Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie


de : Delaunay Matthieu
lundi 21 octobre 2019 - 22h11 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 98.3 ko

https://blogs.mediapart.fr/delaunay...

17 oct. 2019 Par Delaunay Matthieu

Après une intervention remarquée à la tribune des Nations Unies le 8 octobre 2019, Hinamoeura Cross, une des nombreuses victimes des 193 essais nucléaires réalisés par la France entre 1960 et 1996 en Polynésie dite française, livre son témoignage.

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai fêté mes 31 ans il y a un mois, suis maman d’un petit garçon de huit ans et nous habitons dans la commune de Mataiea à Tahiti. J’ai grandi dans une famille avec des parents ayant un certain statut puisque mon père est avocat et ma mère une femme politique indépendantiste. J’ai donc grandi avec ces modèles. J’ai suivi des études de droit, mais ne me voyais pas reprendre le cabinet d’avocat de mon père. Comme j’ai toujours aimé la cuisine, je me suis retrouvée à la tête d’une société de traiteur constituée d’une équipe solide, ce qui me permet d’avoir du temps pour travailler sur d’autres causes. Je viens de monter une société immobilière, ai encore beaucoup d’autres projets en tête, mais mes 30 ans ont marqué le début de mon engagement en rapport avec le fait nucléaire dont mon peuple a été victime. Le 2 juillet 2019, jour de commémoration du premier essai nucléaire en 1960, j’ai décidé de révéler au grand jour ma maladie et le 8 octobre dernier, j’ai témoigné devant la 4ème Commission des Nations Unies. Depuis, je suis portée par les encouragements et les soutiens et j’ai envie de défendre cette cause. J’ai le sentiment que ça va être le combat de ma vie.

De quelle maladie souffrez-vous ?

La Leucémie myéloïde chronique est un cancer du sang qui touche la moelle épinière. Je vis dans l’idée que je vais bien et j’y pense peu. Mon quotidien a été très difficile au début, surtout les premières années : prise de sang toutes les semaines, ponction de la moelle osseuse mensuelle. Ces ponctions sont la pire chose dans cette maladie puisque, sans anesthésie, on vous enfonce une énorme aiguille de dix centimètres dans le thorax. C’est plus douloureux qu’un accouchement. Moi j’étais déjà adulte, mais je pense encore avec émotion aux milliers d’enfants polynésiens qui sont touchés par la leucémie et qui subissent ces mêmes analyses. À l’heure actuelle, je prends un cachet de chimiothérapie par jour qui permet de mettre en sommeil la maladie, mais comme je suis de nature très positive, je crois que c’est ce qui fait ma force et me permet de vivre pleinement au quotidien. Je suis toujours en rémission, mais dois prendre mon traitement pour une durée encore indéterminée.

Pourquoi vous êtes-vous décidée à vous lancer dans ce combat ?

J’avais 25 ans quand on m’a décelé cette leucémie. Ce qui a été assez particulier pour moi, c’est que je connaissais déjà les maladies radio-induites, puisque ma mère, ma grand-mère, mon arrière-grand-mère, ma tante et ma sœur sont toutes touchées à la thyroïde. Il s’agit d’une glande endocrine qui régule de nombreux systèmes hormonaux, et qui est très impactée par la radioactivité. Depuis mes 15 ans, je devais aller faire une échographie annuelle pour vérifier que je n’avais rien. Jusque-là, je me sentais chanceuse, et puis à 25 ans on m’a décelé cette leucémie.

Quelles ont été les réactions autour de vous ?

Dès le début, il était clair que je n’allais pas le crier sur tous les toits. Le Polynésien a toujours cette honte, cette gêne qui fait qu’il refuse de se mettre en avant. Pendant six ans, je n’en ai parlé qu’à mes proches. Ce qui m’a aidée à tenir le coup, c’est que les gens que je côtoyais ne savaient pas que j’étais malade et me traitaient comme une personne normale.

Avez-vous fait le lien rapidement avec les essais nucléaires ?

Dans un coin de ma tête, la relation était faite, mais sans le revendiquer parce que nous ne sommes pas une civilisation qui a envie de se battre, de se réveiller... Surtout, mon éducation a beaucoup joué : j’ai fait les écoles en Polynésie, gérées par l’Éducation nationale française, et n’ai donc pas grandi en apprenant ce fait historique. Les essais nucléaires, on n’en parlait ni à l’école ni dans notre entourage. Et puis l’année dernière, Monsieur Oscar Temaru, président de Tavini huiraʻatira (parti politique indépendantiste polynésien, ndlr), a déposé une communication auprès de la Cour pénale internationale (CPI) contre la France, pour crime contre l’humanité suite à ses 193 essais nucléaires. Cela fait 40 ans qu’il combat et demande réparation, mais n’a pas été aussi entendu qu’il devrait l’être. C’est là que j’ai commencé à me documenter et à m’intéresser à tout ce qui s’est passé.

Que s’est-il passé alors ?

Entre 1960 et 1996, il y a eu 193 essais nucléaires en Polynésie dite française. J’ignorais leur nombre et leur puissance : certains étaient 150 fois plus puissants que Hiroshima et Nagasaki. À l’école, j’ai étudié la seconde guerre mondiale et ces bombes lancée sur le Japon, je sais que c’est d’une extrême cruauté, mais moi-même et la grande majorité de la population avons été maintenu dans l’ignorance vis-à-vis ce de fait nucléaire chez nous. Au moment du dépôt de plainte à la CPI, je me suis dit que ce n’était pas normal, que si on continuait comme ça, ce scandale allait être oublié. Je crois que c’est ce que l’État français souhaite et cherche à faire : nous faire oublier cette réalité.

Quelle est-elle ?

Des familles polynésiennes entières sont décimées par ces maladies. Des personnes rencontrées suite à mon témoignage ont avoué avoir perdu leurs parents, leurs frères, leurs sœurs, leurs enfants, leurs neveux et nièces et tout cela est caché ! Quand certaines bombes explosaient, il y avait un nuage de pluie qui s’en suivait. Le message sanitaire des autorités françaises était : « quand la pluie arrive, abritez-vous sous vos bananiers et vos maisons, mais dès que la pluie s’arrête, c’est bon vous pouvez reprendre le cours d’une vie normale. » Sauf que nous parlons d’atolls, la plupart sans montagne et sans source ! L’eau que ces gens buvaient, c’était de l’eau de pluie ! Celle dans les biberons des enfants était recueillie dans des citernes, de l’eau contaminée donc. C’est aberrant, ces îles auraient dû être évacuées.

L’État français a-t-il forcé les Polynésiens à souffrir en silence ?

Non, je dirais que c’est avant tout culturel. Nous sommes un peuple gentil et la première chose que les gens peuvent noter c’est notre accueil. Le Maohi est de nature bonne et ne voit le mal nulle part. Ce n’est pas facile à dire, mais nous autres Polynésiens, avons été tellement ignorants ! La France est venue en 1960 pour nous dire qu’on allait faire exploser des bombes atomiques chez nous et qu’avons-nous fait ? Nous avons dansé pour eux au son des Toére et les avons couronnés de fleurs en leur faisant la bise. Je pense qu’ils nous ont bien choisis. Nous sommes gentils, bons, mais ignorants.

Vous considérez-vous responsables de cette ignorance ?

Le Président De Gaulle revendiquait des essais propres, jurant que les Polynésiens ne seraient pas touchés. Il nous a vendu les essais nucléaires comme un nouveau progrès pour nous, qui amènerait de nouvelles écoles, des routes et un développement économique. Or, à l’époque, on savait déjà que les essais nucléaires étaient quelque chose de particulièrement cruel, mais je pense que notre situation géographique nous a coupés du monde et des informations. Dans les années 60, un Tahitien, Pouvana’a a Oopa Tetuaapua, qui ne souhaitait pas que les essais nucléaires se fassent en Polynésie, s’était levé contre ces projets. Il s’est fait arrêter, condamner et emprisonner en France. Ils ont fait taire les gens pour pouvoir continuer ce qu’ils avaient prévu.

Aujourd’hui, quelle est la position de la France dans ce dossier ?

Elle a reconnu 21 maladies radio-induites qui pourraient découler des essais nucléaires. Ce chiffre se base sur leurs recherches, mais je sais que le Japon et les États-Unis en reconnaissent un plus grand nombre. C’est une autre chose sur laquelle nous allons devoir travailler : cette liste semble beaucoup moins complète que ce qu’on veut nous faire croire. Ce qui est malheureux, c’est que nous n’avons accès à aucune étude. Au moment où je vous parle, je ne peux pas vous dire combien de Polynésiens sont touchés par les maladies radio-induites ni combien en sont morts. On nous dit qu’il n’y a pas d’étude, ce n’est pas faute d’avoir demandé pourtant. La première chose que je souhaite faire est de répertorier ces statistiques. Je fais donc un appel à mon peuple : prenez contact avec moi pour me donner vos chiffres : morts, victimes actuelles, etc.

C’est donc devenu votre combat ?

Le combat a commencé à New York et je reçois depuis des milliers de soutiens. Il est temps de préparer la suite. Si je n’avais pas été touchée par cette maladie, je ne me serais pas sentie impliquée et me dirais comme la plupart des gens : « Le mal est fait, donc pourquoi se réveiller ? Pour quoi faire ? Tournons la page ». Je suis toute jeune militante, et à mon échelle je souhaite nous faire entendre et ouvrir la voie, libérer la parole, que les gens n’aient plus honte ni peur de parler. Sensibiliser la population me semble important pour réveiller les consciences et obtenir une reconnaissance et la réparation.

À combien s’élèverait-elle ?

Puisqu’on ne peut pas revenir sur les essais nucléaires, que nos océans sont pollués, c’est vers les milliers de malades qu’il faut se tourner. Ce qui pèse lourd sur les Polynésiens, c’est le coût de ces traitements à supporter collectivement. En ce qui me concerne, cela représente 250 000 euros de dépenses au niveau de la CPS, notre caisse de prévoyance sociale locale. Elle n’a rien à voir avec la sécurité sociale de France, puisque nous avons la nôtre en propre. C’est donc nous, les Polynésiens, qui supportons seuls le coût de toutes ces maladies, dont des maladies radio-induites. C’est proprement scandaleux.

Le fait nucléaire est un argument des indépendantistes. Pensez-vous que cela explique le mépris ou l’ignorance de l’État français à l’endroit des malades ?

Les montants que je viens de vous citer sont tellement exorbitants que cela peut être une raison. Concernant la cause indépendantiste, je rappelle que je suis allée à l’ONU en tant que membre de la société civile, une victime indirecte. Je regrette qu’à l’échelle de la Polynésie ce combat soit cantonné au Tavini, le parti indépendantiste, et à l’Église protestante maohi, alors qu’il devrait nous réunir tous. Aujourd’hui, beaucoup de ceux nés après 1996 ignorent qu’il y a eu des essais nucléaires en Polynésie. C’est pour cela qu’il faut maintenir la mémoire et informer. Si nous avons autant de malades, ce n’est pas la faute du mauvais sort. Il est temps que la France reconnaisse que ses essais nucléaires ont eu de lourdes conséquences sanitaires.

Porter une telle parole, est-ce que cela vous effraie ?

D’une certaine manière, l’État français maintient une pression. J’ai des amis qui travaillent dans la fonction publique, dans l’Éducation nationale qui me disent :« Je te soutiens, mais je ne vais pas partager ton combat sur les réseaux sociaux. Je te soutiens de manière discrète, parce que j’ai peur des représailles si je parle trop. »

Mais vous, avez-vous peur ?

Y a-t-il une raison pour laquelle je devrais avoir peur ? Je n’ai reçu aucune menace, aucune insulte. Ce n’est que le début, je veux mener d’autres actions et rassembler beaucoup de monde. Avec cette intervention à l’ONU, nous avons franchi un point de non-retour. C’est la première fois qu’une victime, qu’une malade, s’exprimait. Cela a parlé aux gens. La porte est ouverte et c’est à moi de fédérer et continuer pour ne pas que cette énergie retombe et que nous reprenions comme si rien ne s’était passé. Le travail commence !

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Mars 2019

http://www.chrisp.lautre.net/wpblog...

ESSAIS NUCLEAIRES : DEUX DIRIGEANTS AUTOCHTONES, UN SHOSHONE ET UN POLYNESIEN, ENGAGENT DES POURSUITES CONTRE LES ETATS-UNIS ET LA FRANCE POUR GENOCIDE

On March 17, 2019, in Shoshone, la nation la plus bombardée de l’histoire, Uranium Nucléaire / Christine Prat 15 mars 2019

Les essais nucléaires ont causé, et continuent de causer, de nombreux décès et ont rendu des territoires inhabitables. Beaucoup de peuples dans le monde ont été victimes “d’essais” effectués sans leur consentement. Cet article a été inspiré par les récits de Moëtai Brotherson, député de Tahiti (Paris, Octobre 2018), et de Ian Zabarte, dirigeant des Bandes Shoshone de l’Ouest, dans le Nevada (Las Vegas, septembre 2017). Ils ont tous deux décidé de poursuivre, respectivement, l’Etat français et les Etats-Unis, afin que les conséquences des essais nucléaires de ces deux Etats soient reconnus comme génocides. M. Zabarte essai d’obtenir la reconnaissance du génocide de son peuple par les Nations Unies, M. Brotherson a déposé une plainte pour génocide auprès de la Cour de Justice Internationale. M. Brotherson est le seul député membre d’un parti indépendantiste.

Les essais nucléaires américains dans le Nevada ont commencé en janvier 1951. La toute première bombe avait explosé au Nouveau-Mexique – dans une zone “non peuplée”, selon les grands médias, mais pas loin du tout de la Réserve Apache Mescalero – le 16 juillet 1945, seulement quelques semaines avant que les bombes soient larguées sur Hiroshima et Nagasaki. Les Etats-Unis ont aussi procédé à des essais nucléaires à Bikini, dans les Iles Marshall, dès 1946. Curieusement, au lieu de provoquer la peur et la contestation, les essais de Bikini ont lancé la mode d’un type de maillot de bain et une stupide chanson populaire. Les Etats-Unis avaient évacué la population Autochtone de Bikini, promettant aux gens qu’ils pourraient rentrer bientôt. A l’heure actuelle, Bikini est toujours inhabitable. Dans le Nevada, les essais n’ont pas eu lieu “dans le désert”, comme le prétendent toujours les médias, mais en territoire Shoshone. Plus de 1000 bombes y ont explosé, entre janvier 1951 et septembre 1992 – faisant de la Nation Shoshone la Nation la plus bombardée de l’histoire. Bien entendu, la population Shoshone a été décimée. Le site d’essais de Mercury est situé à environ 115 km de Las Vegas (il y a aussi une Réserve Païute entre Las Vegas et Mercury).

Les essais nucléaires français ont commencé à Reggane, en Algérie, en territoire Touareg, de 1960 à 1961. Quatre essais atmosphériques y ont eu lieu. De 1961 à 1966, 13 essais souterrains ont eu lieu à In Ecker, également en territoire Touareg. L’Algérie est devenue indépendante en 1962. Les Français ont réussi à mettre dans le Traité de paix l’autorisation de continuer leurs essais nucléaires jusqu’en 1967. Donc, dès 1966, ils ont commencé à faire leurs essais en Polynésie “française”, à Mururoa et Fangataufa. De 1966 à 1974, 46 essais atmosphériques ont eu lieu, et de 1975 à 1996, 147 bombes ont explosé sous Mururoa et Fangataufa.

Les médias dominants ne parlent jamais des dégâts causés aux Peuples Autochtones et à leurs territoires. Même aujourd’hui, des décennies plus tard, ils ne mentionnent que les victimes ‘Blanches’, ou s’il n’y en a pas, prétendent toujours que les essais nucléaires ont eu lieu dans des ‘déserts’. Dans une émission historique relativement récente, France Culture a prétendu que la bombe de Trinity – le premier essai nucléaire jamais réalisé – avait eu lieu dans le Désert du Nouveau-Mexique, une “région inhabitée” ; que les essais américains avaient eu lieu dans le “désert” du Nevada ; que les essais nucléaires français à Reggane, en Algérie, avaient causé des décès et des maladies chez les militaires français et leurs familles, chez des jeunes appelés (ce qui est effectivement choquant), et chez des commerçants installés à Reggane pour nourrir tout ce monde, mais ils ne disent toujours pas un mot de la population Touareg Autochtone de Reggane et In Ecker, bien que ce soit leur territoire. Ça a été un peu différent pour la Polynésie. Les opposants ont immédiatement manifesté leur soutien à la population Autochtone.

C’est peut-être parce que les essais en Polynésie ont commencé en pleine guerre du Vietnam, alors que tous les pacifistes du monde étaient dans les rues pour soutenir les Vietnamiens et étaient donc conscients de l’existence et des souffrances des Peuples Autochtones. Une affiche largement distribuée à la fin des années 60, représentait la Mort avec les cheveux et les colliers de fleurs d’une Polynésienne. Cependant, ça n’a pas suffi pour obliger la France à arrêter les essais, les plaintes répétées de la Nouvelle Zélande ont probablement eu plus d’effet. L’attitude des médias est toujours indubitablement raciste.

M. Zabarte se bat aussi contre un projet de site d’enfouissement profond de déchets nucléaires (comme à Bure), sous la montagne Yucca, sacrée pour les Shoshone, située dans une région volcanique, et très proche du site d’essais de Mercury. Depuis notre rencontre, il a aussi soutenu les Timbisha, un peuple Shoshone qui vit de l’autre côté de la chaîne de montagnes, en Californie, mais très proche du site d’essais et également touché par la radioactivité. M. Zabarte se bat pour leur cause aux Nations Unies, essentiellement en montrant que tout cela se produit en territoire non-cédé selon les Traités. Les Shoshone, comme beaucoup d’autres Peuples Autochtones aux Etats-Unis et au Canada, n’ont jamais cédé leurs territoires et sont toujours “souverains”. Les Etats-Unis n’ont jamais respecté un seul Traité signé avec les Autochtones.

M. Brotherson nous rappelle que la Polynésie “Française”, tout comme la Kanaky (“Nouvelle Calédonie”), était en tête de la liste des Nations Unies établie en 1946, de territoires à décoloniser. En 1963, la Polynésie a été retirée illégalement de la liste, suite à une demande du Ministère de Affaires Etrangères français. En 2003, la France a saisi l’occasion d’un changement constitutionnel pour remplacer le mot “Peuples” par “populations”, pour ses territoires d’Outremer. Cela a permis à la France de signer la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones, sans la respecter, vu qu’ “il n’y a pas de Peuples Autochtones en France” !

Les deux Peuples, Shoshone et Polynésien, ont été ravagés par les activités nucléaires. M. Zabarte m’a dit qu’il devait sa vie à sa mère, qui a déménagé à San Francisco dès qu’elle a été enceinte. Lorsqu’ils sont retournés chez eux des années plus tard, M. Zabarte a été choqué d’apprendre qu’il n’avait plus de famille, que tous ses cousins étaient morts de cancers. Tout le territoire de Polynésie “Française” est touché par la radioactivité. Beaucoup de gens sont morts de cancers, actuellement beaucoup souffrent encore de diverses maladies, de malformations congénitales, et de l’impact désastreux de la radioactivité sur l’environnement, la faune et la flore.

Le génocide n’est pas terminé. Les effets du nucléaire portent sur des centaines, des milliers d’années. Alors, faites ce que vous pouvez pour soutenir leurs luttes pour que ce soit reconnu officiellement par le monde entier !

&&&&&&&&&&&&&&&&

Juillet 2019

suivre https://www.facebook.com/moruroaetatou



Imprimer cet article





Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO
Ce n’est pas avec des médailles qu’on résoudra les problèmes de l’hôpital
vendredi 15 - 11h23
de : JO
Création du CNNR : Conseil National de la Nouvelle Résistance
jeudi 14 - 22h12
Le capitalisme ne va pas s’effondrer tout seul, il faut s’en préoccuper !
jeudi 14 - 15h22
de : Eve76
2 commentaires
32 HEURES : ET SI C’ÉTAIT LE MOMENT ?
mercredi 13 - 20h56
de : Ch Delarue
Crise sanitaire sous contrôle ouvrier à la coopérative Scop-Ti
mercredi 13 - 10h11
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite