Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
de : Delaunay Matthieu
lundi 21 octobre 2019 - 22h11 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 98.3 ko

https://blogs.mediapart.fr/delaunay...

17 oct. 2019 Par Delaunay Matthieu

Après une intervention remarquée à la tribune des Nations Unies le 8 octobre 2019, Hinamoeura Cross, une des nombreuses victimes des 193 essais nucléaires réalisés par la France entre 1960 et 1996 en Polynésie dite française, livre son témoignage.

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai fêté mes 31 ans il y a un mois, suis maman d’un petit garçon de huit ans et nous habitons dans la commune de Mataiea à Tahiti. J’ai grandi dans une famille avec des parents ayant un certain statut puisque mon père est avocat et ma mère une femme politique indépendantiste. J’ai donc grandi avec ces modèles. J’ai suivi des études de droit, mais ne me voyais pas reprendre le cabinet d’avocat de mon père. Comme j’ai toujours aimé la cuisine, je me suis retrouvée à la tête d’une société de traiteur constituée d’une équipe solide, ce qui me permet d’avoir du temps pour travailler sur d’autres causes. Je viens de monter une société immobilière, ai encore beaucoup d’autres projets en tête, mais mes 30 ans ont marqué le début de mon engagement en rapport avec le fait nucléaire dont mon peuple a été victime. Le 2 juillet 2019, jour de commémoration du premier essai nucléaire en 1960, j’ai décidé de révéler au grand jour ma maladie et le 8 octobre dernier, j’ai témoigné devant la 4ème Commission des Nations Unies. Depuis, je suis portée par les encouragements et les soutiens et j’ai envie de défendre cette cause. J’ai le sentiment que ça va être le combat de ma vie.

De quelle maladie souffrez-vous ?

La Leucémie myéloïde chronique est un cancer du sang qui touche la moelle épinière. Je vis dans l’idée que je vais bien et j’y pense peu. Mon quotidien a été très difficile au début, surtout les premières années : prise de sang toutes les semaines, ponction de la moelle osseuse mensuelle. Ces ponctions sont la pire chose dans cette maladie puisque, sans anesthésie, on vous enfonce une énorme aiguille de dix centimètres dans le thorax. C’est plus douloureux qu’un accouchement. Moi j’étais déjà adulte, mais je pense encore avec émotion aux milliers d’enfants polynésiens qui sont touchés par la leucémie et qui subissent ces mêmes analyses. À l’heure actuelle, je prends un cachet de chimiothérapie par jour qui permet de mettre en sommeil la maladie, mais comme je suis de nature très positive, je crois que c’est ce qui fait ma force et me permet de vivre pleinement au quotidien. Je suis toujours en rémission, mais dois prendre mon traitement pour une durée encore indéterminée.

Pourquoi vous êtes-vous décidée à vous lancer dans ce combat ?

J’avais 25 ans quand on m’a décelé cette leucémie. Ce qui a été assez particulier pour moi, c’est que je connaissais déjà les maladies radio-induites, puisque ma mère, ma grand-mère, mon arrière-grand-mère, ma tante et ma sœur sont toutes touchées à la thyroïde. Il s’agit d’une glande endocrine qui régule de nombreux systèmes hormonaux, et qui est très impactée par la radioactivité. Depuis mes 15 ans, je devais aller faire une échographie annuelle pour vérifier que je n’avais rien. Jusque-là, je me sentais chanceuse, et puis à 25 ans on m’a décelé cette leucémie.

Quelles ont été les réactions autour de vous ?

Dès le début, il était clair que je n’allais pas le crier sur tous les toits. Le Polynésien a toujours cette honte, cette gêne qui fait qu’il refuse de se mettre en avant. Pendant six ans, je n’en ai parlé qu’à mes proches. Ce qui m’a aidée à tenir le coup, c’est que les gens que je côtoyais ne savaient pas que j’étais malade et me traitaient comme une personne normale.

Avez-vous fait le lien rapidement avec les essais nucléaires ?

Dans un coin de ma tête, la relation était faite, mais sans le revendiquer parce que nous ne sommes pas une civilisation qui a envie de se battre, de se réveiller... Surtout, mon éducation a beaucoup joué : j’ai fait les écoles en Polynésie, gérées par l’Éducation nationale française, et n’ai donc pas grandi en apprenant ce fait historique. Les essais nucléaires, on n’en parlait ni à l’école ni dans notre entourage. Et puis l’année dernière, Monsieur Oscar Temaru, président de Tavini huiraʻatira (parti politique indépendantiste polynésien, ndlr), a déposé une communication auprès de la Cour pénale internationale (CPI) contre la France, pour crime contre l’humanité suite à ses 193 essais nucléaires. Cela fait 40 ans qu’il combat et demande réparation, mais n’a pas été aussi entendu qu’il devrait l’être. C’est là que j’ai commencé à me documenter et à m’intéresser à tout ce qui s’est passé.

Que s’est-il passé alors ?

Entre 1960 et 1996, il y a eu 193 essais nucléaires en Polynésie dite française. J’ignorais leur nombre et leur puissance : certains étaient 150 fois plus puissants que Hiroshima et Nagasaki. À l’école, j’ai étudié la seconde guerre mondiale et ces bombes lancée sur le Japon, je sais que c’est d’une extrême cruauté, mais moi-même et la grande majorité de la population avons été maintenu dans l’ignorance vis-à-vis ce de fait nucléaire chez nous. Au moment du dépôt de plainte à la CPI, je me suis dit que ce n’était pas normal, que si on continuait comme ça, ce scandale allait être oublié. Je crois que c’est ce que l’État français souhaite et cherche à faire : nous faire oublier cette réalité.

Quelle est-elle ?

Des familles polynésiennes entières sont décimées par ces maladies. Des personnes rencontrées suite à mon témoignage ont avoué avoir perdu leurs parents, leurs frères, leurs sœurs, leurs enfants, leurs neveux et nièces et tout cela est caché ! Quand certaines bombes explosaient, il y avait un nuage de pluie qui s’en suivait. Le message sanitaire des autorités françaises était : « quand la pluie arrive, abritez-vous sous vos bananiers et vos maisons, mais dès que la pluie s’arrête, c’est bon vous pouvez reprendre le cours d’une vie normale. » Sauf que nous parlons d’atolls, la plupart sans montagne et sans source ! L’eau que ces gens buvaient, c’était de l’eau de pluie ! Celle dans les biberons des enfants était recueillie dans des citernes, de l’eau contaminée donc. C’est aberrant, ces îles auraient dû être évacuées.

L’État français a-t-il forcé les Polynésiens à souffrir en silence ?

Non, je dirais que c’est avant tout culturel. Nous sommes un peuple gentil et la première chose que les gens peuvent noter c’est notre accueil. Le Maohi est de nature bonne et ne voit le mal nulle part. Ce n’est pas facile à dire, mais nous autres Polynésiens, avons été tellement ignorants ! La France est venue en 1960 pour nous dire qu’on allait faire exploser des bombes atomiques chez nous et qu’avons-nous fait ? Nous avons dansé pour eux au son des Toére et les avons couronnés de fleurs en leur faisant la bise. Je pense qu’ils nous ont bien choisis. Nous sommes gentils, bons, mais ignorants.

Vous considérez-vous responsables de cette ignorance ?

Le Président De Gaulle revendiquait des essais propres, jurant que les Polynésiens ne seraient pas touchés. Il nous a vendu les essais nucléaires comme un nouveau progrès pour nous, qui amènerait de nouvelles écoles, des routes et un développement économique. Or, à l’époque, on savait déjà que les essais nucléaires étaient quelque chose de particulièrement cruel, mais je pense que notre situation géographique nous a coupés du monde et des informations. Dans les années 60, un Tahitien, Pouvana’a a Oopa Tetuaapua, qui ne souhaitait pas que les essais nucléaires se fassent en Polynésie, s’était levé contre ces projets. Il s’est fait arrêter, condamner et emprisonner en France. Ils ont fait taire les gens pour pouvoir continuer ce qu’ils avaient prévu.

Aujourd’hui, quelle est la position de la France dans ce dossier ?

Elle a reconnu 21 maladies radio-induites qui pourraient découler des essais nucléaires. Ce chiffre se base sur leurs recherches, mais je sais que le Japon et les États-Unis en reconnaissent un plus grand nombre. C’est une autre chose sur laquelle nous allons devoir travailler : cette liste semble beaucoup moins complète que ce qu’on veut nous faire croire. Ce qui est malheureux, c’est que nous n’avons accès à aucune étude. Au moment où je vous parle, je ne peux pas vous dire combien de Polynésiens sont touchés par les maladies radio-induites ni combien en sont morts. On nous dit qu’il n’y a pas d’étude, ce n’est pas faute d’avoir demandé pourtant. La première chose que je souhaite faire est de répertorier ces statistiques. Je fais donc un appel à mon peuple : prenez contact avec moi pour me donner vos chiffres : morts, victimes actuelles, etc.

C’est donc devenu votre combat ?

Le combat a commencé à New York et je reçois depuis des milliers de soutiens. Il est temps de préparer la suite. Si je n’avais pas été touchée par cette maladie, je ne me serais pas sentie impliquée et me dirais comme la plupart des gens : « Le mal est fait, donc pourquoi se réveiller ? Pour quoi faire ? Tournons la page ». Je suis toute jeune militante, et à mon échelle je souhaite nous faire entendre et ouvrir la voie, libérer la parole, que les gens n’aient plus honte ni peur de parler. Sensibiliser la population me semble important pour réveiller les consciences et obtenir une reconnaissance et la réparation.

À combien s’élèverait-elle ?

Puisqu’on ne peut pas revenir sur les essais nucléaires, que nos océans sont pollués, c’est vers les milliers de malades qu’il faut se tourner. Ce qui pèse lourd sur les Polynésiens, c’est le coût de ces traitements à supporter collectivement. En ce qui me concerne, cela représente 250 000 euros de dépenses au niveau de la CPS, notre caisse de prévoyance sociale locale. Elle n’a rien à voir avec la sécurité sociale de France, puisque nous avons la nôtre en propre. C’est donc nous, les Polynésiens, qui supportons seuls le coût de toutes ces maladies, dont des maladies radio-induites. C’est proprement scandaleux.

Le fait nucléaire est un argument des indépendantistes. Pensez-vous que cela explique le mépris ou l’ignorance de l’État français à l’endroit des malades ?

Les montants que je viens de vous citer sont tellement exorbitants que cela peut être une raison. Concernant la cause indépendantiste, je rappelle que je suis allée à l’ONU en tant que membre de la société civile, une victime indirecte. Je regrette qu’à l’échelle de la Polynésie ce combat soit cantonné au Tavini, le parti indépendantiste, et à l’Église protestante maohi, alors qu’il devrait nous réunir tous. Aujourd’hui, beaucoup de ceux nés après 1996 ignorent qu’il y a eu des essais nucléaires en Polynésie. C’est pour cela qu’il faut maintenir la mémoire et informer. Si nous avons autant de malades, ce n’est pas la faute du mauvais sort. Il est temps que la France reconnaisse que ses essais nucléaires ont eu de lourdes conséquences sanitaires.

Porter une telle parole, est-ce que cela vous effraie ?

D’une certaine manière, l’État français maintient une pression. J’ai des amis qui travaillent dans la fonction publique, dans l’Éducation nationale qui me disent :« Je te soutiens, mais je ne vais pas partager ton combat sur les réseaux sociaux. Je te soutiens de manière discrète, parce que j’ai peur des représailles si je parle trop. »

Mais vous, avez-vous peur ?

Y a-t-il une raison pour laquelle je devrais avoir peur ? Je n’ai reçu aucune menace, aucune insulte. Ce n’est que le début, je veux mener d’autres actions et rassembler beaucoup de monde. Avec cette intervention à l’ONU, nous avons franchi un point de non-retour. C’est la première fois qu’une victime, qu’une malade, s’exprimait. Cela a parlé aux gens. La porte est ouverte et c’est à moi de fédérer et continuer pour ne pas que cette énergie retombe et que nous reprenions comme si rien ne s’était passé. Le travail commence !

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Mars 2019

http://www.chrisp.lautre.net/wpblog...

ESSAIS NUCLEAIRES : DEUX DIRIGEANTS AUTOCHTONES, UN SHOSHONE ET UN POLYNESIEN, ENGAGENT DES POURSUITES CONTRE LES ETATS-UNIS ET LA FRANCE POUR GENOCIDE

On March 17, 2019, in Shoshone, la nation la plus bombardée de l’histoire, Uranium Nucléaire / Christine Prat 15 mars 2019

Les essais nucléaires ont causé, et continuent de causer, de nombreux décès et ont rendu des territoires inhabitables. Beaucoup de peuples dans le monde ont été victimes “d’essais” effectués sans leur consentement. Cet article a été inspiré par les récits de Moëtai Brotherson, député de Tahiti (Paris, Octobre 2018), et de Ian Zabarte, dirigeant des Bandes Shoshone de l’Ouest, dans le Nevada (Las Vegas, septembre 2017). Ils ont tous deux décidé de poursuivre, respectivement, l’Etat français et les Etats-Unis, afin que les conséquences des essais nucléaires de ces deux Etats soient reconnus comme génocides. M. Zabarte essai d’obtenir la reconnaissance du génocide de son peuple par les Nations Unies, M. Brotherson a déposé une plainte pour génocide auprès de la Cour de Justice Internationale. M. Brotherson est le seul député membre d’un parti indépendantiste.

Les essais nucléaires américains dans le Nevada ont commencé en janvier 1951. La toute première bombe avait explosé au Nouveau-Mexique – dans une zone “non peuplée”, selon les grands médias, mais pas loin du tout de la Réserve Apache Mescalero – le 16 juillet 1945, seulement quelques semaines avant que les bombes soient larguées sur Hiroshima et Nagasaki. Les Etats-Unis ont aussi procédé à des essais nucléaires à Bikini, dans les Iles Marshall, dès 1946. Curieusement, au lieu de provoquer la peur et la contestation, les essais de Bikini ont lancé la mode d’un type de maillot de bain et une stupide chanson populaire. Les Etats-Unis avaient évacué la population Autochtone de Bikini, promettant aux gens qu’ils pourraient rentrer bientôt. A l’heure actuelle, Bikini est toujours inhabitable. Dans le Nevada, les essais n’ont pas eu lieu “dans le désert”, comme le prétendent toujours les médias, mais en territoire Shoshone. Plus de 1000 bombes y ont explosé, entre janvier 1951 et septembre 1992 – faisant de la Nation Shoshone la Nation la plus bombardée de l’histoire. Bien entendu, la population Shoshone a été décimée. Le site d’essais de Mercury est situé à environ 115 km de Las Vegas (il y a aussi une Réserve Païute entre Las Vegas et Mercury).

Les essais nucléaires français ont commencé à Reggane, en Algérie, en territoire Touareg, de 1960 à 1961. Quatre essais atmosphériques y ont eu lieu. De 1961 à 1966, 13 essais souterrains ont eu lieu à In Ecker, également en territoire Touareg. L’Algérie est devenue indépendante en 1962. Les Français ont réussi à mettre dans le Traité de paix l’autorisation de continuer leurs essais nucléaires jusqu’en 1967. Donc, dès 1966, ils ont commencé à faire leurs essais en Polynésie “française”, à Mururoa et Fangataufa. De 1966 à 1974, 46 essais atmosphériques ont eu lieu, et de 1975 à 1996, 147 bombes ont explosé sous Mururoa et Fangataufa.

Les médias dominants ne parlent jamais des dégâts causés aux Peuples Autochtones et à leurs territoires. Même aujourd’hui, des décennies plus tard, ils ne mentionnent que les victimes ‘Blanches’, ou s’il n’y en a pas, prétendent toujours que les essais nucléaires ont eu lieu dans des ‘déserts’. Dans une émission historique relativement récente, France Culture a prétendu que la bombe de Trinity – le premier essai nucléaire jamais réalisé – avait eu lieu dans le Désert du Nouveau-Mexique, une “région inhabitée” ; que les essais américains avaient eu lieu dans le “désert” du Nevada ; que les essais nucléaires français à Reggane, en Algérie, avaient causé des décès et des maladies chez les militaires français et leurs familles, chez des jeunes appelés (ce qui est effectivement choquant), et chez des commerçants installés à Reggane pour nourrir tout ce monde, mais ils ne disent toujours pas un mot de la population Touareg Autochtone de Reggane et In Ecker, bien que ce soit leur territoire. Ça a été un peu différent pour la Polynésie. Les opposants ont immédiatement manifesté leur soutien à la population Autochtone.

C’est peut-être parce que les essais en Polynésie ont commencé en pleine guerre du Vietnam, alors que tous les pacifistes du monde étaient dans les rues pour soutenir les Vietnamiens et étaient donc conscients de l’existence et des souffrances des Peuples Autochtones. Une affiche largement distribuée à la fin des années 60, représentait la Mort avec les cheveux et les colliers de fleurs d’une Polynésienne. Cependant, ça n’a pas suffi pour obliger la France à arrêter les essais, les plaintes répétées de la Nouvelle Zélande ont probablement eu plus d’effet. L’attitude des médias est toujours indubitablement raciste.

M. Zabarte se bat aussi contre un projet de site d’enfouissement profond de déchets nucléaires (comme à Bure), sous la montagne Yucca, sacrée pour les Shoshone, située dans une région volcanique, et très proche du site d’essais de Mercury. Depuis notre rencontre, il a aussi soutenu les Timbisha, un peuple Shoshone qui vit de l’autre côté de la chaîne de montagnes, en Californie, mais très proche du site d’essais et également touché par la radioactivité. M. Zabarte se bat pour leur cause aux Nations Unies, essentiellement en montrant que tout cela se produit en territoire non-cédé selon les Traités. Les Shoshone, comme beaucoup d’autres Peuples Autochtones aux Etats-Unis et au Canada, n’ont jamais cédé leurs territoires et sont toujours “souverains”. Les Etats-Unis n’ont jamais respecté un seul Traité signé avec les Autochtones.

M. Brotherson nous rappelle que la Polynésie “Française”, tout comme la Kanaky (“Nouvelle Calédonie”), était en tête de la liste des Nations Unies établie en 1946, de territoires à décoloniser. En 1963, la Polynésie a été retirée illégalement de la liste, suite à une demande du Ministère de Affaires Etrangères français. En 2003, la France a saisi l’occasion d’un changement constitutionnel pour remplacer le mot “Peuples” par “populations”, pour ses territoires d’Outremer. Cela a permis à la France de signer la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones, sans la respecter, vu qu’ “il n’y a pas de Peuples Autochtones en France” !

Les deux Peuples, Shoshone et Polynésien, ont été ravagés par les activités nucléaires. M. Zabarte m’a dit qu’il devait sa vie à sa mère, qui a déménagé à San Francisco dès qu’elle a été enceinte. Lorsqu’ils sont retournés chez eux des années plus tard, M. Zabarte a été choqué d’apprendre qu’il n’avait plus de famille, que tous ses cousins étaient morts de cancers. Tout le territoire de Polynésie “Française” est touché par la radioactivité. Beaucoup de gens sont morts de cancers, actuellement beaucoup souffrent encore de diverses maladies, de malformations congénitales, et de l’impact désastreux de la radioactivité sur l’environnement, la faune et la flore.

Le génocide n’est pas terminé. Les effets du nucléaire portent sur des centaines, des milliers d’années. Alors, faites ce que vous pouvez pour soutenir leurs luttes pour que ce soit reconnu officiellement par le monde entier !

&&&&&&&&&&&&&&&&

Juillet 2019

suivre https://www.facebook.com/moruroaetatou



Imprimer cet article





Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
1 commentaire
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s'attendre à un résultat différent. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite