Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Un nouveau consensus
de : Uri Avnery
jeudi 29 septembre 2005 - 04h04 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 54.6 ko

de Uri Avnery

Malgré le spectacle dramatisé du déracinement des colonies, où tout était planifié jusqu’au moindre détail par les rabbins et l’armée, il n’y a pas eu de véritable crise populaire, aucun traumatisme national. "Le centre a tenu."

Dans "The Second Coming", le poète irlandais W.B. Yeats a ainsi décrit le chaos : "Tournant et tournant en larges cercles,/ Le faucon ne peut entendre le fauconnier ;/ Tout s’écroule ; le centre ne peut tenir ;/ L’anarchie se répand sur le monde,/ La marée descendante du sang est là et partout./ La cérémonie de l’innocence est submergée ;/ Le mieux manque de force, alors que le pire/ Est plein d’une intensité passionnée."

La phrase déterminante, à mon sens, est : « Le centre ne peut tenir ». C’est une métaphore militaire : sur un champ de bataille classique, la force principale se trouvait au centre alors que les flancs étaient protégés par des forces plus légères. Le but de l’ennemi était de briser le centre, souvent en contournant les flancs. Même si les flancs lâchaient, tant que le centre tenait, la bataille n’était pas perdue.

Cela vaut également en politique. Tout repose sur les gens du centre. Si on veut faire une révolution, il faut saper la stabilité du centre.

C’était le but des colons quand ils ont commencé leur campagne à l’échelle nationale contre le retrait de Gaza. Cela s’est terminé par un échec total. Une défaite d’importance historique. Malgré le spectacle dramatisé du déracinement des colonies, où tout était planifié jusqu’au moindre détail par les rabbins et l’armée, il n’y a pas eu de véritable crise populaire, aucun traumatisme national. Pour employer le langage de Yeats : « Le centre a tenu. »

Pour comprendre Israël, il faut saisir la nature de ce centre. Qu’est-ce qui lui a permis de garder sa cohésion ?

Un consensus national n’est pas immuable. Il change tout le temps, mais très, très lentement, dans un processus invisible, non perceptible. Ce n’est que rarement, en cas de situation dramatique, qu’il change rapidement. Cela s’est produit, par exemple, lors de la guerre de 1967. La veille du déclenchement de la guerre, nous étions très peu à oser rêver que le monde arabe reconnaîtrait l’Etat d’Israël dans ses frontières d’alors. Le lendemain de la guerre, le rêve s’est transformé pour nous en cauchemar ; quiconque parlait des « frontières de 1967 » était considéré comme un traître. Mais c’était un événement exceptionnel. Ordinairement le consensus évolue aussi silencieusement qu’un glacier polaire.

Le consensus de la majorité israélienne juive à l’automne 2005 repose sur trois piliers :

Premièrement : Un Etat juif. C’est le dénominateur commun de presque tous les Juifs en Israël. Si l’on ne comprend pas la centralité de cette conviction, on ne comprend rien à Israël.

« Un Etat juif » est un Etat habité par des Juifs. Certes, il est inévitable que certains citoyens ne seront pas juifs mais leur nombre doit être maintenu au minimum absolu afin qu’il ne puissent pas avoir d’influence sur le caractère et sur la politique de l’Etat. Ce but est inhérent à la substance même du mouvement sioniste, qui est né avec un livre intitulé « L’Etat des Juifs ». Il tire sa force des centaines d’années de persécutions, alors que les Juifs, sans aide et sans défense, étaient à la merci de tous.

Les Juifs veulent vivre dans un Etat qui leur appartienne, à eux seuls, où ils seront maîtres de leur destin. Ce désir est si profondément ancré dans le cœur de la plupart d’entre eux qu’il n’y a aucune chance de leur faire admettre un autre projet, que ce soit « le Grand Israël » ou un « Etat binational ». Par conséquent, il n’y a aucune chance pour que la majorité soit d’accord pour un retour massif des réfugiés arabes sur le territoire d’Israël.

Deuxièmement : Agrandir l’Etat. Le mouvement sioniste voulait s’emparer du pays appelé alors Palestine, dans sa totalité ou dans sa plus grande partie, et s’y installer.

Cela également est un désir profond, ancré dans le caractère même du mouvement, une partie de ses « gènes ». Mais ce second désir est subordonné au premier. S’il était possible de conquérir tout le pays et de « se débarrasser » de toute la population palestinienne, comme veut le faire l’extrême droite, cela en séduirait beaucoup. Mais la majorité sait maintenant que ce n’est pas matériellement possible. La conclusion est que les parties du pays densément peuplées de Palestiniens doivent être « abandonnées ».

Troisièmement : Reconnaissance du peuple palestinien. C’est un grand changement. Il contredit la position classique du mouvement sioniste adopté par tous les gouvernements israéliens jusqu’à l’accord d’Oslo, exprimé par la célèbre phrase de Golda Meir : Il n’y a pas de peuple palestinien. Quand, dans les années 50, nous demandions la reconnaissance du peuple palestinien, nous étions considérés comme des traîtres ou des imbéciles, ou les deux. Mais deux intifadas, la situation internationale, et nos campagnes d’opinion cohérentes ont fait leur œuvre.

La combinaison de ces trois principes donne l’image du consensus actuel. Israël doit annexer certaines zones de la Cisjordanie et renoncer au reste.

Ce consensus englobe la majeure partie du paysage politique israélien, d’Ariel Sharon, Benjamin Netanyahou et Uzi Landau à Shimon Peres et Yossi Belin. Les désaccords ne portent que sur l’étendue de l’annexion. Cela rappelle - mutadis mutandis - une des histoires attribuées à Bernard Shaw qui offrait de payer à une duchesse un million de livres pour qu’elle couche avec lui. Quand elle y a consenti, il a réduit son offre à 100 livres, lui déclarant : « Maintenant que nous sommes d’accord sur le principe, il reste à fixer le prix. »

Dans le passé, Sharon a parlé d’annexer 58% de la Cisjordanie, comprenant les blocs de colonies, le Grand Jérusalem (avec le territoire allant jusqu’à Maale Adumim), la vallée du Jourdain et les zones qui les relient. Il était prêt à laisser aux Palestiniens leurs villes et leurs zones rurales densément peuplées. Récemment, il a laissé entendre qu’il pourrait abandonner la vallée du Jourdain. Il affirme que le Président Bush a été d’accord avec son plan, mais, alors que Sharon parle de « blocs de colonies », Bush a parlé de « centres de population ». Il y a une grande différence entre les deux expressions : un « bloc de colonies » comprend non seulement la grande colonie elle-même, mais également les petites colonies autour d’elle et les zones entre elles toutes. Un « centre de population » signifie seulement la grande colonie, ce qui réduit beaucoup la zone à annexer.

A Camp David, Ehoud Barak a proposé l’annexion de 21% de la Cisjordanie, d’une manière qui aurait coupé le territoire palestinien en morceaux. Il voulait également « louer » 13% supplémentaires de la vallée du Jourdain. Plus tard, à la conférence de Taba, l’annexion envisagée a été réduite à 8% mais l’accord a été refusé par le gouvernement israélien.

Yossi Beilin était le père du concept de « blocs de colonies » quand, il y a longtemps, il était parvenu à un accord non officiel avec Abou Mazen (Mahmoud Abbas). L’initiative de Genève, plus récemment, proposée par Yossi Beilin et Yasser Abed-Rabbo, ne parle d’annexer que 2,3% de la Cisjordanie dans le cadre d’un échange de territoires 1/1.

La clôture de séparation, en cours de construction par le gouvernement Sharon, est destinée à favoriser l’extension actuelle des colonies. Elle annexe 8% de la Cisjordanie le long de sa frontière occidentale avec Israël. L’annexion de la vallée du Jourdain à l’est reste pour l’instant ouverte.

Tels sont les contours du consensus actuel. Le débat en Israël, dans un avenir proche, se concentrera sur l’étendue et les moyens de l’annexion.

Selon une version, il ne doit pas y avoir de négociations avec les Palestiniens, puisqu’ils ne seront pas d’accord pour des annexions importantes. Donc, Israël devrait continuer à prendre des « mesures unilatérales » comme il l’a fait pour le retrait de Gaza - et annexer des territoires sans chercher un accord. Slogan : « Israël fixera lui-même ses frontières ». La version contraire est qu’on peut obtenir un accord pour des annexions limitées dans le cadre d’un échange de territoires.

L’extrême droite rejette le consensus. Elle ne veut aucun compromis. Elle brandit le titre de propriété divin, signé personnellement par le Tout-Puissant, et veut annexer la totalité de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. Sans que ce soit dit explicitement, cette conception implique l’expulsion totale des Palestiniens de la Palestine.

Le mouvement de la paix radical s’oppose au consensus dans le sens inverse. Il croit que l’avenir d’Israël ne sera assuré que dans une paix durable, fondée sur un accord entre égaux et sur la réconciliation des deux peuples. Ce camp croit que l’accord doit être basé sur la frontière de la Ligne Verte d’avant 1967, et que ce n’est que par des négociations que l’on parviendra à un accord sur un échange de territoires équitable.

Quoi qu’il en soit, l’essentiel est que le consensus évolue. Le Grand Israël est mort. La partition du pays est désormais acceptée par l’écrasante majorité. Ce qui signifie que l’on peut influencer l’opinion publique. L’affaire du « désengagement » a montré que les colonies peuvent être déplacées. L’opinion a accepté ce précédent sans broncher. Maintenant, la tâche est de convaincre les gens que de véritables négociations doivent être engagées.

Il y a quelqu’un à qui parler, et il y a quelque chose à discuter.

Article publié le 25 septembre 2005, en hébreu et en anglais, sur le site de Gush Shalom - Traduit de l’anglais « A New Consensus » : RM/SW

liste de diffusion ASSAWRA



Imprimer cet article





La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
1 commentaire
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La difficulté, ce n'est pas de rêver, mais d'accepter et de comprendre les rêves des autres. Zhang Xianliang
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite