits) dans une prise de position : SEXOSÉPARATISME et FSM : Le relativisme contre l’égalité de genre. - Amitié entre les peuples

http://amitie-entre-les-peuples.org/SEXOSEPARATISME-et-FSM-Le-relativisme-contre-l-egalite-de-genre

"Sur le Qatar, le représentant de la FSM à l’OIT, le 6 juin 2016, salue les mesures prises par le gouvernement Qatari en ce qui concerne l’égalité de genres. Il indique que la constitution qatarie maintient la discrimination car les femmes sont supposées prendre soin de leur famille, conformément à la culture et aux traditions locales." in document mis en commentaire." in Pour un internationalisme en actes  ! (doc mis en commentaire de ce texte)



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
13 mai 2019 - 09h20 - Posté par Christian DELARUE

Texte annoncé comme commentaire :

Pour un internationalisme en actes  !

Les enjeux du syndicalisme à l’échelle européenne et internationale constitue une des cinq thématiques mises à l’ordre du jour de notre 52e congrès. C’est une excellente chose. Cette dimension de notre pratique syndicale reste d’une importance fondamentale pour répondre aux situations faites aux travailleurs confrontés aux conséquences de la globalisation renforcée du capitalisme. Accords internationaux, politique des institutions internationales ou régionales, emprise des grands groupes, partout le capital est à l’offensive pour renforcer sa part au détriment de l’immense majorité des travailleurs du monde.

Le débat sur l’internationalisme, pour certains camarades, rime avec sortie de la CES et de la CSI pour rejoindre la FSM. Derrière cette proposition, nos camarades pensent entamer un
« retour aux sources » permettant à la CGT de renouer avec « sa grandeur passée ». Cette vision mythique nous paraît souffrir de grosses insuffisances sur, d’une part, la réalité de la FSM et, d’autre part, sur une analyse erronée de l’évolution de la société, du syndicalisme et des rapports de forces. D’autant que les positions de la CES ou de la CSI n’ont quasiment aucune influence dans la détermination de nos propres prises de position.

La CES et la CSI, autant le dire, ne brillent pas par leur combativité. Elles font preuve de suivisme par rapport aux institutions existantes (U.E, ONU, OIT). Dans ces organisations se retrouvent des syndicats de cultures différentes, ce qui est logique dans une structure internationale. Dans la CES et la CSI, nous retrouvons donc des organisations aussi combatives que la CGT et d’autres qui cultivent une culture d’accompagnement ou de cogestion. A la CSI, on compte nombre d’organisations très combative des pays du Sud : CUT du brésil, KCTU de Corée, CTA d’Argentine, CTU du Chili, CSA du Sénégal, DISK de Turquie...

C’est en partie dans ce cadre que nous devons travailler. Car sortir de celui-ci nous isolerait et ne réglerait rien en terme d’actions concrètes. Rappelons que le premier devoir du syndicalisme est d’unir les travailleurs par-delà leurs différences de nationalité, de religion, de couleur de peau ou de genre pour défendre leurs droits face aux forces du capital et à leurs représentants.

Le bilan du dernier congrès de la CSI montre que des marges de manœuvre existent. Les organisations prônant une orientation d’action et de mobilisation ont réussi pour la première fois à cumuler 48% des voix autour de la candidature alternative de notre camarade de la CGIL Susanna Camusso. Ce rapport de forces a permis d’acter l’organisation d’une première manifestation internationale à Genève en juin.

Ces avancées peuvent paraître limitées au vu des enjeux, mais qu’offre donc la FSM en regard ? Inutile de revenir sur les raisons qui nous ont poussé à la quitter en 1995. Aujourd’hui, la FSM nous dit qu’elle est le syndicalisme de classe et qu’elle est anti- impérialiste. La FSM est adepte des déclarations radicales, mais ses actes relèvent d’une toute autre nature.

Quelques exemples concrets bien étrangers à nos valeurs :

Alors que la CSI avait appelé en 2017 à boycotter, pour ne pas cautionner les exactions d’Erdogan, une conférence à Istanbul sous l’égide du gouvernement, les organisations membre de la FSM y participent.

Sur le Qatar, le représentant de la FSM à l’OIT, le 6 juin 2016, salue les mesures prises par le gouvernement Qatari en ce qui concerne l’égalité de genres. Il indique que la constitution qatarie maintient la discrimination car les femmes sont supposées prendre soin de leur famille, conformément à la culture et aux traditions locales.

La FSM tient son conseil présidentiel en février 2018 à Téhéran sans un mot sur la répression qui s’abat sur les syndicalistes indépendants, ainsi que sur le sort fait aux femmes.
En Syrie, La FSM prend la défense du régime de Damas et ferme les yeux sur la répression qui s’abat sur les forces progressistes syriennes.

La FSM d’aujourd’hui est encore plus refermée sur elle-même que celle que nous avons quittée. Ici langage radical sans aucune portée concrète sur l’action des travailleurs, là allégeance aux syndicats officiels qui ne sont que des émanations de l’État (Syrie, Soudan, Corée du Nord, Chine, Vietnam etc.). Un retour en arrière en échange d’un langage soi-disant lutte des classes serait non seulement une impasse qui isolerait la CGT, mais nous pouvons en être convaincus, n’aiderait en rien la lutte des classes concrète sur le plan national ou international.

La discussion sur l’engagement international de la CGT doit porter sur les questions de fond et non de forme. C’est la seule manière valable de poser les termes du débat sur notre internationalisme et ses contenus revendicatifs. C’est ce qui devrait permettre de développer une position exigeante par rapport à notre investissement dans la CES et la CSI, mais aussi de penser notre action au-delà des confédérations internationales. Il va sans dire que quand la CGT prend des initiatives d’action de luttes coordonnées, elle n’exclut aucun syndicat en fonction de telle ou telle appartenance, elle s’adresse aussi aux syndicats affiliés à la FSM.

Les branches professionnelles, les fédérations syndicales internationales ont été ou peuvent être un levier pour initier des mouvements à l’échelle internationale ou européenne. L’exemple récent de la création d’une fédération transnationale des livreurs à vélo, à laquelle la CGT avec d’autres syndicats français et européens ont apporté un soutien matériel et militant, quelques années seulement après le début des mobilisations locales dans ce secteur, doit nourrir notre réflexion sur un syndicalisme international capable de dépasser les clivages et qui puisse être un outil concret au service des luttes.

Cette approche nous autorise, et même nous impose, d’exiger des évolutions démocratiques et des méthodes d’action de la CSI et de la CES. En réaffirmant par exemple nos engagements fondamentaux et historiques : défense du droit de grève et des libertés syndicales partout dans le monde, lutte pour le progrès social et contre les réformes anti-sociales quels que soient les endroits où elles sont déployées ou quels que soient leurs initiateurs (gouvernements, patronat), lutte contre les multinationales, lutte contre tous les impérialismes et pour la paix.

Signataires : ARBERET Ludovic ; BILLON Gérard ; BRANCHEREAU Jean-Claude ;

BRODY Patrick ; BONA Mariano (militant St Micro-electronics) ; CHEMLAL Hocine ; DE HARO Anne ; DALBERTO Bruno ; DESCOTTE Romain ; DUPUIS Olivier ; FRAQUELLI Tony (Cheminot) ; GOBÉ David (Cheminot) ; GUINO Alain (ancien dirigeant confédéral) ; HUBERSHWILLER Patrick (CGT Banque de France - CGT Bretagne) ; LAMONTAGNE Françoise (FD Spectacle) ; LE CORNEC Alain (FD Travailleurs de l’Etat) ; MORVAN Marc ; MOYNOT Jean-Louis (ancien dirigeant confédéral) ; PEREZ Matthias (FERC) ; UD Paris.



Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
15 mai 2019 - 08h26 - Posté par Christian DELARUE

Syndicalisme et lutte contre le racisme anti-musulman.

Autre débat

Que le syndicalisme doivent prendre en charge les questions d’égalité sur divers aspects - féminisme et antiracisme - apparaît désormais évident, beaucoup plus que jadis (1).

 A propos de la terminologie

Je parle de racisme anti-musulman et anti-musulmane là ou d’autres parlent d’islamophobie pour écarter certaines oppositions récurrentes. Il ne s’agit pas de se cacher derrière un pseudo-débat de la critique ou non de l’islam. Et pas plus du droit (ou non) au blasphème. C’est ce qu’on m’oppose le plus souvent sur l’usage de ce terme .

Je ne connais guère de syndicalistes (de travailleurs et travailleuses) qui prennent le corpus de principes issu de cette religion pour vérité à suivre : il y en a (comme il peut y avoir des catholiques ou autre religion) certes. En vérité, les syndicalistes ne s’occupent guère du contenu du Coran. Pas plus d’ailleurs, bien souvent, des autres grands textes fondateurs des autres religions.

Il s’agit ici de viser de façon critique des PRATIQUES, des comportements négatifs, des stigmatisations et discriminations contre les musulmans ou musulmanes.

 Une forme de racisme à combattre existe :

Il n’est absolument pas normal que des musulmanes subissent des agressions diverses du fait du port du voile ou du foulard islamique (ou dit tel). Elles ont le droit de circuler librement avec un voile ou un foulard en France . Elles doivent juste d’une part avoir le visage découvert et d’autre part enlever ce voile ou ce foulard islamique quand il est interdit par le droit français ; tout comme on doit enlever des chaussures de ville quand on entre sur une salle de sport . Elles peuvent le remettre ensuite.

Le féminisme et le syndicalisme luttent aussi contre les intégrismes religieux dans la mesure ou il s’agit d’un contre mouvement réactionnaire qui oblige les femmes à un retour au foyer pour l’éducation des enfants (sexoséparatisme). Les intégrismes religieux musulmans et juifs imposent aussi le foulard ou le voile islamique ainsi que la décence dans le vêtement (sexyphobie).

Les musulmanes peuvent mettre une mini-jupe ou des talons si elles en ont envie ou si elles estiment que ce n’est pas contraire à leur religion - par exemple : que l’essentiel de ce qu’on est est non apparent - et je vois mal de quel droit cela ne serait pas possible !

Bref, on ne saurait confondre un intégriste religieux avec un croyant progressiste.

Christian D

1) Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité. ci-dessus et sur Le Club de Mediapart et amitié-entre-les-peuples.org





Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London
L’ESCROQUERIE DU REVENU UNIVERSEL D’ACTIVITÉ DE MACRON
dimanche 16 - 16h35
de : JO
1 commentaire
ACTE 31 Gilets Jaunes de Toulouse : les brutes de macron dans ses oeuvres !
dimanche 16 - 15h51
de : JO
Européennes : de la montée de l’extrême-droite à une autre perspective
dimanche 16 - 13h18
de : Eve76
Alternative Nouvelle au Capitalisme (?)
dimanche 16 - 09h47
de : Jean Roussie
Taha Bouhafs : « Je ne suis pas plus militant qu’un journaliste du “Point” ou de BFM TV »
samedi 15 - 23h51
de : reporterre
CONGRÈS DE FONDATION DE L’UNION COMMUNISTE LIBERTAIRE (UCL) : DÉCLARATION FINALE
samedi 15 - 19h29
de : jean 1
NON à l’amalgame honteux du régime israélien avec l’Antisémitisme !
samedi 15 - 10h22
de : JO
École de la confiance : la loi passe, la défiance reste, les mobilisations continuent
samedi 15 - 07h50
CE CAUCHEMAR QUI N’EN FINIT PAS - Comment le néolibéralisme défait la démocratie
vendredi 14 - 19h24
de : Ernest London
GILETS JAUNES : PAUSE AVANT LA REPRISE ?
vendredi 14 - 18h23
de : Raymond H
Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour « crime contre l’humanité »
vendredi 14 - 17h41
de : JO
Interview de Maître Sophia Albert Salmeron après s’être rendue à la C.P.I à La Haye (vidéo)
vendredi 14 - 17h32
de : nazairien
Entre Pôle emploi et Françafrique, le gagne-pain de Benalla après l’Élysée
vendredi 14 - 15h20
de : JO
SOUTIEN AUX POSTIER-ES DU 92 EN GREVE / RDV LUNDI MATIN
vendredi 14 - 11h03
Les "cons" , ça ose tout : la cheffe de l’IGPN « réfute totalement le terme de violences policières
jeudi 13 - 22h43
de : nazairien
4 commentaires
La Grande-Bretagne livrera Julian Assange aux Etats-Unis
jeudi 13 - 17h03
de : JO
1 commentaire
« Ensemble on nous opprime, les femmes, ensemble révoltons-nous ! »
jeudi 13 - 11h51
de : jean 1
Le gong vient de sonné en Chine : l’hégémonie nord-américaine, c’est bien fini !
jeudi 13 - 10h33
de : JO
6 commentaires
L’union fait la force : La Coordination des Groupes Anarchistes (CGA) se dissout pour contribuer à la création de l’UCL
jeudi 13 - 10h31
de : jean 1
1 commentaire
Fête de soutien aux postier-e-s du 92 en grève
jeudi 13 - 09h33
1 commentaire
Votez Info’Com-CGT ! Élection du comité social et économique UES L’Équipe 1er tour, 17 au 21 juin 2019 (video)
mercredi 12 - 20h30
de : Info’Com-CGT
Trou de la Sécu : merci Macron !
mercredi 12 - 07h40
4 commentaires
A Genève, macron nous fait le coup du "nouveau capitalisme" sans doute à la sauce sarkozy
mardi 11 - 19h13
de : nazairien
7 commentaires
LUNDI DE PENTECÔTE : une arnaque de plus !
mardi 11 - 15h47
de : JO
Le grand remplacement ?
lundi 10 - 20h24
de : Claude JANVIER
5 commentaires
MONTPELLIER : ACTE XXX, L’ART ET LES GILETS JAUNES
lundi 10 - 17h52
de : jean 1
1 commentaire
A Montpellier, meme avec sa violence, la "flicaille" , n’est plus aussi fringante et perd rapidement pied (vidéo)
lundi 10 - 17h20
de : nazairien
1 commentaire
L’Armée Arabe Syrienne, réplique face aux terroristes du Front Al-Nosra, armé et financé par la France (vidéos)
lundi 10 - 16h36
de : nazairien
50 Printemps - C’est l’heure de l’mettre !
lundi 10 - 16h26
de : Hdm
Quand les renseignements convoquent les journalistes
lundi 10 - 15h38
de : JO
Le Peuple "Gilet Jaune" en Seine Saint Denis, meme avec leurs "lacrymos" , les CRS décrochent (vidéo)
lundi 10 - 15h01
de : nazairien
3 commentaires
Entre "çà" de domination et "surmoi" d’interdiction
lundi 10 - 10h14
de : Christian DELARUE
2 commentaires
L’ambigu Monsieur Jadot
dimanche 9 - 22h49
de : frustration
Barcelone. Le dérapage de Ada Colau face à la manoeuvre de Valls...
dimanche 9 - 14h53
de : Antoine (Montpellier)
1 commentaire
Je suis tombé par terre c’est la faute à Voltaire, misère est mon trousseau c’est la faute à Rousseau ?
dimanche 9 - 11h10
de : JO
Ces Gilets Jaunes plein de bon sens ! L’Histoire rendra Hommage à leurs sacrifices ! (video)
samedi 8 - 20h52
de : JO
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le nationalisme est une maladie infantile. C'est la rougeole de l'humanité. Albert Einstein
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite