Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La haine de l’Indien
de : Álvaro GARCIA LINERA
vendredi 22 novembre 2019 - 18h55 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

https://www.legrandsoir.info/la-hai...

Tel un épais brouillard nocturne, la haine parcourt voracement les quartiers des classes moyennes urbaines traditionnelles de Bolivie. Leurs yeux débordent de rage. Ils ne crient pas : ils crachent ; ils ne réclament pas : ils imposent.

Leurs slogans ne sont pas d’espoir ni de fraternité : ils sont de mépris et de discrimination envers les Indiens. Ils enfourchent leurs motos, montent sur des camionnettes, se regroupent dans leurs fraternités carnavalesques et leurs universités privées et partent à la chasse des Indiens soulevés qui ont osé leur ôter le pouvoir.

À Santa Cruz, ils organisent des hordes motorisées 4 x 4, gourdin à la main, pour faire un exemple contre les Indiens, qu’ils appellent collas et qui vivent dans les quartiers marginaux et dans les marchés. Ils scandent des slogans : Tuons des collas, et s’ils croisent en chemin une Indienne portant la pollera, ils la frappent, la menacent et la somment d’abandonner leur territoire. À Cochabamba, ils organisent des convois pour imposer la suprématie raciale dans la zone Sud où vivent les classes nécessiteuses et chargent comme des régiments de cavalerie contre des milliers de femmes, des paysannes sans défense qui marchent en demandant la paix. Ils portent à la main des battes de base-ball, des chaînes, des grenades à gaz, et certains arborent des armes à feu. La femme est leur victime préférée : ils saisissent une mairesse d’une localité paysanne, l’humilient, la traînent dans la rue, la frappent, urinent sur elle quand elle tombe par terre, lui coupent les cheveux, menacent de la lyncher et, quand ils se rendent compte qu’on les filme, ils finissent par l’arroser de peinture rouge qui symbolise ce qu’ils feront de son sang.

À La Paz, ils soupçonnent leurs domestiques et ils se taisent quand elles leur apportent les plats à table ; au fond, ils les méprisent, mais ils en ont peur. Plus tard, ils descendent dans la rue pour crier, ils injurient Evo et, en lui, tous ces Indiens qui ont osé construire une démocratie interculturelle dans l’égalité. Quand ils sont nombreux, ils traînent la wiphala, le drapeau indigène, crachent dessus, le foulent aux pieds, la coupent, la brûlent. C’est une rage viscérale qui se déchaîne sur ce symbole des Indiens qu’ils voudraient balayer de la terre en même temps que tous ceux qui s’y reconnaissent.

La haine raciale est le langage politique de cette classe moyenne traditionnelle. Ils ne servent à rien, leurs titres universitaires, leurs voyages, leur foi, parce qu’en fin de compte tout se dilue devant la lignée. Au fond, la souche imaginée est plus forte et semble collée au langage spontané de la peau qui hait, des gestes viscéraux et de leur morale corrompue.

Tout a explosé le dimanche 20 [octobre] quand Evo Morales a remporté les élections avec plus de 10 p. 100 de différence sur le second, mais non avec l’immense avantage d’avant ni avec 51 p. 100 des voix. C’est le signal qu’attendaient les forces régressives aux aguets, depuis ce candidat timoré de l’opposition libérale et les forces politiques ultra-conservatrices jusqu’à l’OEA [Organisation des États américains] et l’ineffable classe moyenne traditionnelle. Evo avait gagné de nouveau, mais il n’avait plus 60 p. 100 de l’électorat : il était donc plus faible et il fallait se lancer sur lui. Le perdant ne reconnut pas sa défaite. L’OEA parla d’élections honnêtes, mais d’une victoire réduite et demanda un second tour, conseillant par conséquent de violer la Constitution qui stipule qu’un candidat est élu s’il obtient plus de 40 p. 100 des voix et plus de 10 points de différence sur le second.

Et la classe moyenne se lança à la chasse des Indiens. Le lundi 21 [octobre]dans la nuit, cinq des neufs organes électoraux furent incendiés, dont les bulletins de vote. Santa Cruz décréta une grève civique qui articula les habitants des quartiers du centre de la ville, et se ramifia aux quartiers résidentiels de La Paz et de Cochabamba. Et la terreur se déclencha. Des bandes paramilitaires entreprirent d’assiéger des institutions, d’incendier des sièges syndicaux, de mettre le feu aux domiciles de candidats et de dirigeants politique du parti au gouvernement, et finirent même par mettre à sac le domicile privé du président ; ailleurs, elles séquestrèrent des familles, enfants y compris, les menacèrent de les fouetter et de les brûler si leur père, ministre ou dirigeant syndical, ne démissionnait pas. La longue nuit des longs couteaux avait commencé, et le fascisme montrait l’oreille.

Et c’est quand les forces populaires mobilisées pour résister à ce putsch civil – ouvriers, mineurs, paysans, indigènes et habitants des villes – commencèrent à reprendre le contrôle territorial de celles-ci et que la corrélation de force s’inclinait en leur faveur, que la police se souleva.

Quand, des semaines durant, les petites gens étaient tabassées et poursuivies par des bandes fascisantes, les policiers avaient fait preuve d’une grande indolence et s’étaient avérés incapables de les protéger, mais, à partir du vendredi, ignorant les autorités civiles, beaucoup d’entre eux allaient faire preuve d’une habileté extraordinaire pour agresser, arrêter, torturer et tuer des manifestants du peuple. Pour freiner les enfants de la classe moyenne, cette police affirmait ne pas avoir les capacités suffisantes ; mais dès lors qu’il s’agissait de réprimer des Indiens soulevés, elle fit preuve d’un déploiement de force, d’une arrogance et d’un acharnement dans la répression impressionnants. Il en fut de même avec les forces armées.

Tout au long de notre mandat au gouvernement, nous ne leur avions jamais permis de réprimer des manifestations civiles, même pas durant le premier putsch civil de 2008. Mais maintenant, quand le pays était en pleine convulsion, elles affirmèrent, sans que personne ne le leur demande, ne pas disposer de dispositifs anti-émeutes, ne compter que huit balles par membre et que, pour agir dans la rue d’une manière dissuasive, elles avaient besoin d’un décret présidentiel. N’empêche qu’elles n’hésitèrent pas à demander/imposer au président Evo sa démission, brisant l’ordre constitutionnel ; elles firent tout leur possible pour tenter de le séquestrer quand il se dirigeait vers le Chapare et une fois arrivé là ; et, le coup d’État consommé, elles descendirent dans la rue pour tirer des milliers de balles, militariser les villes, assassiner des paysans. Tout ça, sans décret présidentiel ! Pour protéger l’Indien, il leur fallait un décret. Pour réprimer et tuer les Indiens, il leur suffisait d’obéir aux ordres de la haine de race et de classe. En cinq jours, on compte déjà plus de dix-huit morts et cent vingt blessés par balle, tous indigènes, bien entendu…

La question à laquelle nous devons tous répondre est la suivante : comment cette classe moyenne traditionnelle a-t-elle pu incuber tant de haine et de ressentiment envers le peuple au point d’embrasser un fascisme racialisé, axé sur l’Indien comme ennemi ? Comment a-t-elle fait pour irradier ses frustrations de classe jusque dans la police et les forces armées et devenir l’assise sociale de cette fascisation, de cette régression étatique et de cette dégénération morale ?

C’est le refus de l’égalité, autrement dit le refus des fondations mêmes d’une démocratie substantielle.

Durant les quatorze dernières années de gouvernement, les mouvements sociaux ont eu pour caractéristique principale l’avancée vers l’égalisation sociale, la réduction draconienne de la pauvreté extrême (de 38 à 15 p. 100), l’élargissement des droits pour tous (accès de tous à la santé, à l’éducation et à la protection sociale), l’indianisation de l’État (plus de la moitié des fonctionnaires publics ont une identité indigène, nouvelle pousse nationale autour du tronc indigène), réductions des inégalités économiques (chute de 130 à 45 de l’écart de revenus entre les plus riches et les plus pauvres), autrement dit la démocratisation systématique de la richesse, de l’accès aux biens publics, aux chances et au pouvoir étatique.

L’économie est passé de 9 à 42 milliards de dollars, le marché et l’épargne intérieurs se sont élargis, ce qui a permis à beaucoup de gens d’avoir un logement à eux et d’améliorer leur activité professionnelle. Si bien qu’en une décennie, le pourcentage de personnes de ce qu’on appelle la classe moyenne, en termes de revenus, est passé de 35 à 60, la plupart provenant de secteurs populaires, indigènes. Il s’agit d’une démocratisation des biens sociaux par construction de l’égalité matérielle, mais qui a entraîné inévitablement une dévaluation rapide du capital économique, éducationnel et politique que possédaient les classes moyennes traditionnelles.

Tandis qu’auparavant un nom de famille notable ou le monopole des savoirs légitimes ou l’ensemble des liens parentaux propres des classes moyennes traditionnelles leur permettaient d’accéder à des postes dans l’administration publique, d’obtenir des crédits, des adjudications d’ouvrages et des bourses d’études, aujourd’hui non seulement la quantité de personnes qui rivalisent aujourd’hui pour le même poste ou la même opportunité a doublé, réduisant de moitié les possibilités d’accéder à ces biens, mais aussi la nouvelle classe moyenne d’origine populaire indigène dispose d’un ensemble de nouveaux capitaux (langue indigène, liens syndicaux) de plus grande valeur et de plus grande reconnaissance étatique pour prétendre aux biens publics disponibles.

Il s’agit par conséquent d’un effondrement de ce qui était caractéristique de la société coloniale : l’ethnicité comme capital, autrement dit du fondement imaginé de la supériorité historique de la classe moyenne sur les classes subalternes, parce qu’ici, en Bolivie, la classe sociale n’est compréhensible et ne devient visible que sous la forme de hiérarchies sociales. Que les enfants de cette classe moyenne aient été le fer de lance de l’insurrection réactionnaire est le cri violent d’une nouvelle génération qui constate que l’héritage du nom de famille et de la peau s’évanouit devant la force de la démocratisation des biens. Bien qu’ils arborent des drapeaux de la démocratie comprise comme vote, ils se sont soulevés en fait contre la démocratie comprise comme égalisation et distribution des richesses. D’où le débordement de haine, l’étalage de violence, parce que la suprématie raciale est quelque chose qui ne se rationnalise pas ; elle se vit comme une pulsion primaire du corps, comme tatouage de l’histoire coloniale sur la peau. D’où aussi le fait que le fascisme n’est pas seulement l’expression d’une révolution ratée, mais aussi, paradoxalement, la marque du succès d’une démocratisation matérielle réelle dans des sociétés postcoloniales.

Il n’est donc pas surprenant que, tandis que les Indiens ramassent les corps de près d’une vingtaine de personnes assassinées par balle, leurs bourreaux matériels et moraux racontent qu’ils l’ont fait pour sauvegarder la démocratie. Même s’ils savent très bien qu’ils l’ont fait en réalité pour protéger le privilège de caste et de nom de famille.

Mais la haine raciale ne peut que détruire ; elle n’est pas un horizon ; elle n’est rien d’autre qu’une vengeance primitive d’une classe historiquement et moralement décadente qui prouve que derrière chaque libéral médiocre, il se cache un putschiste consommé.

Álvaro GARCIA LINERA, vice-président de la Bolivie.

Tiré de La Jornada (Mexico), dimanche 17 novembre 2109

CubaDebate (La Havane), 18 novembre 2019. Traduction : Jacques-François BONALDI



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La haine de l’Indien
23 novembre 2019 - 08h19 - Posté par Pedro

En effet, je peux témoigner que le mépris de beaucoup de métis boliviens (qui doivent avoir davantage de sang indien que castillan) pour les "Indios de mierda" n’est pas une vue de l’esprit.



La haine de l’Indien
25 novembre 2019 - 12h03 - Posté par Raymond H

Combien de militants honnêtes de gauche (mais pas que), ont cru que le métissage résoudrait les problèmes de racisme dans la grande bassine du "vivre ensemble" ?
Non pas que l’idée soit fausse, bien que n’étant pas un passage obligée et unique pour lutter contre le racisme, mais simplement ils ont oublié ou sous-estimé l’effet délétère du capitalisme sur la société. Ce capitalisme met en place une classe moyenne sur le plan économique, classe moyenne issue majoritairement des urbains diplômés composés, majoritairement de métis. Cette classe moyenne développe alors une idéologie petite-bourgeoise pour maintenir son rang social, le justifier après-coup et donc du racisme vis à vis de la population prolétaire ou de paysans pauvres qui est majoritairement non métis.
C’est donc bine un changement de société vers le communisme qui résoudra, entre-autre, le racisme et instaurera un vrai vivre ensemble, plutôt que des saillies de bonnes intentions par ci par là.
Historiquement, la classe moyenne petite bourgeoise a toujours oscillé et oscille toujours entre réaction et révolte ; suivant ses intérêts de classe. Mais elle n’est pas révolutionnaire jusqu’au bout par intérêt du moins.






solidarité
samedi 14 - 17h28
de : jean1
(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
3 commentaires
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Sous un gouvernement qui emprisonne injustement n'importe qui, la vraie place d'un homme juste est en prison. Henry David Thoreau (1817-1862)
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite