Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Combattre le fémonationalisme
de : Chantal Mirail
samedi 9 novembre 2019 - 13h08 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires

Quand Schiappa instrumentalise le féminisme à des fins racistes et xénophobes

Révolution Permanente

La dernière proposition de Marlène Schiappa ? Expulser les citoyens étrangers coupables de violences faites aux femmes.

Derrière un agenda pseudo-féministe se cachent les motivations les plus réactionnaires. Le gouvernement occupe littéralement tout le terrain du régalien ces dernières semaines ; abordant la question sous tous les angles possibles pour avancer sa politique réactionnaire et islamophobe. Après les polémiques éculées sur le voile, la loi réactionnaire pour interdire le port de celui-ci dans les sorties scolaires, et le passage de quotas d’immigration, c’est au tour de Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité homme-femmes, de participer elle aussi à l’offensive islamophobe sous couvert des droits des femmes. Sa dernière proposition ? Expulser les citoyens étrangers coupables de violences faites aux femmes : « J’insisterais plus particulièrement sur une mesure : nous allons désormais expulser les citoyens étrangers condamnés pour violences sexistes ou sexuelles. » Derrière un agenda pseudo-progressiste se cachent les motivations les plus réactionnaires. Ces mesures s’inscrivent non seulement dans la continuité des politiques racistes menées par le gouvernement, son « tournant régalien », dont l’interview d’Emmanuel Macron dans le magazine d’extrême-droite Valeurs Actuelles est l’illustration, mais aussi dans la politique répressive et sécuritaire menée au nom du droit des femmes. Il y avait déjà eu la vidéo de Marlène Schiappa se baladant dans les rues de la Chapelle, sous-titrée des paroles d’une chanson des Destiny’s Child, « I am a survivor », et du commentaire « Les lois de la république protègent les femmes, elles s’appliquent à toute heure, en tout lieu », stigmatisant une population bien définie, ici les réfugiés, pour en faire des barbares qui seraient « naturellement » enclins à commettre des actes violents envers les femmes. C’est ici exactement la même logique qui prévaut, en érigeant la figure de « l’étranger », dont le caractère même d’étranger en fait une menace latente pour les femmes, surtout les femmes « françaises ». Une façon de poursuivre sur un autre front le politique de « tri » entre les « bons » et les « mauvais » migrants instaurés par les quotas sur l’immigration, et qui ne vise en dernière instance qu’à avancer plus loin dans l’agenda réactionnaire du gouvernement qui cherche tant bien que mal à rassurer les électeurs de droite qui pourraient être tentés par le Rassemblement National. Or, en ciblant certaines populations, ici les « hommes étrangers », pour en faire des sujets naturellement dangereux, dont la culture serait par essence arriérée et barbare, Schiappa réalise un fameux et fumeux tour de passe-passe : disparu l’impérialisme français qui oppresse ses ex-colonies (et au premier chef les femmes), et disparu aussi le patriarcat national ! Des néolibéraux aux réactionnaires : tous féministes ? Non contente de masquer derrière ce discours réactionnaire le fait que l’oppression des femmes est structurelle et qu’elle n’est pas l’apanage de secteurs issus de l’immigration, Schiappa exonère l’impérialisme français de ses crimes contre les populations de pays ravagés par la guerre, le pillage et le massacre – dont des viols d’enfants en Centrafrique ayant mené à des non lieux. La secrétaire d’État a déclaré en effet : « Si on lutte contre les violences faites aux femmes en Afrique et si on favorise leur émancipation économique, on fait en sorte qu’elles puissent vivre dignement dans leurs pays d’origine, au lieu d’être obligées d’en partir. » Une plaisanterie des plus sordides et des plus ignobles ! De quelle émancipation parle-t-on lorsqu’un pays comme la France, fondée sur l’histoire coloniale écrite en lettres de sang et de feu, continue, sous une forme différente, de mener ses politiques impérialistes en Afrique, base sa richesse sur l’exploitation de pays en Afrique ? Lorsqu’on parle de violences de genre, dont les agressions sexuelles, les viols et les féminicides sont les exemples les plus extrêmes, ultimes maillons d’une longue chaîne de violences, le premier responsable se trouve bien être l’État capitaliste, ses institutions, son personnel politique ; et avec lui l’ensemble de ce système économique qui produit et reproduit sans cesse l’exploitation, la misère, la violence sous toutes ses formes. Et rappelons seulement à ce titre qu’au sein même du gouvernement, des Darmanin et Hulot ont été accusés de viols sans que cela ne les pousse à démissionner ! Ici, encore une fois, au nom du droit des femmes, c’est la confluence d’un agenda réactionnaire venant de la droite, des néolibéraux et de l’extrême-droite qui est mis en place. Car dans un pays où l’histoire coloniale est si présente comme la France, le féminisme est détourné pour servir des intérêts impérialistes réactionnaires, comme le note la chercheuse Sara Farris : « Le fémonationalisme renvoie à la fois à l’exploitation des thèmes féministes par les nationalistes et les néolibéraux dans les campagnes anti-islam […] et à la participation de certaines féministes à la stigmatisation des hommes musulmans sous la bannière de l’égalité des sexes. Le fémonationalisme décrit ainsi, d’une part, les tentatives des partis de droite et des néolibéraux de faire avancer la politique xénophobe et raciste par la promotion de l’égalité des sexes, et d’autre part, l’implication de diverses féministes dans les représentations de l’Islam comme une religion et une culture misogynes par excellence. » Une alliance de circonstance qui s’était déjà retrouvée dans un front islamophobe défendant la « liberté française » du décolleté contre les « fondamentalistes » en burkini.

Pour un féminisme lutte des classes !

Non, l’émancipation des femmes ne pourra pas être garanti par un gouvernement réactionnaire qui mène ses guerres en Afrique, pille ses ex-colonies, et poursuit dans les quartiers populaires sa politique raciste ; pas plus ne pourra-t-elle venir de ce discours puant qui vise à mobiliser une rhétorique féministe pour mettre en avant son agenda nationaliste et néolibéral. Marlène Schiappa est membre d’un gouvernement qui éborgne, qui mutile, qui réprime ; un gouvernement qui mène une guerre sociale acharnée contre la majorité de la population et surtout les classes populaires, et parmi elles, les femmes, qui sont en première ligne de réformes comme l’assurance-chômage ou les retraites. Leur soi-disant féminisme ne vise qu’à détourner ce qu’est réellement la lutte pour l’émancipation de toutes et tous, une émancipation qui ne pourra jamais venir de la main de ceux-là même qui tiennent les chaînes qui nous oppriment, alors même qu’une immense majorité de femmes sont en première ligne de l’exploitation et l’oppression sous toutes ses formes, et dont la violence sexuelle n’est que l’un des aspects. Notre émancipation devra en réalité se conquérir par la lutte de tous les opprimés contre les préjugés réactionnaires qui servent à la classe dominante d’instruments de division de notre classe, au nom desquels le pseudo-féminisme néolibéral qui sert de paravent à l’impérialisme pour camoufler ses crimes et exonérer le patriarcat bien de chez nous qui continue de s’exprimer – et alors même que le courage de certaines femmes, comme Adèle Haenel, expose à quel point les puissants, si tant est qu’il fallait encore le prouver après des affaires comme Weinstein ou Epstein, ont, eux, les mains libres (et tous les moyens) pour donner libre cours à la violence patriarcale. C’est tout leur système qu’il faut mettre à bas ! Comme l’écrit la militante féministe et marxiste révolutionnaire Andréa d’Atri dans son ouvrage Du Pain et des Roses : « Affirmer que nous ne voulons pas nous intégrer à l’État capitaliste et patriarcal n’est pas suffisant pour y mettre un terme. Pour ce faire, il est nécessaire de le combattre et de le détruire. Sur ce chemin, la recherche de meilleures formes d’existence, plus égalitaires, dans les limites restreintes de cette société d’exploitation, est importante pour des millions de femmes dans le monde. Mais cela n’est pas suffisant quand nos corps, nos désirs, nos vies, restent soumis à l’exploitation, à la discrimination et à la soumission qui naissent des relations de propriété défendues par l’État et auxquelles nous ne pouvons nous soustraire volontairement. »

Révolution Permanente



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Combattre le fémonationalisme
9 novembre 2019 - 14h14 - Posté par Christian DELARUE

Un fémonationalisme correspond à un féminisme du 1 % de la nation, un féminisme des riches et des dominants économiques et financiers de ce pays. On pourrait étendre à la critique du féminisme du 1% de l’union européenne et de son oligarchie !

En contre-point, on pourrait militer pour un féminisme du peuple-classe (les 99%) mais sans populisme nationaliste ou xénophobe ni islamophobe (entendu ici comme essentialisme de l’islam vu comme unique alors qu’il est pluriel avec une fraction elle-même variable à combattre) , ni populisme pro-intégrisme religieux (cf intransigeantisme des intégrismes religieux) !



Combattre le fémonationalisme
9 novembre 2019 - 14h34 - Posté par Raymond H

« Expulser les citoyens étrangers coupables de violences faites aux femmes. »
Ces citoyens étrangers ne sont pas plus mal traités que les autres en fait. En droit français ils sont d’abord justiciables, comme les autres, puis une fois purgée leur peine, ils sont expulsables comme n’importe quel autre étranger ayant commis une infraction ou un crime ; rien de neuf donc, la ministre enfonce une porte ouverte. Maintenant, nous ne sommes pas obligés d’être d’accord avec cela, mais alors on attaque sous un autre angle.
« Le gouvernement occupe littéralement tout le terrain du régalien ces dernières semaines »
C’est le minimum que n’importe quel gouvernement de n’importe quel état de n’importe quel régime puisse faire : remplir ses fonctions régaliennes (police, justice, défense). Je ne vois donc pas très bien la remarque sauf à dire que les fonctions en question sont au service d’un gouvernement antipopulaire. Autant l’écrire comme cela directement sans passer par ce détour.
« abordant la question sous tous les angles possibles pour avancer sa politique réactionnaire et islamophobe »
Donc tu présupposes que les « étrangers coupables de violences faites aux femmes » visés sont tous musulmans ? C’est grave car la ministre ne le dit pas. Et à part les racistes, personne ne le dit. On peut être étranger, violer une femme, sans être musulman. Et même si un étranger de religion musulmane viole une femme (française ou non), nous sommes en droit de le dire et de le dénoncer comme tout autre viole, sans être traité de raciste ou d’islamophobe comme tu sembles vouloir le suggérer. Sinon, il y aurait une sorte de discrimination positive qui ressemblerait fort à du racisme. Ce sont des êtres humains comme les autres et donc critiquables comme les autres. Par contre, ce qui serait raciste, ce serait de prétendre que les tous musulmans sont des violeurs en puissance. Soit parce qu’un homme de religion musulmane aurait commis un viol ; comme si cela était intrinsèque à cette religion, soit, en se référant aux positions misogynes et patriarcales soutenues par des intégristes islamistes. Sauf que ces positions que nous les retrouvons aussi dans d’autres religions et elles sont un des éléments constitutifs des différentes cultures des peuples de par le monde. Sur ce point, il y a un sacré travail d’éducation idéologique et politique à faire et pas uniquement vers les musulmans.
« le passage de quotas d’immigration »
Attention, les quotas en question ne concernent pas toute l’immigration, qui continuera sous le régime des lois actuelles, mais ils visent à faciliter l’immigration et accélérer la naturalisation d’étrangers sur des professions en tension, c’est-à-dire pour lesquelles il y a un manque de main d’œuvre (ce qui se fait au Canada par exemple). De plus, ça ne concerne pas que les étrangers de religion musulmane (comme tu sembles le penser) mais tous, quelque soit leur origine.
Ca ne sert à rien de voir des cailloux là où il n’y en a pas, on a assez du RN qui s’est saisi de cette proposition pour réitérer sa croisade anti-migrants. Ceci dit, cette proposition vise à satisfaire une partie du patronat qui voit là l’occasion d’embaucher une main d’œuvre diplômée à bon compte, sans avoir eu la charge de sa formation. Cela il faut le dénoncer.

Bref, Chantal M, j’ai l’impression que tu fais une fixette (toi aussi) sur les musulmans, versions dénonciation de l’islamophobie que tu vois partout. Le dernier paragraphe de ta contribution était suffisant (même s’il appelle quelques remarques) : car oui, le féminisme c’est avant tout la lutte de classes.



Combattre le fémonationalisme
9 novembre 2019 - 16h10 - Posté par Marc ARAKIOUZO

Le "féminisme" américain - scandinave - nini n’est qu’une agence de publicité au service de l’état policier, merci Chantal !



Combattre le fémonationalisme
9 novembre 2019 - 17h01 - Posté par Christian DELARUE

MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire

Le MRAP considère que les conditions de l’appel à rassemblement ne procédaient pas d’un esprit unitaire, tant le texte, son contenu, que la présence de groupes politico-religieux à l’origine de l’appel font obstacle à un rassemblement large qui seul peut permettre de lutter contre toutes les déclinaisons du racisme, dont le racisme anti-musulman.

Le MRAP laisse ses adhérents libres de participer ou de ne pas participer à ce rassemblement.

Il en appelle, devant la montée des haines racistes dont le racisme anti-musulman, mais aussi des haines homophobes et sexistes, à un large appel unitaire pluriel et transparent pour mobiliser tous les citoyens qui aspirent à une société apaisée, sur tout le territoire.

Paris, le 8 novembre 2019

(Communiqué sur le rassemblement du 10 nov 2019 contre l’islamophobie)


Combattre le fémonationalisme
9 novembre 2019 - 18h08 - Posté par Chantal Mirail

Gluuuppps
Cet article n’est pas de moi, je n’ai fait que le transmettre, il est paru dans Révolution permanente, je n’ai pas trouvé la signature.
Toutes mes excuses pour cette confusion.
Mais je l’applaudis.
il me semble important, y compris sur Bellaciao où règne de plus en plus une islamophobie décomplexée de contrebalancer ce climat.
Demain rassemblement contre l’Islamophobie
qu’on peut appeler comme on veut
(le terme d’antisémisisme lui non plus n’est pas très adapté, mais j’accepte de l’employer)
A tous ceux qui critiquent cet appel je demande qu’ils réagissent enfin. Qu’ils choisissent la forme, les mots qu’ils veulent, mais qu’ils cessent de se taire !Car cette réalité-là tue et stigmatise.
Une pensée à ces femmes qui, parce qu’elles ont décidé de se voiler, sont victimes de violences, d’ostracisme ou même de ce regard qui tue au quotidien.



Combattre le fémonationalisme
10 novembre 2019 - 17h09 - Posté par Roberto Ferrario

? ????????????????????????????????????????????????????????????????????????

sur Bellaciao où règne de plus en plus une islamophobie décomplexée

 ?????????????????????????????????????????????????????????????????????????


Combattre le fémonationalisme
10 novembre 2019 - 18h12 - Posté par Raymond H

Tu pousses un peu camarade. Ce n’est pas parce qu’on critique la vision conservatrice, patriarcale et réactionnaire des islamistes que nous sommes islamophobes, c’est à dire dans le langage de ces mêmes islamistes, racistes.
Le droit au débat et à la critique concerne toutes les idées et idéologie et donc également celles défendues par ces islamistes (en quoi seraient-ils à l’abri ; sur quels critères ?). Et là, par ta remarque tu tues le débat en renvoyant BC dans les abysses de l’extrême-droite ; trop facile et peu digne de quelqu’une qui se dit anarchiste par ailleurs.
De plus, je réfute le terme d’islamophobie, je préfère racisme antimusulman (car il s’agit bien pour les racistes de construire une race musulmane qui n’existe pas), comme je préfère racisme antijuif plutôt qu’antisémite (si on va par là, tous les sémites ne sont pas juifs pas plus que tous les juifs ne sont sémites).


Combattre le fémonationalisme
10 novembre 2019 - 18h41 - Posté par Christian DELARUE



Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite