Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

NANTERRE 25 juin : contribution de la LCR à la réunion nationale des collectifs pour le NON
de : LCR
samedi 25 juin 2005 - 19h07 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 35 ko

"Après le référendum on continue" disions-nous tous ensemble lors des meetings finaux de la campagne du "non". Dans cette période troublée qui suit la victoire du 29 mai, tout est fait pour minimiser, canaliser, différer le sens et la dynamique sociale et démocratique qui s’est exprimée lors du suffrage.

Pas un jour sans un article, sans une prise de position qui ne salisse le "non" du 29 mai en le qualifiant de nationaliste et de xénophobe. Le défendre dans ses multiples dimensions sociales, démocratiques, internationalistes : tel est l’enjeu. Quelle meilleure défense que lui donner des perspectives et des prolongements ?

C’est pourquoi nous soumettons au débat des collectifs rassemblés ce 25 juin, trois séries de propositions tentant de répondre aux urgences de la situation. La première urgence est européenne.

Nous venons d’assister à un sommet européen de crise. Les gouvernements s’affrontent sur le plan budgétaire, mais s’accordent pour refuser l’évidence : le traité constitutionnel européen (TCE) est mort, et il s’agit désormais de rompre avec la logique qui a présidé à la construction européenne, depuis le traité de Rome, pour fonder une Europe sociale et démocratique. Pourtant, le processus « continue » et le calendrier des directives libérales n’est pas modifié. Les chefs d’État refusent d’entendre le message des peuples.

Cependant, le rejet de cette Europe, unifiée sur le plan économique, mais qui met les peuples et le monde du travail en concurrence sur le plan social et fiscal, n’a jamais été aussi fort. Après les « non » français et néerlandais, la situation est claire : il faut une autre construction européenne, sociale et démocratique, en rupture avec la construction libérale capitaliste de l’Europe. Cette Europe alternative, nous ne pouvons la construire seule. C’est pourquoi nous proposons une conférence européenne, à l’automne, qui puisse être un point de convergence et de départ, pour mener campagne sur les thèmes qui s’opposent point par point au repli nationaliste et xénophobe de l’extrême droite. Si le « non » au TCE est partout social, son expression peut être capitalisée dans beaucoup de pays (y compris en France !) par les forces ultranationalistes. D’où l’urgence d’initiatives et de propositions, qui montrent, à l’échelle européenne, que nous ne combattons pas le plombier polonais, l’ouvrier slovaque ou turc, mais un système qui exploite de façon éhontée l’ensemble des travailleurs. L’abrogation de la directive Bolkestein, et temps de travail, des directives organisant la mise en concurrence des services publics, le pacte de stabilité et l’indépendance de la Banque centrale européenne, l’exigence d’un Smic européen, de services publics européens, pourraient être, par exemple, des thèmes d’actions et de rassemblement à l’échelle européenne. Cette conférence européenne ne s’oppose pas, tout au contraire, au prochain Forum social européen. Co-organisée avec les partisans du « non » de gauche néerlandais, elle pourrait permettre sans tarder le rassemblement unitaire européen dont nous avons besoin. Face aux manoeuvres gouvernementales, il est déterminant que nous maintenions ensemble notre exigence d’un retrait complet de la constitution, un processus constituant, alliant la discussion la plus large avec l’élection d’assemblées constituantes, pour définir le contenu d’une autre union européenne, sociale, démocratique et solidaire... En dernière analyse, ce sont les peuples qui ratifieraient les propositions au suffrage universel. La deuxième urgence concerne la vie politique française.

En nommant un tandem Villepin-Sarkozy, en lieu et place de Raffarin, Chirac, qui bat tous les records d’impopularité, s’assoit sur la légitimité populaire. Le gouvernement UMP composé des mêmes hommes (six femmes sur 32 ministres) annonce la couleur : un programme ultralibéral visant le code du travail, les services publics et le droit de grève, un programme sécuritaire et anti-immigrés, dont l’objectif est de clairement faire diversion face à l’insatisfaction sociale qui s’est exprimée le 29 mai. Lourdement sanctionnés, ils persistent. L’heure est donc à la mobilisation face à un pouvoir autiste. De quelle légitimité dispose cette équipe, qui tient son pouvoir en 2002 d’un référendum anti-Le Pen, qui a été contestée dans la rue et qui vient de perdre successivement trois scrutins électoraux ? Certainement pas celle de poursuivre le programme du Medef ou de négocier un replâtrage européen. Le président et le gouvernement ne représentent pas le pays réel, Chirac doit démissionner, l’Assemblée nationale doit être dissoute et de nouvelles élections générales convoquées. Nous proposons de mener campagne ensemble autour d’un appel reprenant ces exigences. Si une telle dissolution avait lieu rapidement, il reviendrait à nous, partenaires et forces réunies dans les comités du « non », d’offrir une alternative en véritable rupture avec le capitalisme libéral, et de tester les possibilités de se présenter ensemble.

Pourquoi, dans nos collectifs, dans le cadre de la dynamique antilibérale qui s’est largement exprimée, ne pas proposer, ensemble, des thèmes d’actions qui contestent sur le terrain social la politique du gouvernement :
 le refus de l’allongement de deux ans de la période d’essai qui généralise la précarité,
 l’exigence d’un arrêt immédiat des privatisations de services et d’entreprises publics accélérées par le gouvernement Villepin,
 une autre répartition des richesses : 300 euros d’augmentation pour tous, pas un revenu, pas un salaire en dessous du Smic,
 défendre les droits des chômeurs, le droit de grève mis à mal par le gouvernement.

Telles sont les pistes d’actions que nous proposons pour qu’ensemble nous agissions afin de bloquer les projets de ce gouvernement. La construction d’une alternative politique est, nous semble-t-il, notre troisième urgence.

La société française rejette profondément le libéralisme, c’est-à-dire un capitalisme de plus en plus brutal et sauvage. Un immense espoir est né. Un espoir qu’il ne faut pas cadenasser par le calendrier électoral de 2007. L’heure n’est certainement pas à la préparation des échéances électorales de 2007. Elle n’est pas non plus à la composition d’une nouvelle équipe gouvernementale réunifiant les forces du « oui » et les forces du « non ». La priorité, pour la LCR, est de discuter le contenu de politiques antilibérales, d’une véritable rupture sociale et démocratique avec le système capitaliste. Car cet espoir ne peut pas être gâché par une énième alternance socialelibérale qui ne s’attaque ni à la répartition des richesses, par une fiscalité qui taxe les profits capitalistes, ni à la satisfaction des exigences sociales, comme le droit à l’emploi, en commençant par l’interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices. Ni même qui n’annule les contre-réformes libérales imposées par la droite sur les retraites, l’assurance-maladie, la privatisation d’EDF-GDF, la loi Fillon concernant l’École. Il faut une rupture avec les politiques menées par le capitalisme libéral. Il nous semble que la campagne du 29 mai est à la fois à la recherche et porteuse d’une telle alternative. Dans notre diversité, dans les collectifs et les meetings, des militants de différents horizons ont appris à travailler ensemble. Syndicalistes, militants de partis, altermondialistes, associatifs, un mouvement de contestation sociale et politique a agi pendant plusieurs mois et a remporté un succès. Si nous voulons poursuivre, prolonger cette victoire pour pouvoir agir ensemble, alors il faut pouvoir discuter ensemble dans les collectifs, dans les départements, les régions nationalement, sous la forme, pourquoi pas, d’états généraux contre le libéralisme.

Notre réunion a donc beaucoup d’importance, la dynamique unitaire a permis le succès le 29 mai, elle est la condition du prolongement, des perspectives et donc de l’espoir pour celles et ceux nombreux qui attendent des suites. Pour sa part, la LCR est tout à fait disponible pour agir en ce sens. Elle met ses moyens militants au service de ce projet.

http://www.lcr94.org/article.php3?i...



Imprimer cet article





L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
5 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite