Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !


de : JO
vendredi 29 novembre 2019 - 11h25 - Signaler aux modérateurs

Bolivie : Celui qui pourrait succéder à Evo Morales 28 Novembre 2019, 23:29pm | Source :Publié par Bolivar Infos

Par Julia Muriel Dominzain

Il s’appelle Andrónico Rodríguez Ledesma, il est de Cochabamba, il a 29 ans, il a étudié les Sciences Politiques et il est vice-président des 6 Fédérations du Tropique, une organisation dont est issu le Président Evo Morales et dont il continue à faire partie. Actuellement, Andrónico Rodríguez est l’un de ceux qui sont sur le terrain et organisent la résistance à la dictature. Il est très écouté par les bases qui continuent la lutte.

« Quand j’étais enfant, réellement, l’instabilité était totale. Nous avions classe le lundi, le mardi et parfois le mercredi parce que le reste du temps, nos professeurs allaient marcher à Cochabamba ou à La Paz pour réclamer des augmentations de salaire, des primes de fin d’année, des droits. Les routes étaient bloquées des jours, des semaines, des mois. Nous voyions aussi des affrontements entre les militaires et nos pères, les producteurs de coca, » rappeIle-t-il et il conclut : « La présence de l’Etat était à la pointe des fusils. »

Mais il y avait pire, quelque chose qui indignait Andrónico et qu’il raconte encore comme si c’était aujourd’hui : « J’ai vu les yankees en face. Ils parlaient anglais, ils commandaient les policiers et les militaires boliviens un fusil à la main et avec des lunettes noires. » Il ne savait pas ce qui se passait exactement mais il se rendait compte que c’étaient les étrangers qui décidaient. Il entendait les dirigeants dire : « Respect de la souveraineté, ça ne peut pas être des forces étrangères qui commandent en Bolivie. »

PUBLICITÉ

« Il y avait des ONG qui trompaient nos parents, elles leur faisaient signer pour une aide d’un demi-hectare de bananiers en échange de l’éradication forcée de la coca » mais beaucoup d’entre eux ne savaient i lire ni écrire et par conséquent, ils n’avaient aucune idée de ce qu’ils signaient. « Moi, ça me faisait de la peine, la façon dont ils trompaient les gens ? » conclut-il.

C’est pourquoi tout petit (il est né à Sacaba et a déménagé à Entre Ríos), il suivi les traces de son père, producteur de coca dirigeant des cultivateurs de coca du syndicat du Tropique de Cochabamba. L’homme passait une grande partie de son temps dans les champs mais le reste du temps, il l’occupait à diriger : « Moi, enfant, je le suivais, il me laissait des heures dans les réunions, je l’accompagnais et je dormais sur une chaise. Maintenant, je me demande pourquoi j’y allais mais quelque chose m’attirait. Ils discutaient, débattaient, analysaient des choses hors du commun, hors de ce qui m’était familier. Ils parlaient des problèmes et des besoins de la communauté. »

Mais il voyait, il sentait, il notait qu’il manquait quelque chose : la formation : « A mon père, il manquait quelques connaissances et je pensais que je devais surmonter cela. Je dois litre, je dois étudier et voir comment collaborer avec ma communauté avec plus de sagesse académique, technique. »

Et alors, il s’est mis à lire les auteurs boliviens comme Franz Tamayo (intellectuel et poète du siècle dernier), Marcelo Quiroga (écrivain et enseignant socialiste assassiné en 1980) ou René Zavoleta Mercado (sociologue spécialiste du prolétariat minier). En résumé, Andrónico dit : « Il me semblait très intéressant de comprendre la société en lisant ces grands hommes qui – en vivant dans la vie réelle – ont réussi à comprendre la Bolivie qui est diverse et variée dans sa culture, dans ses formes d’organisation et d production. »

en outre, il s’est toujours beaucoup informé en écoutant la radio, les informations, la télévision et il a étudié les Sciences Politiques à l’Université Mayor de San Simón de Cochabamba.

Il participait de plus en plus activement aux assemblées, aidait le secrétaire de séance etc... : « Déjà, jeunes, ils m’ont proposé comme dirigeant, » raconte-t-il. En 1997, il a vu la première affiche d’Evo Morales. A cette époque-là, le Président était syndicaliste et candidat aux élections législatives pour Cochabamba. Andrónico a attiré son attention. Il a entendu son premier discours au Tropique, et depuis, il l’a toujours suivi : « Il est devenu pratiquement le mentor de ma carrière politique et syndicale. »

En 2012, il l’a vu à 20 mètres de distance. Ils ne s’étaient encore jamais parlé. Mais une fois, quand Andrónico était encore dirigeant de la jeunesse, il s’est enhardi à prendre la parole lors de l’une des milliers de réunions que fait Evo Morales à travers le pays. Il s’est levé et il a dit : « Président, je ne sais pas si vous, en tant que dirigeants ou nous, en tant que jeunes, nous négligeons la formation politique. Nous avons besoin que les jeunes fassent des incursions dans la lecture et la formation. Il y en a beaucoup qui perdent leurs valeurs et je pense qu’il faut que cette initiative vienne des dirigeants. »

Evo lui a répondu. Il lui a dit qu’il perdait son temps et il a utilisé une expression - en quechua – qui signifie : « hier petit poulet, aujourd’hui œuf. » En résumé, il a pu le faire : « Il m’a dit que je devais me mettre en avant, me montrer et ne pas être déçu en pensant à quand les vieux vont m’écouter. »

dès lors, il a su qu’il devait s’impliquer dans la vie syndicale et c’est ce qu’il a fait. Souvent, il attendait des heures et des heures qu’on lui donne la parole dans une assemblée mais à la fin, il y arrivait. « Peu à peu, ils ont commencé à me connaître et ensuite, ce sont eux qui ont commencé à pousser pour que je sois dirigeant du syndicat central. »

Il a eu sa première réunion sérieuse avec le Président il y a un peu plus de 3 ans. En 2017, il était déjà le Secrétaire aux Sports des 6 Fédérations. Rapidement, il a été en charge de 2 institutions clefs pour Evo : l’organisation du Tropique dont il est issu et le sport qui a été l’un des piliers de sa gestion.

Concrètement, construire des espaces pour le sport dans tout le pays a été une politique de l’Etat dès qu’ Evo Morales a été au pouvoir. A la moitié de l’année 2018, 1 781 œuvres avaient déjà été réalisées dans e cadre du programme « Evo fait, la Bolivie change. »

En occupant cette fonction, il a commencé à avoir tous les jours des réunions, des coups de téléphone, des messages : « Il me disait qu’il allait organiser le championnat des 6 Fédérations. Il l’a fait et il l’a contrôlé de La Paz, souvent même de l’étranger. » A ce moment-là, de plus, Andrónico a encouragé le football féminin.

Avec le temps, Evo lui prêtait de plus en plus d’attention : « En septembre 2018, le président en personne l’a donné son approbation pour que je sois élu vice-président des 6 Fédérations. Il l’a proposé à la base et ils m’ont élu presque par acclamation. »

Il est issu de la même organisation qu’ Evo mais pourquoi cette organisation est-elle si importante ? Andrónico répond : « C’est une zone géographique qui comprend 3 provinces (une partie de Chapare, Tiaqui et Carrasco), 5 municipalités et 6 fédérations. Je dirais que c’est « un résumé de la Bolivie. » Dans cette partie se trouvent presque les 9 départements et les 16 provinces de Cochabamba. Le Président l’a qualifié de « résumé de la pauvreté du tropique de Cochabamba à l’époque néolibérale. »

Ici cohabitent les habitants de La Paz, de Potosi, de Santa Cruz, de Tarija,des quechuas, des aymaras, des benianos, des pandos, des guaraníes, des yuracarés. Andrónico en fait la liste pour montrer qu’il n’est pas simple de se mettre d’accord entre tant de cultures aux coutumes différentes et aux formes d’organisation différentes. De là est venue la phrase : « nous devons nous élire nous-mêmes pour nous gouverner nous-mêmes, » dit-il.

Andrónico ne s’arrête jamais : « Certains dirigeants m’ont dit : « Le Président t’a donné l’examen, tu ne dois jamais le décevoir, » se souvient-il. De plus, Evo aime répéter qu’il n’y a pas besoin de chercher les charges, les charges te cherchent. Il a fait sa carrière ainsi, il forme sa troupe ainsi, il dirige ainsi. Si Evo Morales, un dirigeant paysan avec à peine le baccalauréat et sans être un professionnel, a réussi à être président, c’est un motif d’inspiration. Beaucoup d’entre nous ont tant d’opportunités et ne réussissent pas à cultiver nos capacités pleinement... »

Les hommes politiques et les médias considèrent Andrónico comme l’héritier d’Evo Morales. C’est qu’en plus des responsabilités dont nous avons parlé, il en a eu d’autres, grandes et symboliques : en mars, il s’est rendu à Buenos Aires pour inaugurer un local de campagne (la majorité des Boliviens à l’étranger se trouvent en Argentine) et quand Evo a lancé sa candidature, c’est lui qui a été chargé de le présenter.

Pour les élections de ce 20 octobre qui ont provoqué le coup d’Etat, Andrónico a été candidat au sénat. Et il est convaincu : « je ne travaille pas par fanatisme mais quelque chose m’oblige à suivre les traces de mon père. Enfant, j’ai vu la souffrance de toute la société et de ma propre famille et j’ai vu comment les Gouvernements attaquaient. Si à ce moment-là, la présence de l’Etat était à la pointe du fusil, aujourd’hui, la présence de l’Etat, c’est la réalisation de travaux dans tous les coins de la Patrie. »

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos



Imprimer cet article





journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
2 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
2 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76
Rentrée, plan de relance, luttes…
samedi 5 - 09h40
Regard marxiste sur la catastrophe écologique et perspectives - Chrismondial
samedi 5 - 08h38
de : Christian Delarue
1 commentaire
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - 12/09/20
vendredi 4 - 17h40
de : Jean Clément
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - SAMEDI 12 SEP
vendredi 4 - 17h37
de : Jean Clément
Mali : Dans quel but s’y maintient l’Armée Française ?
vendredi 4 - 17h29
de : joclaude
Guy KONOPNICKI : 2005 - 2020 . Christian DELARUE
vendredi 4 - 17h14
de : Christian.Delarue
3 commentaires
Etats-Unis : Daniel Prude asphyxié par des policiers dans l’Etat de New York (video, photos)
vendredi 4 - 10h58
Des tags islamophobes sur la mosquée de Tarbes - MRAP
jeudi 3 - 21h34
de : Christian DELARUE (MRAP)
3 commentaires
Le plan de relance enchante le patronat sans trop convaincre les syndicats de salariés
jeudi 3 - 17h38
A LA RENTREE FAIS GAFFE A LA RECRE
jeudi 3 - 10h02
de : Nemo3637
La grande descente - Si c’est pas l’heure de l’mettre, ça y ressemble !
mercredi 2 - 22h37
de : Hdm
1 commentaire
Tita Nzebi, femme de parole et de chant
mercredi 2 - 17h28
L’universalisme, seule boussole de l’antiracisme - HPR répond à JLM (Marianne)
mercredi 2 - 07h34
de : Christian Delarue
La République En Masques : une armada de collabos !
mardi 1er - 15h25
de : Claude Janvier
3 commentaires
Le PCF du Tarn agressé par l’extrême droite, le PRCF 81 apporte son soutien et sa solidarité antifasciste.
mardi 1er - 12h01
de : jodez
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite