Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite, commenter l'article...

LA FIN DU LIVRE ?


de : Marc Alpozzo
vendredi 30 septembre 2005 - 02h30 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
GIF - 9.4 ko

"Bientôt, il y aura des éditions sans éditeurs", Jérôme Lindon.
"Devenez votre propre éditeur en ligne, Editez vos textes, publiez vos photos et échangez avec vos lecteurs.", Le Monde.

de Marc Alpozzo

Le flou demeure avec l’arrivée de l’électronique et l’implosion des multimédia. Certes le livre électronique semble mort né. Reste que cette annonce nécrologique est à vérifier. Qu’en sera-t-il du livre dans cinquante ans ? Avec lui, notre culture, notre jeunesse, notre civilisation.

Ca va faire bientôt dix ans que nous avons mis les pieds dans ce que Pierre Lévy appelle la CYBERDEMOCRATIE dans un texte du même titre paru aux éditions Odile Jacob en 2002. L’outil Internet, très « avant-garde » permet à chacun de mettre en ligne exactement ce qu’il veut. De s’exprimer librement et d’être lu par un grand nombre d’internautes... Toujours dans le même ouvrage : Cyberdémocratie, Pierre Lévy annonce une généralisation de la démocratie étendue à la planète entière. Le projet politique de Lévy est un brin utopiste. Si l’intelligence collective peut en effet s’étendre à toute la planète, qu’en est-il vraiment de la liberté, de la démocratie (symbole hypocrite de l’égalité des chances et des droits entre tous les individus) ?

Plus qu’une nouvelle chance de liberté ou de libération accordée à l’humanité ou l’Esprit Universel, l’Internet est, pour l’instant du moins, un nouvel espace public où règne la cacophonie ambiante d’internautes qui répondent dans les forums généralement sans se soucier de ce que le précédent à véritablement voulu dire ; cacophonie (que Juan Asensio appelle, à juste titre, les "fadaises participatives") d’une multitude de sites qui surnagent dans un vide ambiant ; avènement de communautés virtuelles qui représentent une société qui se fragmente de plus en plus, qui se replie sur elle-même, disposant du moyen de communiquer le plus puissant, et qui communique pourtant très difficilement.

Certes, nous ne sommes pas encore prêts à recevoir de la part de n’importe qui, un texte, ou un projet qui ne soit pas préalablement passé par la moulinette de la censure institutionnelle.

Mais la question, la seule question que je me pose, n’est pas là. En fait, je me demande si le livre électronique et les nouvelles technologies sont une réelle révolution ?

Mais la question, la seule question que je me pose, n’est pas là. En fait, je me demande si le livre électronique et les nouvelles technologies sont une réelle révolution ?

Cette question est d’ailleurs posée par un excellent ouvrage de Roger Chartier paru chez Textuel, Le livre en révolutions, publié en 1997. Dans son prologue, l’auteur pose la question suivante : en quoi le livre électronique serait-il réellement une révolution ? Pour y répondre, Roger Chartier balaye tout d’abord, l’histoire du livre du papyrus, en passant par le rouleau, puis le codex, afin de nous mettre en garde : nous serions tenté de comparer la révolution actuelle du livre électronique avec celle qu’institua la grande invention de Gutenberg. Or, la révolution du texte électronique est une révolution avant tout des structures du support matériel de l’écrit et des manières de lire.

Avec ceci près, que le livre électronique présente cette caractéristique singulière d’être la synthèse entre deux modes de lecture : celle de l’antiquité, le lecteur déroule le texte, et celle de l’époque médiévale, le lecteur peut utiliser des repères tels la pagination, l’indexation, le découpage du texte... Avec un peu plus de liberté qu’autrefois.

Car l’autre grande innovation, c’est la distance qui est offerte au lecteur. Roger Chartier nous indique que le texte électronique permet un rapport plus « distancié » et « décorporalisé », au même titre que le clavier de l’ordinateur se fait une « médiation » installant un écart entre auteur et texte.

A cette révolution s’ajoute celle de la chaîne du livre : autrefois les rôles (auteur/éditeur/typographe/diffuseur/libraire/lecteur) étaient bien définis.

Séquences temporelles qui vivent une véritable implosion, puisque la durée et la distance s’en trouvent rapprochées.

L’autre grand bouleversement sur lequel se penche Roger Chartier est celui du rôle du critique. A l’instar des vœux des lumières, le rôle du critique, par la révolution électronique, étant à la fois réduit et démultiplié, tout un chacun peut devenir critique, et selon l’idée du XVIIe dispose d’une légitimité propre, par un droit à un jugement personnel.

Le but donc de cet ouvrage qui se présente sous forme d’entretiens entre Jean Lebrun et Roger Chartier, c’est de comprendre comment dans l’histoire de la production des significations, les contraintes ont toujours été transgressées par l’invention, et les libertés de l’interprétation bridées, afin de mieux cerner les risques et les chances que recèle la révolution électronique.

L’auteur entre punition et protection

D’ailleurs de l’« auteur oral » jusqu’à la personnalité de l’auteur moderne dont l’autorité est fixée par la copie manuscrite puis imprimée, se sont écoulés plusieurs siècles de censure et d’interdiction de textes tenus pour subversifs par les autorités qu’elles soient politiques ou religieuses. Le problème que pose alors Roger Chartier dans ce chapitre est celui de la « fonction de l’auteur ».

Cette fonction de l’auteur va connaître une forte évolution avec la question de la propriété. Une propriété pensée en termes économiques et financiers mais également en termes de contrôle et d’exactitude. Cette fonction d’auteur auquel Michel Foucault a beaucoup réfléchi, connaît une émergence dans l’histoire à partir des 17e et 18e siècles.

Une évolution caractéristique sur deux points : de simple scribe, d’une Parole venue d’ailleurs, ou servile de la tradition, l’auteur se caractérise désormais par le fait qu’il défini son œuvre comme une originalité, ce qui n’était pas le cas, jusque là. Et en second, l’auteur peut à présent craindre qu’on lui impute une responsabilité politique ou religieuse ce qui lui vaudrait une punition ou que ses mérites lui soient récompensés par une pension.

Cette « appropriation pénale » du discours pour reprendre la formule de Foucault a été pour les pouvoirs en place (politiques et religieux) une durable justification pour détruire les livres, condamner les auteurs, inspirer les auteurs. Le prince reçoit ce dont il est virtuellement l’auteur.

Pour l’auteur, le tournant majeur se fait à partir du 18e, lorsqu’il bénéficiera d’un statut juridique particulier reconnaissant sa propriété. Un droit de propriété qui a couru jusqu’à notre siècle, même si, à la différence du 18e, un auteur aujourd’hui jouit d’une grande liberté mais peut perdre assez rapidement ses droits.

Le texte entre auteur et éditeur

Comment comprendre les enjeux actuels du droit d’auteur et son évolution ?

Pour essayer de répondre à cette question, Roger Chartier balaye toute l’histoire du droit d’auteur, l’auteur en tant que propriétaire littéraire, qui se fonde sur la théorie du droit naturel et esthétique, et qui trouve un véritable essor entre le 16e et le 18e au moment ou les libraires-éditeurs cherchent à défendre leurs privilèges. En inventant l’auteur-propriétaire, ils font de l’auteur le propriétaire inaliénable de ses œuvres, et ainsi peuvent devenir à leur tour propriétaires une fois le manuscrit cédé.

Une invention du droit d’auteur, copyright en anglais, que la monarchie entendra limiter à une certaine durée afin que l’œuvre puisse à terme tomber dans le domaine publique.

Mais avec l’arrivée des multiples formes électroniques, les principes du droit d’auteur deviennent plus difficile à appréhender. Dans ce processus de dématérialisation et de décorporalisation, la révolution du texte électronique libère l’auteur de la tyrannie des formes de l’objet-livre traditionnel, bouscule la « conscience typographique » devenu, selon les mots de Roger Chartier, « conscience multimédia » donnant à l’auteur la possibilité de progressivement modifier la conception du texte.

La révolution de l’électronique s’attaque également à la réflexion à propos du stock : en remontant aux formes, à ce que les textes transmettent, à la diversité de leurs significations, en changeant les modalités de diffusion et de transmission, la fonction de l’auteur du 21e et 22e siècle évoluera, et l’auteur devra trouver une autre perception et une autre acuité dans le maniement des techniques multimédia.

Le lecteur entre contraintes et liberté

Lire signifie : s’approprier, inventer, produire des significations. Le rapport du lecteur au livre est complexe nous rappelle Roger Chartier. En son principe, la lecture a toujours donné assez de liberté au lecteur pour déplacer et subvertir ce que le livre entendait lui imposer. Une liberté lectrice jamais absolue, déterminée par des contraintes, des capacités, des conventions, des habitudes que différentes pratiques de lecture caractérisent.

Si du rouleau antique au codex médiéval, du livre imprimé au texte électronique on dénote plusieurs ruptures majeures, la révolution électronique pose pour sa part le problème de la définition du sacré. Résistera-t-elle au passage du texte imprimé (l’in-folio) au texte électronique ?

Voilà donc posé la rupture entre deux approches du livre : jusqu’ici le livre faisait autorité, imposant révérence, obéissance, ou méditation. Le nouveau support de l’écrit brouille la distinction entre auteur et lecteur, entre autorité et appropriation.

Plus de processus d’apprentissage transmissible de génération à génération, et une vraie rupture dans la définition des codes et des usages.

Selon Roger Chartier, il est alors fort probable que l’on puisse imaginer une figure future du lecteur de demain.

La lecture entre le manque et l’excès

Si l’écriture et la lecture se complexifient au 20e siècle, relançant d’ailleurs le débat de l’illettrisme dans les pays riches, il n’en demeure pas moins que trois inquiétudes ont durablement habité notre rapport à la culture écrite. Première inquiétude, la perte du texte. D’où la copie du livre, l’impression des manuscrits et l’édification des bibliothèques. Selon Roger Chartier, il s’agit avant tout de recueillir, fixer, préserver. Mais pour préserver, il faut encore se protéger de la corruption, d’où la deuxième inquiétude : l’excès.

C’est-à-dire se préserver de la prolifération qui se ferait très vite obstacle au savoir. Aujourd’hui, on constate, outre les débats autour des classes les plus jeunes qui se détournent du livre, une catégorie de non-lecteurs qui lisent autre chose que ce que le canon-scolaire définit comme lecture "légitime". Ces écarts peuvent nous pousser à nous interroger, nous dit Roger Chartier, sur les nouvelles rencontres entre lecteurs textes, et la capacité qu’auront ces non-lecteurs à transformer leur vision du monde, leurs manières de sentir et de penser. Troisième inquiétude : la lutte contre la prolifération, passant par des instruments de trie, de classement, et de hiérarchisation conduit à un paradoxe : l’insertion de nouveaux livres (livres qui sont des outils de classement) au sein des autres livres.

Mais la question du manque et de l’excès touche aussi à l’accès au livre, pour les classes les plus défavorisées comme pour les femmes jusqu’à récemment. Soit on limite l’accès à la lecture et à l’écriture et on limite la démocratie, soit, à l’instar des mesures prises au 20e siècle, on offre une ouverture démocratique à tous, par un enseignement secondaire puis supérieur, et on crée un problème à nos sociétés contemporaines.

Les récentes inventions comme la bibliothèque bleue, le livre de poche ont multiplié les lectures, et le contrôle qui jusqu’ici justifiait la médiation de l’école, l’Eglise, la famille et la bibliothèque, faisant ainsi vaciller la légitimité de ces trois discours d’autorité.

La bibliothèque entre rassemblement et dispersion

Tout le problème de la bibliothèque se pose à travers le rêve « fou » de bibliothèque universelle qui est née à Alexandrie : comment contenir dans un espace limité et clos l’univers infini de l’écrit ? Avec le texte électronique, ce rêve semble à présent réalisable grâce à la disjonction entre texte et lecteur. La bibliothèque idéale pour l’heure est celle qui, selon Roger Chartier, sait trier et sélectionner parmi la surproduction qui apparaît à partir de la deuxième industrialisation du livre au 19e. avec l’électronique, cette question de la prolifération risque de trouver une réponse, puisque la transformation d’une revue, d’un périodique ou d’un livre en texte électronique dispense la bibliothèque de toute conservation.

Reste une inquiétude cependant pour les spécialistes du livre dont Roger Chartier : le sens que donnera le lecteur dépendant beaucoup de la forme matérielle de l’objet écrit ne dépendra désormais plus d’éléments qui n’étant pas dans le texte lui-même, risque de se heurter à quelques limites. La prolifération peut également conduire à l’inverse de la vocation même de la bibliothèque qui est la conservation : la destruction.

Le numérique comme rêve d’universel

En ces périodes de « blogosphère » -drôle de concept d’ailleurs, pour une mode si ordinaire : parler de soi !-, la question du numérique comme rêve universel n’a jamais été aussi pertinente !

Comme notre système récupère tout ce qui se crée, y compris se qui se crée contre lui-même, on peut constater qu’au sein même de « zéro land », c’est-à-dire au sein même des médias français, on propose à la plèbe de créer son blog, d’y laisser ses pensées les plus profondes. D’être son « propre éditeur ». Mais éditeur de quoi ? On nous propose d’écrire. Mais écrire à qui ? Ecrire quoi ? Tout ! N’importe quoi ?

Premier piège : « soyez votre propre éditeur » ! Il n’y a d’éditeur que s’il y a des auteurs. Où peut-on voir des éditeurs qui n’éditent pas d’auteurs. Deuxième piège : il ne peut y avoir d’auteurs que s’il y a un éditeur. Bref, le serpent se mange la queue ! Pour se dire auteur, il faut faire nécessairement adouber son texte par un tiers. Un oeil critique qui viendra le sanctionner, le modifier, voire sacrilège : le censurer. Si vous publiez vos textes tout seul, vous n’êtes ni auteur, ni éditeur. Vous n’êtes rien. Et vos textes n’existent pas. Sauf, si... sauf, s’ils jouissent de l’attention de lecteurs !

Reprenons le texte de Roger Chartier : selon l’historien du livre, le texte électronique remet en question le problème fondamental entre l’affirmation des particularités et le désir d’universel. Il introduit également un autre vieux rêve de l’humanité : l’universalité et l’interactivité. Peut-on espérer comme le voulaient les lumières du 18e assurer l’universel par l’échange des savoirs et de l’information contre la crispation des identités singulières sur leurs différences ? Non seulement, le texte électronique pourrait signer un repli définitif, car ce ne sont plus les lecteurs qui vont au livre mais le livre qui va aux lecteurs (avec le livre électronique, on peut désormais lire sans sortir de chez soi), mais la liberté nouvelle que confère le texte électronique brouille les rôles : à présent, les auteurs peuvent devenir éditeurs et diffuseurs.

Dès lors, l’avenir du texte électronique se fera tel ce que projetaient les lumières ou sera un cloisonnement et un solipsisme. En effet, la grande question est la suivante : saurons-nous exploiter les possibilités d’intervention dans le débat public de ceux que l’imprimé empêchait de s’exprimer, ou courrons-nous vers un système de monopole, de domination linguistique, et d’imposition idéologique ? Le débat reste ouvert, et le défi est celui de notre temps présent. Cette question de la prolifération des textes et des auteurs, de ce risque de solipsisme pousse Roger Chartier à se demander si un livre peut exister sans lecteur. A cette question, il cite la réponse de Paul Ricœur qui souligne qu’un monde de textes qui ne serait pas saisi ou approprié par un monde de lecteurs, ne serait qu’un monde de textes possibles, inertes, sans véritable existence.

Liens à suivre :

http://www.text-e.org

http://www.numilog.com

http://www.ecrivainsenligne.com



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> LA FIN DU LIVRE ?
30 septembre 2005 - 13h20

Les débats prolongés là me semblent très interessants, même si le langage utilisé, le jargon avancé, m’impose des difficultés de suivi.

La fin du livre ? Elle a été annoncée en avance il y a 20 ans et devant les faits on a glosé et moqué à l’’époque ce pronostic raté...
Et pourtant....
...Et pourtant la révolution annoncée trop à l’avance, finit, à pas de loup par approcher de la tannière mondiale....Lentement, les outils techniques (la quincaillerie et les programmes), les competences (Ergonomie des interfaces) progressent...
Lentement des masses de savoir colossales, autrefois stockés sur papier, passent sur support electronique. D’emblée la quasi-totalité de l’écrit destiné à un public est enregistré electroniquement.
Une grande partie passe déjà d’un enregistrement informatique à une lecture informatique sans passage par la case papier.

Reste la faiblesse ergonomique encore persistante des outils informatiques proposés pour la lecture.

Je lis mon livre dans le lit, sur le côté, le soir, tranquillement, avant que le sommeil me tire dans un autre songe...Le jour où l’outil informatique permettra cette facilité de lecture, la qualité de lecture correspondante, un des grands bastions du livre tombera alors. Souvent annoncé à tort et trop tôt, ce temps semble approcher maintenant à grands pas.

Et c’est vrai que maintenant déjà, la quasi-totalité du travail de l’auteur étant déjà sur support informatique, la modification des contenus, leurs reorientations sont déjà beaucoup plus faciles.

C’est un bienfait et un danger.
Mais incontestablement, c’est la massivité de la possibilité de la modification du contenu qui est nouvelle, ce qui ne ressemble pas trop à la bataille pour la preservation des droits de l’auteur sur le contenu de son oeuvre face à des puissances centralisées privées ou d’état qui étaient numeriquement très réduites et très concentrées.
C’est la démocratisation brutale de l’acces électronique au contenu et de la possibilité de les modifier qui change profondement la donne.

Pour l’instant, l’outil informatique lié à ses capacités d’échanges par le net, amene une très grande démocratisation de l’acces au savoir et à la possibilité de la création écrite.

Les blogs sont, à ce titre, une incroyable explosion écrite et une des formes particulières de ce processus. Même si une proportion très grande de ceux-ci sont sans activité, le reste fourni une prodigieuse création d’écrit accesible au public comme jamais l’histoire de l’humanité n’en a connu.

Pour le meilleur, comme pour le pire....
Et là quand je parle de démocratisation de l’acces à l’écriture et de l’acces au public (se faire éditer sur papier est très compliqué et très coûteux par rapport à la création d’un site) par le net (sous formes de blogs ou autres), je ne parle pas de la qualité des contenus evidemment...
(Même si le niveau des contenus a vu au présent comme au passé des contenus sur papier formidablement pitoaybles...).

Je trouve que les blogs, par leurs types de construction, fournissent une prolifération poétique tout à fait enrichissante et nouvelle pour des milliers d’entre eux...
Les Rimbauds se ramassent à la pelle, l’acces par la jeunesse à ce type de publication lui permet d’exprimer sa formidable créativité.

Et c’est vrai que là on plonge dans des médias incroyablement plus riches en massivité, en diversité des contenus, que ceux des médias traditionnels unipolaires de concessions d’état qui désirent fondamentalement , plus que tout au monde, la rationalisation des contenus, leur reduction à des productions controlables, délimitées, industrialisées, simplifiées afin de garder le pas sur les processus.

Le controle de l’explosion de créativité sur le net par nos metteurs au pas ne sera pas si aisé que celà. Difficile de faire rentrer des millions de hauts-parleurs, des dizaines de millions de lecteurs dans le goulot de la petite fiole capitaliste et buraucratique, difficile....

Copas



> LA FIN DU LIVRE ?
2 octobre 2005 - 15h30 - Posté par

L’éditeur est surtout quelqu’un qui choisit un texte dans la masse de ce qui est écrit. Les elcteurs lui font confiance et cette fonction, essentielle ne disparâit pas avec la numérisation, au contraire
unvoyageauliban.hautetfort





MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
3 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude
Reportage en direct sur la manif. à Paris
samedi 27 - 14h23
de : joclaude
CGT : Philippe Martinez à l’Elysée (video)
samedi 27 - 11h53
de : joclaude
Narbonne élection 28 juin
samedi 27 - 11h14
de : Lili Oto
DÉMENCE SOUS AIR CONDITIONNÉ
vendredi 26 - 18h55
de : Lukas Stella
La macronie kiffe le glyphosate et truque l’enquête
vendredi 26 - 16h08
de : jean1
1 commentaire
Isolement et contention en psychiatrie : bientôt un contrôle par les juges - Basta !
vendredi 26 - 11h57
de : Ch Delarue (santé)
Le Pr Raoult accuse des responsables sanitaires de conflits d’intérêts
vendredi 26 - 11h00
de : Ch Delarue (com demo)
2 commentaires
QUAND LA RAISON TONNE EN SON CRATERE
vendredi 26 - 10h55
de : Nemo3637
Environ 70 voitures de police et une vingtaine de motards devant la Maison de la radio à Paris (video)
vendredi 26 - 09h48
de : CGT TUIFRANCE
2 commentaires
Yasser Arafat déplore la grève à BFMTV
jeudi 25 - 23h35
de : Robert Ferraria
"La 5G, c’est l’avenir !" ( P. Martinez )
jeudi 25 - 11h04
de : Le CERCLE 49
2 commentaires
Un été de licenciements à prévoir dans l’aéronautique
jeudi 25 - 08h06
Soleil cherche futur, c’est l’heure de l’mettre !
jeudi 25 - 06h04
de : Hdm
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 - 23h00
de : Mickael Wamen
13 commentaires
Castaner décore d’une médaille certains policiers soupçonnés de violences contre des « gilets jaunes »
mercredi 24 - 17h35
de : jean1
24 Juin : Moscou : défilé militaire en l’honneur du 75e anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie
mercredi 24 - 17h33
de : nazairien
2 commentaires
J’ai écouté le père de Cédric Chouviat... j’en ai eu les larmes aux yeux (video)
mercredi 24 - 12h25
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Combattre le racisme malgré nos divisions
mercredi 24 - 01h48
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Osons la gauche : comment Alain Guillard et son association secouent l’establishment malouin
mardi 23 - 19h03
de : Hélène
Guérilla judiciaire et parlementaire pour un retour au droit de manifestation
mardi 23 - 14h47
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite
La CGT condamne sans aucune réserve les affiches de Info’Com
dimanche 10 mai
de La CGT
4 commentaires
La CGT condamne sans aucune réserve ces affiches. Ce type de communication ne fait que décrédibiliser l'action syndicale. A la Cgt, nous avons d'autres arguments que ceux là, ceux de l'intérêt des travailleurs et de la justice sociale. — La CGT ( 82L lacgtcommunique) May 10, 2020 La CGT condamne sans aucune réserve ces affiches. Ce type de communication ne fait que décrédibiliser l’action syndicale. A la CGT, nous avons d’autres arguments que ceux là, ceux (...)
Lire la suite
Info’com : le syndicalisme virtuel pris à son propre piège
dimanche 10 mai
de Communistes Libertaires de la CGT
4 commentaires
Nous l’avons déjà écrit, le syndicat Info’com qui a pris la suite du syndicat historique des typographes parisiens (CSTP) est un objet paradoxal : La Chambre syndicale typographique parisienne était un des plus vieux syndicats français, très représentatif dans son métier, ultra corporatif et bastion du réformisme. Il est assis sur un magot financier impressionnant amassé au cours d’un siècle d’activité. La disparition du métier des typographes a conduit à une (...)
Lire la suite