Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )


de : client mystere
dimanche 27 septembre 2020 - 18h32 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Un client mystère ou visiteur mystère est une personne dont la mission est de se rendre dans un commerce afin de constater un certain nombre de points définis à l’avance par le donneur d’ordre, de reporter les informations, et de les faire remonter au donneur d’ordre. C’est un métier relativement nouveau, qui se développe, car les dirigeants des activités de commerce et services en contact avec la clientèle ne connaissent pas la réalité du terrain. Si un point de vente d’une chaîne pose problème, il vaut mieux le savoir très vite, avant que les clients mécontents ne se mettent à fuir le point de vente et manifestent leur mécontentement sur les réseaux sociaux.

Comment recruter un client mystère ? Tous les sites d’offres d’emploi regorgent de ces annonces, Pôle Emploi y compris. Le turn-over étant important, le recrutement y est continu. Pas besoin de diplôme, ni d’expérience, tout le monde peut tenter sa chance, quels que soient son sexe ou son âge. Il faudra tout de même préciser, pour postuler chez TLS, un sous-traitant du sondeur IPSOS, à quel groupe ethnique on se rattache : Afro-Américain, Asiatique, Caucasien, Hispanique, Moyen-Orient, Américain natif ou autre.

Pour certaines études, notamment les visites de chaînes de restaurants, il faudra y emmener la famille. Pour la visite d’un restaurant, l’entreprise Qualimétrie recrute un/une client.e mystère, qui devra se rendre au restaurant accompagné d’au moins un ou deux enfants maximum, entre 3 et 12 ans. Les enfants devront être tenus au secret de cette opération pour éviter de se faire repérer. Par contre, en cas d’intoxication alimentaire, l’employeur ne prendra pas les frais médicaux des enfants, ceux-ci n’étant pas salariés. La situation de flou juridique sur la prise en charge sera un beau sujet de contentieux entre assurance civile du salarié et assurance de l’employeur.

Si les consommations sont prises en charge, le salaire est risible : 2,5 €. Ce qui correspond à un quart d’heure de SMIC. Le temps de trajet n’est jamais pris en compte, les frais de transport sont de 3 €.

Pour la visite d’un restaurant d’une autre chaîne, l’entreprise Field & Solutions, du groupe Topo, paye un peu plus ( 5 € ), les frais de transport sont à justifier, mais le client doit suivre strictement les consignes : il devra consommer obligatoirement un plat à base de bœuf, et devra choisir entre les options « Plat + Dessert + boisson chaude » ou « entrée + plat + boissons chaude ». Et rien d’autre. En cas de non respect des consignes, il ne sera pas payé, pas remboursé, et les frais de déplacement ne seront pas pris en charge. C’est la seule profession qui se permet de sanctionner financièrement ses salariés, au mépris des règles de droit.

Pour être client mystère, il faut tout de même être équipé d’un ordinateur, d’un téléphone portable, d’une connexion internet, d’un scanner, d’une imprimante, d’un véhicule pour pouvoir se rendre sur les points de vente. L’employeur ne fournit aucun de ces éléments, qui sont à la charge du travailleur. Pourtant, « les frais qu’un salarié justifie avoir exposés pour les besoins de son activité professionnelle, et dans l’intérêt de l’employeur, doivent être remboursés sans qu’ils ne puissent être imputés sur la rémunération qui lui est due » ( Cour de cassation, pourvoi n°11-16.036). Si ces éléments bureautiques sont devenus courants chez les particuliers, l’employeur se doit d’en prendre en charge en partie le coût.

L’entreprise Vitalis n’hésite pas à abuser, en subordonnant la fourniture de travail à l’achat de matériel professionnel : un télémètre laser, une règle plate en inox de 50 cm, un escabeau de 5 marches ou échelle. Il faudra bien entendu que le travailleur ait à sa disposition un véhicule suffisamment spacieux pour pouvoir emporter une échelle. L’employeur tente de justifier cette entorse à la loi par le fait que « C’est à vous de vous équiper mais les outils seront rapidement rentabilisés à partir du moment où vous intervenez régulièrement ». Et pour l’employeur, ne pas payer les outils de travail, c’est encore plus rentable.

PNG - 9.6 ko
paye ton matos
le travailleur doit payer ses outils

Il existe aussi une autre solution pour éviter de respecter le Code du travail, c’est de subordonner la fourniture de travail si le client mystère se déclare comme auto-entrepreneur. Et de bien insister sur ce point : « Ces Conditions n’établissent aucune relation de travail salarié entre vous et Ipsos. Vous agirez en tant que particulier, et ne serez pas salarié ou agent d’Ipsos ». Voilà une clause qui ravira les juges du travail qui ont déjà requalifié les contrats de travail des livreurs de chez Take Eat Easy.

Que fait un client mystère ? Le client mystère est tenu de suivre les consignes de son employeur à la lettre. Celles-ci sont parfois étonnantes. Ainsi, l’entreprise Audirep a recruté des clients mystère pour tester une plate-forme de trading. Il était demandé au client mystère de s’inscrire sur le site de trading Etoro, de déposer un capital de 250 euros, d’attendre 13 semaines pour remplir le questionnaire et clôturer le compte. Le client peut bénéficier de gains potentiels, ou constater une perte de son capital. Dans ce cas, la perte est prise en charge par l’entreprise. C’est évidemment le client qui fait l’avance de 250 €. La rémunération de cette opération est de 30 €, mais question de salaire, il ne s’agit que de chèques cadeaux. Ceux qui s’intéresseraient au site de trading Etoro se tourneront vers le site internet du magazine Capital, qui y a consacré un article de mise en garde en 2018.

De plus en plus d’entreprises de visites mystère ont recours aux enregistrements de vendeurs. Ceux-ci sont-ils prévenus de ces enregistrements ? Certainement pas par le client mystère, qui doit enregistrer ce vendeur de voitures « discrètement », comme le lui ordonne son employeur Qualisens. Si jamais le vendeur en venait, pendant quelques instants, à évoquer certains aspects de sa vie privée, celle-ci se verrait connue tant de l’entreprise qui recevra l’enregistrement, que de la hiérarchie du vendeur, et ses collègues.

Il arrive parfois que la mission comporte un second volet. Une fois le vendeur enregistré, le client mystère ôte son masque et révèle la supercherie, et effectue, selon l’entreprise Qualisens, « le feedback de la visite pour débriefer avec le conseiller ». Il s’agit de dire en face du vendeur qu’il a bien dit ce qu’il avait à dire, ou pas. Avec parfois une récompense pour le vendeur. Vitalis envoie ainsi des clients mystère qui doivent s’assurer que le discours commercial d’une vendeuse en pharmacie a bien été appris et ânonné lors de l’entrevue : « faire un débriefing rapide sur le déroulé de la visite et annoncer à la conseillère sa récompense si elle a su mettre en avant les arguments clés du produit ».

Les mêmes clients mystère effectuent aussi pour les mêmes donneurs d’ordre des visites qui n’ont plus rien de mystérieuse, car il s’agit d’audit pur et simple, avec lettre d’accréditation à montrer dès le début de la mission. C’est le cas pour LIDL ou Shimano, qui voient débarquer des clients mystère fraîchement nommés « auditeurs », sans pour autant avoir suivi une formation d’audit auprès de l’IRCA. Seul Vitalis précise ne chercher que des client mystère ayant validé une certification d’audit pour ses missions.

Ou travaillent les clients mystère ? Les clients mystère reçoivent par mail des missions à réaliser, ou vont les consulter sur le site internet du donneur d’ordre. Pour éviter d’avoir à rembourser des frais de déplacement conséquents, les offres proposées sont situées généralement aux alentours du salarié. Y compris dans les boutiques d’aéroport. Le client mystère doit alors être porteur d’un billet d’avion pour accéder à la boutique, et bien sur, c’est le salarié qui l’aura payé. À défaut, une personne « possédant un badge pouvant accéder à la zone sous douane » suffira pour l’entreprise Field & Solutions. Donc une personne travaillant régulièrement dans le terminal, qui devra tenter de faire croire à un vendeur d’horlogerie de luxe de l’aéroport qu’elle veut acheter une montre à 6000 €. Pour les études avec déplacement, le client mystère doit se débrouiller comme il peut.

Ainsi, pour une étude pour le service des trains grandes lignes, le client devra partir de Paris un samedi pour un voyage de 800 km, et revenir le lendemain. L’employeur espère tomber sur une bonne poire qui devra « être autonome pour l’hébergement », sous-entendu : nous ne paieront pas l’hôtel. Comme il est interdit de dormir dans les gares, le travailleur devra au choix : payer son hôtel qui coûtera le prix de son salaire, ou avoir une connaissance sur place.

Il y a même des boutiques Fauchon à visiter à Tokyo, Mascate et Dubaï. Payé combien ? 0 €. Le luxe devrait bien payer, mais ce n’est pas le cas. Pour évaluer un vendeur d’horlogerie de luxe, ( 11 € la mission ) les clients mystère de Field & Solutions doivent s’adapter : « Dans tous les cas, vous devez porter une montre de luxe si vous en possédez. Si non, ne portez pas de montre. Soyez attentif à l’élégance et à la propreté de votre tenue ». Personne n’ira vérifier la tenue de client mystère endimanché ( ou pas ), qui devra se comporter comme un habitué des montres à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Qui veut croire que le vendeur ne s’en rendra pas compte ?

Pas besoin de s’habiller comme un riche pour tester le vendeur de chez Lamborghini. Il suffira de jouer le client d’un éventuel Urus, d’une valeur de 220000 €. Idem pour acheter un Napoléon, une pièce d’or d’une valeur d’environ 250 €. L’achat sera remboursé dès que la pièce envoyée en lettre recommandée arrivera au donneur d’ordre. Et si le recommandé disparaît ? Eh bien le client mystère en sera pour ses frais, et ne touchera pas la mirifique somme de 10 euros et 3 centimes. Conclusion : le luxe paye mal.

Pour quelle rémunération ? Les clients mystères sont embauchés en contrat à durée déterminée, sous le régime des contrats dits d’usage, comme le prévoit le Code du travail pour les activités d’enquête et de sondage. À chaque visite, un contrat. C’est un système de précarité qui permet d’employeur des salariés jetables, pendant des mois, des années. La plupart sont des chômeurs ou des retraités. Le respect du SMIC horaire est illusoire. Certaines missions sont rémunérées à des tarifs que chacun appréciera : Pour visiter un restaurant américanisant spécialisé dans la viande de bœuf, la mission consiste à se rendre dans un restaurant aux jours et horaires imposés par le donneur d’ordre, à préparer la mission administrativement, s’y rendre, déjeuner, rentrer chez soi, et répondre à toutes les questions du questionnaire, un paiement de 3 euros sera royalement proposé. Pour une prise de rendez-vous auprès d’un laboratoire paramédical est payé 2 €.

Le record est atteint par les visites de boutiques de centre commerciaux. Une fois sur place, il faut juste attendre d’être sollicité par un vendeur, ce qui peut prendre du temps s’il y a beaucoup de clients. Il faut ensuite prendre la devanture du magasin en photo. Pour cet acte de bravoure, un client mystère est payé 1 € brut.

PNG - 11.6 ko
1 euro de travail
un contrat de travail à 1 euro

Pour faire passer la pilule, l’employeur Field & Solutions oblige chaque client à visiter plusieurs boutiques. Ainsi, les frais de déplacement sont mutualisés sur plusieurs points de vente. Dans les galeries commerciales, une personne qui entre dans chaque boutique en disant ‘excusez-moi’ et qui attend la réaction du vendeur, qui n’achète rien et prend les photos des devantures se fait griller aussitôt. Surtout que c’est une étude récurrente. Dans le genre mystère et discret, on repassera. Mais la crédibilité et la discrétion sont-ils vendeurs pour les donneurs d’ordre ?

Pour faire baisser les prix, ou faire accepter des missions mal payées à des clients mystère, certains employeurs trouvent une combine facile. Qualisens ne s’en cache pas : « 40€ de remboursement de frais km NÉGOCIABLES ! ». Le salaire, soumis à cotisations sociales, n’augmente pas, mais les frais, non soumis à cotisations sociales, eux, peuvent grimper. Il suffit de « négocier ». Les donneurs d’ordre peuvent se montrer généreux : « Si besoin je peux également donner un petit coup de pouce aux frais kilométriques ! » assure cet employeur ! « Je pourrai revoir les frais de route à la hausse en fonction de votre déplacement. La mission est urgente, nous serons particulièrement généreux :) »

Qui s’en soucie ? Ces employeurs ne sont jamais contrôlés par l’URSSAF, ni l’Inspection du travail, et comme il n’y a pas de représentation du personnel, ils peuvent dormir tranquilles.

Les frais kilométriques ne semblent pas avoir de limites. Lorsque le client exige que tous les points de vente soient visités, que les tarifs sont tellement bas que la plupart des clients mystères refusent d’y aller, il suffit d’y mettre le prix. Non en augmentant le tarif de la mission, mais en remboursant les kilomètres effectués pour y aller.

Certains salariés sont prêts à tout pour quelques euros, il suffit que le déplacement soit payé. 100, 120, 150 kilomètres de remboursés. Quitte même à payer l’hôtel pour faire déplacer de régions des salariés pour des missions à quelques euros : « Nous rencontrons de grosses difficultés pour recruter ces dernières visites donc si besoin, nous pouvons vous faire déplacer avec hôtel à nos frais afin de faire plusieurs missions dans un même département éloigné de chez vous ».

Et quitte à payer encore moins cher, pourquoi s’embarrasser à payer des cotisations sociales ? Il suffit de « rémunérer » en bon cadeau Kadeos ! C’est ce que font les entreprises Aesatis, Audirep, TLS-Shopmetrics.

Cette dernière va encore plus loin en ne rémunérant plus ses clients-mystère. Pourquoi acceptent-ils les missions ? Car celles-ci sont payées en nature ! Lors d’une visite d’un magasin d’un hard discounter qui est mal, très mal, les clients mystère feront des courses qui seront remboursées, comme des frais : « Un petit plein de courses pendant les vacances ? :) , Rémunération : Compensation : 12 € d’achat par magasin, maximum. Si votre ticket est de 11,20 € vous serez remboursé de 11,20 € si votre ticket est de 14 € vous serez remboursé de 12 € ».

Il est grand temps que l’administration du travail, l’URSSAF, les syndicats et le législateur s’empare du dossier.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
27 septembre 2020 - 18h35 - Posté par Client mystere

L’article publié il y a 18 mois ( http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar... ) est toujours d’actualité.

Ainsi que celui sur les enregistrements de salariés à leur insu : https://bellaciao.org/fr/spip.php?a...



Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
28 septembre 2020 - 10h22 - Posté par dhruv sabharwal



André Comte-Sponville et les valeurs abrahamiques.
jeudi 29 - 20h57
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un confinement allégé comme ligne Maginot d’une 2e vague violente
jeudi 29 - 14h38
5 commentaires
rois d’égout - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 28 - 18h38
de : Hdm
PANORAMA SUR MADAGASCAR Pays d’avenir ou d’infortune
mercredi 28 - 18h21
de : allain graux
BOLIVIE Les élections du 18 octobre 2020
mercredi 28 - 18h17
Evo Morales, "l’homme intègre" , défenseur du peuple, retrouve son honneur
mercredi 28 - 13h03
de : nazairien
3 commentaires
C’est tellement vrai que ça finira peut-être par être entendu.
mercredi 28 - 09h32
de : jean1
2 commentaires
NI RACISME, NI INTEGRISME, NI ISLAMISME : Pour une meilleure critique
mercredi 28 - 08h36
de : Christian Delarue
5 commentaires
silence des ouvriers meurent
mardi 27 - 16h32
de : jean1
CHILI:Le peuple démolit la Constitution de Pinochet
mardi 27 - 10h37
de : joclaude
André Compte-Sponville et les valeurs abrahamiques.
lundi 26 - 20h49
de : Christian Delarue
1 commentaire
La réforme de l’assurance chômage reportée mais pas annulée
lundi 26 - 17h41
LA MARTINIQUE : Un des déserts médicaux Français a reçu l’aide de médecins Cubains !
lundi 26 - 16h21
de : joclaude
4 commentaires
La fortune de Bernard Arnault a augmenté de 8 milliards de dollars en une semaine
lundi 26 - 15h17
de : joclaude
Référendum constitutionnel au Chili : écrasante victoire du « OUI »
lundi 26 - 11h46
de : jean1
Stop stigmatisation des gauches
lundi 26 - 10h23
de : Christian Delarue
5 commentaires
Coexistence : Promotion des valeurs abrahamiques
dimanche 25 - 23h23
4 commentaires
L’épidémie sans fin : la stratégie de Macron afin d’éviter la destitution et un procès pour haute trahison
dimanche 25 - 19h19
de : jean1
1 commentaire
BOLIVIE : Le Mouvement vers le Socialisme obtient la majorité aux 2 Chambres !
dimanche 25 - 10h22
de : joclaude
Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES
samedi 24 - 23h54
1 commentaire
CCIF : deux faces
samedi 24 - 23h36
de : Christian Delarue
Pourquoi sommes-nous silencieux ?
samedi 24 - 21h26
de : Fath Allah Meziane
2 commentaires
Claude Posternak
vendredi 23 - 16h06
de : jean1
2 commentaires
Côte d’Ivoire : le néo-colonialisme dans ses oeuvres moribondes !
vendredi 23 - 16h01
de : joclaude
La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…
jeudi 22 - 16h07
de : joclaude
Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force
jeudi 22 - 15h11
5 commentaires
Ne trahissons pas la mémoire de Samuel Paty
jeudi 22 - 11h26
de : Hervé Fuyet
2 commentaires
BOLIVIE : Analyse de l’élection de Luis ARCE nouveau Président.
jeudi 22 - 11h17
de : joclaude
2 commentaires
Deux heures moins le quart avant le couvre-feu - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 21 - 21h49
de : Hdm
Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
1 commentaire
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
8 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
3 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude
Plusieurs milliers de sans-papiers défilent à Paris pour la dernière étape de la Marche des solidarités
dimanche 18 - 13h09
2 commentaires
Monogamie souple ou la fin de l’exclusivisme sexuel conjugal
dimanche 18 - 09h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Village du peuple : d’un lieu de vie et d’expérimentation à un tas de gravats
dimanche 18 - 08h39

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite