Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Il y a deux photos de Carlo Giuliani, Piazza Alimonda, peu avant qu’il soit tué


de : Checchino Antonini
jeudi 7 juillet 2005 - 13h01 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 27.1 ko

de Checchino Antonini traduit de l’italien par karl&rosa

Il y a deux photos de Carlo Giuliani, Piazza Alimonda, quelques instants avant qu’il soit tué. L’une est carrément fausse. L’autre nous concède la distance réelle entre lui et celui qui lui a tiré dessus. La fausse photo est la plus fameuse, celle qui a fait le tour du monde : Carlo semble un géant qui domine la scène et pratiquement écrase son extincteur dans l’habitacle du Defender. La photo a été prise au téléobjectif, l’instrument des paparazzi pour surprendre de loin des stars dans des poses "scabreuses". Un des outils pour édifier le "star system", qui construit des images fausses pour un monde faux.

L’autre photo a moins voyagé, parce qu’elle aurait dérangé le simulacre d’enquête qui a classé l’affaire. Elle a été prise par Marco D’Auria, un reporter formé à l’école de l’hebdomadaire Avvenimenti et capte la scène du meurtre du côté gauche de la jeep. Carlo redevient petit, sec, maigrelet, très jeune. Un gamin.

Mais, toutefois, la mémoire collective se construit parfois en parcourant des chemins inattendus. Ceux qui voulaient qu’il fût à tout jamais "le garçon à l’extincteur" sont arrivés, pour le moment, à éviter un procès public, mais ils ne sont pas parvenus à imprimer cette image dans la conscience des témoins de Gênes : Carlo Giuliani, pour tout le monde, n’est qu’un gamin. C’est comme ça qu’on avait écrit sur la plaque de la place, en effaçant au spray le nom de Gaetano Alimonda, cardinal du 19ème siècle, titulaire de l’endroit où la rue s’élargit sous la muraille du chemin de fer allant à Brignole (une des gares de Gênes, NdT), connu le plus souvent, jusqu’au 20 juillet 2001, comme "muret" des tifosi de l’équipe de foot de Gênes.

Depuis, la place est devenue un lieu de pèlerinage, un espace public, pour une Italie secouée, après vingt ans, par le meurtre d’un manifestant par des forces de l’ordre qui avaient agressé, quelques heures auparavant, un cortège régulièrement autorisé qui descendait vers la zone rouge établie pour le G8. Carlo n’est pas un leader, ce n’est pas un militant assidu (même s’il a eu en poche pendant un certain temps la carte des Jeunes Communistes). Mais, comme 300 mille autres, il descend manifester pour un autre monde, qui ne soit pas celui des 8 "grands" qui ont séquestré et brutalisé une ville toute entière rien que pour se réunir, et, auparavant, des Pays entiers pour pouvoir en exploiter les hommes, les femmes et les choses.

Avec son débardeur blanc et le passe-montagne, un ruban de scotch à emballages autour du bras comme unique protection, avec sa colère sous les charges terribles de robocops fous qui tirent et tabassent avec des armes illégitimes (comme c’est en train de sortir même du procès, avec des accusations absurdes, contre les manifestants), Carlo est de ceux, si nombreux, qui imaginent se défendre de cette furie jamais vue par sa génération. Gisant à terre, déjà mort, exposé au regard d’agents et de carabiniers qui ricanent, de photographes et de caméras et de ces copains qui crient "assassins" aux hommes en uniforme bleu et pleurent tandis que se déroule la liturgie de l’attente du magistrat de service, Carlo parle à tout le monde. A ceux qui étaient à côté de lui en risquant le même sort ou qui ont vécu d’autres morts dans la rue ou qui étaient restés chez eux dans ce qui avait été, jusqu’à ce moment-là, une merveilleuse journée d’été. Carlo parle et des milliers de personnes, depuis, auront un dialogue - intérieur mais en même temps public - avec celui qu’ils sentent comme "l’un de nous", "un comme nous".

JPEG - 33.1 ko

Après la première veille désespérée et incrédule sur l’asphalte tâché de sang, la grille au coin d’une église, à quelques mètres, devient une sorte d’autel laïque qui ne ressemble qu’extérieurement à ces réverbères ou à ces garde-fous où trouvent la mort de très jeunes centaures et qui restent décorés des mois durant par des parents et des amis des victimes. On arrivera d’une bonne moitié de l’Europe pour rendre visite à Carlo et pas seulement à l’occasion de l’anniversaire de sa naissance ou de sa mort qui, au contraire, verra les cortèges diminuer après les 100 000 de 2002. Ils viennent place Alimonda se regarder dans les yeux de Haidi, de Giuliano, d’Elena - la mère, le père, la sœur - dans les yeux de ceux qui étaient là ou, plus discrètement, le soir, pour passer inaperçus tandis qu’ils laissent une trace sur la grille, un monument dynamique, vivant, sans la solennité officielle qui le condamnerait, au contraire, à l’invisibilité.

Des photos, des fleurs, des "keffieh" palestiniennes, des bracelets, des peluches, des drapeaux rouges et des drapeaux de la paix, des pages de journal, des tracts, des cigarettes et de la bière pour Carlo et ensuite aussi pour Edo, un de ses ami décédé peu de temps après. Et des messages écrits sur des feuilles arrachées aux journaux intimes, sur des billets de train, sur des revers de paquets de cigarettes, sur l’étoffe d’un foulard, sur des cartes de la ville, sur des cartes de la CGIL et des JC, sur des billets de concerts pop. Ensuite, nombre de messages seront expédiés par la poste à "Piazza Carlo Giuliani, ragazzo" comme ils voudraient qu’on appelle le lieu de la mémoire douloureuse, comme des autorités timorées ne l’appelleront jamais, comme des paroissiens bien pensants et scandalisés n’arrivent pas à le supporter jusqu’à convaincre, en janvier dernier, le curé de Nostra Signora del Rimedio à démanteler l’autel.

Mais depuis longtemps déjà avait commencé un travail de recueil et d’étude de ces écritures "mineures" dont, après le déchirement, a surgi une partie de l’autobiographie d’une génération qui ne veut pas oublier. L’espace public brusquement démantelé revit maintenant grâce à l’Archive ligure de l’écriture populaire, une structure de l’Université de Gênes, qui a recueilli quelques matériaux dans un livre ("Fragili, resistenti" [Fragiles, résistants, NdT], Terre di mezzo, 160 pages, 12 euros) dont le revenu sera destiné à la réalisation d’une école populaire de musique à Ramallah) en vente chez les distributeurs habituels du plus ancien journal de rue. Sur les messages politiques adressés au camarade prennent le dessus au fil des années les émotions d’enfants, de gamins et de parents qui réinventent Carlo, en s’identifiant avec lui ou en l’adoptant.

En s’excusant pour les absences et les retards. Les "adultes" sont presque tous des soixante-huitards, comme Haidi et Giuliano. Ils s’identifient avec ces derniers mais ils ne peuvent pas ne pas se revoir dans Carlo. Des enfants vont dessiner des fleurs et de petits cœurs pour ce garçon vu trop souvent à la télé. De Gennaro, (chef de la police italienne, NdT) tu peux toujours cracher des fictions télé sur les bons carabiniers pour refouler ces images. Une Cubaine anonyme de douze ans avoue sur une feuille à carreaux "avoir beaucoup pleuré pour toi et je continue à le faire", puis elle se confie - "J’espère ke tu aimes ke j’écoute beaucoup de musique de protestation" - et promet enfin : "Sois sûr ke quand je serai grande je me battrai moi aussi pour la liberté, komme tu l’as fait toi".

Peur, égarement, solidarité et colère se déroulent sur la courbe effacée selon tous les codes possibles : des graphies "juvéniles" de sms ("Ce n’est rien k’1 billet 2 bus, comme tu n’étais rien k’1 garçon de 20 ans", "même si je ne t’ai jamais connu, je t’aime bien et padre Pio veillera sur toi !!! by Marilena" etc...), des citations de De André ("Même s’ils se croient acquittés, ils sont quand même impliqués"), des fragments de journaux intimes comme celui de "milla" qui, quand elle trouve la Diaz repeinte pense à la Plaza de Mayo vue dans ses vacances ("L’impunité est globalisée : peintres du monde entier, désobéissez !") ; des pensées écrites debout tout en fummant une cigarette pour penser, des textes de chansons et des poèmes, des mots tendres pour les tendres parents - qui ne se ménagent pas en sillonnant l’Italie afin qu’un tel meurtre n’arrive plus jamais - et des prières chrétiennes, musulmanes, bouddhistes, des croix, des "A" entourés de faucilles et de marteaux, des Che Guevara et des padre Pio pour le Petit Prince auquel on souhaite une bonne nuit, pour l’unique héros possible aujourd’hui. Un matériel incohérent, font remarquer les experts, même dans les pièces singulières. Incohérent, comme le mouvement où nombre d’entre eux se reconnaissent, mais qui dévoile des générations qui ne supportent pas l’indifférence, même si elles sont conscientes d’être "des prisonniers du présent" fait de griffes, de guerres, de PIB, d’anxiété et de précarité. Il y en a qui remercient Carlo pour ce qu’il a fait, qui voudraient rembobiner la bande et faire en sorte que rien ne se passe, qui lancent une menace terrible pour le pouvoir : "N’allez pas espérer en notre violence".

http://www.liberazione.it/giornale/...



Imprimer cet article





Des Lannionnais déterminés : La retraite aux flambeaux finit au buffet de Lannion agglo (vidéo)
samedi 25 - 23h15
de : nazairien
1 commentaire
Funérailles grève 24 janvier Lycée français de Barcelone
samedi 25 - 22h15
de : coppola
Déjà en 2018 : Mise en scène d’une « décapitation » de Macron : 3 gardes à vue
samedi 25 - 12h44
de : laVeuve
8 commentaires
Le Conseil d’Etat, réforme des retraites : Le Gouvernement devra revoir sa copie !
samedi 25 - 10h05
de : JO
Le peuple-classe de France tient à l’Etat social.
samedi 25 - 01h36
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Beyrouth - y’a Carlos G., mais y’a aussi ça :
vendredi 24 - 20h03
de : Rolon
E3C : épreuves surveillées par des enseignants retraités, lycée du pays de Retz, Pornic
vendredi 24 - 19h30
de : Rolon
Les 200 familles
vendredi 24 - 19h14
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La part anarchiste des communs
vendredi 24 - 19h12
de : jean1
La France s’embrase : Retraites aux flambeaux organisée à Paris et dans toute la France
jeudi 23 - 21h49
de : nazairien
10 commentaires
La CFDT condamnée en appel pour abus de pouvoir
jeudi 23 - 15h24
4 commentaires
Avancée Sociale possible ? Oui en Espagne !
jeudi 23 - 15h21
de : JO
Affaire Benalla : "Le panier de crabes" vers son dénouement ?
jeudi 23 - 14h47
de : JO
1 commentaire
VENEZUELA : Rencontre Internationale Anti-impérialiste de Caracas !
jeudi 23 - 14h30
de : JO
3 commentaires
POUR UNE HISTOIRE AMÉRINDIENNE DE L’AMÉRIQUE
jeudi 23 - 13h37
de : Ernest London
Inondons l’Elysée avec un courrier "licenciement MACRON l’imposteur
jeudi 23 - 10h06
de : Martine
1 commentaire
La dictature des minorités - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 22 - 21h40
de : Hdm
1 commentaire
Et si l’incurie de nos dirigeants était la principale cause de chômage en France ?
mercredi 22 - 21h05
de : Gerard989
1 commentaire
A vous de juger de l’indépendance des médias aux ordres !
mercredi 22 - 18h03
de : JO
Thèses sur le mouvement en cours
mercredi 22 - 15h49
de : Paroles Libres
Oligarchie souterraine : mais qui sont les membres du club si fermé des « Canetons du Châtelet » ?
mardi 21 - 19h23
de : MathF
9 commentaires
Dans un billet sur twitter, Gérard Filoche dénonce, le "Hold Up" géant de macron (texte dans document cliquable)
mardi 21 - 14h38
de : nazairien
8 commentaires
MYTHOPOÏESE
mardi 21 - 13h14
de : Ernest London
Réforme des retraites : ces économistes proches de Macron qui conseillent la CFDT
lundi 20 - 15h48
de : Bertrand Bissuel et Raphaëlle Besse Desmoulières
7 commentaires
Police partout, Justice nulle part !
lundi 20 - 14h58
de : JO
1 commentaire
Dunkerque : CGT et avocats attendent Macron de pied ferme pour sa visite d’un fleuron industriel (vidéo)
lundi 20 - 11h57
de : nazairien
1 commentaire
Au Théâtre ce soir : Par où t’es rentré ? On t’a pas vu sortir . . . .
dimanche 19 - 22h04
de : Bouffe du Nord
1 commentaire
Présence irrégulière d’une députée RASSEMBLEMENT NATIONAL au CESER de GUADELOUPE.
dimanche 19 - 13h50
de : UGTG (Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe)
Denis Robert : la révolte du peuple citoyen, pour défendre ses droits : EN MARCHE VERS L’AFFRONTEMENT TOTAL(vidéo)
dimanche 19 - 13h06
de : nazairien
10 commentaires
ONG, syndicats et agriculteurs signent une tribune commune face à "l’urgence climatique"
dimanche 19 - 12h45
de : jean1
Comment vont être calculés vos droits au chômage à partir du 1er avril ?
dimanche 19 - 08h19
A visionner (YouTube) : Concert des artistes de l’Opéra de Paris ! Emotionnant !
samedi 18 - 16h41
de : JO
3 commentaires
Bravo et merci la confédération paysanne et surtout à ses adhérents
samedi 18 - 14h32
de : jean1
3 commentaires
Macron exfiltré d’un théâtre parisien
samedi 18 - 08h11
de : Ernest London
6 commentaires
Les Stats.
vendredi 17 - 19h16
de : L’iena rabbioso
4 commentaires
Extrême-droite économique et dictature : De Hayek à Thatcher et Pinochet.
jeudi 16 - 22h00
de : Christian DELARUE
6 commentaires
Municipales : comment Castaner va embellir le score de LREM, escroquerie électorale
jeudi 16 - 20h26
de : nazairien
12 commentaires
L’âge pipeau - C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 16 - 13h23
de : Hdm
1 commentaire
L’AFFAIRE AUDIN (1957-1978)
jeudi 16 - 12h24
de : Ernest London
une analyse parmi d’autres.
jeudi 16 - 10h45

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nier la religion, ce bonheur illusoire du peuple, c'est exiger son bonheur réel. Exiger qu'il abandonne toute illusion sur son état, c'est exiger qu'il renonce à un état qui a besoin d'illusions. La critique de la religion contient en germe la critique de la vallée de larmes dont la religion est l'auréole. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite