Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Au-delà du congrès de la CGT : le syndicalisme au défi du « libéralisme »
de : Eve76
jeudi 23 mai 2019 - 20h43 - Signaler aux modérateurs

Le 52ème congrès de la CGT clôturé, les défis auxquels la Centrale doit faire face, comme du reste tous les autres syndicats non collaborationnistes, demeurent. Difficultés reconnues par l’organisation syndicale, et auxquels les travaux du congrès ont eu l’ambition d’apporter une réponse.

Mais la véritable mesure du problème a-t-elle été prise ?

Le remodelage du monde opéré par le capital depuis plus de 40 ans…

Ces défis pour le mouvement syndical sont à mettre en regard des évolutions du capitalisme depuis plus de 40 ans, identifiés comme libéralisme, néo-libéralisme, prédation de la finance…

Cette offensive du capital est essentiellement appréhendée au travers de ses conséquences, de façon fragmentée. Or Il s’agit d’une offensive globale, qui assure progressivement son emprise sur le monde, avec une visée totalitaire en supprimant ou en ruinant tous les contre-pouvoirs possibles ou les espaces de liberté.

Le pouvoir capitaliste est un pouvoir de l’ombre. Il n’apparaît jamais comme tel, pourtant un plan d’ensemble s’est mis en place, à la fin des années 1970 et le début des années 1980, pour faire face à ces impasses. Diffusée à travers des réseaux comme la Tricontinentale, le forum de Davos, le groupe Bilderberg… et à travers tous les réseaux qui unissent les puissants des sphères économique et politique.

Cette offensive du capital n’a été possible que par des mesures légales, prises au nom de la puissance publique, qui ont institué ces règles du jeu mettant en concurrence les travailleurs du monde entier, et les Etats à travers les législations les plus laxistes en matière de droit du travail, de normes environnementales… Car le pouvoir capitaliste est un pouvoir de l’ombre, et il a besoin d’équipes politiques dévouées, bénéficiant si possible de l’onction démocratique, pour mettre en œuvre son programme.

Ce sont les États-Unis de Ronald Reagan et le Royaume-Uni de Margareth Thatcher qui ont commencé à instaurer cet ordre dans leur propre pays pour l’imposer ensuite au reste du monde. Ces politiques ont consisté à abolir toute forme de régulation imposée au capital, assimilée à des entraves à l’économie.

Ce processus se poursuit sous nos yeux, avec les accords internationaux qui, entre autres, soumettent les Etats aux « tribunaux d’arbitrage » ; les Etats, sous la menace d’avoir à dédommager les multinationales dont les profits auraient été bridés par les législations nationales, anticiperont les poursuites et s’abstiendront d’exercer à l’égard des investisseurs internationaux la moindre contrainte. Les Etats dans l’incapacité de protéger leurs populations vis-à-vis des empiètements du capital, voilà ce qui se joue actuellement, pas exactement sous nos yeux parce que tous ces processus se déroulent dans la plus grande opacité.

…oppose de fortes contraintes à l’efficacité des stratégies syndicales

Après ces décennies de libéralisme, le résultat est là : la désindustrialisation de la France. Or c’est autour des ouvriers d’usine qu’historiquement le syndicalisme CGT s’est construit. Les effectifs des bastions ouvriers se sont effondrés les petites et moyennes usines ferment leurs usines après les autres.

Cette désindustrialisation de la France génère le chômage ; l’économie de services –eux-mêmes menacés par les délocalisations, et réduits à la portion congrue quand il s’agit de services publics- ne peut compenser en termes d’emplois. Elle génère chômage, sous-emploi et précarité.

Or la syndicalisation s’effectue dans un cadre de socialisation, favorisé l’insertion stable dans un collectif de travailleurs. Les salariés précaires fréquentent les permanences juridiques des Unions locales, mais cela se transforme rarement en adhésion stable.

Aux causes objectives de la diminution du nombre de syndiqués, s’exercent également celles qui pèsent sur l’efficacité des modes d’action.

Au sommet de la production, il y a les multinationales donneuses d’ordres, qui ne produisent rien, mais mettent en concurrence différents prestataires et concentre ensuite la plus grosse part des profits. La production se trouve éclatée fonctionnellement et mondialement. Les patrons des entreprises qui restent en France sont beaucoup plus tributaires de leurs donneurs d’ordre que de leurs salariés. Les entreprises sous-traitantes sont parfaitement interchangeables, et indirectement, leurs salariés le sont aussi.

Les nouvelles règles du jeu « libéral » ont profondément affecté le rapport de force. En 1973, l’expérience des LIP avait suscité l’enthousiasme : si les patrons ne sont rien sans les travailleurs, les travailleurs, eux n’ont pas besoin de patron, disaient les ouvriers. Las ! Les propriétaires du capital, eux, pouvaient délocaliser les usines. Ils ne s’en sont pas privés.

L’État ne joue plus un rôle d’arbitre entre patrons et salariés. Bien au contraire il applique le programme du capital qui vise à réduire les rémunérations et les droits, et annihiler loi après loi le pouvoir des travailleurs de se défendre à travers la représentation syndicale : remise en cause de la hiérarchie des normes, facilitation des licenciements boursiers, attaque contre les instances de représentation du personnel…

Les FRALIB, dans leur lutte contre UNILEVER, s’étaient appuyés sur des procédures juridiques qui leur donnaient les moyens de tenir tête à la multinationale ; depuis les lois « Travail », ces procédures ne sont plus suspensives. Leur expérience, dans le contexte actuel, n’est pas reproductible.

La force actuelle de la CGT réside dans ses syndicats de terrain, là où les forces militantes sont implantées, qui parviennent tant bien que mal à limiter la casse, à faire respecter les droits qui restent aux travailleurs, à répondre à leur besoin de dignité. Quand le contexte le permet –quand les emplois ne sont pas délocalisables- des luttes victorieuses permettent d’engranger des gains significatifs. Mais si l’exaspération des travailleurs s’accroît toujours davantage, l’espace légal pour mener ses luttes, pour organiser les travailleurs, lui, se réduit de plus en plus.

Le syndicat perd de son attractivité, surtout auprès des jeunes. Les méthodes qui ont permis à la CGT de construire le rapport de force dans le passé ne fonctionnent plus. Les manifestations, « monstres » n’impressionnent plus le pouvoir ; la grève générale est rendue problématique par la vulnérabilité économique des travailleurs, la désarticulation des structures de production, l’absence de perspective. Le syndicalisme même s’il a engrangé quelques résultats, n’a pas pu s’opposer ni à la fermeture des usines ni à l’instauration des lois anti travail.

JPEG - 113.2 ko

Se réinventer un avenir ?

Le piège tendu par le capitalisme au mouvement syndical se referme sur nous inexorablement. Ce n’est d’ailleurs pas propre à la France.

Il est plus que jamais nécessaire de comprendre que le répertoire traditionnel d’action est insuffisant. En fait, il n’a pas bougé depuis l’époque où la confrontation entre salariés et travailleurs se jouait dans le cadre national.

La CGT s’est donnée pour comme résolution de son congrès de se rapprocher du terrain et notamment des déserts syndicaux. Ce n’est pas la première fois que ce type de résolution est pris. Avec la baisse des heures de délégation syndicale dans les entreprises, la tâche n’en sera que plus difficile.

Sans réflexion sur les causes objectives qui brident les luttes et ne leur permettent pas de marquer des points, l’injonction « à se mobiliser » risque de rester lettre morte.

Pour une part, cet immobilisme est lié à l’institutionnalisation des instances syndicales, tout autant dépendantes de financements publics que des cotisations des adhérents.

Durant ce congrès, l’institutionnalisation de la CGT a été mise en cause à travers son adhésion à la C.E.S. Ce n’est pas la mention de la FSM dans une résolution de congrès qui va bouleverser la vie syndicale, mais elle témoigne que l’organisation est travaillée par cette question, et que les instances dirigeantes n’ont pas réussi à imposer totalement leur ligne.

La réflexion doit aller au-delà. La riposte à construire ne peut faire l’économie de la prise en compte des stratégies du capitalisme, basées sur la mondialisation. Il faut identifier ce qui lui a permis ade mettre la main sur toutes les ressources de la planète et d’inverser à la tendance séculaire d’amélioration substantielle d’amélioration de la condition des travailleur, sous l’action du mouvement ouvrier.

L’approfondissement de l’internationalisation des luttes est déterminante pour l’avenir du monde, tant le respect des travailleurs et celui de notre environnement vont de pair. Loin d’en rester à une solidarité de principe, la question de la recherche d’une nouvelle efficacité devrait être à l’ordre du jour. Les traités internationaux, au bénéfice exclusif du capital, ne nous en fourniraient-ils pas l’occasion ?

A travers la brume



Imprimer cet article





DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE
Appel à la mobilisation contre l’OMC et les accords de libre-échange
mardi 3 - 21h27
de : via campesina
Christophe Prudhomme, porte-parole des médecins urgentistes : « Il faut arrêter de gérer l’hôpital comme une entreprise »
mardi 3 - 17h08
de : nazairien
1 commentaire
AFFAIRE BENALLA : suite et... !Pas fin ?
mardi 3 - 15h29
de : JO
IN GIRUM - Les Leçons politiques des ronds-points
mardi 3 - 13h34
de : Ernest London
2 commentaires
Pour exploiter l’uranium kazakh, Orano va raser une forêt protégée
mardi 3 - 11h01
de : jean 1
2 commentaires
Propriétaires terriens, industriels, ministre corrompu : qui sont les pyromanes de l’Amazonie brésilienne
lundi 2 - 22h22
de : bastamag
Acte 42 : 31 Aout Hommage des Gilets Jaunes devant l’ONU à Genève à tous les blessés et mutilés (vidéo)
lundi 2 - 21h51
de : nazairien
5 commentaires
Tita Nzebi à l’Espace Sorano : au-delà de l’engagement contre la dictature
lundi 2 - 14h48

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce que vous faites peut paraître insignifiant, mais il est très important que vous le fassiez. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite