Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !


de : Eve
samedi 19 octobre 2019 - 19h08 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 24 ko

Le canal Seine-Nord relancé

Le projet de canal Seine-Nord, un temps mis en veilleuse à l’arrivée d’Edouard Philippe à Matignon pour des raisons budgétaires, avance vers sa concrétisation.

Conçu dans les années 1950, relancé en 1997 sans débat par le ministre Jean-Claude Gayssot, une première version de ce projet date de 2007. Prévu pour être réalisé dans le cadre d’un « partenariat public-privé », Bouygues et Vinci, les deux sociétés intéressées, ont fini par jeter l’éponge : l’opération n’est pas rentable.

En 2012, le nouveau gouvernement demande un rapport au Conseil général de l’environnement et du développement durable et à l’Inspection générale des finances. Sur le plan écologique, les prélèvements d’eau nécessaires n’ont pas été justement évalués et les risques de pollution des nappes phréatiques sont avérés. Sur le plan économique, le budget apparait avoir été fortement sous-estimé. Le rapport préconise de se réorienter vers le soutien au fret ferroviaire.

La conclusion logique eut été effectivement d’abandonner ce projet pharaonique et de se réorienter vers d’autres mesures de soutien à l’économie économiquement et écologiquement soutenables.

Pourtant, malgré tous les obstacles, notamment financiers, ce projet ubuesque s’est reconfiguré et il est en passe de voir le jour. Il est porté d’une part par le projet de l’Union européenne d’organisation des transports et de l’autre par des élus locaux. Le canal Nord-Seine s’intègre dans l’un des neuf corridors -le corridor Atlantique- du Réseau trans-européen de transport. Il s’agit de favoriser les axes majeurs de circulation des marchandises, pas de soutenir la relocalisation des activités et l’économie des territoires.

Du côté des élus, la seule opposition vient d’EELV. Mais on n’entend guère les voix dissonantes. La majorité des élus, Xavier Bertrand en tête, ne cesse de mettre la pression sur le gouvernement.

En 2013 le projet est reconfiguré à la demande du gouvernement, sous l’égide du député du Nord Rémi Pauvros. Le coût du projet passe de 7 à 4,5 milliards d’euros, essentiellement par un tour de passe-passe : les plateformes multimodales, auparavant partie intégrante du projet, sont désormais laissées à l’initiative des collectivités locales. Le projet reste globalement le même et aucune réponse n’est apportée aux problèmes écologiques, à l’atteinte aux activités agricoles, à son absurdité économique.

Octobre 2019 : outre le financement européen (2 milliards d’Euros) l’Etat annonce que sa contribution va égaler celle des collectivités locales des Hauts de France, soit 1,1 milliards d’Euros. Cette décision remet le projet en route ; les travaux devraient débuter en 2022, pour une mise en service en 2028.

Malgré l’engagement de ses élus, le Nord a tout à craindre de ce grand chantier

Ce canal n’apportera pas le moindre début de réponse au marasme économique de la Région. Il est prévu pour faire circuler des péniches de grands gabarits (jusqu’à 4400 tonnes, le gabarit européen), qui ne feront que passer, pour exporter des céréales, acheminer des granulés et des conteneurs.

Les partisans du chantier font miroiter des promesses d’emplois, jusqu’à 50.000, sans donner la moindre explication sur le mécanisme de ces créations d’emplois. Au mieux, un peu d’activité serait générée sur des plateformes logistiques mais cette fonction de « plaque tournante » n’est pas susceptible de générer de nombreux emplois ni d’être un moteur pour l’économie locale. Encore faudrait-il que des capitaux privés viennent s’investir sur les plateformes multimodales.

L’argument de l’emploi local est aussi évoqué pour les travaux de construction, notamment en mobilisant des chômeurs au RSA ! Mais l’expérience prouve que les grosses entreprises qui gagnent les adjudications feront appel à des sous-traitants qui ont leurs propres réseaux de recrutement d’une main-d’œuvre à la fois qualifiée et bon marché, et que l’emploi local n’y gagne rien.

Par ailleurs les collectivités locales vont devoir s’endetter pour apporter le milliard d’euros qui représente leur contribution au projet. Précieuses ressources qui vont grever leur budget et ne pourront être mobilisées pour d’autres projets économiques locaux ni pour les services publics.

L’argument écologique, également convoqué pour justifier ce chantier, ne tient pas la route. Les transports routiers sont, et vont être de plus en plus, engorgés ; le transport fluvial -qui n’est pas non plus neutre écologiquement- va s’y ajouter et non s’y substituer. Seul un processus global de relocalisation de l’économie peut freiner le niveau des émissions liées au transport.

En revanche, les impacts environnementaux de ce grand projet sont passés sous silence. La ponction en eau risque de déstabiliser toute l’hydrologie de la région. Les masses d’eau considérables sont nécessaires pour le remplissage initial du canal (20 millions de m3), l’alimentation en continu et la constitution de réservoir pour permettre la navigation en période d’étiage (16 millions de m3). Les prélèvements se feront dans l’Oise, l’Aisne, les autres cours d’eau de surface et souterraine. Les risques, multiples, ne sont pas évalués et pourraient avoir des conséquences dommageables non prévues. Les évolutions climatiques, en particulier les épisodes de sécheresse, pourraient encore renforcer l’absurdité de ce projet.

Si les gros céréaliers sont chauds partisans du canal, qui devraient leur permettre d’abaisser le coût du transport de la tonne exportée, d’autres agriculteurs vont en subir les contre-coups : emprise foncière estimée à 1300 ha, plus 600 ha pour le dépôt des déblais (55 millions de m3 de terre déplacés, dont 30 millions de m3 d’excédents à déposer sur des terrains à proximité du canal)…

Pour une autre économie

L’absence d’esprit critique face à projet pose problème. Tout se passe comme si face au désastre économique de la région, n’importe quelle initiative est bonne à prendre. Le Nord serait-il voué à n’être qu’une terre de céréaliculture tournée vers l’exportation et un vaste entrepôt de marchandises à destination de la région parisienne ? N’y aurait-il pas lieu de faire œuvre d’imagination pour projeter un autre avenir pour la région, en explorant les pistes pour une économie territorialisée, répondant à de réels besoins humains, écologiquement soutenable ?

Face à la nouvelle crise financière qui se profile, il est important que les flux monétaires viennent soutenir l’économie réelle. De plus en plus de voix demandent que la création monétaire des Banques centrales soit affectée à la transition écologique plutôt que de maintenir à flot sans condition des acteurs privés qui continuent à se tourner vers la spéculation, plus lucrative.

Alors il importe de ne pas se tromper. La vigilance citoyenne est de mise pour ne pas laisser passer des projets, tels le Canal Nord Seine Europe, se parent de justifications écologiques pour rafler les financements disponibles.

Si ce chantier pharaonique ne répond en rien aux problèmes de la région, la navigation fluviale et l’usage des canaux déjà existants peuvent être des atouts pour rebâtir une économie à échelle humaine. Encore faudrait-il que les dits canaux soient entretenus…. Les choix économiques, les priorités d’investissement doivent discutés et contrôlés par les citoyens. Il leur appartient de s’emparer de ces questions dont on les tient à l’écart.

A travers la brume



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
19 octobre 2019 - 22h42 - Posté par Marc ARAKIOUZO

Braves petits écolos ! Je vous trouve très mignons ... Vos maisons en paille ou en terre, vos bicyclettes, vos jardins potagers, vos niaiseries douces et - hélas - durables et renouvelables, vos colibris qui essayent d’éteindre 78000 incendies en pissant dessus ... Vous êtes des génies et je bave d’admiration devant vos funestes prévisions.



Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
20 octobre 2019 - 11h23 - Posté par Alain 51

Bonjour
Enfin une voix courageuse dissonnante, car la plupart des opposants au Canal Seine Nord se font faits acheter, en particulier notre premier ministre qui a obtenu la construction de l’écluse Le Havre 2000 contre son silence bienveillant sans parler des députés soit-disant écologistes achetés par LREM.
Le Canal Seine-Nord est une catastrophe financière, économique, sociale et écologique.
Financière car hormis les dépassements budgétaires qui nous emmèneront au-delà de 6 milliards d’euros tout le monde oublie le fait qu’il va falloir détruire et reconstruire à 7m20 de hauteur libre tous les ponts du Nord-Pas de Calais au risque de dévier le trafic vers Valenciennes et isoler Lille et Dunkerque, il faut compter au minimum 4 milliards d’euros sans compter la difficulté énorme de couper temporairement l’autoroute du Nord à Dourges et le périphérique sud de Lille.
Economique car nous allons gagner tout au plus 10 millions de tonnes de fret, à peine 5% du fret routier alors que nous aurions pu doubler le trafic actuel du Canal du Nord avec des investissements intelligents (infrastructures rénovées, modernisation de la flotte).
Sociale car c’est la porte ouverte à la flotte hollandaise employant un sous-prolétariat d’europe de l’est qui envahira le bassin de la Seine et détruira la flotte française.
Ecologique car nous allons massacrer 2 vallées :
La vallée de l’Oise ou ce qu’il en reste en abaissant le niveau des eaux de 50 cm afin de pouvoir construire de nouvelles zones industrielles, commerciales et pavillonnaires sans aucun respect pour les nappes phréatiques et les zones humides.
La vallée moyenne de la Somme car il n’y aura qu’un seul bassin entre Noyon et Marquion alors que les dénivelés sont de plus ou moins 50 mètres au moins, la vallée de la Somme au niveau de Péronne sera ensevelie sous une colline de 50 mètres de haut, de 300 mètres de large et de 20 kms de long, les secteurs surélevés (Ruyaulcourt par exemple) seront quant à eux traversés par des saignées de 50 mètres de profondeur sur 300 mètres de large.
Tout cela n’empêchera pas le doublement de l’autoroute du nord, Vinci et les autres sont prêts.
Au secours ils sont devenus fous !
Demandons pardon d’avance aux générations futures !



Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
20 octobre 2019 - 11h57 - Posté par Alain 51

J’ai oublié la cerise sur le gâteau : à l’image du Danube et du Rhin le canal Seine Nord serait doté d’un statut international indépendant du droit français !


Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
20 octobre 2019 - 12h51 - Posté par Eve76

Bon, le démarrage prévu des travaux est 2022, donc 2 ans pour tenter de mobiliser... Votre message amène des éléments complémentaires à l’encontre de ce projet... et on pourrait encore en trouver d’autres, notamment sur les coûts de fonctionnement de ce barrage qui risquent de ne pas être couverts par le passage des péniches, qui va payer la différence ?

Mais il me semble que la meilleure manière de s’opposer à ce projet, c’est de bâtir des projets alternatifs pour relancer une économie locale. C’est aux habitants de la région de chercher des idées et de les élaborer....


Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
20 octobre 2019 - 20h09 - Posté par Alain 51

Concernant la rentabilité du projet, les 10 milliards d’euros sont à fonds perdus même si les péages vont passer de 0.06 €/tonne (0.001 €/t/km sur 60 km) à 4 ou 6 €/tonne selon les différentes estimations, où est l’économie ?

Ces nouveaux péages exhorbitants vont rapporter environ 100 millions d’euros par an selon une hypothèse optimiste de 20 millions de tonnes de fret transportés, ce qui couvrira à peine les coûts d’entretien et de personnel du Canal Seine Nord.

Tout d’abord il faut enlever au canal son image idyllique, un canal est une insulte à l’environnement. Combien d’animaux se noient régulièrement dans nos canaux, même si les berges du Canal du Nord à moitié effondrées leur laissent plus de chances. Combien de kWh (de MWh plutôt) sont consommés pour remonter l’eau en permanence d’un bief à l’autre (chaque mouvement d’écluse représente un écoulement de plus de 5000 mètres cubes d’eau qu’il faut remonter avec des pompes car les ponctions sur l’environnement ne suffisent pas ) ?

Mais le Canal du Nord existe et il faut l’utiliser.

Une solution alternative consisterait à moderniser le canal actuel (les berges s’écroulent, les tirants d’eau ne sont pas respectés, les embâcles ne sont pas enlevées, les brêches ne sont pas colmatées) afin de permettre aux bateaux de le traverser sans s’arrêter pour ceux qui le désirent, ce qui représente 18 heures de navigation. Cela libérerait les temps d’attente aux écluses dans la journée, les gens pressés passant pendant la nuit. Les écluses sont déjà automatiques, il ne reste plus qu’à assurer un éclairage actionné par détecteurs et un balisage pour permettre l’assistance automatique à la conduite.

La flotte actuelle a une moyenne d’âge supérieure à 60 ans, il faut financer son déchirage (destruction), subventionner sa reconstruction et pratiquer des tarifs de fret fluvial coercitifs et transparents.

En effet les courtiers (par des détournements de facturations) et les chargeurs donneurs d’ordre (tonnages donnés à la route pour éviter que les prix du transport fluvial ne flambent) sont de connivence pour empêcher les mariniers de dégager les marges nécessaires à un tel financement.

A cause de cette vie difficile et malgré son courage, la jeune génération s’est détournée massivement du métier, il faut la séduire à nouveau avec une rentabilité digne de ce nom, et non la remplacer par une flotte internationale employant un sous-prolétariat est-européen.

A priori une telle approche aurait un coût d’environ 1 milliard d’euros pour un doublement possible du fret du Canal du Nord actuel, soit 8 à 10 millions de tonnes. Le fret fluvial, à l’exception des Pays-Bas, n’est qu’un fret de complément, il n’a ni la vocation ni le potentiel de remplacer la route ou le fer.

Voilà une solution dont les autorités ne veulent pas entendre parler, car elle ne répond pas à la pression délétère de l’Union Européenne (surtout des Pays-Bas).


Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
22 octobre 2019 - 10h56 - Posté par Eve76

Votre message contient une proposition alternative à opposer au projet de canal.
Puis-je la faire figurer à la suite de mon article sur mon blog A travers la brume ?

Et pourriez-vous m’y laisser un message par le formulaire "contact", ce qui nous permettrait de converser directement ?

Merci !





Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO
Ce n’est pas avec des médailles qu’on résoudra les problèmes de l’hôpital
vendredi 15 - 11h23
de : JO
Création du CNNR : Conseil National de la Nouvelle Résistance
jeudi 14 - 22h12
Le capitalisme ne va pas s’effondrer tout seul, il faut s’en préoccuper !
jeudi 14 - 15h22
de : Eve76
2 commentaires
32 HEURES : ET SI C’ÉTAIT LE MOMENT ?
mercredi 13 - 20h56
de : Ch Delarue
Crise sanitaire sous contrôle ouvrier à la coopérative Scop-Ti
mercredi 13 - 10h11
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite