Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le long déclin du capitalisme social .
de : Christian DELARUE
mardi 29 octobre 2019 - 08h48 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Le long déclin du capitalisme social .

On trouve toujours des individus à soutenir le capitalisme comme système de production fondé sur le profit d’abord mais il s’agit souvent, au sein des classes populaires, d’un « capitalisme social » c’est à dire d’un capitalisme ou il n’y a pas que des grosses entreprises capitalistes aveugles à ce qu’elles détruisent tant chez les humains exploités et subordonnés que dans une nature totalement livrée à sa transformation intensive et sans limite . C’est à dire, pour le dire autrement, un capitalisme limité par des droits et des services publics . Ce capitalisme systémique serait porteur, via l’Etat social et républicain de droits humains ou la liberté économique ne serait pas totalement fétichisée, c’est à dire placée comme un dispositif juridique intouchable au dessus des autres libertés, au-dessus des besoins humains du peuple-classe, des 99% d’en-bas. Au-dessus des autres principes : Egalité, solidarité et laïcité .

Dans ce « capitalisme social » il y a donc bien des entreprises capitalistes, pleinement au coeur du système, qui déploient une logique d’exploitation forte de la force de travail mais il y a en face - en contrepoids systémique - non seulement des syndicats de travailleurs et travailleuses (nécessaires mais insuffisants) mais aussi une législation sociale protectrice, donc des lois protégeant le monde du travail face au capital, aux détenteurs des moyens de production et de distribution. Il y a aussi à considérer l’absence, au sein du système productiviste pour le profit d’abord, d’une sorte de « raison manquante » dans la surexploitation de la nature, des sols et des sous-sols (extractivisme).

 Partir de cette vision - floue souvent - pour montrer la logique historique de destruction du monde social et écologique (soit Thanatos) !

Alors, que dire de la tendance lourde des 40 dernières années, depuis le début des années 80 ? N’est-elle pas surtout destructrice des garanties sociales qui définissent ce « capitalisme social » ? Ne faut-il pas mesurer la vigueur d’une destruction de tout ce « social » (des codes, des institutions, des fonctionnaires de contrôle et de distribution de droits, etc ) sur plusieurs décennies, tant au plan national que mondial ? N’est-ce pas les firmes multinationales ou les sociétés transnationales et leurs groupes de pression qui en sont la cause avec l’appui du 1% et des gouvernements de droite comme de gauche ? Une gauche - le PS - s’est bien laissée embourber dans le système , même si des lois furent prises (RTT 35 heures notamment) ! Un certain syndicalisme préféra se mettre du côté du patronat contre de micros conquêtes.

Cette dynamique mortifère sur plusieurs décennies est porteuse d’inégalités sociales fortes. On atteint des sommets d’inégalités et rien ne laisse entendre un arrêt et un rééquilibrage.

On pouvait jadis passer relativement massivement du décile d’en-bas en début de carrière à des niveaux plus élevés en fin de carrière, grâce précisément au système de la carrière appliqué dans les trois fonctions publiques et dans certaines grandes entreprises . Evidemment, tous n’arrivaient pas dans le dernier décile car il s’agit de cadres de divers niveaux mais une très large fraction de travailleurs et travailleuses décollaient du SMIC et montaient dans la classe moyenne pour atteindre un niveau relatif de confort. Aujourd’hui c’est de moins en moins le cas. Ce sera encore moins le cas si on casse les mécanismes de stabilité et de promotion collective des travailleurs et travailleuses, du public et du privé. La précarisation et les bas salaires sont la cause du maintien dans le salariat modeste aux fins de mois difficiles (cf gilets jaunes).

Le salaire net moyen est de 2250 euros, chiffre qui n’est pas atteint en fin de carrière par une immense majorité de salariés qui restent très en-deçà. Ce sont les très riches qui font monter la moyenne à 2250 euros. Les retraités du public ou du privé sont largement en deçà des 2250 euros net. Et ceux et celles qui sont au-dessus ne sont pas riches mais en situation de retraités aisés. Il faudrait ici abandonné la question des revenus pour aborder aussi celle des patrimoines.

On a aujourd’hui des inégalités sociales fortes avec une classe dominante très riche - avec un 1% lui-même divisé certains étant hyper-riches - et ce alors que le processus d’appauvrissement et de déclassement social frappe aussi bien la classe moyenne que les classes modestes, celles qui connaissent des fins de mois difficiles. Cet écart d’inégalités sociales ne semble pas pouvoir se réduire bien que l’on trouve des syndicats combatifs mobilisants des forces déterminées. C’est que la classe dominante du 1% n’est pas que riche, elle est dominante. Elle parvient à soumettre les esprits des classes populaires dominées.

A la destruction continue et méthodique de l’Etat social, avec son volet territorial d’abandon des services publics en campagne, s’ajoute la destruction de notre environnement naturel . L’industrialisation de la vieille économie marchande a débouché, sur de graves excès. La logique de profit d’abord a conforté ces excès ! Il faut bien se dire qu’avec ce capitalisme débridé nous ne sommes plus dans l’excès mais dans sa logique profonde.

Il suffit donc bien de se retourner pour voir qu’à quasiment chaque réforme gouvernementale on a cassé les régulations juridiques et institutionnelles qui entravaient les logiques mortiféres du capitalisme, les logiques destructrices de l’Etat social, de la cohésion sociale

 Résister d’abord, construire ensuite !

D’aucuns nous disent « tant qu’on n’a rien de mieux à proposer, la critique systémique du capitalisme n’est guère sérieuse ». Est-ce à dire alors qu’il faille laisser faire ? Qu’il faille juste négocier des bouts de réforme et laisser passer la méga-destruction de l’Etat social ?

Il importe d’abord et avant tout de s’opposer, de résister à Thanatos, à la barbarie qui vient (et qui n’est pas que chez les dictateurs façon Orban ou Salvini) mais chez tous les dirigeants qui s’emploient de Sarkozy à Macron à la destruction méthodique de l’Etat social avec ses services publics, sa sécurité sociale, son code du travail, son statut de la fonction publique.

Faut-il se cantonner dans les critiques sans solution, dans les seules résistances collectives qui de plus n’aboutissent pas toujours ? Il importe de proposer des réformes à effet cliquet qui brident le système, qui le dénature, qui transforme le loup capitaliste prédateur en humain respectueux et bienveillant !

On entend parfois : « Les marxistes avaient au moins une cohérence, c’est qu’ils croyaient en un système meilleur et voulaient l’appliquer : mettre fin au capitalisme en abolissant la propriété privée des moyens de production, mettre fin au marché en instituant la planification centralisée ». Mais c’est plus le stalinisme comme l’autre chose historiquement développée qui est alors montré du doigt qu’un socialisme authentique bénéficiant au peuple-classe et plus respectueux de la nature ! Cette méfiance dans l’alternative anti-systémique est une façon de (re)poser la question des libertés, de l’indivisibilité des libertés. Celle de la démocratie aussi.

Les classes populaires - moyennes et modestes - veulent majoritairement la liberté et la démocratie contre l’oligarchisation du monde, celle qui accompagne sa financiarisation. Elles le veulent notamment en refusant en France la retraite par points, les fonds de pension et la financiarisation de toute l’économie.

A poursuivre...

Christian DELARUE

Syndicaliste CGT Rennes et altermondialiste



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le long déclin du capitalisme social .
29 octobre 2019 - 13h53 - Posté par Marc ARAKIOUZO

J’ai stoppé net ma lecture à partir du concept confusionniste "peuple-classe 99 %". Si on laisse passer ce type de niaiserie inutile, on est foutus, lobotomisés, crétinisés, ...etc. Eh ! Delarue ! Peux tu écrire un texte sans ineptie ?



Le long déclin du capitalisme social .
29 octobre 2019 - 22h00 - Posté par Christian DELARUE

Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.

Analyse générale d’une double fracture qui casse la cohésion sociale et territoriale du pays.

Nous visons ici une tiers-mondisation par double disparition en cours (un processus) d’une part des classes moyennes, d’autre part de l’habitat périphérique des classes moyennes et de la ruralité.

Le territoire avec ses services publics a été réellement construit par le dirigisme de l’aménagement territorial républicain de l’Etat social constructeur de jadis, par la "main gauche de l’Etat" (Bourdieu) d’après-guerre , un Etat certes pas "socialiste" mais néanmoins constructeur contre le capitalisme alors qu’aujourd’hui l’Etat néolibéral est destructeur (Thanatos mortifère) avec le capitalisme actionnarial qui profite au 1% (et même au 5% d’en haut).

Il ne s’agit donc pas d’évoquer une version nationale et communautaire tout en rapport interne-externe - de type France contre Chine de la tiers-mondisation ou autre version communautaire englobante - qui fait comme toute idéologie de droite, l’impasse sur les rapports classistes entre 1% et peuple-classe mais plutôt de montrer une tiers-mondisation intérieure ou la classe dominante nationale est impliquée ; impliquée du fait de son adoption du paradigme néolibéral : libéralisme économique, concurrentialisme européen et mondial, spencérisme à tous les étages comme prototype des relations humaines, effacement du solidarisme social-démocrate, de la redistribution fiscale social-démocrate, de la volonté de socialiser les banques, de sortir du capitalisme !

Cette version nationale-communautaire fait très peu de ças de celle qui s’approfondie sous nos yeux, au moins tendanciellement :

1) tiers-mondisation sociale par disparition en cours de la classe moyenne et par mis en cause du système de l’emploi stable et du système de la carrière avec réel décolage du smic et montée dans l’ascenseur social (qui est devenu élitiste alors qu’il était de masse)). La montée en force de la contractualisation, de la précarité sociale, du chômage de masse est ici sur le banc d’accusation.

2) tiers-mondisation territoriale par abandon des services publics de pleine compétence en campagne, dans les territoires ruraux et dans d’autres lieux dépourvus d’investissement du capital financiarisé.

Christian DELARUE

CGT Finances publiques rennes

Convergence des sp
.


Le long déclin du capitalisme social .
30 octobre 2019 - 23h35 - Posté par Christian DELARUE

Le socialisme : A nouveau une perspective !

Donald Trump a lancé sa campagne pour sa réélection en 2020 en mettant en garde contre les dangers du « socialisme » dit R Godin sur Médiapart. Car il y a bien une montée de la référence au socialisme qui inquiète D Trump et les riches possédants, le 1% . Un sondage cité indiquait que 40 % des citoyens des États-Unis (et 55 % des femmes) préféreraient vivre dans un « pays socialiste » que dans un pays capitaliste. 30 ans après la chute du mur !

Quel socialisme pour le XXIe siècle ?
https://www.mediapart.fr/journal/international/140819/quel-socialisme-pour-le-xxie-siecle

Cela suppose un recul du coeur de l’activité capitaliste autour du profit d’abord et donc un recul de la propriété privée en lien avec les logiques marchandes ! Et une avancée de l’appropriation publique avec démocratisation dans la foulée et avancée de l’appropriation sociale : mise en commun et socialisation !


Le long déclin du capitalisme social .
9 novembre 2019 - 03h46 - Posté par Nemo3637

"Capitalisme social" ? Notion confuse. Pourquoi ne pas évoquer le "Travail social" ? On en gagnerait en clarté.
Pourrait-il exister d’autres entreprises capitalistes qui ne seraient pas "aveugles" ? La réponse permettrait de préciser la vision réformiste de l’auteur.
Ce qui compte pour une entreprise capitaliste c’est le profit qui permet sa survie et son développement. Le travail social n’est pas rentable (revoir Marx) mais on pourrait en discuter.






Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
5 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
lundi 25 - 01h23
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Toujours contre la prostitution et le viol ici ou ailleurs avec Zéromacho - Christian Delarue
dimanche 24 - 12h07
de : Christian Delarue
3 commentaires
L’ANARCHIE - Théories et pratiques libertaires
dimanche 24 - 11h37
de : Ernest London
Pigeons.
samedi 23 - 20h40
de : L’iena rabbioso
Réforme des retraites : « les carrières gruyère des femmes vont se payer cash »
samedi 23 - 10h57
La haine de l’Indien
vendredi 22 - 18h55
de : Álvaro GARCIA LINERA
2 commentaires
Projection-débat “Nous ne vendrons pas notre avenir” 21 novembre 2019 - 18h30 (video)
jeudi 21 - 11h44
de : Info’Com CGT

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La question est de savoir dans quels cas et jusqu'à quel point nous sommes obligés d'obéir à un système injuste. John Rawls
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite