Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor


de : AMASSADA
mercredi 9 octobre 2019 - 22h05 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 967.2 ko
RTE Degage

RTE Dégage !

https://douze.noblogs.org/ au 9 octobre 2019

Manifestation régionale samedi 12 octobre à Saint-Victor Posted on 2019/10/09 by douze

L’Amassada en exil appelle toutes et tous a trois nouvelles dates de mobilisation : 1. Un rassemblement local à Saint-Affrique vendredi 11 octobre à 10h place de la mairie. 2. Une grande manifestation régionale samedi 12 octobre à Saint-Victor avec :

De 12h à 13h30 : Pique-nique sortie du pagner à l’ancien terrain de foot de Saint-Victor

13h30 : Point d’information sur la situation

14h : Départ en manifestation en direction du fortin érigé ces derniers jours par RTE. Ensemble nous irons marquer notre refus du saccage de notre territoire par le géant de l’électricité.

En fin de manifestation grande assemblée de lutte pour envisager la suite 3. Un grand week-end de résistance les 1, 2 et 3 novembre. Balèti, concerts & manifestation nationale (plus de détails sous peu). Nous reprendrons la Plaine !

Posted in General fil d’actualité du mercredi 9 octobre Posted on 2019/10/09 by douze

14H : Les deux copains ont été relaché.

Les GM occupent toujours le Terrain.Mais ils quitteraient la plaine ce soir. Remplacé par des équipes de sécurités privés.

Pour nous rejoindre passez par Saint Rome de Tarn.

Ce matin réunion.

La salle des fêtes est le lieu d’accueil dans le village.

3333333333333333333333

https://douze.noblogs.org/post/2019...

Communiqué de l’amassada aprés l’expulsion

Posted on 2019/10/08 by douze

Nous reprendrons la plaine !

Ce soir, demain , dans un mois nous reprendrons les terres communes de la Plaine. Nous abattrons les grillages qui enferment nos imaginaires. Nous réduirons les machines à de simples carcasses pour que nos enfants en fassent des cabanes.

Ce matin, l’ogre industriel à investi la Plaine . Une vraie armée, des gardes mobiles, des blindés,un hélicoptère, un drone le tout sous la houlette d’un général m’as-tu-vu en costume de préfète incarnant parfaitement le nouveau/vieux monde de Macron. Tweet à tout va,selfie en foulant les affaires personelles des habitant.es expulsé.es. Une photo digne d’un cavalier US photografié au milieu des cadavres d’enfants et de vieillards amerindiens au 18eme siècle.

Là haut, cinq années d’effort constant à bâtir un hameau, où se sont ouverts de nouveaux horizons, a été broyé en quelques heures. Certes, ce soir nous sommes tristes pour ces lieux mais dans nos coeurs et dans nos têtes sont à jamais ancrées les solidarités, les amitiés construites.Nous sommes plus forts qu’il y a cinq ans.Ensemble,nous défendrons ces terres et le transformateur ne verra pas le jour. L’amassada est une idée, elle ne peut pas disparaître. Elle trouvera d’autres cabanes où s’incarner.

De même, la lutte démarrée il y a 10 ans ne s’arrête pas là. Pas res nos arresta ! ne sera pas un simple slogan. La lutte change de forme. Dans les jours qui viennent faisons preuve d’audace et parions qu’à nouveau la Plaine s’enbrasera.

Continuez à converger. Suivez le fil d’actualité sur douze.noblogs.org

Prochains RDV des temps forts :

 Vendredi 11 octobre rassemblement Saint Affrique à 10H place de la mairie

 samedi 12 octobre Saint Victor à 14H Rassemblement

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

https://reporterre.net/Expulsee-la-... Expulsée, la Zad de l’Amassada n’abandonne pas la bataille contre le mégatransformateur

9 octobre 2019 / Grégoire Souchay (Reporterre)

Pressentie depuis plusieurs jours, l’opération d’expulsion du hameau de l’Amassada s’est déroulée dans la matinée du mardi 8 octobre. Maintenant que les cabanes sont détruites, le chantier, déjà retardé de deux ans, pourrait bientôt commencer. Pour les opposants, c’est surtout le début d’une nouvelle bataille.

Le jour n’était pas encore levé qu’ils étaient déjà là. Dès 5 heures du matin, mardi 8 octobre, une dizaine de fourgonnettes de gendarmerie mobile prenait position aux abords du lieu-dit La Plaine, sur la commune de Saint-Victor-et Melvieu. C’est là que depuis cinq ans s’est installé un lieu collectif d’occupation, d’abord temporaire puis, depuis plus d’un an, permanent, contre un projet de transformateur électrique géant, sur une emprise de cinq hectares de terres agricoles. Un projet porté par RTE, une filiale à 51 % d’EDF, qui souhaite désengorger ses grands axes de distribution d’électricité, selon elle saturés par la mise en service de nombreux parcs éoliens et photovoltaïques dans le sud du Massif central [1]

6 h : le moment des premiers feux de barricades et des premiers gaz lacrymogènes, donnant à la nuit étoilée des couleurs étonnantes. Déjà, on pouvait se douter que l’équilibre des forces allait rapidement se rompre entre la soixantaine de manifestants ayant dormi sur place ou à proximité et près de quatre-vingts pandores en tenue et casqués, soutenus par deux blindés. Des véhicules autrefois exceptionnels qui deviennent de plus en plus banals dans le contexte sécuritaire actuel.

Mais, ce qui s’annonçait comme une journée sous haute tension s’est avéré finalement plus calme que prévu. Une quinzaine de manifestants ayant gagnés les toits des habitations du hameau de l’Amassada (l’« assemblée », en occitan), impossible de les déloger de nuit. Pendant deux heures, c’était dans une relative bonne humeur que les soixante résistants ont attendu et chanté avec chœur leur répertoire habituel, du plus traditionnel « RTE, dégage de notre paysage », au patrimonial « pas res nos arresta » (« rien ne nous arrête ») en utilisant souvent beaucoup d’humour : « N’oubliez pas, c’est nous les gentils ! » Une par une, chaque habitation a été démolie, en gardant néanmoins le soin d’un « tri » entre bois, métaux et compostables

Vers 8 h, un huissier est venu briser la relative joie ambiante en notifiant aux occupants le démarrage de l’expulsion. Rejoints par un autre escadron de gendarmerie mobile, près de 150 militaires étaient prêts à prendre possession des lieux. Au terme d’une bousculade musclée avec les premières lignes, donnant lieu à deux arrestations, la plupart des manifestants ont rapidement été écartés sauf la quinzaine d’occupants perchés sur les toits. Parmi eux, des militants de la Confédération paysanne, syndicat agricole qui appelle à soutenir les paysans dont les terres agricoles sont menacées, ainsi que les habitants de Saint-Victor-et-Melvieu opposés au projet.

Vers 9 h 30, les machines de chantier sont arrivées sur place. Pas moins de quatre pelles mécaniques et une broyeuse se sont mises en action autour des bâtiments principaux tandis que d’autres machines ont remorqué les caravanes des occupants. Un à un, les irréductibles perchés ont été délogés par une équipe de gendarmes spécialisés et ont été conduits fermement en dehors du périmètre pour y être finalement relâchés. Les autres manifestants, après quelques rapides tentatives de revenir sur les lieux en contournant le dispositif policier, sont vite arrivés au terme de leurs moyens et se sont repliés dans un vallon voisin. La suite n’a été qu’un ballet peu gracieux, celui des machines de chantier. Une par une, chaque habitation a été démolie, en gardant néanmoins le soin d’un « tri » entre bois, métaux et compostables. Jusqu’au moment presque absurde de l’abattage de l’éolienne artisanale, bâtie par ces occupants « contre l’éolien industriel ». Un an plus tôt, des actions contre des projets éoliens voisins avaient déjà fait dire aux opposants que, « désormais, cette transition [écologique] a besoin de l’ordre policier pour avancer ».

Les faits du jour n’ont fait que renforcer cette impression amère chez eux, même s’il faut noter que les gendarmes, arrivés des régions voisines, ont gardé un comportement plutôt calme et peu agressif. « Ils ont gagné la première manche, mais la partie est loin d’être finie »

Il était midi quand les machines ont mis à terre la cabane emblématique de la lutte, inaugurée en janvier 2015 autour de laquelle tout le hameau s’était construit. Mais seuls les gendarmes et les ouvriers du chantier déjà à pied d’œuvre pour poser des clôtures étaient encore là pour observer le spectacle de la destruction. Car les opposants, fatigués de leur trop courte nuit et de leur intense matinée s’étaient rassemblés au village, le temps de souffler un peu. Aucun blessé majeur n’a été à déplorer. Les deux interpellés, après une garde à vue à Rodez, ont été libérés dans la soirée. Les plus énervés se sont révélés finalement être les propriétaires des parcelles voisines, ulcérés d’avoir attendu toute la matinée sans pouvoir demander aux officiels pourquoi les gendarmes « n’ont pas été fichus de se garer sur les parcelles de RTE ». Ils auraient ainsi évité de détruire une partie des semis tout frais de ray-grass. Ces voisins ont été indemnisés 6.000 euros l’hectare, bien que l’argent soit pour l’instant entre les mains de la Caisse des dépôts et consignations, sachant que des hectares supplémentaires sont temporairement occupés par RTE pendant quatre ans, le temps (estimé) de la mise en place du transformateur.

Au soir, alors qu’il ne restait plus rien du hameau de l’Amassada, la préfète de l’Aveyron, Catherine Sarlandie de La Robertie, s’est félicitée « qu’aucun blessé ne soit à déplorer, tant du côté des forces de l’ordre que des occupants ». Venue au cours de la journée sur place suivre les opérations, elle a estimé que « l’objectif du retour à l’état de droit est pleinement atteint ». Elle est restée ainsi parfaitement dans son rôle, dans cette tragédie si commune des opérations policières pour le compte d’intérêts privés sous couvert d’un « intérêt public » de plus en plus largement contesté.

« Ils ont gagné la première manche, mais la partie est loin d’être finie », ont répondu pourtant avec un peu de défi les opposants. Le soir même, face à des gendarmes plus fatigués et en équipe plus réduite, les « anti-transfo » sont partis à l’assaut pour jouer à « touche grillage » aux abords du site, histoire de bien montrer que rien n’est terminé. Et tant pis pour les risques juridiques « d’occupation illégale avec destruction délictuelle du bien d’autrui en réunion ». Ils ont été renforcés par l’arrivée de nouveaux militants, malgré le blocage persistant des routes, et un appel a été lancé pour un rassemblement vendredi matin dans la ville voisine de Saint-Affrique. Un premier pas avant une plus franche réoccupation déjà envisagée d’ici à quatre semaines. Et les militants de rappeler dans un communiqué : « L’Amassada est une idée, elle ne peut pas disparaître. Elle trouvera d’autres cabanes où s’incarner. »



Imprimer cet article





Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO
Ce n’est pas avec des médailles qu’on résoudra les problèmes de l’hôpital
vendredi 15 - 11h23
de : JO
Création du CNNR : Conseil National de la Nouvelle Résistance
jeudi 14 - 22h12
Le capitalisme ne va pas s’effondrer tout seul, il faut s’en préoccuper !
jeudi 14 - 15h22
de : Eve76
2 commentaires
32 HEURES : ET SI C’ÉTAIT LE MOMENT ?
mercredi 13 - 20h56
de : Ch Delarue
Crise sanitaire sous contrôle ouvrier à la coopérative Scop-Ti
mercredi 13 - 10h11
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite